26 janvier 2010

Le pire regret

Quand Mtislav et Gaël avaient lancé le paradis des blogs, ils m’avaient demandé de retrouver le meilleur billet de mon blog. J’avais alors agité ma mémoire et plongé dans mes archives, à la recherche de mes préférés, les lisant avec nostalgie, le temps d’en choisir un ou deux.

Aujourd’hui, c’est Juan, dans les Coulisses de Sarkofrance, qui nous demande notre pire souvenir de blogueurs. Il se rappelle d’un billet qu’il avait rédigé (à propos de Hadopi) complètement à contrecourant de la pensée de la plupart des blogueurs. Il s’était pris une volée de bois vert et j’imagine très bien quel fut son état d’esprit, à ce moment là.

Je n’ai probablement pas le même rapport à l’écrit que Juan et je n’ai pas ce genre de souvenirs. Mes billets reflètent mon état d’esprit à un moment. Contrairement à de nombreux blogueurs qui, au quotidien, se donnent l’impression d’écrire une page de l’histoire de France, je m’en fous. Je rédige ce billet (auquel j’ai pensé pendant mon temps de transport), je vais prendre un café, faire un tour dans les blogs et me plonger dans le taf. L’actualité de la journée, peut-être des réactions suite à l’émission de télé d’hier soir, me donnera probablement une idée de billet pour midi et la page du billet du matin aura été tournée.

J’ai beaucoup de bons souvenirs des blogs, des moments de franche rigolade avec les copains, des billets dont j’étais content de la rédaction car ils allaient provoquer des sourires ou des émotions.

J’ai quelques mauvais souvenirs. Je n’ai pas de pire souvenir : j’oublie, l’œuvre fait son temps. Sauf pour la vraie vie. Début décembre, Jeffanne a perdu son mari. Comme je suis assez proche d’elle, par blogs interposés, elle m’a averti par mail en « me demandant sans demander » de faire un billet sur son blog pour prévenir ses lecteurs. J’ai tourné ça mille fois dans ma tête. Avais-je le droit d’ingérence dans sa vie privée, le droit de faire un tel billet, comment le rédiger sans solennité tout en montrant mon affection pour Jeffanne ? Alors, j’ai pris sur moi, j’ai rédigé le billet. Je l’ai diffusé.

Je ne vois pas quel pire souvenir on peut avoir, malgré la fierté relative que j’avais de voir Jeffanne m’accorder sa confiance, son amitié. Son mari était mort. Nos divergences quotidiennes sur des détails d’actualité ne sont que des farces qui mériteraient d’être racontées dans des billets de blogs désopilants.

Parmi ces quelques mauvais souvenirs, il y a toutes ces attaques que l’on subit au quotidien, hier encore avec cette histoire de No Sarkozy Day, ces attaques qui tournent autour de la forme en oubliant le fond : trois ans de Présidence Sarkozyste et une opposition toujours divisée.

Cette attaque je vais l’oublier. D’autres, non. Ce qui ne changera rien à rien : je suis fâché avec des andouilles, ça ne m’empêchera pas d’aller boire un coup ce soir. Mais je regrette toutes les attaques que j'ai pu moi-même lancer... même si, sur le moment, j'avais probablement des bonnes raisons de le faire.

Il y a juste un regret que j’ai, c’est un billet collectif que nous avions préparé avec les leftblogs. Certains d’entre nous l’avaient diffusé au nom des leftblogs et pas au nom des seuls rédacteurs, engageant, ainsi un collectif qui n’existait pas… De mémoire, c’était pour demander au PS l’exclusion de Jack Lang quand il avait été le seul député socialiste à voter un texte du gouvernement. Au fait ! Quelqu’un a des nouvelles de lui ? Je ne sais pas pourquoi cette bricole me traine dans la tête depuis si longtemps (d’autant que, pour ma part, je n’avais pas engagé le collectif mais que les rédacteurs)…

Parfois, les pires souvenirs sont faits de riens. Pourquoi s’attarder ?



27 commentaires:

  1. je n'ai pas non plus vraiment beaucoup de mauvais souvenirs de blogage... s'il n'y avait plus d'envie à cause de ça j'arrêterais et me lancerais sur les skyblogs

    RépondreSupprimer
  2. Très joli, Nicolas. Et très très juste.

    RépondreSupprimer
  3. Gaël,

    Oui. Mais j'ai de très mauvais souvenirs de ces petites attaques perfides, telles que tu souligne chez Juan.

    Claudio,

    Merci !

    RépondreSupprimer
  4. @Nicolas oui mais très étonnamment j'ai toujours été épargné, beaucoup plus que toi, on se demandait hier avec dadavidov comment tu faisais pour tenir d'ailleurs...

    RépondreSupprimer
  5. Gaël,

    Tu crois pas que j'ai connu pire, dans une vie antérieure ?

    Comment je fais ? Je vais te dire : j'ai raison. Les liens sont un signe d'amitiés entre les blogueurs. On ne peut que rigoler de ces frustrés qui ne comprennent rien à l'amitié.

    RépondreSupprimer
  6. oui c'est vrai : vive les liens d'amitié virtuelle et réelle

    RépondreSupprimer
  7. Je n'ai pas non plus de mauvais souvenir de blog ou d'articles de blog. Peut-être parce que ce n'est pas vraiment quelque chose d'important mais qui se renouvelle sans cesse. Par nature, je n'ai pas non plus beaucoup de regret : quand c'est fait c'est fait !
    :-))

    RépondreSupprimer
  8. Gaël,

    Vive les vive !

