17 août 2013

Aidons Jean-François Copé à faire son inventaire

Ca y est ! Jean-François Copé, sans parler d’inventaire, va entamer un débat sur le quinquennat passé. A croire qu’il m’a écouté. Il demande bien à ce que ça ne soit pas un procès contre Nicolas Sarkozy et François Fillon, ce que je comprends, mais ça devrait pourtant finir ainsi, sans que cela soit personnel.

Je vais continuer à aider l’UMP en posant des bases potentielles à ce débat à partir des événements marquants du quinquennat. Commençons en 2007…

La défiscalisation des heures supplémentaires

C’est la seule mesure du « paquet fiscal », la loi TEPA, à avoir tenu jusqu’au bout. C’était une mauvaise loi pour des raisons que j’ai expliquées plusieurs fois. Je suis de gauche, vous êtes de droite, on n’est donc pas d’accord sur les solutions à appliquer. A votre décharge, quand cette loi a été faite, on ne savait pas qu’une grosse crise allait pointer son nez. En outre, c’est une promesse de campagne, il fallait l’appliquer.

Néanmoins, elle fut une erreur politique car elle a généré une nouvelle fracture entre les Français, séparant ceux qui avaient la chance d’avoir un emploi dans un secteur porteur, et les autres, la France d’en bas, victime de la mondialisation et tout ça. S’il n’y avait pas eu la crise, la mesure aurait été encore plus effroyable. Vive la crise qui masque les erreurs.

Les autres volets de la loi TEPA

Il s’agit de la défiscalisation d’une partie des intérêts d’emprunt pour l’acquisition d’un logement, de la réduction de l’ISF et des droits de succession. Toujours pareil : je suis de gauche, vous êtes de droite, on n’est pas d’accord, je ne discute donc pas du fond, ici. Je ne critique donc pas ici le machin sur les intérêts d’emprunt (bien qui étant opposé).

Je ne vais d’ailleurs pas critiquer, vous avez supprimé une partie de ces lois car elles étaient mauvaises. Mais, allons plus loin. Deux des mesures ne concernent que les riches, qui ne sont pas intéressants d’un point de vue électoral, d’autant qu’ils votent nécessairement pour vous. En diminuant l’imposition des riches, vous avez, mathématiquement, augmenté la pression fiscales sur les catégories dites moyennes. Ca se voit.

Les gouvernements

Nommer un gouvernement a été naturellement la première action menée même si on retient surtout le paquet fiscal de ce premier mandat. Dans ce gouvernement, vous avez nommé des gens qui n’avaient visiblement rien à y faire. Vous pouvez faire la même critique de François Hollande et Jean-Marc Ayrault, la question n’est pas là.

On s’est retrouvé avec, dans les médias, des gens qui ont nuit à l’image de votre parti, qu’ils soient ministre ou non.

Nommer des ministres d’ouverture fut une grave erreur, d’autant qu’on a vite compris qu’ils n’étaient que des pantins.

Nommer des gens de gauche à la tête de commissions parlementaires fut également une erreur : elle a rendu ses commissions imbuvables. On l’a vu récemment avec l’enquête parlementaire à propos de Cahuzac : le président de la commission a enchaîné les bourdes et fait croire aux Français que c’était un tribunal.

Le grenelle de l’environnement

Je le prends à titre d’exemple parce qu’il est emblématique mais dans ce que vous avez fait « pour » l’écologie, il y a aussi nommer un « ministre fort », numéro deux du Gouvernement, au départ Juppé puis Borloo. Ca partait peut-être d’un bon sentiment, mais, électoralement, ça fut une grosse connerie : on a bien vu que ça n’a débouché sur rien. L’environnement n’est pas une thématique de droite : vos électeurs s’en foutent et les autres ne votent pas pour vous.

Dans le gouvernement Villepin (le dernier gouvernement de droite avant vous), le ministre de l’environnement était Nelly Olin (merci Wikipedia). Elle faisait probablement très bien le job, même sans prendre de mesures emblématiques (ma mémoire me fait défaut). Elle avait une large administration à diriger : on n’attend pas nécessairement des mesures phares de chaque ministre.

Nommer Borloo et Juppé fut donc une mesure de façade, les électeurs (les vôtres !) n’ont pas été dupes. Je ne parle pas des conneries qu’ils ont faites, encore une fois, vous êtes à droite et moi pas.

