02 août 2013

L'écologie pour les réactionnaires nuls

Les blogueurs réactionnaires ont un problème avec l'écologie. Je le vois depuis que je les fréquente. Ils semblent avoir une nouvelle poussée depuis quelques jours, peut-être suite au rapport de la Cour des Comptes, évoqué récemment par mon ami Romain.

Les réactionnaires voient des lobbies un peu partout. Il y aurait des lobbies pro-éolien ! Remarque, chez les écolos, ils voient des lobbies pro-nucléaire. Avec un peu de distance, j'aurais tendance à penser que quoi qu'il arrive, les lobbies pro-nucléaire ont plus de pognon que les autres. D'ailleurs, quand on voit le taux d'électricité produite par le nucléaire en France, il y a des questions à se poser...

Et le propre du réactionnaire en matière d'environnement est de ne pas se poser de question. Quand on parle de réchauffement climatique ou de danger de l'extraction du gaz de schiste, on devient des affreux menteurs ou manipulateurs. Ainsi, à force d'être sur la défensive et de vouloir à tout prix critiquer la gauche et les écolos, ils en perdent tout recul et finissent par prendre les autres pour des neuneus.

Par exemple, j'en vois qui imaginent que la gauche veut passer au 100% éolien et solaire. Messieurs, restez calme. A gauche, on sait qu'une éolienne ne produit pas d'électricité quand il n'y a pas de vent et que des machins photovoltaïques ne fonctionnent pas la nuit.

Outre cette faculté de prendre les autres pour des cons, ils ont la fâcheuse tendance à chercher des publications scientifiques qui réfutent les… publications scientifiques allant dans le sens des écolos. Pour ma part, je ne vois pas l'intérêt de nier les dangers liés à l'extraction du gaz de schiste ou à nier le réchauffement climatique. Je vais faire preuve de pédagogie et aborder un tas de sujets un par un.

Le réchauffement climatique ?

On a des moteurs et des machins qui brûlent des trucs à base de pétrole et des vaches qui pètent. Progressivement, les résidus de ces machins vont dans l'atmosphère. On a beau avoir quelques arbres en sortie des tunnels des autoroutes qui absorbent une partie du CO2, ce machin finit par se disperser là-haut. On ne m'empêchera pas de penser que ceci peut avoir des conséquences sur l'environnement et le climat.

Le nier me parait un tantinet délirant.

Le gaz de schiste ?

Par définition ou presque, ce machin est enfermé dans des roches dans le sous-sol. Pour le sortir, la seule solution est de casser les roches. Pour l'instant, on a trouvé une seule solution : envoyer de l'eau sous pression. On appelle ça la fracturation hydraulique.

On ne m'empêchera pas de penser que cela peut créer des dégâts assez graves et qu'il est urgent de ne pas se précipiter.

Le nucléaire ?

C'est pénible. Il faut toujours attendre une catastrophe pour démontrer à nouveau que c'est dangereux. Je ne comprends pas non plus qu'on puisse le nier. Il ne s'agit pas de jeter l'opprobre sur le nucléaire. D'ailleurs d'autres énergies sont dangereuses. Je n'ose même pas imaginer les dégâts si certains barrages hydroélectriques pètent ! Sans compter la pollution de certains sites pétroliers.

Durable ?

L'utilisation du mot durable à toutes les sauces est exaspérante. Je ne suis d'ailleurs pas sur que, politiquement, ça soit une bonne idée.  Il n'empêche que nous ne produisons pas d'uranium. J'ai même entendu des méchants gauchistes expliquer que si on a fait la guerre au Mali, c'est pour protéger les mines d'uranium au Niger.

Personne ne connait les réserves en gaz de schiste et elles ne sont certainement pas infinies.

