29 janvier 2010

IVG - Ne retournons pas 40 ans en arrière

A l'instar de nombre de mes collègues blogueurs, je vais parler d'IVG aujourd'hui. Je vais faire court avant de laisser la parole à OSEM puisque je lui pique son billet, lui-même très court. Je résume : des crétins anti-IVG ont envahi la toile pour diffuser de la propagande aux jeunes filles qui chercheraient des renseignements. J'invite mes collègues blogueurs à relayer à leur tour l'information de manière à noyer ses clowns au fond de google.

OSEM, c'est à toi :

un combat d'arrière garde ?

Pour que vous cessiez de croire que les batailles de nos mères ne sont plus d'actualité, je vous conseille à l'instar de Femmes dégagées la lecture de ce blog

http://www.sos-ivg.net/

42 commentaires:

  1. Bonjour,
    Que vous soyez pour l'avortement, soit. Mais que vous traitiez de "crétins" ceux qui sont contre, cela ne me paraît pas très... respectueux ni démocratique. Si vous êtes pour la démocratie vous êtes donc pour le débat, or sur plusieurs questions importantes, avortement, peine de mort notamment, le débat a cessé depuis que la loi est passée.
    Obama est contre le remboursement de l'avortement par l'État, cela fait-il de lui un "crétin" ? Et avec lui tous les Américains qui partagent son point de vue ?
    Obama est pour la peine de mort, cela fait-il de lui un "crétin" ou un "fasciste" ?
    La France avait la peine de mort jusqu'en 1981, cela faisait-il de notre pays un pays fasciste ou d'extrême-droite avant l'abolition ?
    Pourquoi n'est-il plus permis de débattre de ces sujets, et pourquoi y a-t-il désormais les salauds et les autres sur ces sujets ?
    Votre avis de démocrate éclairé m'intéresse, moi qui m'apprête à sortir un petit dictionnaire des débats interdits mais légaux en mars prochain.
    Jean Robin

    RépondreSupprimer
  2. Jean,

    je n'aI rien contre le débat par contre je suis contre les régressions sociales. Et si vous n'aimez pas le ton de mon blog, vous pouvez l'eviter.

    Je vais néanmoins vous expliquer l'objet de ce billet puisque vous n'avez pas compris.

    Des gugusses instissent la toile pour faire une propagande anti ivg de manière à truquer les informations de jeunes filles cherchant des renseignements sur l'avortement. Ils méritent tout simplement des baffes et agissent "contre" la loi.

    C'est tout simplement ignoble. En utilisant le mot crétin, j'ai été léger. On peut debattre mais la loi est la loi et on ne peut pas tolérer que pour un sujet aussi sérieux, des abrutis cherchent par tous les moyens à la contourner.

    RépondreSupprimer
  3. Tu as raison de relayer !

    Pour répondre à Robin ci-dessus, on peut tout à fait trouver que les gens sont des crétins et respecter la démocratie. En l'occurence, nos députés élus par la majorité et représentant le peuple ont décidé d'un IVG légal et de la fin de la peine de mort. On peut toujours en débattre mais c'est aussi crétin de discuter du vol des canaris !
    :-))

    RépondreSupprimer
  4. En quoi le fait de vouloir interdire la recherche médicale sur des animaux est-il une plus noble cause que le fait de vouloir réduire le nombre d'enfants avortés ?

