15 janvier 2010

Vive Vincent Peillon !

Etant en vacances aujourd'hui, je n'étais pas très pressé de rentrer, hier soir. C'est donc avec Twitter et l'iPhone que j'ai suivi le débat entre Marine Le Pen et Eric Besson. J'en ai profité pour m'engueuler avec quelques uns de mes followers qui accordent une importance démesurée à ce type de débat alors qu'ils voudraient le combattre... J'aime bien ces gens qui appellent à voter à une pétition "nous ne participerons pas au débat sur l'identité nationale" et qui s'agitent, dans twitter, pendant un débat, à la télé, qui n'intéresse personne à part les observateurs de la vie politique, entre une représentante du Front National et un gars qu'ils n'hésitent pas à qualifier de facho, à l'occasion !

Mais j'étais au bistro. Avec Nadia et Tonnégrande qui n'ont pas pour réputation d'incarner des Français de souche...

Alors, c'est par la presse en ligne, ce matin, que je me renseigne sur ce débat. Et par les blogs. Tout ce qu'ils retiennent de ce débat est le refus de Vincent Peillon d'y participer. C'est bien le "nous ne participerons pas au débat sur l'identité nationale" qui a été entendu.

L'important quoi... Continuez à twitter.

45 commentaires:

  1. Pas d'accord avec toi (aussi car Peillon a été d'accord jusqu'à 5 minutes avant le débat pour "participer au débat sur l'identité nationale"), mais ce n'est pas grave.

    Après tout, je remarque que je, nous, faisons un foin sur une simple émission de télé (que je n'ai pas voulu regarder parce que fiou...). Et ce n'est pas si grave que ça finalement.

    Non, pas si grave :) Bonne fin de semaine à toi (et bon weekend, tu y es déjà, moi aussi remarque ^^)

    RépondreSupprimer
  2. Peillon a été d'accord jusqu'à 5 minutes ? Heu... C'est ce qu'on dit !

    On ne fait pas un foin sur une émission de télé (qu'on n'a pas regardée...) mais sur le refus du PS d'y participer.

    Non, pas grave...

    Bon week-end.

    RépondreSupprimer
  3. Moi aussi, hier, je me suis abstenu...

    Et le coup de Peillon est très bien vu... Ce matin, il va avoir une super tribune pour s'exprimer sur toutes les radios ! Peillon +1

    RépondreSupprimer
  4. Bof ....!!!!
    ROYAL/PEILLON même combat ?
    L'une s'invite, l'autre se défile et tu trouves cela bien alors qu'il s'était engagé à partciper à cette émission sans intérêt comme tu le précises ?

    Un brin lâche tout de même comme attitude et puis nous faire le coup ; "c'était pour faire une coup de pub", pathétique.

    En fait le postulat étaitque :
    - soit il acceptait de participer à ce style d'émission et il avait à honorer ses engagements,
    - soit il s'en abstenait pour toutes les raisons que tu as évoquées.

    Finalement il participe jusqu'à 5 minutes avant, puis jouant une pseudo diva se croyant la caution du PS ( quel orgueil ) il prend la tangente ?

    Voilà qui ne m'incite nullement à avoir la moindre confiance politiquement envers le personnage que je n'appréciais déjà pas.
    Qui me dit par ailleurs que lors de mandat électif il ne fera pas la même chose ?

    Tout cela était de toute façon sans intérêt aucun.
    La participation de Peillon aussi, et ce que tu appliques aux twitterphiles avec engueulade à l'appui peut être servi à Peillon.
    Quelle manque de cohérence.

    RépondreSupprimer
  5. De son propre aveu (Rue89) il voulait faire un coup, il voulait empêcher un autre socialiste de pouvoir y aller (donc il décide tout seul pour le PS ou bien c'est concerté et alors pourquoi le faire 5 minutes avant ?)

    en gros il fait exactement ce qu'il a reproché à Royal : il utilise un évènement pré-établi pour faire un coup pour lui.

    Ceci dit sur le fond il n'a pas tort mais il sait très bien qu'en refusant au moment où on le lui a proposé il n'aurait fait le Une de rien.