Je me demande si les réactionnaires qui luttent contre le développement des énergies renouvelables de rendent compte de ce qu'ils disent... Pour ma part, il me parait relativement sain d'investir dans des trucs non polluants et à capacité illimité que dans d'autres saloperies dangereuses, sales et épuisables... Le bon sens, quoi…

On sait qu'on ne dispose pas de la solution idéale. La solution serait de pouvoir stocker de l'énergie pour faire face aux variations de consommation et de production mais on ne sait pas faire aujourd'hui. Il faut aller à petits pas. C'est ce qu'on appelle la transition énergétique. Il ne s'agit pas d'arrêter les centrales nucléaires du jour au lendemain mais de faire monter les autres sources d'énergie.

La décroissance ?

Périodiquement, certains libéraux ironisent sur le fait qu'on imagine avoir de la croissance avec moins de production d'énergie. Les formules à l'emporte pièce sont faciles. Il n'empêche que rapprocher les lieux de production de ceux de consommation pour dépenser moins d'énergie pour les transports ou mieux isoler les bâtiments ne paraissent pas totalement ridicules et sources de régression.

Cela étant, si les réactionnaires imaginent que manger des pêches en mars est du progrès...

D'autres sources de baisse de dépense en énergie sont possibles, comme la géothermie pour chauffer les bâtiments.

Le coût ?

La rumeur courre : les énergies renouvelables sont très chères à produire. C'est faux (sauf pour certaines, comme le photovoltaïque, je crois).

Si ces énergies sont hors de prix, c'est de la faute de la droite française qui, au gouvernement, a obligé EDF a acheter de l'énergie aux producteurs à un prix particulièrement élevé. C'était pour encourager les investissements... et prendre les clients d'EDF pour des vaches à lait.

En outre, prétendre que le renouvelable est cher alors que l'on entend parler "que" de EDF qui cherche à augmenter les tarifs pour payer l'entretien des centrales est à mourir de rire.

Les écolos contre productifs ?

Comme beaucoup de militants, les écolos sont souvent jusqu’au-boutistes. On l’a vu avant les élections lorsqu’ils voulaient que Hollande s’engage à sortir du nucléaire. On le voit tous les jours et on le voit aussi quand le Front de Gauche parle d’éco-socialisme, ce qui ne veut rien dire.

Par exemple, mon ami Babelouest fait son billet du jour à propos de Notre-Dame-des-Landes. Il nous sort un billet d’un « géologue » (je n’ai pas vérifié son CV…) qui tente de prouver que les études officielles sont truquées. A lire ce texte, on a l’impression que le gars n’arrive pas à se convaincre lui-même.

Le problème des écolos est qu’ils luttent systématiquement contre tout. Cette lutte est très nocive car elle empêche de distinguer les bonnes des mauvaises causes. Et le réactionnaire ou le libéral semblera forcément avoir raison quand il dira qu’il faut être complètement con pour refuser une énergie telle que le gaz de schiste.

Tant que l’écolo ne sortira que des arguments foireux pour défendre ses causes et bloquer tous les projets, il restera suspect.

Sans compter que les éoliennes, c’est moche.

28 commentaires:

  1. "Si ces énergies sont hors de prix, c'est de la faute de la droite française qui, au gouvernement, a obligé EDF a acheter de l'énergie aux producteurs à un prix particulièrement élevé. "
    Ben non! Pourtant c'était assez équilibré comme article ! Encore que sur le nucléaire il y a du progrès à faire, et les éoliennes sans subventions....
    L'obligation de rachat faite à EDF a été le corollaire du monopole de distribution qui lui a été consenti après la guerre de 40.
    Ce monopole avait pour effet de vous interdire la vente ou la consommation du courant que votre chute d'eau produisait avec votre turbine... Dès lors pour éviter la spoliation il fallait l'indemnisation, d'où le rachat.
    Ce qui fait qu'aujourd'hui en plantant une éolienne vous êtes assuré de la revente du courant à prix fixe et EDF est obligé de construire la ligne de collecte, alors qu'avant il n'y avait que les turbines qui payaient, et leur parc est réduit (faut un cours d'eau!).
    D'où cette profusion d'hélices, aidée par les maires qui taxent.... Tout le monde il est content, sauf peut-être celui qui achète le courant mais comme on lui dit que c'est pour le bien de la petite orange bleue...