    RépondreSupprimer
  5. Cher Nicolas, merci pour votre réponse. J'ai un blog aussi, je propose aux gars qui ne sont pas constructifs dans leurs remarques d'aller voir ailleurs, mais là je pense être constructif donc je ne comprends pas votre remarque "si vous n'êtes pas content, allez voir ailleurs".
    Je pourrais tout aussi bien vous dire "si vous n'êtes pas content virez-moi", on n'en serait pas plus avancé.
    Maintenant les arguments, pour continuer d'être constructif.
    Vous dites "propagande anti ivg", mais parleriez-vous de "propagande pro-ivg" ? Dès lors, quel est votre but en utilisant une telle expression ? Interdire moralement aux anti-ivg de l'être ? Si c'est le cas, vous êtes bien dans le cadre anti-démocratique de l'interdiction du débat. Ils ne font que défendre leurs idées, comme vous défendez les vôtres. Les vôtres sont bien plus faciles à défendre que les leurs, qui sont automatiquement insultées, ridiculisées, voire bannies de tout espace public. Je suis journaliste, mon but est de constater où le débat démocratique n'a plus lieu alors qu'il avait encore lieu il y a 30 ou 40 ans, donc selon loi c'est là qu'il y a régression, quand le débat se clôt. Vous avez la loi avec vous, pourquoi vouloir interdire à ceux qui sont anti-ivg de défendre leurs arguments ? Que craignez-vous du débat avec des anti-ivg ? Connaissez-vous les arguments qui sont anti-ivg, et les trouvez-vous tous ineptes, insupportables et dégradants ?
    Seriez-vous prêt à débattre publiquement avec un bloggeur anti-ivg, si j'anime le débat ?
    Par ailleurs vous n'avez pas répondu à mes questions sur Obama.
    Bien à vous.

    RépondreSupprimer
  6. Nicolas, tu écris :

    "Des gugusses instissent la toile pour faire une propagande anti ivg de manière à truquer les informations de jeunes filles cherchant des renseignements sur l'avortement. Ils méritent tout simplement des baffes et agissent "contre" la loi."

    Ce qui amène remarques :

    1 - la loi impose-t-elle l'aviortement? Non. Elle le rend possible, et légal. On a donc tout à fait le droit d'être contre l'avortement. Ce qui ne veut pas dire être contr ela liberté d'avorter...

    Et donc on a le droit de chercher à éviter que des gens qui pourraient faire autrement que d'avorter, le fassent. n a le droit de dire qu'on en trouve pas que l'avortement soit la seule solution possible. Ces gens là ne vont donc pas "contre" la loi.

    Il y a quantité de femmes qui garderaient leur enfant si elles le pouvaient. Genre, elles le font parce qu'elles n'otn pas de thunes, ou parce que leur mec est trop égoïste et fait pression sur elles. Dan sle premier cas, est-ce scandaleux de bvouloir aider une mère dans le besoin à assumer financièrement son enfant? Il ne me semble pas.

    2- je ne connais pas les auteurs de ce site. Mais il ne me semble pas non plus scandaleux que chacun puisse avoir une information complète sur l'avortement. ET donc aller voir du côté des pour et des contre.

    Le billet que tu cites est donc un billet qui condamne la liberté d'expression. Ces femmes veulent juste museler ceux qui ne partagent pas leur avis.

    Je pourrais aussi te parler de la "propagande pro-avortement". Qui conseilel les femmes? Le Planning familial. Bonjour la neutralité...

    RépondreSupprimer
  7. En quoi revenir sur la loi autorisant l'IVG est une régression sociale? Ca a l'air évident à l'auteur de ce blog, mais je ne vois pas vraiment en quoi?

    @Jean : je doute que ce monsieur connaisse les arguments des gens qui sont contre le droit à l'IVG.
    http://www.wikiberal.org/wiki/Avortement

    Pour avoir profondément étudié cette question, je me permets une conclusion : toute personne qui a un avis tranché sur la question est nécessairement dans l'erreur.

    RépondreSupprimer
  8. En quoi répondre par des arguments anti-ivg à une femme qui cherche à ne pas être enceinte serait une liberté à défendre ? Elle n'est pas vraiment pas là pour en débattre !
    30% des service publics où se pratiquent l'avortement, conformément à la Loi votée par nos représentants démocratiquement élus (après un débat entre eux, comme le prévoit la démocratie), vont fermer et c'est une régression sociale.
    Imposer une grossesse à une femme qui ne la désire pas est une régression sociale !

    [Sur ce, je pars en week end, à lundi ! :-)) ].

