06 août 2013

L'étrange capitulation et la popularité en berne

L’analyse politique est un sport qui ne devrait se mener qu’au bistro. Ainsi, Corto (ce n’est pas à lui que j’en ai, rassurez-vous) se penche sur le livre de Laurent Mauduit de Médipart : « L’étrange capitulation » pendant qu’Atlantico tente d’analyser la mauvaise popularité du Gouvernement.

D’après la présentation du livre de Laurent Mauduit, lors des précédentes accessions de la gauche au pouvoir (en 36, 81 et 97), « les socialistes français ont tenté, dans un premier temps, d’honorer leurs engagements. » A chaque fois, ils se sont heurtés au mur de l’argent. François Hollande aurait commencé dans l’autre sens. Du coup, « depuis le 6 mai 2012, le « peuple de gauche » a le sentiment qu’on lui vole sa victoire. »

Je suppose que Laurent Mauduit n’a pas participé à la primaire pour la désignation de François Hollande et ne s’est pas intéressé au projet de ce dernier. Il n’a donc pas vu qu’il est globalement fidèle à lui-même. François Hollande avait dans son programme la nécessité de rétablir les comptes. Il est d’ailleurs amusant de voir aujourd’hui cet organisme libéral qui est le FMI lui demander de lever le pied et recevoir les félicitations de la gauche de la gauche.

J’espère qu’il ne lui a pas échappé que la victoire de 81 s’est terminée par la déroute de 1986. La victoire de 1988 a fini sur la bérézina de 1993. Et le pauvre Jospin a été jeté lamentablement en 2002.

François Hollande a fait les réformes impopulaires en début de mandat. Impopulaires à gauche : le machin de compétitivité, la signature du truc Européen, la réforme du droit du travail. Impopulaires à droite et très clivantes : le mariage pour tous, seul truc qui donne du grain à moudre à la droite. Il a fait d’autres réformes que personne n’a vues parce que les blogueurs de gouvernement sont des grosses fainéasses : plafonnement des niches fiscales et tout ça, sans compter tous les trucs engagés. Tapez « Bilan François Hollande » dans Google, pour voir…

On fera donc le bilan fin 2016… Il reste une grosse réforme impopulaire à faire : celle des retraites mais si le dosage est savant entre une sage hausse de la CSG et une pas trop grosse hausse de la durée de cotisation, les dégâts collatéraux pourraient ne pas être très mauvais. On verra ça à l’autopsie.

D’autres, à droite, essaient différemment d’analyser l’impopularité. C’est ce que fait cet article d’Atlantico, canard réactionnaire. Il nous cite les causes d’impopularité mais il s’adresse à son propre lectorat : il dit aux réactionnaires ce qu’ils veulent entendre. Ca m’étonne d’ailleurs que mes copains réacs ne l’aient pas cité, oubliant qu’ils sont eux-mêmes bien éloignés des préoccupations des électeurs.

En illustration de ce billet, vous trouverez une jolie courbe faite avec les chiffres de popularité de François Hollande et de Nicolas Sarkozy au cours des 12 premiers mois du mandat, gracieusement offerts par TNS Sofres. On notera que les courbes sont globalement parallèles. François Hollande est parti avec 8 points de retard, il avait toujours le même écart, au bout de 12 mois, après être passé à 16 ! Et en juillet, il n’était que de 6 (27% des gens faisaient confiance à François Hollande en juillet 2013, contre 33% à Nicolas Sarkozy en juillet 2008).

On lit souvent, dans la presse, que François Hollande bat des records d’impopularité. C’est faux. Les records ont été atteints (pour TNS Sofrès) avec 20% pour Nicolas Sarkozy en mai 2011 et surtout pour Jacques Chirac avec 16% en juin 2006.

Quelle est la conclusion d’Atlantico ? « S’il y avait un homme d’Etat dans cette barque folle, ce vaisseau fantôme, à la dérive, il taperait du poing sur la table, provoquerait un événement, une démission majeure, une dissolution, un référendum, un coup d’éclat, un choc psychologique, pour tenter de conjurer la catastrophe. Tel n’est à l’évidence pas le cas. Une seule question se pose maintenant: comment préparer l’avenir ? » Qu’ont-ils donc fumé ? Quand un choc psychologique a-t-il permis de remonter un pays ?

Comment préparer l’avenir ? Et si c’était en avançant pépère… ?

