31 août 2013

Damas, ton univers impitoyable

A chaque fois qu'il se passe quelque chose dans ce coin du monde, je suis surpris par le nombre de spécialistes que l'on trouve dans les réseaux sociaux. C'était le ça, récemment, avec l'Egypte, c'est le cas aujourd'hui avec la Syrie. Fait-il intervenir ? Ma réponse : heu...

C'était rigolo de voir les twittos Front de Gauche, hier, qui félicitaient le Royaume Uni et son Parlement plein de gauchistes qui refusent l'intervention ! Heureusement que les monarchies sont là. Les deux grandes républiques à régime présidentiel du monde - la Russie, ça compte pas, hein ! - veulent intervenir. C'est mal ! Vive la monarchie. 

Hollande sera-t-il à Obama ce que Blair fut à Bush ?

Mais non ! Je ne me lance pas dans la parole historique. Surtout le matin à jeun. J'ai lu ça dans Twitter. Avec des dizaines de RT. J'imagine les gaziers derrière leurs claviers pensant écrire les livres d'histoire. 

Moi, j'aimerais bien qu'on intervienne. Tout d'abord,faut reconnaître que gazer ses citoyens ce n'est pas bien. On ne parle pas de lacrymo envoyée sur Christine Boutin pendant des manifs mais du gaz méchant. Tiens ! J'ai vu un tweet qui disait que les Américains étaient des fumiers d'intervenir pour ça parce que aux aussi avaient utilisé du gaz au Vietnam. 

L'anti-impérialisme américain rend con. 

Il faut intervenir. Je ne dis pas ça pour la politique internationale. Je m'en fous. Je n'aime pas gazer les gens mais d'un autre côté ils font chier leur dictateur comme s'ils étaient contre le mariage pour tous. 

Deux raisons pour intervenir :

D'une part, les dirigeants de l'UMP seront obligés de fermer leur gueule, ce qui fait toujours du bien. 

D'autre part et par conséquent, il n'y a plus que Jean-Luc Mélenchon qui gueule, montrant ainsi qu'il n'a absolument pas la carrure d'un homme d'Etat. Ses troupes se croient obligées de le défendre, ne serait-ce que par anti-américanisme primaire et c'est un plaisir de taper dessus dans les blogs. Ils sont perdus et finissent pas raconter n'importe quoi...

Rappelez-vous le Mali ! Tout ce qui préoccupait les braves blogueurs du Front de Gauche était la légitimité de l'intervention. Ils n'avaient strictement que faire du sort des populations locales. C'était très drôle. Des sommets de circonvolution pour taper sur la fausse gauche, celle qui est impérialiste ! Surtout quand elle soutient le peuple. La vraie gauche était appelée la vrauche par Sarkofrance. Ce n'est pas très joli. Je propose la brauche pour "bouffons de gauche".

Voila mes consignes à MM. Hollande et Obama : bombardez-moi ça. N'allez pas jusqu'à virer l'enculé. Ces abrutis d'indigènes pourraient nous mettre un islamiste ou un truc comme ça à la place. 

24 commentaires:

  1. J’entends sur France inter un qui dit qu’il ne faut pas intervenir parce que la région est explosive, il est con se spécialiste du Moyen-Orient, la région a déjà explosé qu’est qu’il veut de plus ! Pourquoi il espère inviter Bachar El–Assad comme Sarkozy au 14 juillet ? Faut lui explosé la tronche a se Tyran. A oui je veux dire que l’Espagne a utilisé des armes chimiques en 1927 durant la guerre du rif avec l’appui de la France, important à préciser puis que l’on entant que les armes chimiques était bannie depuis la première guerre mondial. D’ailleurs c’est durant la guerre du rif que franco et Pétain se sont rencontré, deux traitres a leurs pays !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sachant que Hollande a fourni des armes aux rebelles syriens, il devrait intervenir par soucis de cohérence. Mais posons-nous les bonnes questions. Pour aider à renverser le régime laïc de Syrie ? À qui profiterais ce changement de régime ? À l'occident, aux Syriens ou aux Islamistes ? Si Hollande avait le soucis de protéger des populations civiles en détresse ne devrait-il pas plutôt envoyer des vivres et des vaccins en Afrique sub saharienne ?
      Eh non, car il y a un intérêt caché que le bon peuple ne doit pas savoir. En effet, soutenir une armée qui se revendique de Dieu et qui est elle-même soutenue par Al Qaïda, c'est pas cool nan ?
      "Intervenir en Syrie" pour que la France devienne officiellement la catin des States ? Non merci gars. Voyez donc la Libye et l'Irak, on a poussé l'ingérence au summum et constatez que là bas c'est pas la Dolce vita.

      Supprimer
    2. Ah ! Encore un spécialiste du dimanche qui va bientôt hurler au complot.