    RépondreSupprimer
  9. Monsieur Poireau, les mots ont un sens tout de même :
    - le fait qu'une loi soit votée ne lui confère pas automatiquement de la légitimité. Une loi peut être légale et totalement illégitime, vous avez sûrement des exemples en t^te
    - le seul moyen d'imposer une grossesse, comme vous dites, passe uniquement par un crime, le viol. Normalement, sauf cas rarissimes, les femmes savent qu'une relation sexuelle conduit potentiellement à une grossesse
    - fermer des services publics pour moi c'est plutôt une avancée sociale, surtout pour le portefeuille des citoyens, mais bref, ne nous égarons pas.

    Le seul argument que vous donnez, c'est "la femme fait ce qu'elle veut". C'est extrêmement mince.

    Je vous invite à suivre le lien que je donne plus haut, vous trouverez énormément d'autres liens sur les questions de "personne humaine", de "humain", de "enfant à naître", etc.

    RépondreSupprimer
  10. @ Monsieur Poireau :
    Je crois au contraire que beaucoup de femmes qui envisagent de supprimer leur enfant aimeraient pouvoir en parler avec l'écoute et le respect nécessaires, et que plusieurs aimeraient qu'on leur propose des solutions alternatives qui leur permettent de garder l'enfant.
    Je pense que contrairement à ce que vous dites, proposer aux femmes enceintes en difficulté de vivre leur grossesse dans de bonnes conditions serait un vrai et un grand progrès social.

    RépondreSupprimer
  11. Bon ! Les comiques ! Vous oubliez que le vendredi soir, j'ai bistro. Je vous réponds individuellement demain si je pense. Mais je vous rappelle que le but de ce billet est d'occuper Google. J'ai été un peu limite dans les mots clés, je reconnais. Je pourrais ajouter maintenant : "Avortement", "Avorter", ... Pour le reste, je m'en fous : j'ai perdu l'age d'avorter.

    RépondreSupprimer
  12. Bon,
    sur ce sujet, je préfère me retenir et me retirer

    RépondreSupprimer
  13. ChristineB : il ne s'agit pas pour une femme de "supprimer son enfant" ! Les mots ont un sens tout de même !
    Et "beaucoup de femmes", ça représente quel pourcentage ? Vous avez des chiffres ? Une étude sérieuse sur ce point ?

    Chitah : l'argument qui vous semble le plus mince, c'est la liberté des femmes alors ?
    :-))

    RépondreSupprimer
  14. Poireau,

    Faut relayer.

    Jean,

    Ma remarque est claire. J'utilise des grossièreté dans mon blog depuis sa création il y a 49 mois et deux jours. Et faut savoir lire : j'ai dit "des crétins" pas "les crétins".

    Quant à Obama, je n'ai aucune obligation de répondre. Cela dit, il est en train de monter un système de santé, le brave garçon, pas de débattre sur l'avortement.

    Bref... Je ne suis pas dans débat pour ou contre l'IVG, vous pouvez débattre si vous voulez, je n'ai pas envie. Je suis en train d'utiliser "leurs armes" pour que leur message passe moins fort sur la toile. Leur message va dans un sens contraire à la loi, à des décennies de progrès social : je dis stoppe.

    Et pour qui vous prenez vous, à vous vouloir vous présenter comme assez neutre pour animer un débat ?

    Le Chafouin,

    1. Oui. Il ne s'agit pas d'aider une mère, il s'agit de masquer les arguments des "pro". Moi je fais ce que je peux pour masquer les arguments des "anti".

    2. Google est fait comme il est. Les sites d'information ne sont pas neutres : ils sont pro ou anti. Avec la démarche que je "combats", tous les anti auraient été en premier dans google.

    Le planning familial ? Ce machin dont le budget ne cesse de baisser et voué à disparaitre ?

    Chitah,

    Les arguments des ultralibéraux à propos de l'avertement m'ont toujours fait rire. Je crois même en avoir déjà parlé sur ce blog, vers 2006.