Par contre, si j’avais été à droite, j’aurais autorisé l’exploitation du gaz de Schiste… Pour faire plaisir à des électeurs qui auraient pu y voir une potentielle diminution dans leurs factures et une ré-industrialisation de la France. Ceux qui sont contre l’exploitation du gaz machin sont majoritairement de gauche et ne voteront pas pour vous.

Sécurité – immigration

Vous avez échoué. Ce n’est pas grave. Je ne suis d’ailleurs particulièrement optimiste quant aux résultats de la gauche : les banlieues pourraient rester des poudrières mais j’y reviendrai à l’occasion du discours de Grenoble, des Roms, de l’Islam, ci-dessous.

Vous avez instauré dans le paysage politique cette maxime : un fait divers, une loi. Vous avez accumulé les lois alors qu’il fallait renforcer la police dans les quartiers difficiles. Ca s’est vu… Vous avez acquis une réputation d’incompétence qui fait que l’électeur de droite vote pour vous uniquement pour faire barrage à la gauche. C’est fort.

La loi LRU (universités)

Je n’ai pas d’avis sur le sujet. D’ailleurs, les Français non plus. Pourquoi avoir fait ce truc en urgence plutôt que mener une réflexion de fond sur l’université, sur plusieurs années ? Je la cite donc, cette mesure, car elle est emblématique d’un mode de fonctionnement : vous faites en urgence des actions dont tout le monde se fout alors que vous aviez la possibilité de montrer qu’on peut faire une réforme calmement.

Le service minimum dans les transports et dans les écoles

Toujours la même chose, vous êtes de droite, je suis de gauche. Vous pensez que c’est nécessaire.

Dans les écoles, ça fut une grave erreur. Vous avez clairement transformé l’école en garderie pour les enfants, pour que les parents puissent aller travailler. En une loi, peut-être justifiée, au moins à vos yeux, vous avez participé à la déconsidération de l’Education Nationale. C’est ballot.

Les franchises médicales

Je me répète : si c’est un truc de droite, vous aviez raison de le faire… Il n’empêche que ça a donné un sentiment de bricolage. Très mauvais pour vous.

La RGPP (Révision Générale des Politiques Publiques) et le non remplacement d’un fonctionnaire partant à la retraite sur deux

C’est un truc de droite, je ne juge pas.

Il n’empêche que c’est complètement con de voir ça de manière globale, purement mathématique, d’autant que ça n’a pas fonctionné. On sait qu’il faut plus de monde à l’Education Nationale, à la justice et dans les forces de sécurité… De toute manière, ceux qui n’aiment pas les fonctionnaires votent déjà pour vous. Ce n’était pas la peine de « stigmatiser ».

La baisse de la TVA dans la restauration

Encore une erreur ! Ca me fait rigoler parce que je suis pour : la TVA est un impôt de droite et les restaurateurs ont vraiment besoin de cette mesure car ils sont en concurrence avec des entreprises qui avaient un taux faible. Electoralement, ça n’a rien rapporté, ça a emmerdé tout le monde et ça a donné l’occasion de vous foutre des baffes.

La réforme de la Constitution

Dans la mesure où le « referendum d’initiative populaire » n’a jamais été mis en place (ce qui est une erreur de votre part : donner l’impression au peuple qu’il est écouté n’est jamais mauvais), la réforme n’a servi à rien. Elle a donc montré un bricolage, comme si chacun voulait adapter les institutions à sa sauce. François Hollande risque d’ailleurs de tomber dans ce piège. La réforme contenait des points utiles, d’autres moins, mais d’une manière générale, il faudrait arrêter de jouer avec cette constitution.

Pour l’anecdote, elle a été bénéfique pour l’opposition : les socialistes se permettent désormais d’envoyer chier les vieux crabes comme Jack Lang.

La gestion de la crise financière

Je ne critique pas les actions menées, on peut être pour ou contre, je m’en fous. De toute manière votre échec est visible mais je ne sais pas si d’autres auraient pu réussir.

Cela étant vous avez entériné deux faits : celui que l’on est à la traine de l’Allemagne et celui que les marchés sont plus puissants que tout. Rien que vous entendre dire que vous alliez les maitriser et tout ça donnait l’impression d’un renoncement. D’ailleurs, toute votre communication a été ridicule. Vous parliez de la protection de nos finances et on a fini par perdre un triple A. C’était à mourir de rire.
Ca vous a fait perdre l’élection… Vous avez communiqué comme si notre santé financière n’était pas mauvaise et vous communiquez maintenant sur le fait que la gauche a minimisé les impacts de la crise…

Vous auriez du poursuivre ce qui était un de vos chevaux de bataille, le redressement des finances publiques, sans l’interrompre par un plan de relance qui n’a pas marché et a décrédibilisé toutes vos actions et propos ultérieurs.

