05 août 2013

5 août 2013

L’actualité est morose pour le blogueur politique. Les petites polémiques montent alors qu’elles n’ont strictement aucun intérêt, comme l’histoire du tweet d’Aurélie Filippetti ou celui de l’imbécile à propos de la déportation des homosexuels. Il mérite probablement une bonne paire de baffe, mais à part ça…

Moi-même, je n’ai rien trouvé de mieux à faire, ce matin, que de parler des vacances de François Hollande, comme si on en avait quelque chose à cirer…

Dans l’actualité, nous avons un rapport qui préconise l’interdiction du voile à l’université. Je n’ai pas d’avis mais un truc me fait peur, dans ce rapport où il est indiqué que les problèmes n’augmentent pas mais ils se banalisent…

Nous avons aussi ces trois types qui ont été libérés à Dreux et une surenchère de polémique. Il faudrait un peu de calme. Les prisons n’ont jamais été aussi pleines et il se trouve encore des lascars pour dénoncer le laxisme de Christiane Taubira qui a été obligé de faire un communiqué de presse, en plein été, pour dire qu’elle n’était pas informée et avait demandé des précisions. Pourtant « Le nombre de détenus dans les prisons françaises a atteint début juillet un nouveau record à 68.569 pour 57.320 places ».

Nous avons aussi ce pédophile gracié au Maroc qui a enflammé la toile, ce week-end. Comme si on avait quelque chose à foutre de ce qui est vraisemblablement une erreur administrative dans un pays tiers.

Il y a des types qui se noient et certains qui se demandent si on ne devrait pas les mettre en prison, les pauvres.

Les braves gens d’Act Up ont fait une connerie. Ils ont balancé du faux sang sur un machin contre l’avortement. Toujours des suites du mariage pour tous. Si les gens « de mon côté » ne faisaient pas de connerie de ce type, j’aurais beaucoup plus de facilités pour taper les conneries des anti-mariages pour tous.

Le FMI vient de recommander à la France de diminuer le rythme de réduction des déficits. Ca fait un bout de temps que mes camarades de gauche disent à peu près la même chose. Il faudrait tourner au ridicule cette institution libérale…

Les restaurateurs se plaignent d’un mois de juillet catastrophique. On dirait qu’ils se préparent à lutter contre l’augmentation de la TVA, ce en quoi ils ont parfaitement raison. Il n’empêche que les propos faux-cul commencent à me gonfler. Un plat du jour à 15 euros pourrait passer à 15,58 (mathématiquement).

Le pire, c’est qu’avec la pénurie d’eau, le prix de la bière pourrait augmenter…

Alors que c’est la journée internationale de la bière et qu’aucun média ne le signale encore qu’une vague polémique subsiste : certains font cette fête le premier vendredi d’août, d’autres le 5 août. 13

Et le gouvernement ne fait rien…

10 commentaires:

  1. Et le gouvernement ne fait rien…

    On n'est plus gouverné mon bon Nicolas!!!

    RépondreSupprimer
  2. "Ils ont balancé du faux sang sur un machin contre l’avortement" c'est curieusement réducteur, ou plein d'ignorance, que de qualifier la fondation Lejeune de "machin contre l'avortement"

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu noteras quand même que je qualifie ça de connerie. As tu bu un autre type de gauche le faire ?

      Supprimer
    2. Cela étant je n'ai rien à cirer du machin. Et ton billet sur Le Roux est grotesque.

      Supprimer
  3. Ah Christine! Elle nous cause? C'est bien...

    RépondreSupprimer
  4. Le FMI demande surtout que la France arrête d'augmenter la fiscalité...

    Concernant la reduction des déficits, cette institution assez ridicule (je vous l'accorde), insiste sur le fait que la France ne fait aucune réforme structurelle (ce qui est vrai) et que la baisse du déficit (qui finalement ne baisse pas) ne repose que sur des hausses d'impôts et de taxe...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Désolé pour le temps mi à répondre. Considère que mon billet de ce soir est une réponse.

      Supprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.