    Ce qui nous montre un seul truc : la plupart des libéraux sont plus des réactionnaires que des vrais libéraux.

    Poireau,

    Tµ viens de lire un libéral qui vient de t'indiquer qu'imposer une grossesse est libéral.

    Chitah,

    Tu ne donne, pour ta part, aucun argument, tu poses des liens vers des machins réactionnaires.

    Christine,

    Peut-être, peut-être, mais il ne faut pas que "proposer" revienne à "imposer", ce qui est bien le cas qu'on nous propose avec les actions que je dénonce.

    Poireau,

    Avec tous les enfants que tu as semés partout, tu pourrait avoir la délicatesse de te retenir.

    Poireau,

    C'est un libéral...

    RépondreSupprimer
  15. @Nicolas :
    Votre art du débat basé sur l'invective n'est pas très intéressant. Toujours cette manie trotskyste de chercher à savoir "d'où on parle".

    L'article que je donne en lien est probablement le meilleur article sur le sujet, vous feriez mieux de le lire, vous verrez ça fait tout drôle les arguments, le fond, etc.

    @M.Poireau : les femmes sont libres de faire ce qu'elles veulent, comme tout le monde, à condition qu'elles ne nuisent à personne. Le hic, avec l'IVG, c'est qu'on n'est pas sûr qu'il n'y a pas une personne humaine impliquée dans l'histoire.

    RépondreSupprimer
  16. Chitah,

    Je crois avoir dit 23324 fois sur ce blog que le débat ne m'intéressait pas et au moins un ou deux fois dans le fil de discussion ici...

    En outre, je lis ce que j'ai envie de lire. La propagande pseudo libérale ne m'intéresse pas.

    Ca me rappelle une fois où des libéraux se bataient entre les droits du fœtus et les droits de la femme.

    Intellectualiser un débat ne le fait pas toujours progresser, ça le rend ridicule.

    Mais si ça peut t'amuser, ça tombe bien, pour ma part, ça me fait rire.

    RépondreSupprimer
  17. Arg !

    J'ai oublié d'être grossier... Bon, connard, tu arrêtes de me casser les couille, merci ! Causer avec toi ne m'intéresse pas dans la mesure où tu n'as strictement aucun intérêt.

    RépondreSupprimer
  18. Quand je regarde le nombre de grossiers personnages à gauche, dont vous faites partie, et dont un éminent exemple est M.Frêche, je pourrais finir par me demander si il n'y a pas lien de causalité finalement.

    Le problème avec cette posture, c'est que vos lecteurs peuvent tirer les mêmes conclusions que moi.

    RépondreSupprimer
  19. Non ! Mes lecteurs tirent la seule conclusion possible : tu es grotesque.

    RépondreSupprimer
  20. Un grand merci pour avoir relayé ma démarche, la semaine a été riche. J'ai fait sur mon blog perso un billet de remerciements suite à cet enchaînement et aux initiatives que j'ai prises.

