20 janvier 2010

Aubry, que ça coûte !


Je n’ai pas l’habitude de dire du mal de Martine Aubry mais je crois qu’elle a dit une belle bêtise avec son histoire de retraite à 61 ou 62 ans. A deux mois d’élections importantes et alors qu’elle monte depuis peu dans l’estime de sympathisants, annoncer un recul de droits n’est pas malin. Voire lamentable.

Alors que…

D’une part, on s’en fout. Presque plus personne n’arrive à 60 ans avec les « trimestres nécessaires » pour prendre une retraite. Les seuls spécimens concernés sont ceux qui ont commencé jeunes et ont probablement un boulot pénible, donc à traiter à part lors des futures négociations.

Ce n’est pas utile d’annoncer la fin de ce qui n’est qu’un symbole.

D’autre part, avec quatre millions de chômeurs dont une grosse part de « vieux », ça ne semble pas très fin de vouloir faire bosser plus longtemps. Ca me parait contraire à ce qui devrait être une pensée de gauche (le partage du travail et tous ces machins…). On ne règlera pas le problème des retraites par des équations financières indépendamment du reste.

Sauver les retraites nécessitera d’autres solutions dont, probablement, l’augmentation des cotisations ce qui pourrait nécessiter une refonte importante de la fiscalité si on veut qu’il nous reste des sous après avoir payé les charges pour se payer des bières.

C’est ce qu’on attend d’un projet d’un projet de gauche, pas de bosser plus vieux.



42 commentaires:

  1. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
  2. J'ai effacé un commentaire hors sujet. Je peux le refaire très prochainement.

    RépondreSupprimer
  3. Nicolas, je suis bien d'accord avec toi !

    C'est pire qu'une erreur, c'est une faute !

    RépondreSupprimer
  4. Ah ! On est enfin d'accord ! Yes. Une faute.

    RépondreSupprimer
  5. Il en aura fallut du temps pour que la gauche comprenne. Enfin, pas toute visiblement, vu ton billet !

    RépondreSupprimer
  6. Seb,

    Comprenne quoi ? J'attends que la droite fasse descendre le chômage et monter le pouvoir d'achat.

    RépondreSupprimer
  7. Qu'est-ce qu'elle cherche avec cette déclaration à la noix ?

    Inutile de changer l'âge légal de la retraite, chacun doit pouvoir tenir compte de ses propres réalités économiques.

    A deux mois des élections régionales où elle veut faire carton plein, elle a trouvé le chemin pour se perdre.

    RépondreSupprimer
  8. Flèche,

    Je ne sais pas ce qu'elle cherche. Probablement une image de "gauche responsable". L'art de se donner des baffes.

    RépondreSupprimer
  9. Ce que vous expliquez par "c'est ce qu'on attend d'un projet de gauche", c'est que l'idéologie prime complètement sur le réalisme et la faisabilité.

    Le fait que le deficit cumulé du régime de retraites atteigne 50 milliards (entre autres deficits et dettes) ne vous émeut ou ne vous alarme pas?

    J'imagine que vous êtes probablement contre les fonds de retraite par capitalisation. Si c'est le cas, que pensez-vous du fait qu'en France, il existe un fond de pension (par capitalisation, donc), mais qu'il est réservé aux fonctionnaires, et surtout géré par les syndicats, depuis environ 40 ans?

    RépondreSupprimer
  10. Ah, une proposition à la Ségolène Royal...

    Agir sur les deux en même temps ne devrait pas être très possible... L'inflation et le chômage étant deux des grands principes économiques. En agissant sur l'un on aggrave l'autre...

    C'est pas moi qui le dit c'est Nicolas Kaldor, un économiste. Donc c'est ou agir sur les prix (inflation) ou sur le chômage. Mais pas les deux.

    Enfin je dis ca je dis rien.

    RépondreSupprimer
  11. Augmenter les cotisations retraite, ça c'est une idée stable et excellente, pourquoi refusent-ils de le faire depuis 30 ans ? C'est ridicule de vouloir maintenir les retraites au taux de cotisation actuel.

    Si nous tenons aux retraites, cotisons plus, pour la Sécu c'est pareil, cotisons plus !

    RépondreSupprimer
  12. Chitah,

    Les retraites des fonctionnaires, à ma connaissance, sont dans le budget de l'état.