    Poireau,

    Oui, ce qui est fait est fait. Ce qui est délirant, c'est l'importance que certains accordent aux blogs.

    RépondreSupprimer
  9. Pas de mauvais souvenirs non plus. Bloguer m'a apporté plus qu'autre chose, entre autre l'énergie de me battre pour mon gamin, le rire, et puis l'amitié, de vraies amitiés virtuelles devenue totalement réelles. Alors vive le blogage..
    Je trinque à ta santé et à celle de tous les blogueurs ici présents. Tchin Tchin !!!
    rires...

    RépondreSupprimer
  10. Christie,

    Oui, on blogue pour le loisir !

    RépondreSupprimer
  11. Pareil pour moi, plus de bons souvenirs pour le moment (il faut dire que mon blog est encore "vert") que de mauvais.
    Et pourtant, je peux être une sacrée tête de c..., mais bon , lol, de toute évidence on m'épargne relativement, parce qu'on m'aime bien, je pense.
    Toi aussi, on t'aime bien, mais je pense que tu es beaucoup attaqué pour ta part du fait de ta zinfluence.

    "On peut calculer la valeur d’un homme d’après le nombre de ses ennemis et l’importance d’une oeuvre d’après le mal que l’on en dit. Les critiques sont comme les puces, qui vont toujours sauter sur le linge blanc et adorent la dentelle."

    Gustave Flaubert.

    RépondreSupprimer
  12. « Mais je regrette toutes les attaques que j'ai pu moi-même lancer... même si, sur le moment, j'avais probablement des bonnes raisons de le faire. »

    Pas mieux...

    RépondreSupprimer
  13. La rédaction est beaucoup plus émotive que toi Nicolas. Il nous en faut peu pour nous émouvoir... Mais de là à donner satisfaction à ceux qui brisent notre équanimité en laissant percer de un quelconque sentiment à leur égard... Reste une bonne partie de la question. Comme il y a un lien dans ce joli billet, nous nous considérons tagués et répondrons très vite. Sans compter qu'à côté du Paradis, nous avions imaginé un Enfer. C'est presque l'objet de ce tag !

    RépondreSupprimer
  14. Didier,

    Je pensais à vous en ajoutant ça à mon texte (ça n'était pas dans la première mouture).

    Poison,

    Tu as une tête de cochon (comme moi, un peu) mais tu te réconcilie vite (comme moi).

    Oui, je prends des coups pour cette place de numéro un mais aussi de la part d'andouilles qui ne supportent pas mon manque de sérieux.

    RépondreSupprimer
  15. Mtislav,

    Je ne sais pas qui est le plus émotif. Je suis impulsif, je réagis, j'engueule, ça me permet peut-être d'oublier plus vite.

    Tu peux te considérer comme tagué, mais je crois qu'un tel billet ne peut s'appliquer qu'à un blog politique.

    RépondreSupprimer
  16. Bah, je me fiche pas mal de savoir si tu es z'influent ou pas.
    Je te lis tous les jours, ainsi que La Maison du Faucon, Marc Vasseur, Intox2007 et l'Hérétique.
    Et j'apprécie le wikio : j'ai découvert pleins de blogs intéressants en consultant le classement ! Puis les blogrolls de chacun, bien sûr.
    PS : un seul regret te concernant, que tu ne sois pas "ségoliste" mais tant pis pour toi !!!
    Heu... j'aime bien Didier Goux aussi...
    Estelle92

    RépondreSupprimer
  17. Estelle,

    Je ne peux pas être Ségoliste ! C'est plus fort que moi.

    RépondreSupprimer
  18. Moi, Nanou, je vous aime beaucoup (peut-etre parceque je me retrouve en vous) j'aime vos coups de gueule, votre sensibilité oui, oui, vous etes quelqu'un de sensible j'en suis sure, vous avez du caractère, vous semblez reconnaitre quand vous avez tort (ça, c'est très bien!!!)vous semblez etre tolérant, genereux et par dessus tout, vous aimez la bonne chair, et ce que j'apprécie surtout c'est votre HUMOUR, et votre "joie de vivre" semble-t il !!!!

    RépondreSupprimer
  19. Nanou : prenez donc exemple sur Estelle : quand on dit au taulier qu'on l'aime beaucoup, il est de bon ton de rajouter : “Et j'aime bien Didier Goux aussi.” Et si ce n'est pas vrai, forcez-vous un peu !

    RépondreSupprimer
  20. Didier,

    Pour une fois qu'une gonzesse me dit qu'elle m'aime, vous n'allez pas tergiverser.

    RépondreSupprimer
  21. Et rappellez-vous que c'est une Ségoliste qui a dit : “Et j'aime bien Didier Goux aussi.”

    RépondreSupprimer
  22. L'attrait érotique transcende puissamment la politique...

    Et il est normal qu'une ravissante ségoléniste soit invinciblement attirée par un gros beauf de droite : la belle et la bête, toujours...

    RépondreSupprimer
  23. Au fait ! Est-elle belle ? A force de discuter avec des gonzesses par l'intermédiaire d'un clavier, on en oublie l'essentiel.

    RépondreSupprimer
  24. Allez-y en premier, vous me direz...

    RépondreSupprimer
  25. Au début de la montagne de commentaires, j'ai eu peur de sauter: c'était haut et vachement grave. En bas, finalement c'est très détendu. Pas surprenant en fait: il y a des filles sans burqa avec Didier. Donc tout va bien, mais j'ai perdu le fil de mes mauvais souvenir de blog. Tant mieux.

    RépondreSupprimer
  26. Tu as tort ! Didier Goux est très joli avec une burqa.

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.