Il y a une erreur dans cette analyse. La panique est bien à l’UMP. C’est bien l’UMP, par exemple, qui vient de décider d’exclure un militant qui avait raconté des conneries dans Twitter. C’est bien l’UMP qui se rend compte progressivement qu’elle a contribué plus que tous à déchirer une nation. C’est bien dix ans de gestion du pays par l’UMP qui l’a poussé dans le mur. Les Français ne sont pas tarés.

C’est amusant ! Laurent Mauduit, à gauche, confond le peuple de gauche avec l’idée qu’il s’en fait et Atlantico, à droite, confond « le peuple » avec « le peuple de droite ».

François Hollande et Marine Le Pen seront au second tour en 2017 et François Hollande gagnera haut la main.

Pour l’instant, on voit des ministres qui bossent : Valls d’un côté, Taubira de l’autre. Fabius est parti faire le VRP en Asie. Le Drian vend des rafales pour faire croire qu’il n’envoie pas chier Dassault.

François Hollande est en déplacement à la Roche-sur-Yon. Il profite de la pause médiatique de l’été pour enchaîner les déplacements sur le thème du travail. A noter que les opposants au mariage pour tous ont manifesté pour l’empêcher de travailler. Ils vont lasser.

Il a son plan de communication. On verra par la suite. Tout dépendra du résultat. Si la tendance s'inverse réellement, il repassera crédible très rapidement et aura été celui qui a bossé cet été... Parfait pour les municipales. Pour la suite, on verra...

Jacques Chirac aussi a été très impopulaire au début de son premier mandat. Il a été peinard, ensuite, pendant 10 ans, et un type de son camp a été élu à sa suite.

36, 81, 88 et 2002 ont permis à la gauche de faire de belles avancées avant de se faire mettre à la porte aux élections suivantes.

15 commentaires:

  1. Mauduit a commencer d'écrire son bouquin avant l'élection de Hollande.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'avoue. Scandaleux. Incroyable. Comme si la politique menée avait été imprévisible et ses résultats inespérés.

      L'autre jour, un ex-fervent-soutien-d'Hollande-pendant-la-campagne-de-2012 m'a dit "comment t'as fait pour savoir à l'époque comment ça allait se passer ?"
      "J'ai utilisé mes yeux ainsi que l'organe se trouvant derrière ces derniers et un peu en dessous de mes cheveux".

      Non, je blague. Ce n'est pas la réponse que je lui ai faite. C'est un ami, quand même.

      Supprimer
    2. Tu es vraiment con. Tout le monde savait comment ça aller se passer. Hollande a dit : d'abord la réduction du déficit à 3%.

      Le seul truc qui m'a surpris est le CICE qui est une usine à gaz débile. Tu peux manier l'ironie si tu veux ça ne change rien.

      Avec la bêtise de sa gauche, le PS a encore failli perdre une élection imperdable. Le candidat du PS avait été annoncé avec 20% d'avance sur Sarko. Hollande en a fait 4.

      Supprimer
    3. T'as raison, le PS est mauvais. Mais ça, c'est pas un scoop. En même temps, comment voulais tu qu'une équipe de comptables avec les binocles vissées sur leurs chiffres emporte un ras de marée électoral face à un idéologue comme Sarko conseillé par le fanatique Buisson ? C'est déjà un miracle qu'ils ne se soient pas faits défoncer...

      Vois tu : le pire, quand on a pris une mauvaise décision, c'est que pour se justifier on a tendance à persévérer dans cette voir là à insulter ceux qui te le font remarquer. Histoire de se dire qu'ils sont cons et que toi tu es génial.

      Bisous, gros.

      Supprimer
    4. Je ne suis pas gros, j'ai une légère sur hargne pondérale. Et les cons qui m'expliquent comment il aurait fallu gagner une élection qu'on a gagné m'amusent beaucoup.

      Cela étant tu peux continuer à croire que d'autres types auraient pu battre Sarko... Pauvre garçon.

      Supprimer
  2. La suite de ta conclusion est donc "Hollande n'aura fait aucune avancée mais durera".

    Chouette. C'était bien la peine.

    (Je passe sur l'aspect improbable de sa réélection...)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ma conclusion n'est pas celle-là. Mitterrand et Jospin ont inscrit la France dans cette espèce de libéralisme. Tu parles d'un progrès (ce qui ne veut pas dire que je renie leurs avancées).

      Quant à sa réélection, elle est par nature peu probable : aucun Président n'a été réélu sauf en période de cohabitation.

      Il n'empêche que les progrès obtenus depuis 36 sont dérisoires, que le nombre de pauvres a explosé.

      Garde des analyses électorales à la petite semaine pour toi ou ouvre un blog. Il n'empêche que la gauche n'est jamais resté plus de cinq ans au pouvoir et que la situation s'est gâtée au retour de la droite (qui n'a aucun projet politique).