    Par ailleurs je ne crois pas du tout que le message qui en ressorte soit "Nous refusons ce débat" le message qui ressort c'est "nous nous défilons" (ce qui est couillon mais c'est clairement l'image qui ressort)

    Il faut être un bon Parisien déconnecté comme l'est trop souvent Peillon pour penser que son coup d'éclat aura valeur d'enseignement au delà de la sphère habituelle presse parisienne et Blogs. En gros le reste des gens sont ceux qui étaient devant leur télé et qui ont compris qu'il s'est défilé au dernier moment.

    Je suis pas très convaincu en gros.

    Et en y repensant je pense que son aveu 'je voulais le scandale" vaut aussi pour sa délirante hystérie post-arrivée de Royal à Dijon.

    Tout le monde sait que s'il lui avait souhaité la bienvenue tout le monde s'en serait balancé. Mais là aussi il voulait que "ça fasse scandale"...

    Il maitrise le 'scanale" un peu moins le message à mon avis.

    RépondreSupprimer
  6. Dada,

    oui !

    Circé,

    Il n'y a aucun manque de cohérence. Sur twitter et dans les blogs, y compris dans ton commentaire, les mecs sont tellement préoccupés par par les bricoles politiques qu'ils en oublient d'en faire ! Peillon l'a fait.

    Et s'il avait participé au débat, tu l'aurais dénoncé sur ton blog ("ah ! le traitre ! Il participe au débat") en étant persuadé que ta dénonciation serait lue, partagée, ...

    Il a réussi un coup, c'est tout. Il fait la une de la presse.

    Alain,

    Ne confonds pas une réunion de militants avec une émission à la télé ! Tu te trompes complètement sur le message car tu es obnubilé par Peillon. Tu utilises la méthode Coué pour te persuader qu'il échoue, qu'il fait le mal. Le message est pourtant clair, il fait la une des principaux sites d'actualité.

    "scanale" est un très joli jeu de mot. Volontaire ?

    RépondreSupprimer
  7. Bon du coup tu n'as pas regardé le documentaire qui a suivi, Lionel raconte Jospin, très intéressant, j'ai regarde cela depuis mon canapé relié cuir pleine peau de chagrin 2002, et j'ai eu comment dire pas de l'espoir pour la gauche, mais la vision que Lionel avait quand même une stature de l'homme (de) gauche , je ne sais pas si si il regrette le "en me retirant définitivement de la vie politique", mais moi oui,
    tiens ça ferait une belle discutions sur l'avenir des politiciens, après celui de sarco cet été sur la terrasse ;)

    RépondreSupprimer
  8. Fidel,

    Vive les terrasses ! Vive Jospin !

    RépondreSupprimer
  9. Billet limpide, bravo.

    Peillon est parvenu a faire un contre coup d'éclat médiatique, éclipsant l'indécent match Besson / Lepen au profit d'un débat sur une conception de la mission de service public qui se fait le relai du gouvernement et sert la soupe à Besson en organisant un tel débat.

    Peillon a préparé son coup, en a informé Martine Aubry 48h avant et tout autre moyen qu'il aurait utilisé aurait permis à la grande machine médiatique d'étouffer son propos. Aujourd'hui, on parlerait de "la victoire de Besson sur Lepen".

    RépondreSupprimer
  10. Dedalus,

    Merci ! Il a enterré le bordel...

    RépondreSupprimer
  11. ah non, scanale n'est pas volontaire, je tape trop vite et mal.

    Je ne suis pas obnibulé par Peillon ni désireux de le voir mal faire. Je trouve qu'il fait plutôt mal depuis pas mal de temps. Mais je ne le trouve pas con pour autant. Il est assez difficile à juger. Mais politiquement il se plante 2 fois sur trois.

    Et faire la une des sites n'est pas passer être "pas vu" à l'antenne par pas mal de monde.

    Vous croyez vraiment que la France est obsédée par la Une du figaro en Ligne, du Post ou de Partageons mon avis ?