    Ce n'est pas de l'idéologie, c'est de la politique. Avec 4 millions de chômeurs, on ne fait pas travailler les gens plus longtemps. C'est du réalisme que de le dire.

    Le déficit cumulé ne m'alarme pas spécialement, je dois avouer et je parle bien, dans mon billet, d'augmentation des cotisations et de refonte de la fiscalité.

    C'est donc bien toi qui fait de la pure idéologie en venant commenter ici !


    Seb,

    Que vient foutre Ségolène Royal ici ?

    En effet, le sondage est maintenu artificiellement pour limiter l'inflation. Le NAIRU, quoi...

    Je me contentais de répondre à ton com. en rappelant les promesses de Nicolas Sarkozy, ton idole.

    RépondreSupprimer
  13. @le rocrocodile: Très bonne idée dis donc. Et puis c'est pas comme si la france avait déjà des problèmes de cherté de main d'oeuvre...

    RépondreSupprimer
  14. Seb,

    Cette fois, on est d'accord !

    Le rocrocodile,

    On ne peut plus cotiser plus on n'a déjà plus de pognon... C'est une réforme globale de la fiscalité qu'il faut faire. Mais pas ce soir, j'ai bistro.

    RépondreSupprimer
  15. Aubry a dit ce qu'en face ils avaient envie d'entendre et puis comme tu le dis dans les années qui viennent plus grand monde ne partira à 60 ans.

    A terme c'est du bidon puisqu'il faudra 41 et puis 42 ans de cotis pour avoir sa retraite, alors un Bac+2 il ira jusqu'à 62 ans etc...

    Donc maintenanir la retraite à 60 ans ne veut rien dire quand la durée de cotis est allongée au gré des réformes.

    RépondreSupprimer
  16. Melclalex,

    Oui, mais on n'abat pas un symbole à deux mois d'élections...

    RépondreSupprimer
  17. @nicolas : oui, augmenter les cotisations et les faire porter au même taux sur TOUS les revenus touchés par un salarié lors de l'exécution de son contrat de travail

    Sinon sur les retraites, j'ai une vidéo assez rigolote en stock.


    Ecoutez bien SArkozy y dit que le financement des retraites est assuré et équilibré jusqu'en 2020.

    C'était en 2007: le gros menteur.

    RépondreSupprimer
  18. Dagrouik,

    Oui, et faire porter les autres cotisations (notamment la santé) sur TOUS les revenus, pas uniquement ceux du travail, ce qui est déjà partiellement le cas avec la CSG (qu'on pourrait d'ailleurs rendre progressive...).

    RépondreSupprimer
  19. Nicolas, voilà tout est dit.

    Et savoir aussi que le fraude sociale à l'URSSAF est estimé par Woerth entre 8 et 14 milliards d'Euros.

    des chiffres sur le Figaro

    RépondreSupprimer
  20. Dagrouik,

    Sans compter toutes les exonérations inutiles ou injustes qui pourraient renflouer les caisses.

    Hop ! Le paquet fiscal à 15 milliards...

    RépondreSupprimer
  21. il faut taxer les revenus financiers un peu plus supprimer le bouclier fiscal, laisser ceux qui veulent bosser plus longtemps le faire et donner la retraite à 60ans aux métiers pénibles etc ..
    Quant à Aubry elle n'est plus à une bétise près

    RépondreSupprimer
  22. David,

    Toi aussi. Il n'est pas question de laisser les gens travailler tant qu'ils veulent.

    RépondreSupprimer
  23. Seb-Caréagit : Ah ben si tu nous dis que ce n'est pas possible... alors je te crois ! Heureusement que tu nous éclaires.

    RépondreSupprimer
  24. @Nicolas :

    Ma question est simple et précise : les fonctionnaires disposent, et ce sont pratiquement les seuls en France, d'un fond de retraite individuel, par capitalisation, un fond de pension, géré par CNP, AXA, etc.

    1 - qu'en penses-tu?
    2 - pourquoi les salariés du privé n'y ont pas droit?


    Ensuite : sur le partage du travail. Ce que tu écris est une sottise, le partage du travail est un mythe. Je sais que les socialistes ont en général une vision mécanique et non humaine, mais sache qu'on ne peut pas raisonner en quantité de travail globale, car une heure de l'architecte Nicolas n'est pas égale à une heure de l'architecte Chitah (ou boucher, ou ouvrier, ou tout ce que tu veux).
    Sauf à dire que les êtres humains sont interchangeables.

