19 août 2013

Un séminaire pour 2025

C'est aujourd'hui que le gouvernement se réunit en séminaire pour préparer l'avenir. Les ministres auront rendu leur copie. Certaines ont fuité la semaine dernière dans la presse. Les journalistes et les blogueurs ont très peu à se mettre sous la dent à propos de cette journée et on ne peut que supputer. On pense évidemment à un exercice de communication mais si c'était un vrai travail ?

Deux informations sont en tête des sites d’actualité politique : l’UMP qui n’arrive pas à faire son bilan et le gouvernement qui travaille sur le long terme. C’est assez rigolo. Néanmoins, les articles à propos du séminaire sont assez creux.

Laurent Wauquiez a fait sa rentrée, également. Il juge ce séminaire surréaliste « vu les difficultés actuelles ». « Ce séminaire devrait plutôt se pencher sur comment éviter les hausses d'impôts. C'est le thème de la rentrée. Les classes moyennes en ont assez de payer l'addition des fausses promesses de François Hollande. » Il ferait mieux de se pencher plus en avant sur le bilan du quinquennat précédent, au cours duquel les prélèvements obligatoires ont augmenté de trois points…

Je vais tenter de lui répondre. Pendant 10 ans, la droite a gouverné à vue, sans se pencher sur l’avenir. Un fait divers, une loi. Le seul projet ambitieux de cette droite a été le Grand Paris mais elle avait oublié un détail : le financement.

10 ans ? C’est l’horizon proposé par François Hollande pour cette large réflexion, parce que c’est le temps nécessaire pour mener de grands projets. On l’a vu par le passé, dans différents domaines, l’équipement, l’éducation,… 10 ans, c’est le délai annoncé par François Hollande lors de son interview du 14 juillet, il veut voir la France au-delà des deux potentiels quinquennats qu’il pourrait faire.

Je vais jouer au parfait blogueur de gouvernement. Ce dernier a déjà pris un certain nombre de décisions pour préparer l’avenir : retour progressif à l’équilibre budgétaire, pacte pour la compétitivité et l’emploi, loi sur la sécurité du travail, refondation de l’école, plan pour le logement, plan pour le très haut débit, lancement de la transition énergétique,… A la rentrée, une vraie réforme des retraites va être menée pour protéger notre modèle.

Il ne parait pas idiot, à l’occasion, de réfléchir sur le long terme, pour voir comment tout ça va se goupiller, pour voir où l’on veut arriver. Depuis 40 ans, on est en crise, les Français sont toujours inquiets pour le lendemain… Il est temps d’afficher des perspectives d’avenir pour la jeunesse. Le travail sur le long terme n’empêche pas celui sur le court terme.

Ce n’est pas une nouvelle lubie du gouvernement ou une tentative de diversion (en plein mois d’août, ça serait grotesque). Le séminaire est la suite de travaux déjà menés comme le lancement d’une commission, sous la présidence d’Anne Lauvergeon, chargée de préparer l’avenir, « sur les plans technologique et industriel, aux nouveaux besoins qui naîtront dans les vingt prochaines années » en avril, suivie par la création du Commissariat général à la stratégie et à la prospective.

Que débouchera-t-il de ce séminaire ?

Je n’en sais évidemment rien. Selon l’entourage du premier ministre, il s’agit de la première étape d’une démarche qui aboutira à la fin de l’année. Le séminaire permettra de déterminer les grandes priorités, la méthode et le calendrier de travail.

Tout ce qu’on a à ce mettre sous la dent réside dans ce qui a fuité des travaux de certains ministres… Les travaux d’Arnaud Montebourg sont probablement les plus importants puisque c’est le ministre en charge de la réindustrialisation de la France. Ainsi, il voit la France revenir dans « le concert des grandes nations industrielles » avec une balance commerciale qui redeviendrait bénéficiaire.

Je suppose que ça ne se décrète pas d’un claquement de doigts alors que l’UMP parlait uniquement d’une idiote « TVA antidélocalisation », comme si cela voulait dire quelque chose. Il faut encourager les entreprises (certaines mesures ont déjà été prises, je les ai partielle citées plus haut).

De la contribution de Montebourg, on en retient uniquement le sujet qui a fait baver la presse, la voiture consommant 2 litres aux cent kilomètres. Pourtant, Nono voit beaucoup plus :
-          la France et l’Europe vont avoir la première place pour l’industrie aéronautique,
-          elles ont de gros atouts dans l’industrie du rail,
-          de nouvelles offres peuvent être produites dans le domaine de la santé,
-          l’industrie agroalimentaire peut se développer, de même que celle du « bois »,
-          l’Europe va rattraper son retard dans le domaine du numérique, avec la création de champions dans certains domaine comme le « cloud », la sécurité, …

J’en passe.

Quel que soit le sérieux qu’on accorde à chaque point (de chaque contribution de chaque ministre), certaines décisions doivent être prises aujourd’hui.

Depuis trop longtemps, on manque de vision, de perspective,…

Au travail !

Quels choix stratégiques doivent être pris pour donner un élan à la nation et une confiance dans le destin ? Quels chantiers doivent être lancés pour transformer durablement le pays ?


De mauvaises décisions prises en urgence pourraient être dramatiques et nous faire manquer le train du progrès. 

16 commentaires:

  1. Une façon de résumer (vu sur twitter)
    «Le gouvernement pense 2025, l'UMP 2007, le FN 732.»

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Qui ne pense pas à sa vie dans 10, 20 ans? La France, personne morale se devait d'y penser, c'est le boulot du gouvernement...

      Supprimer
    2. Comme tu le dis David, le FN 732 date de naissance et 1431 date de sa mort

      Supprimer
    3. J'ai pensé la même chose que David, on est tombé sur le même tweet :)

      Supprimer
    4. Depuis quand Davod pense ?

      Supprimer
  2. C'est benoitement,donc agréablement dit et parfaitement juste.
    La notion de prospective n'est pas une invention,mais une redécouverte.Que de décennies perdues avec les "casseurs du monde" et pour finir leur pantin français ...
    Qui se souvient que DSK dont les qualités d'économiste ne sont pas contestées, fut prof' à Sc.Po et que sa bibliographie contenait un livre désormais introuvable,mais par bonheur numérisé : "Le Plan ou l'anti-hasard" de Pierre Massé. Voilà, pour les bases de ce qui se passe aujourd'hui bien qu'enrichies par une réflexion approfondie aujourd'hui, sur une organisation "matricielle" des services de l'Etat et des collectivités pour qu'ils aient une approche plus globale des politiques publiques à mettre en oeuvre et gagner en efficience.
    Un régal, que tu pourras lire ici :http://www.laprospective.fr/dyn/francais/memoire/planantihasard.pdf
    Bisous

    Bz

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Qui se souvient que DSK dont les qualités d'économiste ne sont pas contestées"

      Au contraire !!

      Supprimer
  3. C'est la différence entre voir loin et pas plus loin que le bout de son nez

    RépondreSupprimer
  4. Problème de police sur ton article sur ordinateur

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je sais merci. Je n'arrive à corriger. J'ai le HTML en vrac, je ne sais pas pourquoi. Il faudrait plus d'une heure pour rétablir même en passant par notepad ou un truc comme ça pour virer le HTML. Grosse merde Blogger. C'est la deuxième fois qu'il me fait le coup.

      Supprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.