Le discours de Grenoble, l’islam, les Roms…

Vous êtes de droite, pas moi, vous dites et faites ce que vous voulez… Il n’empêche que vous avez plombé l’ambiance des deux dernières années de mandat, sans le moindre résultat, impliquant une division des Français. Si ! Un résultat ! Les Français ont eu envie de vous foutre dehors.

Vous vous êtes focalisé sur un électorat de droite dure en oubliant que les élections se gagnent forcément au centre. Un type qui vote au FN au premier tour, votera pour l’UMP au second. Par contre, un gars qui vote Modem au premier tour, ne votera pas pour un parti qui incarne une droite dure.

A force de vous adresser à une fraction de votre électorat, vous avez oublié toutes les autres.

La réforme des retraites

Nous sommes forcément en opposition (et je sens d’ailleurs que je vais être en opposition avec le gouvernement…). On en pense ce qu’on veut. Ce qu’il y a de sûr, c’est que vous avez échoué. Si la gauche réussit, même avec une réforme pas de gauche…, vous aurez donné la preuve que vous êtes totalement incapables de faire des réformes ! Parce qu’il est trop visible que votre réforme de 2010 était ratée, vu qu’en 2013, on se rend compte que les financements ne sont pas assurés.

Vous avez eu un comportement strictement idéologique, en voulant augmenter la durée de cotisation, en repoussant l’âge de la retraite mais sans rien réformer. L’échec est visible. Jean-François Copé ne veut pas de jugements personnels à l’occasion de « cet inventaire ». Pourtant, on tombe lamentable dedans : Nicolas Sarkozy et François Fillon sont incapables de mener une réforme. Et vous ne gagnerez pas avec des loosers.

La politique internationale

Je considère que ces sujets sont ni de droite ni de gauche. L’activisme de Nicolas Sarkozy, au début de son mandat, a probablement été bénéfique, avec la libération des infirmières bulgares, les machins en Géorgie,… Malheureusement, il a dégénéré et on a rapidement eu l’impression que Nicolas Sarkozy était à la traîne des géants de ce monde.

Les erreurs consécutives, par la suite, notamment pour ce qui concerne quelques actions en Afrique, ont été catastrophiques. Je ne vais pas faire le bilan point par point, surtout que c’est toujours très facile de dire après coup ce qu’il aurait fallu faire. Je vais simplement vous poser une question : est-ce que vous vous rendez compte qu’après avoir sauvé le monde et tout ça, les électeurs ont préféré désigner un type qui n’avait aucune expérience en politique internationale pour succéder à Nicolas Sarkozy ? Et est-ce que vous vous rendez compte que ce type a réussi rapidement à gagner sa guerre et à remettre la France, ainsi, au cœur de la diplomatie mondiale ?

Quant aux institutions européennes… Nous sommes de nouveau dans un domaine bien politique, je vais néanmoins m’abstenir de dire « il fallait faire »… Le constat global est que Nicolas Sarkozy a imposé deux traités (celui de Lisbonne et le TSCG) dont ne voulaient pas les Français. Peu importe le contenu (j’y suis même favorable : ce sont les textes initiaux, Maastricht et autres, qui sont mauvais).

Quand on est au creux d’une crise financière mondiale, montrer au peuple qu’on abandonne un peu de souveraineté n’est pas une bonne idée. Et donner l’impression qu’on va sauver l’économie en modifiant les institutions est grotesque.

D’une manière globale

Je n’ai pas cité de points positifs. Il n’y en a pas ou presque. On pourra en trouver à la marge mais dans le cadre d’un inventaire, ça a peu d’intérêt, à part se raccrocher aux branches.

Nicolas Sarkozy a commis une grosse erreur : celui d’être toujours présent, d’être « omniprésident ». C’est une des dérives de la Cinquième. Jacques Chirac, premier président à avoir fait un quinquennat (donc avec l’Assemblée liée au Président) a su se sortir de la situation. C’était bien le premier ministre, Jean-Pierre Raffarin puis Dominique de Villepin, qui gouvernait.

Ainsi, M’sieur Copé, dans votre inventaire qui n’en est pas un, je vous suggère de commencer par cela : le mode de fonctionnement des institutions. Il y a une réforme que je n’ai pas citée puisqu’elle a été annulée par la gauche, celle des institutions territoriales, avec la suppression des Conseils Généraux et la diminution du nombre d’élus locaux. On est au cœur du fonctionnement de la démocratie. On ne diminue pas le nombre d’élus… et on ne fait pas porter tous les pouvoirs sur un chef.