    C'est encore plus vrai dans les travaux intellectuels, mais pas seulement.

    En France, le problème, c'est la création d'emplois : à population presque égale, compte 24 millions d'emplois privés, et en France seulement 18.
    Le compte n'y est pas.

    Et ne me dit pas que la situation est horrible en Angleterre, ou alors il va falloir m'expliquer pourquoi des clandestins arrivent en Europe, la traverse, traverse la France (au lieu d'y rester), pour finalement échouer à Sangatte ou Calais, rêvant d'aller en Grande Bretagne?
    C'est pour le plaisir de subir l'ultra-libéralisme-dévastateur-de-l'Univers? Ou parce qu'en Grande-Bretagne la vie matérielle est meilleure, il y a plus d'emplois, etc?

    RépondreSupprimer
  25. Chitah : parce que NS a fait tellement de dégats pour l'image de notre pays en Afrique que plus personne ne veut venir chez nous. Il aura au moins réussi sur ce point.

    Autre chose, il est probable que les immigrants parlant anglais veuillent aller en GB alors que ceux qui parlent français aient envie de venir en France : qu'en penses-tu ? Tu préferes croire qu'ils ont compté le nombre de fonctionnaires et d'emplois privés avant d'immigrer ? Ils ont surement fait leur choix consciencieusement en lisant le Monde et le Times, normal quoi !


    Pour l'autre économiste à deux balles : on a découvert la stagflation : le chomage + l'inflation.
    On devrait donc pouvoir découvrir un jour la baisse du chomage et l'inflation maitrisée.
    En fait, la BCE ayant le controle de la monnaie, on peut se démerder pour gérer le chômage (au hasard, baisse des charges sur les bas salaires), sans voir les prix grimper excessivement.

    Pour les retraites : je m'en tape. Je ne sais pas ce dont j'ai le plus peur, bosser un an de plus, ou me retrouver en maison de retraite un an plus tot.

    Malgré cela, je trouve quand même qu'Aubry est stupide : ou comment faire un peu plus la rupture entre PdG et PS à deux mois des régionales...

    RépondreSupprimer
  26. Chitah,

    Ton commentaire est trop long : j'ai mieux à faire que de répondre à un libéral dans les commentaires qui parle de la communication d'un dirigeant du PS (et pas du fond : les retraites).

    Ce n'est pas le partage du travail qui est un mythe mais le libéralisme. Cela dit, jusqu'à un an ou deux, il y avait plus d'anglais à venir en France que d'immigrés à vouloir vivre là-bas.

    Pour ce qui concerne les fonctionnaires, ils sont hors sujet : c'est du régime général dont on parle. Rien n'empêche personne de compléter cette retraite comme il veut... Tous les salariés peuvent négocier ce qu'ils veulent.

    RépondreSupprimer
  27. Benjii,

    Je te le laisse, j'ai beaucoup de taf, aujourd'hui.

    RépondreSupprimer
  28. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
  29. Aubry ne fait que donner des gages aux pseudos-élites médiatiques et à ses amis du Siècle.

    Elle le fait sciemment parce qu'elle sait que par là passe la continuation des éloges imméritées (où en est le projet du PS ? Où en est la réforme de l'appareil militant ? Où en est la transformation du PS en une machine de guerre telle que le New Labour ?) dont elle fait l'objet depuis des semaines maintenant.

    Sur ce point Zemmour a raison, Aubry représente bien cette Gauche qui déguise leur abandon face aux puissances de l'argent à l'aide d'une politique sociétale.

    hier, on nous vendait les 35h comme un renouveau de la vie familiale alors qu'il s'agissait de cacher la "modération salariale" (comprendre la chute du pouvoir d'achat) et des "allégements de charges" massifs (lesquels se traduisent par une remise en cause de la Sécu et du système des retraites)

    Aujourd'hui, Aubry nous sort le droit de vote des immigrés avec les trompettes et en sous-main fait passer le message qu'elle est prête à bazarder notre système de retraite.