      Les gugusses de la gauche de la gauche me font parfois gerber tant ils sont déconnectés des réalités électorales donc politiques.

      Supprimer
    2. Oups ! J'ai suppomé ton commentaire par mégarde. Le voila :

      Qui te dit que je n'ai pas déjà un blog ? :p

      En attendant, je me demande quels progrès Hollande aura apporté. Mes oreilles dans les cabinets ministériels me confirment la platitude de l'électroencéphalogramme de ceux censés "redresser la France" et de leurs "collaborateurs".

      Sociétalement, les "progrès" sont de l'ordre de ceux des années Giscard (Avortement, majorité, dépénalisation dans une certaine mesure de l'homosexualité). Socialement, ils sont en dessous.

      Pas de progrès depuis 36 ? Dans quel monde vis-tu ?...
      Pas de sécu, pas de congés payés, pas de 35h, pas de statut de la fonction publique, pas d'amélioration du code du travail, pas d'amélioration des soins...

      Mais j'avoue, tes objections sont recevables. Hate de voir comment ton protégé va faire d'immenses progrès en détruisant les conquêtes sociales précédentes, et réduire le nombre de pauvres, lol.

      Je suis peut-être déconnecté de la réalité, mais comparé à toi, j'y suis connecté par fibre optique !

      Bonne déguelade !

      Supprimer
    3. Qui a dit "pas de progrès" ? Tu parles de la retraite mise en place par Pétain ? Reviens sur terre.

      Tu casses mes objections et après tu dis que tu les admets...

      C'est quoi ton blog ?

      Supprimer
  3. Ce serait pas mal qu avant de parler de Mauduit et de son bouquin, tu le lises, ça t'évitera d'interpréter a tort et à travers des propos ou pensées que tu lui prêtes...à tort. Lis le, reviens sur le présent billet et tu t apercevras combien celui-ci est nul.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non ! Quand une andouille réactionnaire se base sur un bouquin écrit par un type de la gauche de la gauche, je préfère en rigoler. Mon pauvre ami, tu as perdu tous tes repères. Le Mauduit tire sur Hollande depuis toujours. Toi aussi. Tu es heureux.

      Supprimer
  4. J'avoue avoir du mal à savoir si je dois sourire ou baisser la tête, quand je vois des hommes de gauche, tout aussi honnêtes l'un que l'autre, s'étriper gentiment à propos d'un politicien ami avec les convives habituels du Siècle.

    A côté de cela, j'ai froid dans le dos quand je vois qui se permet, sur son argent de poche personnel, de racheter le Washington Post...

    J'espère que tu ne m'en voudras pas, Nicolas, si j'ai des doutes sur les projets de celui que tu défends avec force arguments, et dont je pense au contraire qu'il nous enfonce un peu plus tous les jours, encore plus que je ne le craignais. Et son adjoint, toujours accroché à son aéroport, quand il faudrait commencer à se passer de cette source monstrueuse de gaspillage énergétique et de pollution que sont les avions.

    En développant toujours plus d'outils et d'esclaves technologiques, l'humain a oublié souvent, depuis des années, de se développer lui-même. Quant au nucléaire "domestiqué", il me rappelle furieusement la créature du docteur Frankenstein, à la puissance huit. Cette créature détruira (elle a déjà commencé en certains lieux) cerveaux et corps. Ce n'est pas l'équipe au pouvoir actuellement qui inversera la tendance, semble-t-il. Pourtant, c'est sans doute plus important encore que la résorption d'un déficit en partie indu. Quant aux banques, plutôt que de les protéger, il serait bon de les museler enfin (il y a plus d'un siècle que cela n'a pas été fait).

    J'ai été un peu long, mais il y a tant à dire !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oups ! Je suis en retard pour te répondre, Bab !

      Tu as vu les 100 dispositions de la loi bancaire ? Surtout, je parle en pro, elles manques de marge et n'ont plus de pognon pour distribuer du Crédit à cause des normes internationales.

      Supprimer
    2. Ce sont peut-être bien ces normes internationales qui posent problème. D'où l'idée de désormais s'asseoir dessus, en particulier en reprenant la main au niveau de la BdF.Renationaliser la tête des banques, et se débarrasser de leur volet spéculatif est, à mon avis, indispensable. La banque doit devenir un simple outil de distribution et d'échange, comme l'étaient à l'origine des structures comme le crédit mutuel.

      Oui, bien entendu, cela veut dire aussi se soustraire à Lisbonne. On n'a rien sans rien.

      Supprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.