07 décembre 2009

Les 70 euros du bout du monde


Ca fait une petite dizaine d’années que je les connais. Par période, tous les soirs, ils passent à la Comète. Je suppose qu’il a environ 65 ans et qu’elle en a un peu moins de 60. Elle touche le RMI et lui était ferrailleur. C’est un métier qu’on connaît mal : il s’agit de fouiller les merdes des autres pour trouver ce qu’on pourrait vendre quelques euros… Depuis un ou deux mois, il touche une petite retraite d’un vague boulot qu’il faisait avant.

Vous les connaissez, ils sont seconds rôles de mon blog bistro. Elle arrondit ses fins de mois en repassant le linge des blogueurs zinfluent de Bicêtre. 25 euros pour boire des kirs.

L’an dernier, le lendemain de Noël, il a fait une mauvaise chute et s’est blessé l’épaule, au point qu’il a du arrêter une partie de son boulot (celle qui consiste à récupérer des métaux pour les vendre au poids) puis il n’avait plus les moyens de payer l’assurance de son camion et a du se rabattre sur sa bagnole pourrie pour faire quelques brocantes après avoir vidé des caves à la demande de clients.

Depuis quelques mois, il faiblissait, prenant 10 ans par semaine. Tonnégrande et moi lui disions d’aller voir un toubib mais il n’avait pas les moyens. Alors ce qui devait arriver arriva. Il y a trois semaines, il ne pouvait plus bouger. Elle a appelé les pompiers. Ils l’ont amené à l’hôpital de Bicêtre.

Je l’ai su par Jim, le serveur de la Comète, puisqu’elle continuait à passer prendre son apéro du midi en allant le voir à l’hosto. Il y a deux semaines, elle est passée à la Comète un soir et a pu me raconter (diabète, eau dans les poumons, caillot louche dans le ciboulot détecté par l’IRM). Elle m’a demandé de lui prêter 30 euros pour acheter à bouffer (heu…) et lui mettre la télé. Je lui en ai filé 50.

Le week-end dernier, elle est repassée et m’a demandé 20 euros. Je n’avais pas plus à lui filer.

Jeudi ou vendredi, il est ressorti de l’hosto. Il était à l’apéro, dimanche midi, à la Comète. Il m’a raconté ce que peut ressentir un homme dans ces cas là, les anecdotes qui vous détruisent, l’urinal qu’on renverse parce qu’on n’a pas la force de le porter et l’infirmière qui vous torche les fesses.

En partant, elle m’a remercié pour les 70 euros. Elle m’a dit que son RMI (qui tombe le 6) était parti dans les courses et les factures en retard mais qu’elle me rembourserait le 10 (le jour de versement de la retraite) en présentant vingt fois ses excuses. Je ne refuserai pas le remboursement : s’il leur arrive une nouvelle merde, ils n’oseraient pas me taxer à nouveau.

En partant, il m’a remercié pour les 70 euros. Il en chialait.

On écrit des conneries dans les blogs, mais, parfois, on oublie que 70 euros représentent le bout du monde pour certains. C’est à peu près ce que j’ai dépensé hier, avec mon repas à la Comète et les apéritifs que j’ai payés à toutes mes connaissances qui me taxaient d'un verre pour la Saint Nicolas. Ca leur a permis de survivre 15 jours.

Mon billet pourrait s’arrêter là à tirer je ne sais quelle morale à la con mais en le rédigeant, dans le métro, je me suis rendu compte que ces deux personnes, avec leur vie de manouches, n’avaient que Tonnégrande et moi comme potes suffisamment proches pour pouvoir les taxer de 70 euros sans s’asseoir sur leur fierté.



28 commentaires:

  1. Un témoignage poignant...
    Et après on se demandera si il est normal que le nouveau patron d'EDF gagne 200fois le smic, franchement quelle vie de merde ! Quelle honte de vivre dans un monde où l'on s'habitue à tant de détresse...
    Merci à toi et pour eux.

    RépondreSupprimer
  2. Un article touchant ! C'est vrai que certains en prennent plein la gueule, mais c'est une société que nous avons contribué à créer. Dans mon pays, 70 euros représente le salaire mensuel pour certains donc...

    RépondreSupprimer
  3. Bien cher Nicolas, merci pour cette note essentielle où l'on s'aperçoit que le zinc est (aussi) un port d'attache pour tous les naufragés de la crise et de l'égoïsme...
    Figurez-vous qu'à quelques nuances près j'eusse pu écrire le même texte ("le" Georges à notre repas de Noël 2008, etc.)

