07 janvier 2010

Philippe Séguin est mort


J'étais en train de rédiger un billet poussif. Je consulte Internet et je découvre le décès de Philippe Séguin. Je ne sais pas pourquoi, je l'aimais bien. "Un des piliers du Gaullisme social". Peut-être représentait-il "l'autre droite", celle qui mérite le respect, loin du bling-bling, de l'Identité Nationale, du bouclier fiscal, et où j'ai pas mal de potes, depuis que je tiens ce blog et surtout dans la vraie vie, ces gens qu'on rencontre au comptoir, autour d'un café, tous les matins ? Peut-être, dans son poste actuel, représentait-il un rempart contre une politique qu'on juge tous mauvaise. Je ne sais pas. Une page se tourne...


42 commentaires:

  1. Idem pour moi, m'a fait bizarre d'apprendre sa mort. Je l'avais croisé au stade de France lors d'une rencontre de football. Il était tout seul, il marchait les mains enfonçaient dans les poches de son manteau, la tête baissée. Point de garde du corps autour de lui,je me souviens que certains se retournaient à son passage.Il donnait en tout cas l'image d'un homme politique entier.
    Même Jospin a trouvé tragique sa disparition... :/

    RépondreSupprimer
  2. Beau billet... Je crois qu'on partage le même sentiment, la même tristesse...

    RépondreSupprimer
  3. Tiens, moi aussi, je l'aimais bien, celui-là. Et puis, un gros qui ne crache pas sur le raisin fermenté ne peut pas être tout à fait mauvais.

    RépondreSupprimer
  4. tu me l apprends,mais en tout cas pareil,je l aimais bien sans trop savoir pkoi...

    p etre a cause du bebete show etant enfant tu me diras...

    bonne journee ;O)

    RépondreSupprimer
  5. Dominique,

    Oui, vu "de notre côté" et de son passé politique, c'était une personnalité politique à part. Vive Jospin !

    FalconHill,

    Peut-être, je ne sais pas. Nous ne sommes pas du même bord, je ne sais pas si le sentiment est le même. Mais je crois qu'il y a tout simplement des hommes politiques plus respectables que d'autres.

    Didier,

    Oui, mais il n'était pas très frisé et avait de belles cravates.

    RépondreSupprimer
  6. Didier,

    Seriez pas en train de virer gaulliste, vous, pendant que j'y pense ?

    Nefertiti,

    Oui, souvent l'image d'une personnalité politique tient à peu de chose. Par exemple, Chirac, pour moi, c'est beaucoup le Chirac des guignols de l'info, avant son élection en 95.

    RépondreSupprimer
  7. Député des Vosges et maire d'Epinal pendant plusieurs mandats. Séguiniste. A noter que Sarkozy était un de ses proches collaborateurs quand il présidait le RPR et que plusieurs anciens collaborateurs de Séguin travaillent avec Sarkozy. Dommage pour la Cour des Comptes...

    RépondreSupprimer
  8. La mort de Séguin vient de niquer le plan de com de l'eternel retour du looser de l'ile de Ré.

    RépondreSupprimer
  9. Ah ?
    Ça me laisse sans voix.
    J'appréciais plutôt le bonhomme parce qu'il avait des engagements sociaux, une manière de faire de la politique pour les autres et pas seulement pour sa carrière.
    Son apport à la cour des comptes a été énorme en cette période où tout le monde baisait les pieds de Nicolas 1er…
    :-|

    [J'ai vu l'info dans une blogroll et j'ai trouvé exagéré qu'un blogueur se permette de jouer avec la mort d'un politique. Et puis finalement non, personne ne joue… Pas drôle…].

    RépondreSupprimer
  10. Virer gaulliste ? Je ne sais pas. A priori le gaullisme "historique" a toute ma sympathie, mais peut-on être encore gaulliste aujourd'hui ? Pas sûr...

    D'un autre côté, à l'heure où ce gros malfaisant de Besson nous explique doctement que le peuple français n'a jamais existé, que c'est une vue de l'esprit, un mirage, je trouve les idées gaullistes concernant le peuple, la nation, l'État, etc., tout à fait séduisantes.

    RépondreSupprimer
  11. Poireau,

    Encore faut-il que les rapports de la cour des compte soient suivis !

    Stef,

    Oui.

    Didier,

    Vive De Gaulle ! Vive Jospin !

    RépondreSupprimer
  12. Oups !

    Cali,

    J'avais oublié de te répondre (déjà que je crois bien que je te dois une autre réponse, à un autre billet).

    Dommage, oui ! Mais les rapports de la cour des comptes étaient-ils suivis d'effets ?

    RépondreSupprimer
  13. Je partage ton sentiment, une page se tourne pour la droite, la bonne droite s'il devait en avoir une!

    Petite parenthèse, à bon entendeur, pourquoi faire références à Sarkozi, on s'en fout, on parle de la mort d'un homme qui a sa propre histoire!La droite n'existe pas que par Sarkozy et heureusement pour elle, sinon je l'a plains!

    RépondreSupprimer
  14. C'est quelqu'un qui avait le respect de l'Etat, de la "chose publique"... Et rien que pour cela, je le respecte.

    RépondreSupprimer
  15. Oui, il mettait l'intérêt général avant l'intérêt des affaires.
    Respect.

