31 août 2013

Borloo : bière qui roule Damas pas mousse

"Le président de l'UDI Jean-Louis Borloo a demandé ce soir à François Hollande d'organiser "un vote formel" au Parlement après le débat qui doit s'y tenir mercredi prochain sur la situation en Syrie."

Jean-Louis Borloo semble avoir oublié de dire pour quoi il fallait voter. Il semble surtout avoir oublié la Constitution. 

Le parlement est là pour voter les lois et contrôler l'action du gouvernement. Pas pour autoriser les opérations militaires de moins de trois mois (de mémoire) à l'étranger. 

Imaginons que le Liechtenstein envahisse le Luxembourg. Il faudrait que l'on convoque le Parlement en session extraordinaire pour avoir l'autorisation de défendre notre paradis fiscal préféré ? C'est ridicule. 

Avec Borloo, la communication politique n'a aucune limite. 

Dans Twitter, ce soir, suite à la déclaration d'Obama (qui est probablement sûr de lui...), on lit beaucoup de bêtises...

Rappelons à nos concitoyens qu'on a élu un type pour être chef des armées et désigné (via le president et le deputé) un gouvernement pour disposer de la force armée. 

Quand les personnalités politiques (et les réseaux sociaux) chient sur la Constitution, ils chient sur la démocratie. 

M. Borloo devra nous expliquer ce qu'est un vote formel et dans quel cadre il se situe. Il pourra ensuite nous expliquer s'il aurait tenu le même discours si Obama avait dit autre chose.

Pantin. 

Lien : http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2013/08/31/97001-20130831FILWWW00331-borloo-appelle-hollande-a-suivre-obama.php

25 commentaires:

  1. J'espère qu'il était à jeun quand il a sorti sa connerie

    RépondreSupprimer
  2. Sans vouloir me faire modérer, "Rappelons à nos concitoyens qu'on a élu un type pour être chef des armées et désigné un gouvernement"
    NON!,
    à moins que ce soit "désigner"?
    on n'a pas désigné de gouvernement.. en tous cas, moi, bien qu'ayant voté Hollande au second tour (pas au premier) j'aurais pas choisi ce gouvernement là...

    RépondreSupprimer
  3. Arg ! Horrible faute. Pour le reste on s'en fout. Tu as voté pour un député qui a donné sa confiance à un gouvernement.

    RépondreSupprimer
  4. Nan mais il est marrant le Borloo... il demande un vote, alors que s'il obtient gain de cause il risque encore de se gourer de bouton !

    RépondreSupprimer
  5. Damas pas mousse, j'ai déjà entendu ça ... (Twitter ? )

    RépondreSupprimer
  6. Ce type est un sale con @corto,Les gens sans talent s'imaginant qu'ils en ont sont les pires...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui mais pourquoi tu en parles ici.

      Supprimer
    2. Ah merde ! On va mettre ça sur le compte du décalage "horaire", hein.

      Supprimer
  7. Nous savons que nous avons une mauvaise Constitution.

    Il y a tout de même des limites. La nation n'est pas en danger, donc, (oui, donc) le président n'est pas habilité à aller bombarder un autre pays sans un mandat, et du parlement, et de l'ONU. Au Mali, c'était déjà tendancieux. Là, c'est franchement illégal, et s'il le fait il doit être destitué.

    Ce que je dis là ne plaira pas à ses partisans. C'est pourtant un fait. "La patrie n'est pas en danger".

    Nous avons UN vrai ennemi : le gouvernement des États-Unis d'Amérique.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non. Ce n'est pas un ennemi.

      Pourquoi illégal ? Tu as de curieuses notions de la légalité...

      Supprimer
    2. Pourquoi illégal ? La patrie n'est pas en danger. Il ne s'agit pas comme en 1914 d'un devoir moral consécutif à des alliances. Il n'y a pas de justification à la "correction" de responsabilités présumées (malgré des preuves antagonistes) de crimes dans un pays étranger.

      En somme "wait and see".

      Supprimer
    3. Ajoutons que si les Etats-Unis ne sont pas notre ennemi pour toi, ils le sont selon mon point de vue.

      Supprimer
  8. Je ne pense pas que les électeurs de François HOLLANDE l'ont élu pour aller dépenser l'argent que la France n'a pas en Syrie et favoriser ainsi l'accession au pouvoir des amis d'Al-Quaïda.

    La vérité est que la France est soumise à son banquier Le Qatar et qu'elle fera ce que le Qatar lui dira.

    Quand à Borloo c'est évidemment une posture politique. S'il était au pouvoir il ferait exactement la même chose qu'Hollande pour les raisons que je viens d'évoquer.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Allons bon ! Le grand complot des méchants arabes qu'ont du pognon.

      Supprimer
    2. C'est pourtant une réalité géopolitique, sur la terre, dans la vraie vie, en ce moment.

      Supprimer
  9. Bien entendu, dans aucun pays, le pouvoir exécutif n'a besoin d'un vote du pouvoir législatif pour entreprendre une action militaire à l'étranger ( de mémoire, je crois qu'en France, cela ne s'est jamais fait).

    Reste qu'après la décision de Cameron qui s'est retournée contre lui (il a été piégé par les travaillistes, qui lui avaient promis de voter pour), et l'annonce, hier, d'Obama d'avoir également recours à un vote du Congrès (qui constitue un véritable retournement), deux questions se posent à Hollande:

    1- la France peut-elle rester la seule à ne pas demander un vote du Parlement, même si rien ne l'y oblige?

    2- la France interviendra-t-elle seule, si le Congrès vote contre une intervention américaine, alors qu'elle n'en a pas les moyens?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. 1. Oui. Le sujet est intéressant, je vais tenter d'en faire un billet (mon "oui" n'est pas à prendre au premier degré).

      2. J'espère que non...

      Supprimer
    2. J'en fais aussi un billet; on verra bien si c'est le même!

      Supprimer
    3. J'en doute... Je pense nous connaitre suffisamment !

      Supprimer
    4. (je mets en ligne dans trois minutes).

      Supprimer
  10. Borloo ne signifie pas boire l'eau.

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.