    Vous savez bien que non.
    Et quand bien même elle le serait elle écoute aussi France Info ou Chabot vient de lui envoyer le coup de grace de manière assez efficace même si je ne peux pas l'encadrer elle.

    Bref bien sur que les gens sont au courant, de là à dire qu'ils suivent le message, je n'y crois pas.

    Par ailleurs se pose la question du "moi et personne d'autres" qui pose quand même question sur son sens du collectif

    bref ce que je dis (non je ne confonds pas tout) c'est juste qu'il fait partie de ces gens qui accusent les autres de ce qu'ils pratiquent :

    il joue perso,

    il fait des coups en profitant des situations en les détournant.

    Les reproches très exactement qu'il faisait à Royal

    Et Dijon était peut être une réunion de militant il n'en reste pas moins qu'il dépendait de lui et de personne d'autre (objectivement) de faire ou non un "incident" et qu'il a choisi cette option là.

    Et déjà le message était assez mal passé.

    je ne compare pas les évènements mais les méthodes.

    RépondreSupprimer
  12. ceci étant dit, j'ai du mal à juger parfaitement de tout cela. En effet il a permis d'eclipser le débat. Même si je ne crois pas que qui que ce soit avait l'intention d'en faire des tonnes sur ce débat minable et si Besson a fait bonne impression (ce que je n'espère pas) et bien le "coup" de Peillon n'y changera rien vis à vis de ceux qui l'on vu.

    Il ne faut pas confondre la lecture a posteriori et la réalité de l'effet sur le moment.

    Il a piqué un matin de gloire à Besson, un bon point, il a donné une image foireuse, un mauvais.

    RépondreSupprimer
  13. Attention, une guerre contre la télé est perdue d'avance. Peillon ne peut pas se permettre de se mettre à dos la majorité des journaleux de la télé.

    A moyen terme cet action risque de lui couter cher.. (ou non?).

    en tous cas Bravo Peillon pour ne pas s'y être rendu.

    RépondreSupprimer
  14. Alain,

    C'est justement parce que trop de gens sont obnubilés par la une du Figaro (et de Partageons mon avis aussi qui a pourtant une audience dérisoire) et par une émission télé qu'il a eu raison.

    Je ne parle pas de la une du Figaro mais de celle de Ouest France, de la radio ce matin, voire de TF1 ce soir (qui seront probablement contents de taper sur leur confrère).

    Qui a regardé l'émission ? Des gens intéressés par la politique et des électeurs de droite. Pas un seul n'aura bougé d'une oreille sa pensée à l'issue de l'émission. Alors que Peillon a envoyé un message en piquant un matin de gloire à Besson comme tu dis et comme le dit Dedalus.

    LG,

    Il sera bien auprès de TF1 et d'une future direction de France 2. Nicolas Sarkozy est (peut-être) furibard ! (il ne l'est peut-être pas, il souhaite peut-être que le débat fasse plouf).

    RépondreSupprimer
  15. bon c'est bien fait pour Besson et Lepen et Chabot, l'audience a été minable :

    "Diffusé dès 20h35, le magazine a été suivi en moyenne par 2,1 millions de téléspectateurs selon Médiamétrie, plaçant France 2 en quatrième position des audiences de la soirée. La part d'audience a atteint 9,1%."

    source

    RépondreSupprimer
  16. oups je me suis vautré pour les chiffres d'audience... :) je recherche les bons :)

    RépondreSupprimer
  17. ah ça y est : "Le magazine a été suivi par 2,7 millions de téléspectateurs, soit 10,6% du public. France 2 se classe en troisième position des audiences de première partie de soirée, d'une courte tête devant France 3."

    source

    RépondreSupprimer
  18. J'ai tenu moins d'une heure à les regarder..; Paillon a bien fait !

    RépondreSupprimer
  19. Nicolas, tu te trompes.

    Ce débat, je le dénonce en tant que tel, d'ailleurs pour reprendre une expression de Besson entendue ce matin sur Inter ( je n'ai pas regardé cette émission hier, j'étais à un débat plus intéressant de mon point de vue ), je ne fais pas mon "fonds de commerce" de ce qui est déjà coulé depuis des semaines.

