19 août 2013

Des grands projets pour 2025 ?

Tiens ! J'avais failli louper la date. Nous sommes le 19 août 2025. Douze ans jour pour jour après ce séminaire qui devait tout changer. Que d'eau a coulé sous les ponts, depuis. Rappelez-vous de l'époque. Les banlieues à la limite de l'insurrection, une économie moribonde, un chômage galopant... Tout ça était le fruit d'une espèce d'hystérie droitière qui avait détruit la nation. Ils ont fini par se détruire tout seul. En quelques mois, tout a été réglé.

Ce séminaire a été très important, pour moi, à titre personnel, mais aussi pour la France. En débouchant sur une vision globale à moyen terme du pays, il a redonné l'espoir, l'élan ! Les Français ont vu un avenir. Non ! Je déconne. Les Français ont surtout vu qu'aucun parti de droite n'avait une vision de l'avenir. La droite était enfermée dans la réflexion autour de son bilan et a accumulé les grosses conneries. Du coup, la cote de popularité a fait un grand bond : il était clair que seul François Hollande pouvait mener la boutique, aidé par Jean-Marc Ayrault et le gouvernement. Non seulement, avec ce séminaire, il présentait un avenir mais on y croyait.

Cela étant, je ne suis plus blogueur de gouvernement. A l’époque, je l’étais. Une sinécure.

Le matin, j’avais fait mon billet de blog pour annoncer le séminaire, pour dire que le gouvernement travaillait été tout ça. Après, j’ai lu les blogs des copains puis je suis allé boire un coup à l’Aéro. Sur l’écran de la télé, j’ai pu voir un premier ministre jovial faire une allocution. Ce n’est pas souvent qu’on le voyait comme ça, le Ayrault ! Ca lui a bien réussi, d’ailleurs, puisqu’il est quand même, maintenant, président de la Fédération des Etats Européens, truc qui n’existait même pas à l’époque.

Je suis repassé à la Comète où m’attendait mon camarade Tonnégrande. Son épouse était coincée en Guyane suite à une grève d’Air France et il noyait son chagrin dans le vin rouge. Du coup, je l’ai suivi, comme un âne ! Vers 14 heures, avec mon iPhone, je suis tombé sur un échange de tweets entre Cécile Duflot et Benoît Hamon. Ils étaient bien joviaux, nos deux lascars. Du coup, je me suis foutu de leur gueule. De fil en aiguille, j’ai fini par leur dire : « bon, z’avez fini de bouffer, à l’Elysée, z’avez qu’à venir prendre le digestif à la Comète avec toute la troupe. » Au bout de cinq minutes, Cécile a répondu « OK ! On arrive ! » Je ne savais pas si je devais prendre ça pour du lard ou du cochon. C’est elle qui m’a expliqué, ensuite. Elle était à côté de Pépère qui lui faisait un peu de gringue, en toute affection. Ben oui, quoi ! Après deux litres de pinard, on se lâche. Elle lui a montré le tweet. Il a dit « Chiche ! Tu vas voir la tronche qu’il va tirer, ce gros con de blogueur, dans son bistro. »

Ils sont arrivés ! 37 ministres et un président. La panique à la Comète. Moi, je ronchonnais un peu. Ben oui ! 38 digestifs à 7 euros… On se pose en terrasse. J’étais évidemment entre François et Jean-Marc. Histoire, de lancer la conversation, je dis : « Alors, vous avez glandé quoi, ce matin ? » Ils me racontent leurs trucs. Ca faisait un peu peine-à-jouir ! Je le leur dis. François m’engueule : « hé ho tu fais chier toi tu crois que c’est si facile ? » « Mais non, lui dis-je, mais il faudrait un truc plus ambitieux. » Il me met au défit. Avec les Ricard que je m’étais enfilé en les attendant, j’avais un tas d’idées mais du mal à mettre ça en place. Je pensais au billet de mon confrère Cyril. Lui aussi avait imaginé la France en 2025, avec un pont entre Marseille et Sétif.

Je ne sais pas ce qui se passe dans ma tête, à moitié cuit, je suppose, je me lève et je dis solennellement à mes compères de beuverie : il faut un grand projet dans un de nos domaines d’excellence, les transports. Vous allez me construire une ligne de train entre Paris et Alger, avec, surtout, un tunnel sous la Méditerranée où des trains pourront rouler à 600 km/h. Gare d’Austerlitz Alger en 2h30, ça aurait de la gueule non ? Vous nous poursuivez la ligne vers le nord et l’est histoire d’en faire bénéficier toute l’Europe pour pouvoir récupérer du pognon.

François m’a regardé. Il a dit « chiche ». Vous connaissez la suite. On a fait ce tunnel, on est redevenu une place tournante du commerce. On a inventé un train capable de rouler à 600 à l’heure sans bouger les oreilles et avec la wifi pour que les imbéciles puissent tweeter pendant le voyage, ce qui a rapidement fait d’Alstom et d’Orange des géants mondiaux dans leurs domaines, avec une compétence reconnue internationalement, de même que pour nos géants des travaux publics et nos producteurs d’électricité propre, durable, ne sentant pas sous les bras. Nos banlieues ayant été rapprochées des pays d’origine de l’immigration, tout c’est calmé. L’amère Merkel a été jalouse et a boudé. Pendant ce temps là, nous avons fait la Fédération d’Europe en entrainant les Italiens et les Espagnols qui ont fini par avoir des accès directs au fameux tunnel, en construisant leurs propres jonctions. Les rosbifs ont couiné un peu alors on leur a fait une ligne directe entre Alger et Londres. Même qu’il a fallu reconstruire un tunnel sous la manche pour pouvoir rouler à 600. C’est là qu’on a eu l’idée de faire ce tunnel directement entre Paris et Londres avec un passage à Lilles et une ramification vers Bruxelles.