    Sur le fond maintenant, tout le monde le sait, il n'y a que 2 façons de résoudre le problème:
    - ce à quoi on va avoir le droit : baisse des pensions, augmentation des cotisations salariales, allongement de la période de cotisation
    - et celle qui serait celle d'une Gauche adepte d'une radicalité réformatrice et démocratique : la mise en place d'un système de retraite par points qui tienne compte de la pénibilité et avec plafonnement des pensions (pour que l'Etat cesse de verser des pensions de plusieurs millions d'euros à certains qui se sont gavés toute leur vie alors que le minimum vieillesse se situe au niveau du seuil de pauvreté)

    RépondreSupprimer
  30. Deux "espoirs", DSK à la tête du FMI, véritable machine de guerre néolibérale et Aubry rallié avec l'ensemble de la nomenklatura socialiste à la politique européenne.
    Donc l'opposition entre PS et l'UMP se résume à des problèmes de société (burqua, identité nationale, parité ...), mais pour les sujets de fond, commme la politique européenne et la réforme des retraites il ya consensus. Ce sont des faits, il suffit de se rappeler que le PS a voté au congrès le mini-traité proposé par Sarkozy et qu'il capitule dès aujourd'hui sur les retraites.
    Désolé amis de la gauche caviar je ne suis ni d'extrême gauche, ni anti-socialiste mais juste un citoyen de gauche qui n'en peut plus de cette situation.

    RépondreSupprimer
  31. Tu m’étonnes qu’elle recule… Ce parti-là n’as plus de socialiste que le nom.

    RépondreSupprimer
  32. Mais, le but, ce n'est pas de supprimer le travail ?
    :-))

    RépondreSupprimer
  33. Nicolas je suis d'accord avec toi à 16h43 mais pourquoi 2 fois le même message et surtout pourquoi en anonyme?

    RépondreSupprimer
  34. "- et celle qui serait celle d'une Gauche adepte d'une radicalité réformatrice et démocratique : la mise en place d'un système de retraite par points qui tienne compte de la pénibilité et avec plafonnement des pensions (pour que l'Etat cesse de verser des pensions de plusieurs millions d'euros à certains qui se sont gavés toute leur vie alors que le minimum vieillesse se situe au niveau du seuil de pauvreté)"

    Et donc ça, idiot, ça ne passe pas par la fin de la retraite à 60 ans ?
    Si ya des points, ça veut dire qu'on peut faire moins, et plus, et donc que 60 ans doit cesser d'être l'âge légal de départ, non ?

    RépondreSupprimer
  35. Merci pour le lien.

    Le titre est vraiment bien ^^

    RépondreSupprimer
  36. ... je suis consterné.

    Je pense l'age du départ à la retraite n'est pas le problème.

    Je suis vraiment d'accord avec toi.

    @ +

    RépondreSupprimer
  37. C'est sûr que j'aurais préféré comme beaucoup, j'imagine, qu'elle annonce les développements apportés à la rénovation du PS et autres broutilles d'importance pour 2012.
    Sur la retraite, je crains beaucoup qu'elle ne soit en phase avec les syndicats, en fait, quels que soient les discours officiels de ceux-ci (sauf cfdt)

    RépondreSupprimer
  38. J'ai changé d'idée, et voici, je pense, de quoi vous
    rassurer

    RépondreSupprimer
  39. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
  40. Anonyme,

    Ton commentaire (doublé, j'en vire un) est trop long et tu racontes n'importe quoi ou presque. Surtout ton dernier paragraphe : tu ne proposes rien pour le financement des retraites à part de plafonner celles de 2 ou 3% des gugusses (qui, par ailleurs, ont cotisé).

    Fidel,

    A 16h43, ce n'est pas moi. Et je ne suis pas d'accord : trop facile de taper sur la gauche.

    Deuxième anonyme,

    Bon. Et tu proposes quoi ?

    Gwendal,

    Ah ! Oui ! La vraie gauche. J'oublie toujours.

    Poireau,

    Ca devrait...

    Benjii,

    Ne réponds pas à mes trolls, surtout quand ils proposent eux-mêmes de ne pas laisser le choix aux braves gens que de travailler plus longtemps pour accumuler les points.

    Stef,

    Pour mon billet de ce matin, j'ai foiré le titre...

    Eric,

    Moi aussi, je suis d'accord avec moi.

    Le Coucou,

    On va dire que ça lui a échappé et que ce n'est pas ce qu'elle voulait dire...

    RépondreSupprimer
  41. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
  42. Tiens ! J'ai supprimé un commentaire d'une andouille voulant profiter de mon blog pour défendre sa cause obscure que je ne partage pas du tout.

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.