    RépondreSupprimer
  20. Je ne crois pas à la politique de la chaise vide. C'est rarement payant.

    Après, il est vrai qu'il s'offre une superbe tribune avec cette absence de dernière minute.

    Que va-t-il en faire ?

    RépondreSupprimer
  21. Je trouve que tous les gens qui trouvent que ce débat n'a pas lieu d'être confondent identité nationale et racisme. Je suis immigré de seconde génération et je trouve que c'est plutôt intéressant de savoir comment on peut intégrer la diversité culturelle que la France a la chance d'avoir dans une identité nationale plutôt que de rester dans une image passéiste de la France. Voyagez un peu et allez voir quelles possibilités ont les immigrés en Chine, en Australie ou au Burkina Faso! Concernant le Peillon, je trouve que fuir un débat, pour un homme politique, c'est comme refuser d'opérer un patient pour un médecin ou de ne pas livrer le courrier pour un postier. C'est antiprofessionnel. Faire le buzz, c'est à la mode, mais c'est pas parce qu'on fait parler de soi que c'est une bonne chose.

    RépondreSupprimer
  22. La confusion volontaire ou pas entre ce qui s'est passé à Dijon qui sommes toute est une une affaire de famille, et l'affaire de vincent Peillon qui ne s'est pas rendu sur un plateau télé, ce genre de réaction et de mélange de genres m'étonne toujours ...

    RépondreSupprimer
  23. A ré-écouter sur France-Info :

    - L'explication de Vincent Peillon

    - La réaction de Dominique Paillé, très énervé que Peillon ait fait foirer son super débat

    PEILLON EST UN FOURBE ;) MDR !

    RépondreSupprimer
  24. Oh purée, ce débat m'attire une déferlente de trolls chez moi...

    RépondreSupprimer
  25. Nemo,

    Je n'ai pas encore fait ma revue des blogs... J'irai te lire plus tard. Mais les trolls font la vie d'un blog. J'ai une chance : les gens croient que je suis beaucoup trollé mais en fait, pas tant que ça, les abrutis n'osent pas trop s'attaquer au premier ! Par contre, je me rappelle de l'époque où je n'étais pas dans le top 10...

    Dadavidov,

    Je crois qu'il a donné une belle leçon et qu'ils ne savent plus comment rattraper le truc.

    David,

    Effectivement, ça n'a rien à voir. J'ai été poli avec mon commentateur mais je n'en pense pas moins.

    Pimpampoum,

    L'identité nationale n'est pas le sujet de billet et je ne veux pas entrer en long débat ici. Il faut bien te rendre compte que le débat n'intéresse réellement que 5 ou 10% des Français (dont les lecteurs de blogs politiques, intéressés par la politique par définition) et que l'opération "Besson" n'est qu'une oeuvre de communication.

    En fait, on se fout du débat. Ce qui intéresse c'est ce qui entre dans la tête des braves gens qui iront voter... Pour moi, l'identité nationale, c'est de faire le con avec les copains au bistro. FalconHill avait fait un beau billet où je crois qu'il parlait de matches de foot dans des patelins pour évoquer l'identité nationale. Chacun a son idée de la France "et basta" !

    Bref : Peillon a répondu à du buzz par du buzz.

    Flèche,

    Arrêtons de suspecter systématiquement les hommes politiques qu'on n'aime pas trop. Peillon a évité que l'actualité politique pointe sur Besson ou Marine Le Pen. Il a tourné en ridicule toute l'histoire (je viens de faire 450 km en écoutant différentes radios, ce sont bien les explications de Besson qui sont assénées par les journalistes).

    Circé,

    Sur les conséquences, je ne me trompe pas.

    Océane,

    Je n'aurais pas tenu 10 minutes...

    Gaël,

    Merci. Un électeur sur 20... Tous des gars férus de politique.

    RépondreSupprimer
  26. Je ne suis pas d'accord avec toi Nicolas.
    Peillon entre de plein pied dans la politique spectacle.
    Je m'aperçois que dans mon billet, je ne parle pas du fait que à peu de chose près, il a fait à France 2 exactement la même chose que ce qu'il a reproché à Royal qui avait fait une visite inopinée à Sa réunion avec les centristes.