    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. N'étale pas ta science : c'est le gouvernement qui a fixé des prix élevés.

      Supprimer
    2. Ce monopole avait pour effet de vous interdire la vente ou la consommation du courant que votre chute d'eau produisait avec votre turbine

      FAUX pour toutes les communes qui n'ont pas concédé ce service à EDF :
      un paquet de syndicats de communes (SICAE) notamment en Sologne et des villes moyennes comme celle où habite ma fille en Haute Savoie qui vend par une régie municipale (Bonneville) sans compter Bordeaux et Strasbourg parmi les gros machins

      Supprimer
  2. Il n'y a que l'Europe qui pense à l'écologie, partout ailleurs le social passe avant la nature... En Asie et aussi aux US....

    Donc encore une fois, l'Europe est conne...

    Le gaz de schiste, c'est juste une bénédiction, comme disait Obama. Il n'y a que les pingouins eux mêmes réactionnaires et conservateurs d'écolos français qui nous bloquent. Ce sont des blaireaux dont le seul contact avec la nature est les petites fleurs du jardin des vosges en bons bobos qu'ils sont. Ces mecs là sont ridicules, il est temps de les virer de nos plate bandes pour exploiter les atouts français parce que tout le reste de la planète le fait.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La question n'est pas là mais de reconnaître que c'est polluant et dangereux et de ne pas le nier. C'est après qu'on pourra se poser la question de savoir si ça vaut le coup.

      Les américains sont par ailleurs tarés. Ce n'est pas parce que tout le monde fait des conneries qu'il faut en faire aussi : ton argument ne tient pas.

      Supprimer
  3. Nicolas, vous le savez, je ne suis que très moyennenet d'accord avec doncje ne vais pas revenir sur toutes les contre-vérités que vous écrivez, je vais me contenter d'une seule :

    Le cout. Si l'éolien coute si cher c'est tout simplement parce qu'une éolienne coute tres chere, que son entretien coute très cher et que sa production électrique est dérisoire...
    Le calcul est assez facile, le vent de nsoufle que 30% du temps donc une éolienne ne marche au mieux que 30% de l'année sauf que, si le vent est trop fort ou trop faible, l'éolienne ne marche pas.

    La production électrique par éolienne est inenvisageable à l'échelle des besoins, c'est au mieux une source d'appoint.

    Et je passe aussi sur le fait que les écolos semble trouver "écologique" de contruire des machins de 30 mètres de haut dans les campagnes et sur le littoral...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Skandal, c'est pour ça que je n'aime pas tes commentaires. Tu sors un mensonge et une vérité évidente que je sors dans le billet (les éoliennes ne fonctionnent que quand il y a du vent). Le coût de production est dans un récent rapport de la Cour des comptes.

      On ne peut pas discuter avec un type comme toi, arrogant, prétentieux et sur de lui, incapable de lire un texte.

      Supprimer
    2. Skandal.
      Tu es un Amateur de l'eolien.
      Revois tes chiffres, une eolienne produit 80% du temps, soit 80% de 8760 heures.
      Sors vite ta calculette et reviens nous voir quand tu auras travaillé le sujet.

      Supprimer
    3. les éoliennes font maintenant plus de 100m de haut et ont des pales de 60 mètres
      elles tournent 80% selon les vendeurs et 30% selon les acheteurs

      Supprimer
    4. @ Skandal, anonyme, bobcestmoi et bien d'autres : les chiffres sont si mal utilisés lorsqu'ils ne sont pas compris.

      Une éolienne produit 80% du temps, mais elle ne produit pas tout le temps au maximum de ses capacités. Ramené à sa puissance nominale, le facteur de charge est de l'ordre de 30%.

      L'éolienne fonctionne donc ~7000 heures par an, pas toujours "à fond" et produit en une année de ce qu'elle produirait à pleine puissance en ~2700 heures. Ces chiffres varient évidemment beaucoup d'un site à l'autre.

