21 décembre 2009

Le retour de la burqa ?

Nos braves politiques semblent désireux de rouvrir le débat sur la burqa et envisagent, maintenant, une loi pour l'interdire. Pour ma part, je n'ai pas d'avis. Si ! Un : je ne veux pas de burqa au Kremlin-Bicêtre et à Loudéac. Ça tombe bien, il n'y en a pas. S'il y en avait, il faudrait agir.

On peut trouver des dizaines raisons d'être opposés à la burqa. Tiens ! Le droit des femmes, leur liberté, … Recalé ! Qu'elles se débrouillent : je m'en fous ! C'est aux « porteuses » de se rendre compte qu'on vit mieux en monokini qu'en burqa de même que nos propres ancêtres ont fini pas faire évoluer leurs tenues vestimentaires... Je vais encore avoir des trolleuses, à ce billet, qui vont m'expliquer qu'elles ont choisi d'elles-mêmes : je vous propose de vous foutre, par avance, de leur gueule. Qu'elle fasse le choix est une chose qu'elle vient se vanter d'être volontairement revenu trois siècles en arrière est grotesque !

Cette raison n'étant pas parfaite, je vais en citer une autre : je suis laïc, athée et tout ce que vous voudrez pour faire joli, mais je suis aussi anticlérical. J'aime bien bouffer du curé.  « A bas la calotte » est un très joli slogan. « A bas la culotte » aussi mais dans un autre registre. En tant qu'anticlérical, je me dois de taper sur toutes les religions, les bouddhistes, les juifs, les musulmans : même combat que les cathos. Contre. Je ne vais pas laisser une religion envahir mes rues à moi de bonnes gens habillées par Trigano !

Je ne sais pas s'il faut une loi. Comme par hasard, cette loi resurgit au moment ou le combat sur l'identité nationale resurgit. C'est presque surréaliste : je fais un billet, ce matin, pour relayer une pétition de SOS Racisme appelant (comme Médiapart) a refuser le débat et je le fais suivre du présent billet appelant à lutter contre la burqa...

Je crois tout simplement qu'il ne faut pas se tromper de débat et laisser s'entrecroiser les deux dossiers.

Le port de la burqa ne me paraît pas être le progrès. Ca me paraît être un retour en arrière, de dizaines ou de centaines d'années, quand les femmes avaient aussi de foulards pour sortir dans nos rues. Des siècles d'évolutions font qu'elles portent maintenant des jeans pour nous faire croire qu'elles ont des petits culs, les fourbes.

C'est le progrès. C'est tant mieux. Je suis progressiste. Seul un réactionnaire pourrait être favorable à la burqa...

Et n'allez pas croire que je fais un amalgame entre le voile et la burqa. Et même si je le faisais, et alors ?



38 commentaires:

  1. J'ai vu un débat sur le sujet et justement, l'angle sous lequel se présentait la porteuse de burqa était bien celui-là : je choisis de le porter comme vous vous portez des jeans ! Evidemment, elle se référait à "son seigneur" de qui elle voulait se faire bien voir en se cachant de la tête aux pieds !
    Une loi, allons-y mais pour l'application, il va y avoir des problèmes.
    Je suis laïc et anticlérical aussi !!!
    :-))

    RépondreSupprimer
  2. Je ne suis évidemment pas d'accord mais ce serait vraiment trop long de l'expliquer, encore plus long que d'habitude je veux dire. En substance, ce serait d'expliquer que la laïcité est une valeur qui garantit la démocratie et qu'il serait dangereux de la transformer en matraque répressive. La Laïcité n'est pas censé prémunir l'athée de ne pas voir du religieux dans les rues mais de rendre étanche la frontière entre l'état et le religieux et par la même de garantir la liberté de culte (seule la laïcité peut le permettre)...

    Un jour, où je n'aurais pas la flemme et pas peur de me prendre des pierres dans la tête, j'en ferai un billet...

    RépondreSupprimer
  3. Pour la burqa, cela dit, même si la pratique m'horrifie, j'ai tout de même l'impression que l'interdiction n'est pas vraiment applicable... Juste une petite résurgence opportuniste du fameux débat contre lequel je viens de pétitionner...

    RépondreSupprimer
  4. Poireau,

    Oui, c'est l'application de la loi qui pose problème !

    Dorham,

    C'est ton côté réac... Mais ce n'est pas une question de Laïcité mais de progrès...

    RépondreSupprimer
  5. Arg, Dorham, j'avais pas vu ton deuxième com : oui : voir ma réponse à Poireau.

    RépondreSupprimer
  6. Dorham : j'attends ton billet avec impatience et en stockant les cailloux en prévision ! :-))
    C'est un débat sans fin qui mériterait peut-être un referendum pour être clarifié dans un sens "démocratique" !
    :-))

    RépondreSupprimer
  7. Je maintiens qu'on ne peut pas pas être authentiquement athée ET anticlérical. Un anticlérical est quelqu'un qui a des comptes à régler, bons ou mauvais, avec la religion. Donc, il n'en est pas détaché autant qu'il se plaît à le croire. C'est comme ces gens qui croient jouer les esprits forts en se faisant "débaptiser" (chose rigoureusement impossible, soit dit en passant) : ils prouvent juste que, pour eux, fût-ce négativement, le baptême continue à avoir de l'importance.