Nous n’y étions pas encore. François, après avoir dit « chiche » a ajouté « heu, tu peux me noter tout ça ? ». J’ai dit « après la sieste ». Il me dit « OK, t’as qu’à passer à l’Elysée vers 19 heures, pour l’apéro, qu’on fignole tout ça. »

A 20 heures, à peine dessaoulé, il convoquait la presse pour lui annoncer tout ça. L’UMP a immédiatement rué dans les brancards en sortant un communiqué de presse débile expliquant qu’il fallait que le train parte de Gare de Lyon et pas d’Austerlitz.

J’ai fait un billet de blog qui est resté dans les annales (avec deux « n ») : faites pas chier, comme si on en avait quelque chose à cirer.

Pendant la première année, on a un peu galéré. Il fallait obtenir du pognon et décidé Alstom et Orange à investir, l’un pour des trains encore plus rapides que les TGV, l’autre pour un nouveau système de télécommunication (le Wifi dans le train est anecdotique mais assurer la coordination des transports à très grande vitesse nécessite une fiabilité absolue)(de temps en temps, j’aime bien glisser une phrase sérieuse).

Les échéances électorales arrivaient. L’UMP était totalement désorganisée. Marseille allait beaucoup bénéficier du tunnel, la victoire fut rapidement acquise. En octobre, j’ai eu une idée ! On allait faire un tunnel entre Bordeaux et Séville en passant par Toulouse et Madrid, avec une autre ligne entre Toulouse et Marseille. Du coup, les Espagnols ont fait leur propre tunnel vers le Maroc. A ce rythme, ce sont tous les sous sols de la planète qui vont ressembler à du gruyère.

Le PS a ainsi gagné assez facilement les élections municipales. En effet, il s’est trouvé que toutes les régions de France ont pu bénéficier du projet, y compris celles laissées pour compte, celles qui souffraient beaucoup de la mondialisation… En fait, avec cette formidable avancée des moyens de transport, toute l’industrie du pays pu se remettre en marche, avant même que les premiers tronçons soient construits.

François Hollande a facilement été réélu en 2017, directement au premier tour. L’UMP s’entredéchirait et avait oublié d’inscrire le candidat qu’elle avait choisi avec l’UDI. Comme Bayrou avait renoncé, le résultat fut clair : 32% pour Marine Le Pen, 54% pour François Hollande, 18% pour Jean-Luc Mélenchon et 10% pour l’extrême gauche, ce qui fait que pour la première fois dans l’histoire d’une élection le taux d’abstention fut négatif.

Pendant tout ce temps là, je ne pouvais pas rester inactif. François m’avait à la bonne et m’a confié la coordination d’une partie du projet : la restauration dans les gares et dans les trains. Ca sera ma principale contribution à cette vision de la France de 2025 :

La bière pression est dorénavant disponible dans les voitures bar.

25 commentaires:

  1. Tu as raison, quitte à faire de la fiction politique, autant qu'elle soit bien délirante :D

    RépondreSupprimer
  2. C'est pas délirant du tout ! C'est l'option Jules César : des voies romaines de partout ! Sauf que là, elles sont souterraines - genre taupinière - et que les chariottes sont supersoniques !
    Beau projet !

    RépondreSupprimer
  3. Avec tant de tunnels en Europe, ça ne va pas être facile d'exploiter le gaz de schiste.

    RépondreSupprimer
  4. Ils feraient mieux de lire de la science-fiction, puisque d'autres ont montré qu'elle pouvait être utile à la pensée politique : http://lestroboscope.net/article/science-fiction/

    RépondreSupprimer
  5. Ah ben merde, en 2025 je serai un peu vieille pour 600 kms à l'h. Tant pis, on se forcera !

    RépondreSupprimer
  6. " Avec les Ricard que je m’étais enfilé en les attendant..."
    Ah!!!
    Enfin des boissons saines!
    Des boissons du Sud, quoi!
    Un Ricard, sinon rien!
    Et c'est pas falcon qui va me contredire...
    Parce que la bière c'est bon, mais ça donne le ventre rond...

    RépondreSupprimer
  7. Tain, et moi qui pensait que le 19 août 2013 tu glandais en Bretagne, alors qu'en fait tu bossais comme un fou avec Pépère.

    RépondreSupprimer
  8. "Vaste programme"

    Et grand esprit de vue.

    Tiens, tu préfères le Ricard ? D'habitude, quand il y en a, je balance entre le Bardouin (de Forcalquier) et le Cristal Limiñana.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a une raison : je veux bien du Pernod ou du 51, ou d'autres encore, mais bizarrement je n'aime pas le goût du Ricard.

      Supprimer
  9. Ouh là, relier la France à l'Afrique: je suis étonnée que personne n'ait protesté. Vive les vacances!
    J'aime bien retrouver tes billets....

    RépondreSupprimer
  10. Relier l'Afrique à la France ... c'est déjà fait depuis si longtemps, sous tellement de formes, que je me demande ce qu'il y a à dire sinon que nous sommes unis comme les doigts de la main.
    Comme toute famille qui fonctionne bien, néanmoins, faut pas laisser qui que ce soit franchir les limites de l'Autre. Si tel fut le cas par le passé, ce ne serait pas une raison pour recommencer.

    RépondreSupprimer
  11. Relier l'Afrique à la France ? Si se réalisait le billet de Sarkofrance ce matin, ce serait au contraire la grande rupture....

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.