    Pour moi (mais peut être ai-je un pb avec lui), Peillon est l'archétype même du mannequin qui fait le beau devant les média.

    A part ça ...

    RépondreSupprimer
  27. Elmone,

    Comme on le dit dans les commentaires plus haut, ce n'est pas pareil que le machin avec Ségolène Royal à Dijon. C'était une réunion privée. Pour ma part je ne vais jamais dans une réunion où je ne suis pas invité par contre il m'arrive de ne pas aller à des rendez-vous (en prévenant par politesse).

    Surtout, c'est ce débat qui est de la politique spectacle, une ultime manoeuvre de l'UMP pour récupérer quelques voix quelques semaines avant des élections régionales (les gens ont oublié qu'aux dernières les socialos en avaient gagné 9 grace aux triangulaires avec le FN qui est aujourd'hui beaucoup plus faible).

    A la politique spectacle, il faut répondre à la politique spectacle. Et tu ne pourras pas reprocher à Peillon (dont, par ailleurs, je ne suis pas spécialement fan) de ne pas travailler le fond, c'est lui qui organise les réunions avec les centristes et, tu l'as oublié, des partis à la gauche du PS.

    RépondreSupprimer
  28. Hé les gars, n'oubliez pas une chose. En bien ou en mal, l'important c'est de faire parler de soi : NS l'a compris depuis longtemps, Peillon rattrape le retard.

    S'il avait été :
    1/ vous l'auriez traité de traitre
    2/ personne n'aurait vraiment changé d'avis à la fin du débat
    3/ les journaux auraient _encore_ titré sur cette bouse, alors que là il titre sur un mec de gauche.

    What else ?

    RépondreSupprimer
  29. Une réunion privée ouverte à tous les militant du courant de Royal dont elle est et à laquelle elle n'est pas invitée et finalement si mais en fait non ?

    c'est ça les réunions privées ?

    Franchement y a des moments où la mauvaise foi me fait marrer mais ce n'est pas le sujet.

    Ce que nous comparons et vous faites mine de ne pas vous en rendre compte alors que c'est pourtant très clair ce n'est pas les évènements mais ce sont les méthodes.

    Dans les deux cas Peillon (et non Royal) a utilisé un évènement pour faire un coup en usant de surenchère (psychiatrie, en venir au mains bla bla à Dijon ou Demission ici) et en se faisant une petite posture de père la morale un peu maladroite.
    Quand il explique à Rue89 sa méthode pour hier ce qui nous frappe c'est qu'il décrit aussi sa méthode pour avant hier.
    Dans les deux cas le résultat est le même : Délire autour de lui pendant trois jours, oubli total du fond, embarras de la direction du PS, lachage (ici Valls), soutient embarassant (Frèche et Menucci ici) et au final, un truc qui fait pschitt parce que les français s'en foutent.

    Mais dans les deux cas, de belles occasions de loupées.

    RépondreSupprimer
  30. Alain,

    C'est trop facile d'accuser les autres d'être de mauvaise foi. On se fout de ton avis, ce qu'il fallait c'est éviter que Besson et son débat pourri évite de faire la une de la presse. Les circonstances ne sont pas du tout les mêmes, POINT BARRE.


    Benjii,

    Essaie d'expliquer ça à l'imbécile insultant ci-dessus.

    RépondreSupprimer
  31. Alain : la fin justifie les moyens. Ici, la fin était de pourrir encore un peu plus le simulacre de débat sur l"identité nationale". C'est fait. Qu'il prévienne 5 minutes ou deux jours avant ne change rien au résultat.

    RépondreSupprimer
  32. C'est un super coup! Enfin je me comprends... Si Peillon commence à être capable d'être retors et de tendre le miroir du cynisme à Mâââme Chabot and co, ça promet du sport, le mec est brillant. J'ai cru que Duhamel allait lui mettre la main au collet ce soir. Jouissif.
    Mag

    RépondreSupprimer
  33. Alors c'est l'histoire d'un gars qui râle quand on vient chez lui alors qu'on n'est pas invité, mais qui ne vient pas quand il est lui même invité... faut suivre.