    (Ah oui, je partage votre avis, Stef, quant aux émoluments du patron d'EDF, ce maquereau d'un nouveau genre que notre hôte attrapera au filet, un jour ou l'autre...)

    RépondreSupprimer
  4. Encore leur prêter du fric ?
    Pour qu'ils le BOIVENT ?
    Non non non, la seule solution morale serait que vous changiez de linge un peu plus souvent, pour donner un peu plus de travail à cette brave dame, et de ne boire de bière qu'en canettes d'alu pour que l'homme les récupère.
    Donc, à partir d'aujourd'hui, vous vous vêtez de coton et de lin blanc, vous changez quotidiennement vos draps et vous buvez trois packs de bières.

    RépondreSupprimer
  5. Et ils sont des milliers ainsi (en France, et oui!), pour qui 70 euros c'est le bout du monde.
    Voilà bien pourquoi refuser la destruction d'un système solidaire - sous prétexte qu'elle coûte plus cher que la charité privée - est primordial.
    Si seulement tous les électeurs avaient cela bien ancré dans une partie de leur cerveau...

    ASBF

    RépondreSupprimer
  6. Il ne faudra pas que quelqu'un entre à mon bureau, car je me rends compte bêtement que j'ai presque une larme à l'oeil en te lisant... On connait tous des gens comme ceux que tu présentes... Pas tous ont ton attitude...

    Tu es un mec bien. Mais ça on le savait déjà... Mais comme y en a pas tant que ça...

    Merci pour ce billet Nicolas. Il vaut tous les billets politiques du monde... Merci de remettre les choses à sa juste valeur...

    RépondreSupprimer
  7. J'adore le commentaire de Suzanne !

    Sinon Nicolas, hier soir sur M6 (pas taper) j'ai vu un reportage où on nous montrait un vieux qui voulait vendre un de ses reins.

    D'après m6 il ne touchait que 450 euros soit 200 de moins que le minimum vieillesse.

    Intriguant non ? Pas le fait qu'il veuille vendre son rein. Mais que des gens soit ignorants des prestation qui leur reviennent de droit après une dure vie de labeur.

    70 euros, c'est en gros 30 repas à peu près équilibrés pour 1 personne en un mois. Oui, 2,3 euros pour manger un truc le midi et les reste le soir quand c'est possible.

    RépondreSupprimer
  8. 70 euros, en verres de rosé et de Ricard, ça fait combien ?

    RépondreSupprimer
  9. Stef,

    Bof. De rien !

    Achille,

    C'est le but. Dans ton pays, le coût de la vie est moins cher ! (ce qui n'excuse rien...).

    Chr,

    Merci. Voir la réponse que je fais à FalconHill, ci-dessous : c'est aussi un port d'attache pour les naufragés tout court...

    Suzanne,

    Je ne repasse pas les draps. Je les sors du sèche ligne juste avant l'aller me coucher et je les mets à mon lit... C'est chaud. C'est bien. Je suis un sale bourgeois.

    Ceci...,

    Oui. Il faut lutter.

    FalconHill,

    Faut pas ! Surtout que j'ai insisté sur le volet financier mais eu le sentiment que j'étais le seul à qui "il" avait pu se confier sur des trucs très personnels en sortant de l'hosto. C'est délirant comment des gens se mettent "volontairement" en marge (dans le sens où ces gens, "manouches sédentarisés", ferrailleurs, brocanteurs, ... ne vivent pas "selon les mêmes critères" que nous) arrivent à se couper de toutes relations humaines (famille, proches amis, ...) et s'accrochent à un type qu'ils ont l'habitude de voir tous les soirs à la même place du même comptoir.

    J'aurais pu faire un billet trois fois plus long...

    Dagrouik,

    Il faut toujours aimer les commentaires de Suzanne sinon elle se fâche.

    Les reportages de M6 sont une chose et je savais que "elle" et "il" ne roulaient pas sur l'or tant ils tournent autour de mois en fin de mois pour que je paye une tournée ! Mais voir des proches dans un tel niveau de détresse est "spécial".

    Grodem,

    28. Même pas un par jour.

    RépondreSupprimer
  10. Merci pour ce ressenti mais l'essentiel est sans doute dans le besoin de "partager" et partager pourquoi faire ???