La Cinquième est un régime présidentiel qui s’est renforcé tout au long de son existence et Nicolas Sarkozy a en ajouté une couche. Il a fait des réformes pour donner plus de poids au Parlement mais, en même temps, il a fait le job du premier ministre, celui qui dépend du Parlement.

On a beaucoup critiqué les propos de Lionel Jospin, à une époque : l’Etat ne peut pas tout.

L’inventaire

Nicolas Sarkozy a donné l’impression que le président de la République pouvait tout et finalement ne pouvait rien. C’est à mettre au premier point de l’inventaire.

Au deuxième point, il faudra mettre la politique économique. Elle est de droite, je la juge donc mauvaise, mais, en dépassant cela, ça m’amuse beaucoup de voir mes confrères de gauche la qualifier de libérale quand je lis les blogs réactionnaires notamment à tendance libérale : ils qualifient la politique économique de Nicolas Sarkozy de socialiste. Il faudrait s’entendre ! La politique a été au service des plus riches (au prétexte de relancer l’économie et tout ça) mais n’a surtout ressemblé à rien. Ce n’est ni libéral ni socialiste. Ce n’est rien. Un brouillon. Un immense gâchis.

Le RSA est un bon exemple. La gauche avait créé le RMI pour permettre à ceux qui n’avaient aucun revenu de vivoter. En créant le RSA, qui est d’ailleurs un échec, la droite a couplé le travail à l’aide sociale laissant l’impression, à droite, de faire une espèce de mesure de gauche, d’autant que c’est un type de gauche qui avait été nommé pour la faire. Pour moi, l’Etat a deux responsabilités (qui peuvent se discuter, le sujet n’est pas là) : faire vivre les gens qui n’en ont pas les moyens, au nom de la solidarité, et légiférer pour faciliter le retour à l’emploi, dans la mesure de ce qu’il peut faire. Pourquoi coupler les deux ? Ca n’a strictement aucun sens… Surtout si on veut se revendiquer d’une politique libérale… (la gauche a fait des conneries similaires, notamment la prime pour l’emploi…, c’est totalement illisible).

Là-dessus, des pensants de l’UMP ont tenté d’obliger les gens au RSA à travailler. D’ailleurs, sous différentes formes, c’était au programme de Nicolas Sarkozy en 2012. C’est quoi ce bordel d’obliger les gens à travailler ? Surtout quand on se veut libéral… La mesure est évidemment électoraliste mais elle ne fait plaisir qu’au cœur de l’électorat, aux braves gens qui vont voter UMP.

Ce qui nous amène au troisième point de l’inventaire : le cancer de l’assistanat doublé d’une casse du système de protection sociale, elle bien libérale… Avant, nous avions la solidarité nationale. La droite a transformé cela en « assistanat ». Ca lui fait probablement plaisir alors qu’elle devrait réviser l’histoire de France récente : qui a mis en place cette protection sociale, cette solidarité nationale ? Casser la solidarité nationale, même uniquement à travers l’utilisation de certains mots, est aussi casser une idée de la nation. Or la nation. Pardon, la Nation, me semble au cœur d’un électorat de droite.

Et nous voila au quatrième. Dans une logique libérale, vous avez cassé le système de protection sociale (déremboursements, franchises,…) en prétendant le renforcer. C’était grotesque. En trois explications, vous perdez toute crédibilité ! « La sécu est en danger alors on rembourse moins. » C’est sûr qu’elle est en danger ! C’est lui faire rembourser moins qui la met en danger. Que vous vouliez la tuer, au nom du libéralisme, est une chose ! Mais dites-le. A un niveau électoral, ça pourrait même être porteur. Alors qu’une franchise de un euro sur une consultation, personne ne croit que ça va sauver la sécu et les électeurs trinquent. Tiens ! Faites une loi pour que la sécu ne rembourse plus les consultations des spécialistes, c’est bien libéral, ça obligera les gens à prendre des assurances privées et vous pourrez foutre ça sur le dos des gens qui abusent !

Je résume le quatrième : arrêter de trouver des prétextes bidons pour faire des réformes iniques, surtout quand elles ne fonctionnent pas, on l’a vu avec les retraites.

