21 janvier 2010

Internet et le chant du cygne

Par Julien,

Le gouvernement et l’intelligentsia ne comprennent pas Internet, le sujet n'est pas nouveau.

Il y a d’abord eu la loi Hadopi contre le "piratage" pour secourir la corporation des "artistes". Début janvier, le rapport Zelnik, censé améliorer et compléter Hadopi, faisait la une avec son projet (inapplicable) de taxation d’Internet pour financer cette même "culture". Nous le savions déjà mais en mars il y aura la Loppsi, une loi sur le filtrage de site web, avec comme argument principal la lutte contre la pédophilie. Et le dernier acte en date est l’ACTA. Derrière ce sigle se cache un traité international encore en négociation sur la protection de la propriété intellectuelle, qui obligerait notamment les fournisseurs d’accès internet à faire la chasse aux internautes portant atteintes à la propriété intellectuelle.

Il s’agit des mêmes arguments répétés en boucle depuis 15 ans : Internet = sexe + drogue + vol = terrible danger. Pour vous en convaincre, il suffit de visionner ce pearltree éloquent d’images de l’INA remontant à 1995. D’ailleurs, cela semble rentrer tellement dans la psyché collectif que lors du fameux épisode Hortefeux de septembre dernier, la tactique de défense s’était vite portée sur la remise en cause du web. Argument approuvé également par certains à gauche.

Que l’on soit pour ou contre des droits de propriétés intellectuelles strictes, la fin ne justifie pas les moyens. Il ne viendrait à l’idée d’aucun ministre de faire suivre dans la rue tous les citoyens sous prétexte qu’ils pourraient éventuellement commettre une activité illégale. Alors pourquoi en serait-il autrement sur le web ?

Cela ressemble beaucoup à un chant du cygne d'un ancien monde tant les projets s’accumulent. Des projets portés par des politiciens qui ne comprennent pas ce nouvel espace de discussion (et donc de pouvoir) dans la société. Un chant du cygne des médias traditionnels également qui voient d’un mauvais œil l’influence grandissante de ce nouveau média. Enfin un chant du cygne des artistes établis et de leurs producteurs qui voient s’ébranler leur oligopole face à ce nouveau canal de distribution.

Mais cela ressemble aussi beaucoup à une incapacité (temporaire?) du Web à expliquer, à convaincre et à s’organiser pour convaincre au-delà de lui-même.


Voici un "macro-pearltree" collaboratif composé de pearltrees d'autres personnes sur les sujets évoqués plus haut:

Le chant des cygnes



14 commentaires:

  1. Tiens ! Un billet intelligent sur ce blog !

    RépondreSupprimer
  2. Trop peu de politiques s'emparent de ces sujets, c'est ça le drame. Et l'opinion public est tenu dans l'ignorance la plus profonde...

    RépondreSupprimer
  3. Reversus, c'est vrai. La plupart des politique ne comprennent pas le web. Même si c'était le cas, ce n'est pas un sujet très porteur pour eux justement parce que l'opinion public est dans l'ignorance. Au "web" de sensibiliser l'opinion public et les politiques.
    C'est une cause et comme toute cause cela prend du temps, de la discussion, etc.

    RépondreSupprimer
  4. Julien (pas Nicolas, bouh :ppp),
    Il est superbe ce billet. Teinté d'une mélancolie aussi qui ne me déplait pas...

    Tu as tellement raison sur ta conclusion... Nous sommes notre propre référence. HADOPI nous a fait mal. Nous avons combattu HADOPI. Nous étions seuls, l'opinion publique ne suivait pas, elle s'en moquait. Elle voyait juste que le lait était plus cher, et que l'emploi de papa ne serait peut être plus vrai dans deux mois...

    Il est chouette ce billet : merci Julien.
    (et merci Nicolas aussi)

    RépondreSupprimer
  5. ah ben le niveau remonte un peu ici, merci Julien ! :)

    RépondreSupprimer
  6. concernant l'ACTA je n'arrive toujours pas à me faire une idée sur la question : est-ce une nouvelle théorie du complot ? Est-ce vrai ? Est-ce un mélange des deux ?

    RépondreSupprimer
  7. L'acta, la lopsi, la dadvsi, hadopi, LCEN etc... ça fait pas mal de Loi pour lutter contre la chute des ventes de CD quand même.

    RépondreSupprimer
  8. Bel article !
    Pour autant, malgré l'arsenal de grosse artillerie dont ils usent, je trouve qu'on est quand même sacrément libres de nous exprimer, non ? Je me demande s'ils peuvent vraiment arrêter ce flot de paroles publiques.
    Et si ils y arrivaient, par où ça irait ressortir un jour ou l'autre !??!
    :-))

    RépondreSupprimer
  9. Nicolas : c'est honteux de profiter de ta place au Wikio pour nous refiler des billets intelligents. Je me désinscris derechef !
    :-)))

    RépondreSupprimer
  10. Falcon Hill, effectivement mais ne tombons pas dans le "calimero" pour autant. Le web n'est pas encore assez organisé pour faire passer ses idées. Et en même temps c'est normal étant donné sa nature intrinsèquement décentralisée. Politiquement c'est encore un nain.

    Gael, la "vérité" est (si tant est que ce mot ait un sens) que la négociation est encore en cours... donc on verra bien mais l'état est celui-là. Ceci dit autant il est normal qu'une négociation reste confidentiel pendant qu'elle est en cours, autant son résultat doit donner lieu à un débat démocratique. Il a juste été un peu avancé...

    Malko, cela va un peu plus loin que cela...

    Poireau, bien sûr. Je ne dis pas que la liberté d'expression est en danger en Europe. Je dénonce deux points: 1) le "flicage" potentiel de mes faits et gestes sur le web (ça rappelle les caméras de Pasqua en 95/96) et 2) la dénonciation continue comme étant illégitime d'un espace de discussion qui l'est par sa nature intrinsèque.
    Sur le deuxième point, c'est de bonne guerre et preuve de la faiblesse du web à s'organiser.
    Sur le premier, il serait quand même nettement plus efficace de s'attaquer à "l'offre" qu'à la "demande" et ainsi respecter certaines libertés.

    RépondreSupprimer
  11. Je ne dis pas que la liberté d'expression est en danger en Europe...

    Et pourtant, si on prend le temps d'analyser les choses dans le temps, on s'aperçois vite que plus ça va, plus le discours général est formaté, monocorde, et que les voix dissonnantes, qui existent encore heureusement, sont de plus en plus faibles, et de moins en moins relayées. Sur le net, la liberté de parole est encore totale... quoi que...
    http://www.plumedepresse.net/spip.php?article1204
    C'est bien entendu, un cas isolé, mais il me parait malgré tout urgent de se sensibiliser au problème, de peur qu'il ne devienne très vite insurmontable.

    RépondreSupprimer
  12. C'est étonnant, en effet, comme les politiques sont silencieux là-dessus. J'espère que tu as raison quand tu parles de "chant du cygne", et que ça ne sera pas celui de la liberté d'expression.

    RépondreSupprimer
  13. Eric, je parlais bien de la liberté d'expression sur le net évidemment.

    Le coucou, ce chant du cygne pourrait durer longtemps ceci dit...

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.