26 février 2011

Je ne fêterai pas le départ de MAM !

Depuis ce matin, j’erre sur Internet à la recherche d’un billet à pondre, pas nécessairement pour révolutionner le monde, juste pour rythmer le blog, marquer une nouvelle journée. Mes copains Elmone et Yann ont réussi à reparler de MAM. Je n’ai pas envie. Je n’ai pas envie d’ironiser à propos de notre ministre sur le départ, elle faisait partie de ces personnalités politiques qui m’inspiraient le respect, peut-être parce qu’elle était une des dernières figures du RPR d’avant, celui qui, malgré tout ce qu’on pouvait lui reprocher, ressemblait encore à un machin républicain, avant que l’UMP naissante balaie tout sur son passage. MAM a enquillé 4 ministères régaliens, elle a été la première femme Ministre de la Défense, puis la première Ministre de l’Intérieur. Pourtant, depuis quelques semaines, elle déçoit.

Son affaire n’aurait été rien si elle avait tout raconté dès le début mais de semaines en semaines, elle s’enfonce. On (je !) la voyait comme une espèce d’emblème de la République et elle s’accroche maintenant à son poste, incapable de voir qu’elle rend impossible toute politique étrangères, à la France. Alors Nicolas Sarkozy va être obligé de la virer, comme une malpropre, parce qu’il n’a pas d’autre solution.

Les peuples arabes ont exigé et obtenu la tête de quelques dictateurs. On s’en réjouit.

Alors ma « time line » Twitter défile et je vois des twittos gauchistes qui se réjouisse de voir tomber une tête, celle de Michelle Alliot-Marie. Je ne me réjouis pas car j’ai mauvais caractère. J’avais expliqué en commentaire chez Le Coucou que je ne croyais pas ce départ forcé de MAM.

Elle était la dernière présidente du RPR, celui qu’on avait plaisir à combattre parce qu’il représentait quelque chose, une droite, une vraie, une ennemie, autre chose que l’UMP actuelle qui ne représente plus rien à part une machine à gagner les élections nationales pour le plus grand bonheur des copains du patron en promettant la lune à un peuple qui y croyait. L’UMP avait créé la « croissance social » et l’art de conjuguer le mot « social » à toutes les sauces, ils ont ensuite sublimé la notion d’ouverture mettant en place une politique qui a ruiné la France, ruiné les clivages traditionnels qu’on s’efforce de faire renaître en dénonçant des lois iniques. L’UMP a réussi à mettre le Front National au centre de la prochaine élection, probablement parce que la seule solution, pour elle, de gagner au deuxième tour est qu’aucun candidat de gauche n’y figurent.

Alors les twittos gauchistes se réjouissent. Ils ont « eu la tête d’un ministre ».

Pendant ce temps, je n’ai vu aucun billet de blog, aucun twit, sur la dernière sortie de Marine Le Pen :  « il faut "repousser les migrants dans les eaux internationales" ». Il ne s’agit plus de reconduire les « illégaux » dans leur pays d’origine, il s’agit de donner des coups de rames jusqu’à ce que ces pauvres gens périssent, au milieu de la Méditerranée. La marine française contre les boat people. Personne n'a réagi ! Pas une billet, pas une dépêche montrant le côté inique de ces propos...

Alors j’erre de site de presse en site de presse, de blog en blog. Et c’est à 11h30 que je réagis. Mon complice Sarkofrance (bientôt quatre ans de blogage parallèle, environ trois ans d’une amitié que seuls peuvent ressentir deux blogueurs qui se lisent du coin de l’œil depuis si longtemps, en menant le même combat, avec des armes diffférentes), mon complice Sarkofrance n’a pas fait de billet ce matin.

Aurait-il le même coup de bourdon que moi ? La fin de la politique. L’observation d’un nouvel acte du gouvernement, l’acte 2 comme dirait Jean-Pierre Raffarin, moins de trois mois après le dernier remaniement qui aurait du transformer la majorité en machine à gagner la prochaine présidentielle.