    RépondreSupprimer
  21. Je ne connaissais pas ce blog avant aujourd'hui, mais je crois avoir compris que celui qui l'anime est anti-libéral. Soit, je le suis également. Mais il se trouve que je pense aussi que l'avortement est un acte grave et, surtout, que sa légalisation dans les années 70 s'inscrit pleinement dans la logique libérale. En effet, l'un des fondements du libéralisme est que chacun est libre d'agir comme il l'entend, sans considération de quelconque principe philosophique ou moral, dans les limites de la non nuisance à autrui. Vous avez donc objectivement une conception libérale de la liberté. Mais, même dans cette configuration, vous omettez une chose, à savoir que rien ne permet d'affirmer que l'embryon soit une "chose" ou encore une partie du corps de la femme. La notion d'embryon humain est bien plus complexe à rendre compte que cela. J'ajoute que, même si l'on admettait que l'embryon faisait partie du corps de la femme, l'on n'a pas pour autant le droit de faire tout ce que l'on veut de son corps : la prostitution, par exemple, est illégale en France. Ceux qui veulent la dépénaliser sont... les libéraux, qui voient dans son interdiction un déni de la liberté individuelle des femmes à disposer de leur corps. De même, consommer de la drogue est interdit, bien que cela n'affecte que celui qui la consomme (dans le cas d'une consommation chez soi). Là encore, les libéraux sont, conformément à leur conception de la liberté, pour la légalisation de la consommation des drogues.
    Enfin, ce que les soi-disant anti-libéraux de gauche n'ont visiblement pas compris, c'est que la dépénalisation de l'avortement s'inscrit dans ce projet de désacralisation de la vie et de marchandisation du corps humain, qui est l'un des fers de lance du libéralisme économique contemporain. Ce sont les valeurs morales qui permettent seules de lutter contre le libéralisme et contre le capitalisme, qui présupposent l'invalidité d'une quelconque morale visant à régir la vie en société (alors même que la philosophie libérale est elle-même fondée sur une théorie morale, celle selon laquelle l'homme doit poursuivre la réalisation de ses désirs individuels). Et, en guise de conclusion, je vous poserai la question suivante : ne pensez-vous que la légalisation de l'avortement a contribué à nourrir un irrespect des femmes, dans la mesure où, à partir du moment où avait disparu le risque de leur faire des enfants que l'on ne souhaite pas assumer, on pouvait disposer d'elles comme de simples animaux sexuels, et les réduire ainsi à des objets de consommation ?

    RépondreSupprimer
  22. Pour connaître un peu mieux Jean Robin et son "compère", vous devriez aller voir sur ce Blog :
    http://tatamoche.blogspot.com/
    tenu par son "cousin" ...

    Si après une lecture ATTENTIVE de ce blog, vous n'êtes toujours pas convaincu du GRAND génie qui se cache derrière Jean Robin, tant pis pour vous !

    RépondreSupprimer
  23. Karlton,

    Je pense que vous n'avez rien compris à la philosophie libérale. Allez voir les liens fournis par un de mes aimables commentateurs. J'ai vu chez Jean Robin que vous publiez des travaux sur le sujet : ils sont sans intérêt.

    Par ailleurs, votre vision du foetus est engagée, ce qui retire toute crédibilité à vos travaux mais nous fait bien rire au passage.

    Petit-Robinet,

    Je problème est que je n'en ai absolument rien à foutre et je ne vais donc pas perdre de précieuses minutes à ces conneries.

    RépondreSupprimer
  24. Bonjour Nicolas,

    Je me permets de répondre à votre dernier message.

    "Je pense que vous n'avez rien compris à la philosophie libérale. Allez voir les liens fournis par un de mes aimables commentateurs."

    Je travaille sur les origines et les expressions du libéralisme depuis un certain temps déjà. Il vous suffira probablement de taper "philosophie libérale" dans un moteur de recherche pour que vous vous rendiez compte de vous-mêmes de ce que j'ai écrit, à savoir que le libéralisme est un courant de pensée fondé sur une théorie morale du droit à poursuivre son intérêt privé et à en jouir dans les limites de la non nuisance à autrui. Ce n'est pas moi qui le dit, ce sont les libéraux depuis la Révolution Française. Si vous croyez que le libéralisme n'est qu'une théorie économique, je suis au regret de vous apprendre que vous êtes au mieux un ignorant, au pire un crétin. Je pense que vous souffrez de la même incohérence que les jeunes libéraux de gauche qui se prétendent "anti-capitalistes" tout en étant pour l'abolition des frontières nationales, la libéralisation des mœurs sexuelles, l'idéologie du métissage, et qui pensent que la droite est une mouvance "autoritaire, conservatrice et policière". Si tel est le cas, je serais ravi de vous montrer où se trouvent les contradictions. Et si vous pensez, par exemple, que vous êtes de "gauche", je suis absolument sûr que vous ne connaissez pas la différence entre la gauche et le socialisme.


    "J'ai vu chez Jean Robin que vous publiez des travaux sur le sujet : ils sont sans intérêt."