    RépondreSupprimer
  16. Sale histoire ! On vient de perdre une cour des comptes qui constituait un des uniques rempart à l'amateurisme de la gestion de notre argent par le gouvernement. Hommage.

    RépondreSupprimer
  17. C'est drôle, cette quasi-unanimité.
    Moi aussi, j'aimais bien ce monsieur.
    Comme une sorte de "rempart", effectivement...

    RépondreSupprimer
  18. Oui, un époque qui se meurt. Je l'aimais bien aussi. Un bouille à attirer la sympathie.

    RépondreSupprimer
  19. Tout le monde l'aimait bien, finalement, moi aussi. Si tous les hommes politiques pouvaient être de cette qualité…

    RépondreSupprimer
  20. Je l'aimais bien, peut-être aussi à cause de ses origines et son côté "vrai".

    RépondreSupprimer
  21. Léotard, Séguin, Madelin, Noir, Millon, Carignon, Longuet, Toubon, Baudis, Barzach

    Il faisait partie en 1986 de ces politiques 'les quadras du rpr' qui allaient rénover la politique.

    Il meurt avec tout le monde de son coté. Il le mérite certainement mais il fait partie des perdants.

    RépondreSupprimer
  22. Je retiens deux images de lui :
    Son regard un peu "chien battu" après sa défaite à la mairie de Paris, sa nouvelle dégaine pas très classe et sa barbe. Cela m'avait impressionnée de le voir dans cet état.
    L'autre souvenir c'est celui de sa marionnette des guignols, tournant un morceau de sucre dans sa tasse de café, et ressortant sa cuillère avec le sucre intact, la marionnette soupirant d'un air blasé : "Quand ça veut pas, ça veut pas".

    RépondreSupprimer
  23. Je retiens deux images de lui :
    Son regard un peu "chien battu" après sa défaite à la mairie de Paris, sa nouvelle dégaine pas très classe et sa barbe. Cela m'avait impressionnée de le voir dans cet état.
    L'autre souvenir c'est celui de sa marionnette des guignols, tournant un morceau de sucre dans sa tasse de café, et ressortant sa cuillère avec le sucre intact, la marionnette soupirant d'un air blasé : "Quand ça veut pas, ça veut pas".

    RépondreSupprimer
  24. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
  25. Nicocerise,

    On s'en fout. Je ne comprends pas cette manie qu'on a chercher des critiques à propos des morts pour se rendre intéressant. Des Pas Perdus a fait un billet à la con, comme ça...

    Les autres,

    Je ne peux répondre individuellement à chacun autre chose que des platitudes... Merci à tous.

    RépondreSupprimer
  26. Mon dieu que je partage ton avis (ça tombe bien remarque, c'est le bon blog pour ça) à propos de certains billets... Soupir immense...

    Bonne journée à toi

    RépondreSupprimer
  27. FalconHill,

    Ouais, certains confondent un bistro (ou une table de cantine entre gens qu'on connait) où on peut dire des conneries et un lieu public où des gens qui aiment ou apprécient le défunt peuvent passer...

    RépondreSupprimer
  28. FalconHill,

    Par contre, à la décharge de NicoCerise, voir tous ces blogs de gauche rendre des hommages m'a énervé. Moi, je l'ai fait parce que l'information venait de tomber, un réflexe de blogueur (qui n'enlève rien à la sincérité) mais, l'après-midi, quand j'ai vu le nombre de billets...

    RépondreSupprimer
  29. C'est vrai, un peu too much.

    Mais la critique bête et bestiale ne s'imposait pas forcément... On aura le temps d'en reparler

    Bonne journée

    RépondreSupprimer
  30. Mauvais temps pour la Cours de Compte, qui avait gagné en indépendance sous Séguin.

    Mauvais temps droit devant/

    http://laurentgrandsimon.hautetfort.com/archive/2009/11/08/3-ans-deja.html

    RépondreSupprimer
  31. Mauvais temps pour la Cours de Compte, qui avait gagné en indépendance sous Séguin.

    Mauvais temps droit devant/

    http://laurentgrandsimon.hautetfort.com/archive/2009/11/08/3-ans-deja.html

    RépondreSupprimer
  32. Laurent,

    Pas spam, merci. Surtout en double. Je n'ai pas le temps de suivre ton lien maintenant et en plus il n'est pas cliquable.

    RépondreSupprimer
  33. Le lien est cliquable quand on le reçoit par mail.

    RépondreSupprimer
  34. See Mee,

    Oui, mais laisse moi donc répondre à mes spammeurs comme je l'entends. Le type fait de la publicité sur son blog : mon blog n'est pas une tenue de cycliste.

    RépondreSupprimer
  35. Oula te fache pas, c'était juste une info technique !

    RépondreSupprimer
  36. J'suis pas fâché ! Figure toi que j'ai bien reçu un mail pour ton message et que je sais que le lien est clicable.

    RépondreSupprimer
  37. Désolé j'ai égratigné l'icône. Ce que je voulais dire c'est que l'on aime les perdants comme Mendès France par exemple. Moi qui était électeur à Grenoble du temps de Carignon je garde une rancune tenace contre cette génération politique du RPR dans lequel Philippe Seguin était le plus honnête.

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.