      Supprimer
    3. La position de l'anonymus imbecilis est d'une cohérence qui force l'admiration : il y a la guerre en Syrie ? Très bien : j'envoie immédiatement des vaccins en Afrique noire !

      Supprimer
    4. On pourrait commencer par des capotes ?

      Supprimer
  2. tu es bien énervé pour quelqu'un qui est à jeun. :-) Ils ne sont pas tous hostiles à l'intervention au FDG. Et il y a des opposants aussi au PS. Mais comme toi je déteste cette nouvelle real-politik qui consiste à refuser la guerre systématiquement au nom du risque ou de l'impérialisme US.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne suis pas énervé, seulement amusé.

      Supprimer
  3. Croyez bien que je suis fort marri de me retrouver d'accord avec les guignols du Front de gauche (heureusement, pour des raisons radicalement différentes), mais je suis tout à fait opposé à toute intervention française en Syrie. À la fin des fins, il faudrait tout de même cesser de considérer que nous sommes les arbitres des élégances mondiales et, pour de bon, laisser les peuples disposer d'eux-mêmes, et de leurs dictateurs, et de leurs hordes islamistes.

    En un mot : qu'ils se démerdent.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non. Ils tient des gens avec du gaz. Après ça provoque le réchauffement climatique et le prix de la bière augmente.

      Supprimer
  4. Ah ? La Brauche c'est particulier, ça va finir par devenir joli !
    (il y a la Grauche , aussi, de Gauche Réelle, où Mauche, peut-être, de Maxi-Gauche ?).
    Je t'avouerais que je serais assez d'accord pour qu'on foute sur le gueule du Bachar en question, mais je ne suis pas un spécialiste, ne nous enflammons pas (ça pourrait enflammer tout le bordel) et puis j'en sais rien, déjà. Je me demande juste pourquoi on l'a pas fait depuis longtemps puisqu'il ne me semble pas que ce soit le premier massacre (chimique ou pas chimique)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est ça qu'est étonnant. Pourquoi avoir attendu ?

      Supprimer
  5. Ton titre, par contre, il bombarde ( enfin je voulais dire il déchire, il Déchire-El-Hassad, quoi)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est toujours le même problème : je tiens un bon titre mais je n'ai dire dans le billet...

      Supprimer
  6. Il y a des situations où, quoi que l'on fasse (intervenir ou ne pas intervenir), ce serta mal: la politique, c'est aussi ça.

    Facile de dire, aujourd'hui, qu'il aurait fallu aider la rébellion syrienne à ses débuts, lorsqu'elle était simplement démocratique, laïque et pacifique, avant que ne se pointent les djihadistes de tout poil (ah, ah: c'est drôle, non?) et de tous pays, avec leurs armements: après coup, on est tous des politiques géniaux.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bof ! Moi je fais un billet pour dire que je n'ai pas d'avis...

      Supprimer
  7. En tant que haut spécialiste de la Syrie au niveau local voire de mon quartier, je pense qu'il faudrait et qu'on n'a qu'a faire péter tout ce qui ne nous convient pas.
    Soyons sérieux, ce sont les populations syriennes qui souffrent, celles qui soutiennent le boucher par obligation et celles qui ne le soutiennent pas par opportunisme, il reste aussi toute cette partie et c'est la plus nombreuse, qui supporte les exactions des uns et des autres, faut pas se voiler la face, tous les bons ne sont pas du même côté, il existe des pourris dans les deux camps.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ben oui. C'est chiant, on ne sait pas qui atomiser.

      Supprimer
  8. C'est le bordel. Les infos sont complétement contradictoires. Je n'ai pas vu celle-ci dans la presse française (je l'ai peut-être ratée), elle me parait pourtant importante : http://news.tunistribune.com/?q=node/2703
    Donc, pour l'instant, je suis comme toi : heu...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas de date, pas de lieu, je reste sur la réserve.
      Hier sur Twitter, une personne affirmait que c'était vrai et une autre le contraire.
      A qui profite cette vidéo ?

      Supprimer
  9. Ce que je constate c'est que ce brusque sursaut des pays occidentaux vis-à-vis de la Syrie intervient peu de temps après que le Hezbollah ait annoncé son soutien officiel au régime d'El Hassad.

    Une relation de cause à effet ?

    En tout cas je suis d'accord avec Elie: le problème est insoluble. Doit-on pour autant ne rien faire ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En psychiatrie, les situations dans lesquelles on est obligé de prendre une décision (ne rien faire est aussi une décision) dont on sait que, quelle qu'elle soit, elle sera mauvaise, engendrent obligatoirement des comportements névrotiques.

      Assumons donc joyeusement notre névrose, certaines sont très fécondes, notamment du point de vue artistique.

      Supprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.