      Supprimer
    5. L'éolien Offshore posé ou flottant grâce à une politique active de recherche et de développement peut permettre à la France d'assurer pour des générations une vision renouvelée de sa production en électricité. La France, deuxième domaine maritime mondial dispose d’un important potentiel éolien offshore et possède une surface exploitable très intéressante. Si les recherches ont un cout comme pour tout développement de nouvelles technologies, ce cout reste dérisoire si on compare aux milliards dépensés pour développer le nucléaire en France (plus de 55 milliards d 'euros pour la Cout des comptes..). En plus des avantages écologiques certains (pas de pollution, protection de la faune et de la flore marine en constituants de réserves marines protégées....), les vents en mer sont intenses et réguliers, ce qui permet d'anticiper la quantité d'énergie qui sera apportée au réseau. Si l'éolien en mer posé a un potentiel de 80 GW (sources FEE) on estime à plus de 10 000 TWh/an le potentiel économique de l'éolien flottant. Les grandes profondeurs des eaux françaises (plus de 50 mètres) obligent à développer des dispositifs ad hoc : des éoliennes flottantes, c'est-à-dire fixées sur une plate-forme ancrée sur le fond. La France possède un potentiel en offshore flottant huit à dix fois plus important qu'en posé (sources IPFEN).

      En France, deux projets importants d’éoliennes flottantes sont en cours de développement. Winflo, porté par un consortium d’entreprises dont la DCNS et Nass&Wind5, est un projet qui vise à la mise en service d’un démonstrateur à taille réelle au large de la Bretagne, et d’une puissance de 2,5 MW. Le site test, qui se trouve à Groix, devrait être opérationnel en 2016 pour accueillir plusieurs éoliennes flottantes. Un deuxième site test est en cours de réalisation à Fos-sur-Mer en région PACA, et sera complètement opérationnel en 2014. Il servira à l’expérimentation du concept d’éolienne flottante, Vertiwind, d’une puissance de 2 MW qui s’intègre dans le cadre du projet soutenu par l’UE, Inflow visant à l’installation d’une ferme éolienne flottante d’une puissance de 26 MW à horizon 2017.

      L'éolien offshore flottant doit donc lui aussi bénéficier d'un appel à manifestations d'intérêt, et d'un tarif de rachat de l'électricité adapté. En se développant ce secteur va créer des dizaines de milliers d'emplois et de nombreux pays développent des projets similaires (les Us ont par exemple investit 180 Millions de dollars pour les innovation autours de l'éolien offshore...). Les Energies marines renouvelables dont fait parti l'éolien en mer sont une chance formidable pour la France de pouvoir allier emplois, savoir faire, compétitivité et respect de l'environnement. Ne ratons pas cette occasion !

      Supprimer
    6. De la propagande ! ;-)

      Quand on m'aura prouvé que l'éolien pourra produire EN PERMANENCE" suffisamment d'ekectricité, je changerai d'avis. Parce que s'il y y a 20% du temps où elle peuvent produire que 20% de la consommation, ça va coûter la peau des fesses.

      Supprimer
  4. "Tant que l’écolo ne sortira que des arguments foireux pour défendre ses causes et bloquer tous les projets, il restera suspect.

    Sans compter que les éoliennes, c’est moche."

    AMEN !!!! :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce commentaire est de trop. Tu es viré. Tu prouves encore que tu as fait ton premier commentaire sans avoir lu le billet.

      Supprimer
    2. Désolé, entre deux ventes à découvert d'OAT Française je n'aile temps que de lire en diagonale...

      Supprimer
  5. Pour le gaz et le pétrole de schiste j'avais cru comprendre que ce sont surtout les tonnes de produits chimiques nécessaires et donc leurs résidus qui étaient le problème majeur
    Me trompe-je ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui c'est bien ça. Il faut des lubrifiants et machins comme ça.