    Je signe mon commentaire car j'ai des problèmes pour m'identifier sur google.

    Made

    RépondreSupprimer
  11. ouais, le Kremlin-Bicêtre... son hôpital, j'ai un peu fréquenté (ma soeur y a fait quelques séjours), j'y ai vu la douleur d'exister; son bistrot, j'y ai croisé quelques blogueurs, on a bien discuté, la politique c'est un truc qui me botte (même si je suis une fille), la politique ça devrait pouvoir nous aider dans nos douleurs d'exister, me dis-je.

    RépondreSupprimer
  12. Made,

    Oui, mais j'ai voulu focaliser sur le volet financier (je ne suis pas spécialement doué en littérature pour exprimer le reste).

    Lucia,

    Ca devrait être ça que sert la politique !

    RépondreSupprimer
  13. Ce billet pourrait sans aucun doute concourir au meilleur billet politique du mois, si le concours existait...

    Dit autrement, et sans flagornerie, ce joli billet illustre en quoi être premier au wikio n'est pas tout à fait qu'une histoire d'algorithme, ni même du bon usage qu'on peut en faire.

    RépondreSupprimer
  14. Dedalus,

    Merci ! (ça vient du fait que je ne sache pas écrire : quand j'ai un billet émouvant à faire, je fais des phrase courte) (et je fais exprès des billets pour justifier la première place que j'obtiens pour des liens).

    RépondreSupprimer
  15. Bordel ! J'ai fait un billet sans lien. Même vers mon blog bistro ou vers chez Tonnégrande. Je faiblis moi aussi.

    RépondreSupprimer
  16. Nicolas,

    Je n'avais pas compris que ces gens étaient manouches ou assimilés.

    Mon billet du jour tranche effectivement avec le tien...deux histoires personnelles tout à fait différentes.

    RépondreSupprimer
  17. Nemo,

    Ils ne le sont pas mais se présentent comme.

    RépondreSupprimer
  18. J'ai pu constater, en venant te rendre visite, à quel point tes petits gestes quotidiens faisaient beaucoup pour plein de gens. Bravo à toi Nicolas.

    RépondreSupprimer
  19. Romain,

    Merci... J'suis comme ça, non pas pour je ne sais quel motif idiot, mais tout simplement parce que je suis le gros en cravate, inamovible qui attire la confiance des passants.

    Même quand je me fâche avec des gens que je ne connais que de vue (et ça m'arrive souvent : il y a beaucoup de casses couilles dans les rades), ils reviennent tout seul !

    RépondreSupprimer
  20. Un rien me fait chialer aujourd'hui tient...

    RépondreSupprimer
  21. A part rester pensif , j'ai rien à dire ... sauf, peut être, créons le monde dans lequel nous voulons vivre.

    Merci Nicolas

    @ +

    RépondreSupprimer
  22. tres beau billet...

    (plus qu'à acheter une remorque pour la mettre au cul de la xsara et amener la ferraille)

    RépondreSupprimer
  23. Très beau billet…
    Pas lu les commentaires, pas envie.
    :-|

    RépondreSupprimer
  24. Gularu,

    Faut pas...

    Eric,

    Oui, il faut recréer ce monde. Mais y a du boulot.

    Gaël,

    Merci ! Ca m'a échappé. Je voulais pas.

    Poireau,

    Merci. Faut lire les commentaires : ils sont élogieux... Ca me change de mes trolls mous.

    RépondreSupprimer
  25. Nicolas : j'ai lu mais bien plus tard, les commentaires. Il y a des jours où le billet ne peut être que "pollué" par les commentaires qui viennent à sa suite. Ici, ce que tu racontes se suffit à lui-même…

    J'ai vécu cet isolement de la pauvreté, je l'ai côtoyé aussi par la suite et souvent, sans doute que je garde les yeux plus ouverts.
    Je n'ai malheureusement jamais rencontré le Nicolas qui aide concrètement.
    A part les bars, le soir, toutes les maisons se ferment à double tour…
    :-))

    [Non seulement tu récupères les meilleurs trolls du oueb mais en plus, tu héberges Suzanne, je suis jaloux !!! :-)) ].

    RépondreSupprimer
  26. Vive Suzanne !

    L'aide que j'ai apportée n'est rien. Ce qu'il y a de con c'est qu'ils n'avaient que Tonnégrande et moi pour demander...

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.