    RépondreSupprimer
  34. Un manque de politesse...il aurait pu prévenir avant..

    Peillon m'a déçu..et les commentaires sur son blog sont minables...

    RépondreSupprimer
  35. Vous êtes durs avec la pauvre Arlette :
    Chabot faire des efforts pour que Sarko m'engueule plus,
    avec Marine, c'est Pen perdue !
    avec Eric, Besson le niveau !
    avec Vincent, Peillon nous sa tête !
    Bouh, ouh, ouh...

    RépondreSupprimer
  36. "on se fout de ton avis" ou quand le tenancier se transforme en troll ou quand Wikio monte à la tête.

    Bref le commentaire ici ne vaut, comme chez Peillon que pour flatter un ego boursouflé.

    Tout cela n'a que peut d'intérêt.

    RépondreSupprimer
  37. Dis-moi, ducon, tu as vu le nom de mon blog ? L'égo dont on peut parler est celui de l'abruti qui veut convaincre le tenancier du Wikio ! Connard.

    RépondreSupprimer
  38. Pas d'accord non plus. C'est quoi son argument contre le debat exactement? En fait on ne sait pas. On sait juste qu'il a fait un coup de buzz, cette tactique abjecte qu'il reprochait justement le mois dernier a Sego.

    Je pense que dans la vie, si il est important de remettre en question le systeme, il est aussi important de savoir l'accepter pour avancer. On peut critiquer la tele mais comprendre qu'elle represente une tribune et un moyen essentiel pour vehiculer ses opinions, et que toute personne, politique ou autre, invitee a une emission est une personnalite privilegiee qui devrait avoir la classe de faire honneur a cette invitation.

    Tout ce que Peillon va y gagner c'est de ne plus etre invité à la télé et tant mieux.

    Je ne suis pas pour ce debat a la base, et encore moins sur la maniere dont il a ete introduit et sur la forme au regard desquels il est evident qu'il etait opportuniste et electoraliste, mais puisqu'il a ete entame, pourquoi ne pas essayer de relever le niveau? ca reste un debat legitime. On a vu beaucoup de gens s'interroger sur leur identite nationale depuis le debut de cette polemique, s'exprimer sur leur identite, sur leur histoire et sur celle de leur famille. Ce sont des gens qui ne l'auraient jamais fait si le debat n'avait pas ete lance.

    Les acteurs majeurs de la presse se sont-ils pose la question de savoir quelle responsabilite ils avaient par rapport a l'utilisation du spotlight? ces paragraphes de chroniques et d'articles consacrés a descendre cette initiative et a inspirer le boycott du debat n'auraient-ils pas ete mieux mis a profit si ces journalistes avaient decidé d'en faire quelque chose de constructif de ce debat puisqu'il etait lancé?

    RépondreSupprimer
  39. J'ai volontairement non-lu les commentaires.
    Dans la journée d'hier, les poubelles sont passées bien tard et j'ai reçu ma facture de téléphone.
    Personne ne m'a parlé d'une émission qui aurait du mais n'a pas pu avoir lieu suivant les consignes du metteur en scène !
    :-))

    [Je ne suis pas sûr qu'un tel plateau d'invités ait quoique ce soit de neuf à m'apprendre sur l'identité. Par contre, si ça parlait de la vraie vie et des vrais problèmes… :-)) ].

    RépondreSupprimer
  40. French Ketchup,

    Il est temps que le PS fasse du buzz et de la com. C'est comme ça que Sarko a été élu.

    Poireau,

    D'accord : émission probablement sans intérêt.