      Supprimer
  6. Si on était en 1999, vous nous expliqueriez que les réactionnaires sont des cons parce qu'ils ne croient pas au bug informatique de l'an 2000…

    Pour ce qui est du fameux et fumeux réchauffement climatique, je vous rappelle que nous en sommes à notre treizième année consécutive sans le moindre réchauffement. C'est ce que vos amis écolos appellent sans rire "une pause dans le réchauffement général"…

    Quant aux éoliennes, expliquez-nous donc pourquoi, un peu partout en Europe (et grâce au Ciel en France) on enregistre de sévères coups d'arrêt de ces aberrations, y compris chez ces grands cons de Scandinaves, pourtant écolos à s'en pisser parmi ? À ce propos, j'ai trouvé ça.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Didier, ne raisonnez pas trop par l’absurde. Il n’y a pas eu de bug de l’an 2000 parce que des informaticiens ont travaillé sur le sujet. Les travaux ont été colossaux. Et on a passé l’an 2000 convenablement parce qu’on a pris des précautions.

      Pour le reste, vous ne vous faites une culture qu’en lisant des sites « négationnistes » et des machins libéraux comme H16 qui bossent pour des industriels. Pour le réchauffement climatique, je n’ai pas été virulent, j’ai écrit : « On ne m'empêchera pas de penser que ceci peut avoir des conséquences sur l'environnement et le climat. » Rien de plus. Mais vous, sans aucune connaissance scientifique (comme moi, d’ailleurs), vous réfutez tous les travaux de scientifique uniquement pour faire chier les écolos.

      Quant aux éoliennes, où m’avez-vous vu les défendre ?

      Supprimer
    2. Vous racontez n'importe quoi : il n'y a jamais eu de risque de bug,n mais des tas de sociétés se sont goinfrées à ce moment.

      Pour le reste, merde.

      Supprimer
    3. Dont la mienne !

      Mais le risque était réel vieux con ! Tiens ! Dans mon domaine, ... La fin de validité de votre carte est codée sur 4 chiffres : 2 pour le mois et 2 pour le mois. En 1999, l'année était donc 99. En 2000, l'année était donc 00. 99 étant supérieur à 00, votre carte aurait été périmée.

      Dites vous que c'était à l'échelle de tous les services informatiques de la planète, dont le contrôle aérien, la sécurité des centrales nucléaires,...

      Supprimer
  7. Nier le réchauffement, ce n'est pas là le problème. Il y a que le GIEC a tranquillement et sciemment truqué ses travaux et cela a été suffisamment médiatisé pour ne pas avoir à revenir là-dessus. Il y a que bon nombre de scientifiques du ce machin ont reconnu que depuis 17 ans il n'a pas été détecté le moindre réchauffement au niveau global. Il y a qu'on peut trouver çà et là des épisodes localisés de réchauffements, mais qu'on ne sait pas encore calculer la part revenant à l'homme, celle due à l'activité solaire, à l'activité volcanique, etc. De fait, comment se départir du sentiment que ce GIEc a surtout été créé pour étayer une politique taxatrice des états qui le financent ?

    Le nucléaire, ben comment dire ? Sinon que c'est certainement à l'heure actuelle le moyen de produire de l’énergie qui a le moins d'impact au niveau écologique. Il n'y a que des rejets de vapeur d'eau dans l'atmosphère, la production est constante, non soumise aux aléas d'une nature capricieuse. Ce n'est certes pas l'idéal, mais quand on voit que sous la pression écolo les allemands ont rallumé leurs centrales à charbon, on se dit que l'écolo est une version perverse et pernicieuse du con. Il peut d'ailleurs se vanter d'avoir sauté des grillages de clôture, il n'est jamais arrivé dans les secteurs sensibles, d'où le besoin de faire du bruit pour masquer sa profonde nullité.

    Le gaz de schiste, je ne me suis pas penché sérieusement sur le mode d'extraction, donc je ne vais pas me prononcer. Ceci dit, il faudra bien trouver un moyen correct de l'extraire si nous ne voulons pas nous retrouver à la ramasse, eu égard au fait que la France est assise sur de riches gisements.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les écolos allemands sont très bêtes... Pour les gaz de schistes on ne connait pas les réserves.