MAM va probablement être représenté par un des derniers représentants de la Chiraquie, Alain Juppé, celui qui a payé à la place du chef, celui qui avait tenté un retour au premier plan. Celui qui avait été obligé de démissionner du premier Gouvernement Fillon parce qu'il avait été battu aux législatives. Celui qui revient par la grande porte, comme s'il avait gagné des législatives... Tous les symboles sont à jeter. J'imagine des blogueurs gauchistes, moi le premier, d'ailleurs, se "réjouir" de l'arrivée d'un gaulliste historique à ce poste de Ministre des Affaires Etrangères, saluant un bon coup de Nicolas Sarkozy alors que, tout fout le camp, ma pauvre dame...

Quel gâchis… !

27 commentaires:

  1. Preums !

    Tiens, sur tout ce que tu dis sur Mam, nous voici sur la meme longueur d'onde. Remercions donc cette dame d'avoir au moins reussi cette délicate mission: nous mettre d'accord !

    RépondreSupprimer
  2. Corto, Nicolas ... l'amour fou !!!
    Champagne !!!!
    :))

    RépondreSupprimer
  3. @gildan: oh, hé, faut pas déconner non plus, une rumeur est si vite diffusée

    RépondreSupprimer
  4. Oui ....Moi aussi j'aimais bien MAM ! J'avais fait il y a un an ou 2 ubn billet où j'écrivais qu'elle représentait effectivement la vraie droite. Celle qui est respectable.
    Mais elle m'a déçue bien avant l'épisode tunisien.
    Cette façon qu'elle a eu de prendre ses distances avec Jacques Chirac. Cette façon qu'elle a eu de s'enfermer dans la langue de bois....

    Alors ... Je ne me réjouis pas de ce qui lui arrive (cart Sarkozy va la lacgher). Mais je ne suis pas triste de son départ programmé.
    Non.

    RépondreSupprimer
  5. MAM ? OU MIAM !!MANGE AU MEME Ratelier des profiteurs du système , qu ils ont pris soin de mettre en service et de l'améliorer

    sans beaucoup de résistance....vive le (RPR)

    RépondreSupprimer
  6. C'est sûr que comparée aux cowboys sarkoziens bouffis de suffisance et people-isés, la pondération de MAM force le respect...
    Mais qu'en est-il du travail, des actes et des résultats ?
    C'est là-dessus qu'il faut la juger.

    RépondreSupprimer
  7. il est bien plus facile de jeter une femme (MAM ou Rama Yade, même Dati...) quand elle gêne, ou qu'elle fait du mauvais boulot, qu'un homme (oui, Woerth est parti lui aussi, mais après combien de manifs ? et combien de scandales ?). Je vous renvoie sur le billet d'Isabelle B. d'aujourd'hui, ou sur celui que j'avais écrit le 9 février : "L'Amérique est encore loin".

    Merci, quand même, de maintenant vous rendre compte, Messieurs, que vous lui avez appliqué un traitement particulier sur twitter et dans vos blogs : "défoulons-nous ! c'est une femme..." tel semblait alors votre mot d'ordre.

    RépondreSupprimer
  8. Lucia,

    Tu racontes encore n'importe quoi et ça me fatigue : je n'ai accordé aucun traitement particulier à MAM. En rapportant tout à un problème de machisme, tu empêches tout simplement les gens de parler. Stop. Merci.

    Vlad,

    Trop facile ! Un ministre doit être exemplaire...

    J.fdb,

    Soyons clairs : je n'ai pas besoin de tes commentaires sans intérêt à chacun de mes billets.

    Elmone,

    Je ne me réjouis pas, je ne suis pas triste. Je me désole juste de mes collègues qui se réjouissent "pour si peu", comme s'ils avaient obtenu une victoire.

    Gildan,

    NON !

    RépondreSupprimer
  9. Ouais mais non, on s'est pas compris. Je voulais dire que sous prétexte que des ministres paraissent vulgaires il ne faudrait pas absoudre MAM qui elle parait plus calme. Bref. Un train peut en cacher un autre.

    RépondreSupprimer
  10. Vlad,

    Oui, il ne faut pas absoudre. Mais encore une fois, c'est en tant que blogueur de gauche que je me place. Mes camarades se comportent comme s'ils avaient gagné une victoire...

