30 novembre 2010

Le gel et le clochard

C’est avec mon Google Reader que j’ai appris la mort d’un SDF. Pierre Gosnat, le député de notre circonscription et maire d’Ivry-sur-Seine, en a fait un billet sur son blog.

Je pourrais faire un billet politique, dénoncer le manque de moyens comme M. Gosnat, ou m’interroger, comme Isabelle, sur les consignes données aux centres d’hébergement, mais, j’ai été voir la dépêche d’information.

J’ai lu « Hier, le corps sans vie d’un sans-domicile-fixe (SDF) de 78 ans a été découvert à Ivry, devant une entrée de secours du centre commercial Quai-d’Ivry. »

J’aurais pu lire : « Hier, le corps sans vie d’un sans-domicile-fixe (SDF) de 78 ans a été découvert à Bicêtre, devant une entrée de secours du centre commercial Leclerc ».

Trois kilomètres séparent les deux centres commerciaux.

J’aurais alors pensé à mes SDF à moi. Simon Le Clochard est un ancien personnage de mon blog bistro. Un vrai salopard. Deux fois, il avait fait une collecte pour pouvoir payer un enterrement décent à sa pauvre épouse. Il écumait la ligne 7 tous les jours, parfois avec sa béquille, parfois sans, selon le personnage qu’il s’était créé. Il était très fort. Vous l’avez peut-être rencontré, c’était il y a plus de 3 ou 4 ans. « Bonjour, vous me connaissez peut-être, je suis passé à la télé. J’étais le Président de l’Association des Garçons de Café. » Quand j’étais dans la rame, il me surveillait du coin de l’œil pour que j’évite de raconter une connerie cassant son discours. Le soir, il arrivait à la Comète et donnait sa recette au patron pour qu’il lui donne des billets en échange de la mitraille. Il gagnait presque autant que la plupart des clients. Il confiait souvent sa recette au patron, pour éviter de se faire dépouiller par ses collègues, dans les centres d’hébergement.

Simon puait. Abominable. Je l’ai même vu une fois pisser au milieu de la Comète.

Une fois trop plein, il allait aux cabines téléphoniques et appelait les pompiers, le SAMU social et le 17 pour dire qu’il y avait un clochard qui dormait au milieu de la place ou au bas des marches, entre Leclerc et La Comète puis il venait s’y coucher. Parfois, les trois « institutions » se déplaçaient. On avait fini par sympathiser par les intervenants qui auraient à supporter son odeur pendant le trajet en voiture.

Parfois, il séjournait à l’hôpital, sous je ne sais quel prétexte. Il revenait propre, bien coiffé, avec des fringues neuves.

On n’a plus de nouvelles. D’après Johnny, il aurait été pris en charge par une association et finirait ses jours en lointaine banlieue.

Johnny est son remplaçant. Beaucoup moins doué que Simon pour toucher de l’oseille ou se faire héberger. Toujours propre, je n’ai jamais su où il allait se laver et laver ses fringues. Par contre, il refusait les hébergements d’urgence. Je ne sais pas où il couche, probablement dans le porche, de l’autre côté de la Nationale 7, à côté de l’ancienne Pizzeria.

Les deux hivers derniers, il venait passer les heures les plus froides de la soirée à la Comète, dans un coin où il ne gênerait pas les clients. Il se finissait au Ricard, pour trouver le sommeil, Ricard que nous lui payions, mine de rien. Quand on oubliait, il venait nous voir : « Hé ! Nicolas, t’as pas 2€50, je te les rends demain. » Je ne sais pas combien de 2€50, il me doit, au bout de ces deux ans. C’était un peu « mon pauvre », je crois.

Je ne l’ai pas encore vu, ce mois-ci, à la Comète. Il est toujours dans le quartier, sur les marches de Leclerc mais n’est pas encore passé à la Comète. Le fauteuil où il s’installait pour ne gêner personne n’est pas là. Peut-être n’ose-t-il plus rentrer ou a-t-il trouvé un autre coin ?

J’espère ne pas avoir de ses nouvelles par une alerte Google, un de ces matins qui suivent des nuits glaciales, où bien emmitouflés dans nos couettes, on oublie ceux qui dorment dehors.

11 commentaires:

  1. Ben, comme tu vois Nicolas, la gamine de 4 ans a eu de la chance de pas être abandonnée hier soir sur un parking du loir et cher.... ;-/. Geargies.