      Pour le réchauffement climatique vous avez sûrement les mêmes lectures que Didier. Mais cette période de 15 ans ou 17 ans n'est pas prise au hasard par les contradicteurs : le début de cette période a été très chaud. Maintenant regardez les courbes depuis 1998, vous constaterez un réchauffement.

      Un type a parlé de pause et tous les reacs font une théorie sur le sujet.

      Supprimer
  8. Il n'y a rien qui m'insupporte plus que les détracteurs du dérèglement climatique.
    Je peux tolérer les racistes (et les bobos angéliques), les homophobes, les mysogynes, les conservateurs (et l'ultragauche imbue de sa supériorité morale), mais la...
    C'est tellement stupide, tellement contraire à la réalité des faits et l'immense majorité du consensus scientifique (1), on nous a déjà fait le coup ("Le tabac, c'est bon pour la santé"),c'est tellement prévisible (y a 30 ans, on nous parlait d'un nouvel age de glace, y a 15 ans, on niait tout réchauffement, maintenant on nous dit que c'est pas la faute de l'homme) que ca me fait un coup de sang à chaque fois..
    (Je pense aussi que le fait d'avoir des enfants me rend plus nerveux sur ce truc la. De même j'étais vachement plus cool sur la burka avant d'avoir une fille)
    (1) Même un gars financé par un frére Koch (multimilliardaires, hyper engagés en politique US, totalement climate change denier) a sorti une étude reconnaissant le truc: http://goo.gl/aSVqel (me suis embêté a trouver un lien en français)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ben oui. Ce qu'il y a d'affreux que ces andouilles ne laissent même pas de place au doute. Ils ont, pour le coup, une vision purement idéologique alors qu'on pourrait penser qu'elle est en face. Pour ma part, je n'affirme rien. Je m'interroge et pense que le pognon serait plus intelligemment investi dans la recherche.

      Mais l'article que tu mets en lien montre que la démarche des écolos est mauvaise. En en faisant trop, ils tient leur combat.

      Supprimer
  9. L'écologie, c'est quelque chose d'aussi compliqué que la simple météo je pense. Il y a tout de même des trucs ennuyeux :

    - le nuage irritant de l'Asie du sud-est, qui devrait se résorber peu à peu dans quelques dizaines d'années

    - les saloperies de plastique qui, au gré des courants, finissent par former des îles flottantes permanentes au milieu de l'océan

    - les rejets radioactifs de Fukushima, facteurs de cancers dans de nombreuses centaines d'années grâce aux poissons qui s'en seront goinfrés via le plancton

    A ce propos, on parle de l'énergie nucléaires relativement bon marché, mais dans la facture finale le futur démantèlement des centrales de ce type n'est pas compris : c'est la phase la plus chère.

    Quant au réchauffement climatique, je me garderai d'entrer dans la polémique tant il est évident que la guerre des chiffres n'aboutit qu'à un pâté sur la page blanche, et que le nombre de facteurs à prendre en compte est immense.

    RépondreSupprimer
  10. Ce que tout le monde oublie sur l'éolien, c'est que la ressource est GRATUITE (comme pour le solaire ou l'hydraulique). Donc que le facteur de charge soit de 30% ou 40% (*), peu importe a priori (sauf pour l'opérateur qui doit amortir son investissement et trouver son financement). Et personne n'a jamais dit que les éoliennes allaient tourner 100% du temps. Comme les centrales nucléaires d'ailleurs (cf le renchérissement de l'électricité au mois d'août dû aux arrêts de plus en plus fréquents pour maintenance, dysfonctionnements, pannes et autres accidents plus ou moins mineurs).
    (*) nombre d'ailleurs équivalent au rendement de l'énergie nucléaire, de l'énergie contenue dans le combustible à celle réellement produite par les turbines à vapeur

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.