Le cinquième point de l’inventaire. Je vais vous laisser chercher. Trouvez-moi une loi qui a marché dans les cinq ans et que l’on puisse qualifier de droite. Je dis bien « qui a marché », parce que les saloperies, on ne les compte plus.

Nous, peinards, on fait nos lois de gauche. Ca y est ! On va pouvoir marier les homosexuels, tiens ! Mais vous, quel bilan politique tirez-vous de tout ça ? Une gestion au quotidienne de droite qui se termine par un fiasco financier…

Je vais faire un bilan des actions politiques depuis 40 ans.

A gauche : l’abolition de la peine de mort, la cinquième semaine de congés payés, les 39 heures puis les 35, le mariage des homosexuels, le RMI, la CMU, la retraite à 60 ans (je plaisante, elle va être supprimée…),…

A droite : l’IVG. C’est tout. Et en plus, c’est une mesure de gauche. On en trouvera d’autres si vous voulez. Tiens ! Le divorce, en 75. Ca ressemble bien à une mesure de gauche.

Pour le reste, vous n’avez pas réussi à définir ce qu’était la droite à part par opposition à la gauche.

Je résume l’inventaire

Point 1 : une présidentialisation à outrance du fonctionnement des institutions.
Point 2 : une politique économique illisible.
Point 3 : la casse de la solidarité nationale.
Point 4 : des mauvais prétextes pour des mauvaises réformes.
Point 5 : l’absence de projet politique de droite.

Ca ne peut pas exister, je sais.

Point 6 : des blogueurs de gauche qui font des billets à rallonge. Surtout qu'on est samedi, on a déjà la semaine de Sarkofrance à lire.



30 commentaires:

  1. A peu près d'accord sur tout, jusqu'à évidemment le couplet sur l'Assistanat, le chien de bataille du harcèlement psychologique et moral bien fignolé par la droite sur les pauvres .
    Sauf sur un truc, d'importance : Le RSA.
    La gauche socialiste a fait accepter tout et n'importe quoi aux chômeurs pendant des années sous prétexte que "c'est bon pour eux".
    J'ai été dans la précarité sous la gauche et je te jure que les fumiers je les retiens. Aucune différence.
    Pire, t'étais au RMI, tu voulais en sortir en choppant le premier boulot venu (généralement précaire, voir mi-temps et certainement pas le plus sympathique), tu te retrouvais comme une merde, gagnant que dalle. En fait tu" t'en étais sorti" pour mieux replonger dans la merde. Ce que tu racontes est donc une connerie.
    Non seulement l'application du RSA n'a pas spécialement demandé plus au chômeur (t'as toujours ton contrat d'insertion, trois mois sous la gauche avec des objectifs et un bon flicage comme on n'en fait plus, qu'ils semblent vite avoir oublié, plutôt passé à 6 mois sous la droite il me semble, voir ça dépend selon le dossier, l'urgence, les effectifs, le genre d'accompagnement, etc...), mais au moins le RSA donnait la possibilité de ne pas tout perdre, quand t'arrives à retrouver un boulot, mi -temps, tiers temps, voir temps complet, au début.


    Le reste, et l'accusation perpétuelle d'assistanat, évidemment oui.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne parle pas du fond politique. Le RMI avait un défaut que tu signales. EN gros si tu trouves du boulot tu es dans la merde. Il a un autre défaut : son nom (il faut séparer revenu minimum et insertion).

      La droite l'a corrigé mais par un mauvais dispositif (et un mauvais nom : ça veut rire quoi, solidarité active ?). D'ailleurs beaucoup de ceux qui y ont droit n'en profitent pas. Je pense qu'il faut trouver une autre solution : pourquoi par exemple ne pas continuer à verser le Revenu Minimum à ceux qui trouvent des petits boulots en plafonnant le tout à 2000 euros par mois (je dis ça au hasard) par l'impôt progressif sur le revenu ?

      C'est d'ailleurs une revendication de certains. Ils appellent ça, de mémoire, le revenu universel.

      Supprimer
    2. Evidemment, ça serait l'idéal, mais en attendant je parlais juste des possibilités effectives que tu peux avoir avec le RSA que tu n'avais pas avec le RMI.
      mais ceci dit, oui, faudrait envisager et approfondir toutes les pistes, après c'est le poids du travail dans la tête des gens, sa signification et son sens qui serait là en question.