    Au contraire, ils sont du plus grand intérêt pour qui veut comprendre la logique libérale qui pousse à la réification de l'homme et à la désacralisation de la vie, qui participent à l'asservissement des hommes par le Capital.

    "Par ailleurs, votre vision du foetus est engagée, ce qui retire toute crédibilité à vos travaux mais nous fait bien rire au passage."

    Je suis sûr qu'il est plus confortable de rire et de tourner en dérision une pensée qui vous échappe, mais cela ne suffit pas, hélas, à la discréditer. Ma "vision du fœtus" est qu'il est un être humain en devenir, et que, si cela ne permet pas de l'identifier à une "personne humaine", implique de le considérer avec prudence et gravité. Considérez-vous qu'une femme enceinte, souhaitant garder et élever son enfant, devrait faire l'objet de moqueries parce qu'elle parlerait à son "ventre", parce qu'elle donnerait déjà un prénom à ce qui ne serait qu'un "amas de cellules" (comme si l'homme adulte n'était pas lui-aussi un amas de cellules, de ce point de vue) ? Trouvez-vous donc insignifiant qu'une femme fasse une fausse couche, étant donné que ce n'est qu'une "chose" qu'elle perd ? Ces exemples vous font-ils donc autant ricaner ? Peut-être est-ce parce que vous n'envisagez le problème que du point de vue qui vous convient...

    RépondreSupprimer
  25. Ton commentaire est trop long. Et mettre au même niveau l'IVG et une fausse couche est abject.

    RépondreSupprimer
  26. La différence entre l'IVG est la fausse couche réside dans la volonté de la mère. Dans le premier cas, c'est elle qui le souhaite, dans le second, ce n'est pas elle. L'embryon s'en voit-il modifié pour autant ? Non. Vous admettez donc que le problème ne se situe pas dans ma "vision" de l'embryon (qui n'a d'ailleurs plus l'air de vous faire tant rire que ça), mais dans l'idée à laquelle l'embryon "renvoie". De plus, vous n'avez pas l'air de savoir qu'il peut être extrêmement traumatisant pour une femme d'avorter, même si cela est son propre choix. Pourquoi, selon vous ? Alors arrêtez de me faire rire avec vos réponses pré-formées qui ne renvoient à rien d'autre qu'à l'arrogance crasse typique des jeunes libéraux.
    Cordialement, Karlton34

    RépondreSupprimer
  27. Pas d'insulte : je ne suis pas un jeune libéral.

    Ce n'est pas la peine de continuer à me les briser : nous n'avons pas la même vision de ce qu'est un embryon. Point barre. Vous défendez des points de vue réactionnaire derrière de la littérature et ça ne m'intéresse pas.

    RépondreSupprimer
  28. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
  29. Justement, vous parlez de réactionnaire, mais savez-vous seulement ce que signifie ce mot ? Être réactionnaire, c'est être pour une "réaction". Ne pensez-vous pas que, compte tenu de la transformation du mode de vie des Français sur le modèle américain, qui s'accompagne d'une détérioration de la qualité de vie des classes laborieuses, une réaction soit nécessaire ? Je vous rappelle (ou vous apprends) d'ailleurs que le socialisme ouvrier est né au XIXème siècle en réaction, justement, au libéralisme des Lumières et à son idéologie du Progrès (en réaction également aux partisans de l'Ancien Régime), et que ce libéralisme des Lumières est incarné par la Gauche depuis 1982, soit depuis que l'abolition du capitalisme a disparu du programme du PS. Il suffit de lire Michéa pour le comprendre. Je vous y invite.
    Pour ce qui est de la divergence de notre point de vue sur l'embryon, je l'observe autant que vous. J'en conclus donc que, pour vous, une femme qui pense à son futur enfant comme s'il était déjà né a une vision complètement délirante de l'embryon. Je vous laisse entre libéraux, je sais que vous avez beaucoup de choses à vous dire, notamment que le libéralisme économique est une catastrophe, mais que le libéralisme des mœurs, c'est, bien sûr, un formidable "Progrès". Ah Ah Ah

    RépondreSupprimer
  30. "J'en conclus donc que, pour vous, une femme qui pense à son futur enfant comme s'il était déjà né a une vision complètement délirante de l'embryon."