    RépondreSupprimer
  11. "Stop.Merci"... tiens, c'est aussi ce qu'on va lui dire à MAM. Comme quoi. Et, tu m'expliqueras en quoi avoir un point de vue différent du tien est assimilé à dire "n'importe quoi". Aujourd'hui tu dis qu'elle t'inspirait le respect... ce n'est pas ce que j'ai cru lire sous ta plume voici quelque temps, ni sous celle de tes camarades de blogage.

    Peux-tu envisager un instant que, toi aussi, il t'arrive de "raconter n'importe quoi" (et d'être très méprisant dans tes réponses à tes commentateurs et commentatrices) ?

    RépondreSupprimer
  12. Lucia,

    Je ne suis pas méprisant, j'en ai juste marre des procès que tu me fais. Il y a six mois ou un an tu me faisais un procès en homosexualité (comme si c'était une tare, d'ailleurs, bravo), depuis quelques temps, c'est un procès en machisme ou je ne sais quoi.

    Ce billet est le premier que je fais à propos de Michelle Alliot Marie depuis le début de l'année alors ne m'accuse pas de tout et de rien, j'ai lancé des vannes sur twitter et peut-être quelques propos en commentaires, c'est tout. Tu peux relire mes archives.

    Et encore, les vannes que j'ai lancées sont au pur premier degré. Style Vol Air Mam.

    Donc, j'en ai marre, c'est tout. C'est simple, non ?

    A chacun de tes commentaires (ce de ce type, hein !), je suis obligé de me placer sur la défensive alors que je n'ai rien à défendre : je n'ai rien fait de mal.

    Pour moi, le blogage, c'est un loisir. Me faire emmerder par des cons en fait partie, pas me faire emmerder par des gens que j'aime bien...

    RépondreSupprimer
  13. "le procès en homosexualité" (tu ne l'as pas digéré ça) dont tu parles était mon interrogation sur le fait que tu semblais très "émoustillé" par les photos de mecs, mais, effectivement, il n'y a rien de mal (ni de "peu mâle") à ça. J'ai compris depuis que c'est plus ton côté potache qui te pousse à poster des trucs sur Bieber à poil, ou d'autres mecs qui n'intéressent nullement les femmes, et que ta "maladresse" (tu ne nous flattes pas dans le sens du poil, si j'ose dire... en tant que Portugaise) à l'égard de la gent féminine est sans doute liée à une certaine timidité ou réserve...


    Le "procès en machisme" : pour ce qui est de MAM ça n'est pas toi que je visais dans mon commentaire, et d'ailleurs je trouvais très courageuse ta position dans ce billet. Je tentais de m'appuyer sur tes propos ("les mecs, je n'ai pas envie de lyncher cette femme") pour rappeler que voici quelque temps (et parce que nous avions échangé sous mon billet "L'Amérique est encore loin") les blogueurs et twitteurs n'y allaient pas mollo avec la ministre. Je trouvais que, d'une certaine façon, tu rejoignais mon propos. Ca n'était donc pas toi qui était visé dans mon com', mais plutôt ceux à qui toi-même t'adressais : les "twittos gauchistes" comme tu les appelles.

    Mais voilà que tu me balances : "tu racontes n'importe quoi", après le "Lucia, tu es toujours ridicule"... j'ai trouvé que ça dépassait un peu les bornes de ce qu'une certaine amitié (pas seulement virtuelle puisqu'on se connaît) suppose comme respect mutuel.

    En plus, je le disais dans mon com', je ne suis pas seule à avoir cette impression (Isabelle dont je cite le billet): MAM est jetée DE CETTE FACON parce que c'est une femme.

    Tu t'es senti visé personnellement, tu as cru que je te faisais un procès en machisme... en misogynie... Dis-toi qu'en tant que femme à chaque fois qu'une femme est dénigrée, rabaissée, moquée, traitée d'une façon qui me semble injuste (non pas pour ses seules erreurs mais à cause du sexe qui est le sien), c'est aussi moi en tant que personne, ayant droit au respect et à la dignité, que je sens attaquée. Je peux t'assurer que les exemples sont plus que courants, ou quotidiens, ils sont presque permanents.