    RépondreSupprimer
  41. Tous ensemble, tous ensemble pour Vincent : FRA-TER-NI-TE !
    Oups, désolée...
    Estelle92

    RépondreSupprimer
  42. - Nicolas: +1 sur toute la ligne

    - Quelques commentateurs: c'est amusant cette idée selon laquelle l'opposition n'aurait pas le droit de "buzzer"... C'est vrai, faire parler de ses idées est absolument honteux, jamais les politiques ne devraient faire ça! Quoi, ça n'a même pas sa photo dans Gala et ça voudrer donner son avis sur les vrais journalistes honnètes de la télé? Feraient mieux de suivre le bel exemple de modestie et de droiture de Mossieur Sarkozy!

    RépondreSupprimer
  43. Cratyle,

    Yes. Ce qui m'énervent le plus avec ces clampins qui passent leur temps à commenter la vie politique dans twitter (et à me chier dessus quand je fais ce genre de billet), c'est qu'ils oublient complètement que 99,999999 des électeurs ne lisent pas leurs twits, ni leurs blogs.

    RépondreSupprimer
  44. Je serais toujours fasciné par la rapidité avec laquelle le débat est toujours détourné dans les médias institutionnels, ou ailleurs, du fond pour se concentrer sur la forme.

    Ici le sujet était la désinformation que pratique quasi-systématiquement les médias - et chose de plus en plus fréquente les chaînes publiques aussi - comme l'a démontré ce qui était présenté comme le grand débat politique autour de l'identité nationale.

    Ce qu'il reste de l'émission est qu'elle n'était qu'un talk-show autour d'Eric Besson avec la présentation d'une biographie mielleuse mettant en condition le téléspectateur, suivie d'une discussion avec Marine Le Pen en contradicteur, dérangeante non pas uniquement à cause des idées qu'elle propagent mais parce que le Front National n'a aucune représentativité dans le pays en terme d'élus de la Nation... et auquel la direction de l'information (sic) de France 2 a voulu donné l'apparence d'un semblant de "débat" démocratique avec la présence d'un responsable socialiste.

    Le tout autour de l'identité nationale - thème imposé par le pouvoir en place pour ne pas aborder les véritables difficultés - qui, par les discussions qu'elle engendre, libère ouvertement et sans retenue une parole xénophobe indigne de notre République, qui frôle chaque fois un peu plus le trouble à l'ordre public - jusque dans les préfectures - en incitant à la discrimination.

    Et de quoi parle-t-on ? De la forme que prend la protestation d'un responsable politique qui dénonce l'ensemble... comme s'il s'agissait du plus important.

    On marche sur la tête. Enfin pas tous encore heureusement...

    Qu'on apprécie ou pas Peillon, sur la forme du coup "médiatique", il faut se demander comment il est possible de contrer ce que les médias mettent eux-mêmes en place... sans compter sur les téléspectateurs qui n'ont pas un regard critique sur la forme même de l'information ou des débats politiques qui leur sont proposés.

    Et de mon point de vue, ce n'est pas en essayant d'interpeller ces derniers dans un cadre qu'ils ont décidé d'accepter docilement ou par lassitude jusqu'à présent - ils n'étaient pas très nombreux malgré tout avec 10% de part d'audience - qu'un changement sera possible.

    Pas plus qu'en se soumettant à l'appréciation de la corporation des journalistes médiatiques qui imposent eux-mêmes le cadre qu'ils proposent... pour ceux qui ont vu le Grand Journal de Canal +, c'est plus que flagrant avec un discours moralisateur... sur les mensonges des politiques quand ces derniers ne sont occultés que parce que les journalistes ne les ont pas commentés. Contradictoire et amusant de voir que celui qui assume ouvertement le coup médiatique dès le lendemain est pris pour cible de leurs attaques, non ?

    La surface médiatique totale est suffisamment importante et diverse, il me semble, surtout si elle est nourrie par d'autres actions, pour ne pas adopter une attitude visant le consensus.

    C'est ça aussi entrer en résistance... ne pas s'appuyer sur un "politiquement correct" hypocrite quand les médias ou les politiques manipulent déjà - là c'était fait si grossièrement que l'audience n'a même pas suivie - l'opinion publique.

    Donc oui il y a une forme de "buzz" et il a été utilisé à bon escient pour une fois : dénoncer l'hypocrisie et la duplicité des médias institutionnels, un peu trop proches du pouvoir actuellement.

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.