    RépondreSupprimer
  2. Billet du soir au Ricard, assommoir… J'espère que ton Johnny a une bonne couette dans son porche !

    RépondreSupprimer
  3. Triste. espérons qu'il aura trouvé un coin au chaud où se mettre, avant de pouvoir remonter à la surface.

    RépondreSupprimer
  4. L'autre soir j'ai vu un SDF dormir dans un courant d'air , le mec avait l'air mal en point. Je prend mon iphone j'appelle le 115 : ça vide la batterie: 10 minutes sans réponse.
    Comme c'est à 800 m de chez moi je file pour appeller de chez moi.. sur le trajet , je vois des flics, zut vont trop vite.. je cours,miracle ils s'arrêtent au niveau du SDF et je le ai vu le prendre en charge.

    Bref, police secours (17) ça existe encore. N'en déplaise au rouquin et au connard a talonnettes.

    Le flic m'appelle et montre une fenêtre : "faut dire merci à la dame là qui vous a entendu geuler dans votre téléphone "bougez vous connards"". la dame est descendue, a regardé et est remontée chez elle et appelé le 17 "police secours" qui est venu.

    Une petite vieille toute chétive sans doute pas sarkozyste dont le regard était plein d'humanité. Autant dans celui des flics.
    Le SDF a disparu du coin, j'espère qu'il est a l'abri quelque part au chaud et à au moins un repas par jour. A vue de nez il n'avait pas 30 ans.

    Sinon tapez "Sarkozy SDF" dans Google, vous tomberez sur sa promesse de 2007. Rien que pour ça, il mérite des baffes, écoutez son discours hypocrite.

    RépondreSupprimer
  5. je vais vous dire un truc, même Sarko il va mourir, et peut-être que ça sera par une nuit de froid glacial, et que personne ne sera là pour lui tenir la main. Et puis, nous aussi... nous mourrons. J'espère que les clochards, nos voisins les SDF (j'en ai un moi aussi, et je peux vous dire qu'il se porte très bien !!!), auront pu trouver, avant leur mort (comme nous, avant la nôtre), des moments de chaleur, de réconfort, dans un coin de café, à boire des ricards offerts par des clients sympas.

    RépondreSupprimer
  6. Geargies,

    Ne confonds pas tous les sujets. On a tous un clochard à portée de main, on n'a pas tous un type qui va se bourrer la gueule en abandonnant sa fille.

    Le Coucou,

    J'espère aussi ! Je ne sais pas ce qui m'a pris de faire ce billet, d'une traite, sans même me relire...

    MHPA,

    J'espère. J'espère aussi qu'il va un peu rentrer dans le rang, accepter les hébergements d'urgence, ...

    Dagrouik,

    Oui, on a tous de tels témoignages, de misère, de petite dame qui se dévoue pour sauver des clodos.

    Quand aux promesses...

    Lucia,

    Oui, on va tous mourir. Je ne fais rien pour empêcher Johnny de mourir, je lui paye des coups pour son réconfort.

    RépondreSupprimer
  7. de nos trottoirs ou coins de porche, on est vos voisins quoi. c'est sûr que sarko et l'ump nous laissent crever, on le sait, on est d'alsace. mais on voit pas mieux ailleurs, dans les régions.

    RépondreSupprimer
  8. @nicolas: ouaip, la petite dame toute chétive avait du vivre des trucs comme ça , j'aurai du discuter un peu avec elle mais..il caillait grave.

    RépondreSupprimer
  9. Collectif,

    Oui, c'est probablement pareil ailleurs. Cela dit, il vaut probablement mieux être SDF à Nice qu'à Paris ou en Alsace...

    Dagrouik,

    C'est le problème, on ne prend pas le temps de discuter (parce qu'on ne peut pas), alors on ne s'encourage pas mutuellement...

    RépondreSupprimer


  10. [Rien à ajouter, très bel article comme souvent sur ce genre de sujet, tu ne tombes pas dans le pathos ! :-) ].

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est activée. JE SUIS LE SEUL à décider des commentaires qui sont supprimés et ils ne le sont jamais pour divergence politique sauf si les propos tiennent du harcèlement de la part d'imbéciles qui ne savent pas prendre acte d'un constat de désaccord.

Je supprime les commentaires qui n'apportent rien à l'esprit de ce blog, tel que je me l'imagine. Tant pis pour les andouilles qui voient autre chose...