    RépondreSupprimer
  14. Il n'y a pas de maladresse, encore une fois, tu me renvoies ça dans la gueule, l'air de me faire un procès.

    Justin Bieber m'apporte 2000 visiteurs par mois (pour un seul des billets que j'ai en juillet), ça m'amuse.

    Je ne sais pas qui tu visais dans ton commentaire mais tu parlais bien de "ta plume".

    Ma position n'est pas courageuse, je ne défends pas MAM, je dis juste à mes collègues gauchistes : on n'a rien gagné, arrêtez de vous réjouir.

    Ce n'est pas "une dame" que défends (d'ailleurs je ne défends personne) mais "un ministre" issu d'une ligne politique autre que celle de Nicolas Sarkozy. D'où ma réponse énervée.

    Sur le reste, on n'est pas d'accord : MAM n'est pas jetée de cette façon parce que c'est une femme mais parce qu'elle a accumulé les bourdes et les mensonges et qu'elle ne laisse plus d'autre choix à Nicolas Sarkozy, ce que je dis dans le billet...

    Longuet va rentrer au gouvernement. Il va être attaqué. Je peux te garantir qu'il ne serait pas attaqué comme ça si c'était une femme. Il va être attaqué parce que c'est un homme.

    Les exemples peuvent être multipliés mais je répète : je ne veux pas de ce débat dans mon blog, sauf si moi-même je lance un billet sur le sujet.

    Et désolé de me sentir attaqué quand tu me désignes à la deuxième personne du singulier.

    Sur l'amitié, on est d'accord, c'était le sens de la conclusion de mon précédent commentaire.

    RépondreSupprimer
  15. Joli billet (qui, de ta part, ne me surprend pas...).

    RépondreSupprimer
  16. Franchement, j'ai beau faire un effort, je n'arrive pas à ne pas me réjouir de la démission probable de MAM. (Je ne critique pas ton billet, hein !)

    RépondreSupprimer
  17. Le Coucou,

    Je ne m'en réjouis pas (elle ne m'attriste pas non plus, hein) parce qu'on sent nos copains gauchistes revendiquer ça comme une victoire personnelle, comme s'ils y étaient pour quelque chose, derrière leur clavier.

    Je ne m'en réjouis pas, non plus, parce que j'avais "misé" sur le contraire (voir nos échanges de commentaires, chez toi).

    Je ne m'en réjouis enfin pas parce que c'est une victoire de Nicolas Sarkozy qui arrive à balayer la seule ministre qui ne soit pas issu de "sa lignée politique".

    Je ne m'en réjouis pas parce qu'elle va être remplacée par un ex "repris de justice", qui ne devrais pas être au gouvernement (il n'a pas été élu député), qui est un ex Chiraquien, trop facilement rentré dans le rang du Sarkozysme.

    Cela dit, elle n'a que ce qu'elle mérite.

    Réjouissons-nous. Et après ? Ca va continuer... Il y aura toujours de Boillon... Et attends mon prochain billet (avant 19 heures, en principe). La France est encore plus bas.

    RépondreSupprimer
  18. le "ce que j'ai cru lire sous ta plume voici quelque temps" était dans mon deuxième commentaire, il répondait à ton "Tu racontes encore n'importe quoi et ça me fatigue (...) tu empêches tout simplement les gens de parler. Stop. Merci." Il renvoyait aussi à l'échange que nous avions eu sous mon billet "L'Amérique est encore loin", là, tu avais écrit sur MAM, et sur les femmes... car tel était bien le sujet.

    Non, nous ne sommes pas d'accord. Il me semble qu'à aucun moment dans mon blog lorsque tu as exprimé de façon tranchée ton opinion, et ton désaccord avec moi, je ne t'ai répondu avec mépris ou en te manquant de respect. Ni en te priant de te taire.

    Proposer un débat c'est aussi accepter d'être contredit. N'aurais-tu pas un peu trop tendance à appliquer stricto sensu ta devise "partageons mon avis" ?

    Dès lors que tu dis "arrêtons le débat" ou "tu racontes n'importe quoi" je me demande pourquoi tu as un blog... seulement pour augmenter le nombre de tes visiteurs en postant les photos d'un adolescent ? Je ne le crois pas

    Alors, si tu le veux bien, attendons de voir comment va évoluer cette affaire (du remplacement de MAM) et reparlons-en quand quelque temps.