    Tu tires des conclusions ridicules. Facile ainsi de faire des beaux discours.

    RépondreSupprimer
  31. Je tire moi-même les conclusions car vous refusez de le faire vous-même. Je vous demande donc, s'il vous plaît, quelle est votre conception de l'embryon ? Je ne cherche pas l'invective, juste le débat. Si vous voulez bien me répondre, nous pourrons alors instaurer un véritable échange. Merci.

    RépondreSupprimer
  32. Lis mes premières réponses, ici : je ne veux pas de débat. Pourquoi veux-tu que j'échange avec toi ?

    RépondreSupprimer
  33. Parce que l'échange est au fondement de ce qu'Orwell (socialiste et anti-libéral) appelait une société décente. Le contraire, à savoir l'atomisation des individus en monades, sans considération pour autrui, s'inscrit dans une conception libérale du monde.

    RépondreSupprimer
  34. Oui, mais tu veux me FORCER à échanger. Ce n'est plus du débat mais de la propagande.

    RépondreSupprimer
  35. Ou alors vous n'avez rien à me répondre... Je vois que vous avez du mal à vous en sortir, je vous laisse tranquille. Bonne journée.

    RépondreSupprimer
  36. Je n'ai aucun mal à m'en sortir. J'ai juste un sens du savoir vivre qui me pousse à répondre à chacun des commentaires.

    RépondreSupprimer
  37. Nicolas a écrit
    "Petit-Robinet,
    Je problème est que je n'en ai absolument rien à foutre et je ne vais donc pas perdre de précieuses minutes à ces conneries."

    C'est bien dommage pour vous car vous auriez alors eu l'air moins ridicule à faire un CONTRESENS total sur le but de ce blog ...

    http://tatamoche.blogspot.com/

    Mais puisque vous préférez manifestement vous faire manipuler par des petits rhéteurs comme Jean Robin et ses crétins admirateurs d'EXTREME-DROITE, grand bien vous fasse ...

    RépondreSupprimer
  38. Je ne suis pas manipulé. Je voulais juste dire que je ne voulais pas perdre des précieuses minutes à lire un blog sans intérêt.

    RépondreSupprimer
  39. Oui, c'est exactement ce que je disais. Vous préférez consacrer vous "précieuses minutes" à répondre à des crétins d'extrême-droite ... qui veulent ouvrir un débat sur CE QUI N'EST PLUS D'ACTUALITE.

    Remettre en question et la "peine de mort" et "l'avortement" sont des obsessions TYPIQUES de l'extrême-droite. Vous n'en avez manifestement ni conscience, ni connaissance ... C'est cela que j'appelle être "manipulé".

    Pardonnez-moi si votre orgueil en souffre ...

    Face à des gens de cette sorte, répondre "sérieusement" ne SERT A RIEN. C'est leur donner une tribune de plus ...

    Libre à vous que votre blog soit instrumentalisé de cette façon ...

    Quant au Blog "Tatamoche", si vous ne comprenez pas son but (je répète) c'est soit parce que vous êtes bien peu curieux (ce qui n'est pas une marque d'intelligence) soit que vous l'êtes mais que vous n'êtes pas capable d'avoir compris sa raison d'être.

    Cordialement

    RépondreSupprimer
  40. Je ne suis pas instrumentalisé, je réponds à mes commentateurs. J'ai parfaitement conscience de ce que je fais, je suppose d'ailleurs que j'ai plus d'expérience du blogage que toi.

    Ton blog ne m'intéresse pas, je suis désolé pour toi. Tes méthodes sont à la limite de celles de l'extrème droite... Je comprends le but de ce blog mais JE M'EN FOUS. Si tu as la prétention d'être intéressant, c'est ton problème.

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.