      Supprimer
    3. Pour en revenir à l'objet du billet, c'est une erreur de la droite. Ce n'est pas une mesure de droite et elle est très mal expliquée. Ça aurait pu être une mesure de droite si elle avait réellement encouragé les gens à travailler. Or, on ne peut pas. Le mec dans la merde (et ce n'est pas moi qui vais te donner une leçon dans ce domaine) n'a pas besoin d'encouragement, il a besoin de travailler pour vivre. La mesure est de justice sociale, donc de gauche. Que la droite la prenne, c'est tout à son honneur, évidemment ! Mais, en l'absence d'une communication efficace, c'est une erreur... C'est perçu comme de l'assistanat par le cœur de la cible électorale.

      A la limite, c'est de la publicité pour les mesures sociales de gauche. L'électeur va préférer l'original à la copie. Sur ce terrain, la droite est coincée. Sa mesure est donc une mesure de bonne gestion, de justice, de logique, mais pas une mesure de droite. En améliorant le RMI, ils ont conforté une mesure de solidarité nationale de gauche tout en détruisant par ailleurs la solidarité nationale "tout court", celle d'une droite gaulliste.

      Pense aux électeurs de droite : ils s'en foutent (sans préjuger de ce que pensent les électeurs). Tout au plus ils voient une amélioration logique d'un dispositif mis en place par la gauche, admettant ainsi qu'un revenu minimum est nécessaire.

      Et hop ! Un truc de plus pour montrer que la gauche n'est pas un danger.

      Supprimer
  2. Oui....
    En fait Copé à tout intérêt à faire cet inventaire.
    Ca plombera à la fois Sarkozy et Fillon.

    De là à penser que tu roules pour Copé .... ;-))))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui ! Ça m'amuse. Je me foutais de la gueule de Melclalex hier parce qu'il faisait des prévisions pour la Présidentielle de 2022. Une candidature Copé serait la meilleure chance pour la gauche.

      Supprimer
  3. 2000 Euros par moi ???
    Mais beaucoup de ménages touchent moins et paient des impôts !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Elmone, justement ! J'ai pris ce montant parce que c'est légèrement supérieur au revenu médian. Ça couterait environ 70 ou 80 milliards, soit en gros le montant de l'impôt sur le revenu. Tu augmentes ce dernier, qui est progressif, et tu as une vraie redistribution.

      On parle souvent du taux de prélèvements obligatoires (j'en parlais hier) mais, au fond, on s'en fout. La majeure partie de ce qui est prélevé est redistribuée (notamment avec les retraites). Tu verses 500 par mois à un type au revenu médian et tu lui les prends sous forme d'impôts, c'est budgétairement neutre (et complètement con, je ne suis pas fou non plus). Mais ça résous les problèmes liés au RSA ou au RMI.

      Le plus drôle est qu'on y viendra.

      Supprimer
  4. Alors Copé qui dit "faut pas que ça tourne à la mise en accusation de Sarkozy" là je m'étonne : je croyais que tous les militants l'adoraient et le regrettaient ? Enfin bon, au fond ça m'est égal, hein, c'est leur vie...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Copé à une double casquette :
      - futur potentiel candidat,
      - chef de parti.

      Avec cette dernière, il sait que Sarkozy est le préféré des militants mais pas nécessairement le meilleur candidat à une Présidentielle sauf si Hollande échoue. Avec la première, il sait qu'il a un déficit d'image.

      Il sait donc que si Hollande réussit, Sarko n'a aucune chance face à lui. Donc Copé prend des pincettes mais fait la seule chose qu'il a à faire, avec ses deux casquettes : donner la possibilité à son parti de revenir aux affaires et se donner la chance d'être élu un jour. En 2022.

      Supprimer
  5. Votre "aide" à M. Copé ressemble à l' inventaire de Jacques Prévert dont voici le début:

    Une pierre
    deux maisons
    trois ruines quatre fossoyeurs
    un jardin
    des fleurs

    un raton laveur

    (http://www.unjourunpoeme.fr/poeme/inventaire)



    RépondreSupprimer
  6. Long billet mais inventaire rapidement fait.

    RépondreSupprimer
  7. Un si long billet pour finalement en arriver à une citation de ce con de Prévert : misère des blogs…

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ben oui. Il faut faire des longs billets de temps en temps pour faire croire qu'on bosse plus que les autres.

      Supprimer
  8. Réponses
    1. T'es con Glory, foie c'est ou t'as mal après une bordée, c'était fois qu'il fallait écrire

      Supprimer
  9. Goux est très fort au Haïkon...

    RépondreSupprimer
  10. Inventaire très précis et pertinent. T'étais en forme sur ce coup ;)

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.