    RépondreSupprimer
  19. Lucia,

    Je me vais refinir par me fâcher tout rouge. Relis ton premier commentaire.

    En plus, pour répondre à ton allusion au nom de mon blog, c'est TOI qui introduit un propos hors sujet. Je ne veux pas débattre de l'aspect "féministe" de la chose : ce n'est pas l'avis que j'exprime et ce sur quoi j'aimerai que l'on parle. Alors ne me parle pas de manque de respect : c'est toi qui me tombes dessus alors que mon billet n'est pas contre MAM, alors que je suis le seul blogueur gauchiste à aborder le sujet sans me placer contre MAM.

    Et tu viens m'accuser puis, quand je rembarre, tu crie au manque de respect.

    Un de ces jours, tu vas dire que c'est parce que tu es un femme.

    Sans rancune, je t'ai dédié mon dernier billet... Où je critique MAM.

    RépondreSupprimer
  20. Voui, par certains côtés elle forçait un peu le respect....
    dommage...
    Beaucoup de mots pour l'enterrer... trop de mots des fois
    à croire qu'il faudrait se ranger du côté du plus fort...par les mots.
    mais bon, tu le sais, je suis très réservée en politique je crois que tu t'en es aperçu.....
    et je ne me départirai probablement jamais de cette idée, savoir qu'il y a toujours le bon côté et le mauvais côté des choses... la vie m'a appris cela...
    savoir ce qu'on perd, ne pas savoir.... le reste...

    RépondreSupprimer
  21. Jeffanne,

    Faut pas avoir de "pitié", c'est son boulot, elle a fait une grosse connerie (et on ne sait pas encore tout, mais Paris Match parle ce soir de sa fondation et de détournements de fonds).

    Mais ce qui me met en rogne, c'est de savoir que le reste de la bande reste...

    RépondreSupprimer
  22. Les antibiotiques ont des effets secondaires stupéfiants !
    Reveille toi, Nicolas, pense à la fondation pour le bénévolat, un exemple parmi tant d'autres. Elle aura tenu un mois après la chute de Ben Ali. C'est une belle performance.

    RépondreSupprimer
  23. MAM incarne le principe de Peter, hélas pour elle.

    Pour le reste, sur la fin de la politique, je crains que vous ne voyiez seulement pas que la politique réserve de terribles surprises à la gauche.

    RépondreSupprimer
  24. Je crois qu'on est d'accord sur le fond ! Mais je ne crois pas au calcul, je crois vraiment que Sarkozy panique. Cf la nomination de Boillon.
    Et bien sûr, il faut rappeler que sur la scène internationale, Sarkozy ne brille pas vraiment, voire fait l'objet de moquerie !
    :-))

    [Pour Marine Le Pen, je n'avais pas entendu cette déclaration… :-) ].

    RépondreSupprimer
  25. Rimbus,

    Comme beaucoup d'andouilles (smiley), tu m'as lu de travers. Le départ de MAM est une victoire de Sarko. Les gauchistes s'en réjouissent, comme s'ils en étaient à l'origine.

    Mais Sarko est toujours là avec ses encouragements à Marine Le Pen. Et les gauchistes font les pitres "on a eu MAM". Mais le problème des gauchistes c'est qu'ils nient l'existence de l'électorat de droite, qui représente pourtant une bonne partie de l'électorat.

    Et hop ! Marine Le Pen en tête au premier tour...

    Hervé,

    Oui, mais elle a battu un record pour atteindre son niveau d'incompétence.

    Poireau,

    Bien sur qu'il panique, mais il doit avoir le sentiment d'avoir remporté une victoire...

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est activée. JE SUIS LE SEUL à décider des commentaires qui sont supprimés et ils ne le sont jamais pour divergence politique sauf si les propos tiennent du harcèlement de la part d'imbéciles qui ne savent pas prendre acte d'un constat de désaccord.

Je supprime les commentaires qui n'apportent rien à l'esprit de ce blog, tel que je me l'imagine. Tant pis pour les andouilles qui voient autre chose...