    Quant aux récriminations des uns et des autres contre la burka, elle me rappelle irrésistiblement la phrase de Bossuet :

    Dieu se moque des hommes qui déplorent les effets dont ils chérissent les causes...

    RépondreSupprimer
  8. Didier : mais si, mais si !
    On peut bien être réactionnaire et utiliser les nouvelles technologies pour le faire savoir !
    :-))

    RépondreSupprimer
  9. Didier,

    Oui, se faire débaptiser est crétin. Z'avez peut-être raison : on ne peut pas vraiment être opposé à quelque chose qui n'existe pas...

    RépondreSupprimer
  10. Pas besoin de loi.
    En plus une loi a posteriori passe toujours pour arbitraire (je veux dire : pour régler le problème en cour).
    La loi de 1905 est largement suffisante.

    RépondreSupprimer
  11. La loi de 1905 n'empêche pas de se promener en burqa dans les rues de Bicêtre...

    RépondreSupprimer
  12. Etre athée et anticlérical, si, on peut. Quand on n'est pas athée pratiquant, ni anticléricaliste obsédé. Exemple: les lieux de culte chrétiens interdits aux femmes (et pas seulement en Grèce, mais dans nos couvents à nous aussi): je me moque et je m'en moque. Après tout, s'il y a des hommes que ça satisfait, grand bien leur fasse. Il y a des centaines de religieux en soutane à Lourdes ou St François d'Assise, des moines boudhistes dans nos rues parfois, des scouts d'Europe en uniforme dont les cadavres polluent les plages quand leurs curés les ont forcés à embarquer sur des dériveurs en pleine tempête pour en faire de hardis soldats du Christ ...

    Pour la burqa, je ne sais pas. Je crois que je n'ai pas envie d'une loi promulguée par un gouvernement comme ça, dans ce contexte là. ça sent l'opportunisme populiste avec rien de solide, de net, de cohérent. Il y a déjà des lois sur l'interdiction d'être masqué, je crois. On pourrait se débrouiller avec celles qu'on a. Admettre qu'un commerçant a le droit de refuser l'entrée dans son commerce, dans son hôtel, à des personnes masquées. Admettre des réglements communaux là où les manifestations intégristes dans l'espace public posent un problème.

    De toute façon, les antiracistes absolus ne cessent de répéter que c'est un faux problème, qu'il n'y a pas de burqa, ou tellement peu qu'on filme toujours les mêmes, que c'est un fantasme. Donc, je ne vois pas en quoi une loi anti-fantasme les gênerait.

    Ce qui me gêne beaucoup, c'est le mensonge, le déni, tout autant que l'esprit de ratonnade.

    RépondreSupprimer
  13. graaaande forme Nicolas !!!
    et donc j'ai un gros cul ?

    RépondreSupprimer
  14. Personnellement je porte le sabot et ça me va très bien.

    RépondreSupprimer
  15. Un petit cadeau pour le "athée".

    http://tv.lepost.fr/2009/12/21/1851425_michel-onfray-sa-vie-son-oeuvre-chez-ardisson.html

    Pour la burqa, je ne sais pas, il y en a une à côté de chez moi à Nantes, elle a 2 enfants, elle va faire ses courses chez Carrefour qui a pour seul objectif de "fourguer sa marchandise". S'il y avait une loi, cela changerait quoi ? Elle ne sortirait plus de chez elle.

    Mon copain, il cherche du boulot et il ne voit aucune amélioration pour sa situation dans le fait de faire une loi sur la burqa. C'est tout son problème...Il pense que l'avenir est ailleurs.

    RépondreSupprimer
  16. Suzanne,

    Je n'ai pas dit que je souhaitais une loi contre la burqa, juste que je ne veux pas de burqa près de chez moi. Ou alors juste une ou deux pour le folklore.

    MrsClooney,

    Non pas toi. La dernière fois qu'on s'est vus, tu étais en cuir.

    Homer,

    Oui, mais tu devrais ne pas porter que ça. Mets au moins une culotte.

    Made,

    Oui, mais à force de ne penser "qu'aux vrais problèmes", on laisse "les faux" aux autres. Et ils gagnent les élections.

    RépondreSupprimer
  17. On interdit bien aux gens de se balader à poil, pourquoi n'interdirait-on pas la burqua !

    D'autant que la burqua n'a rien à voir avec la religion, et pourtant la majorité des médias font la confusion systématiquement, on a beau leur expliquer rien n'y fait la confusion persiste ..

    RépondreSupprimer
  18. Et bien la burqua sera à la France ce que le minaret est à la Suisse...
    Bon mis à part ça, j'ai le même sentiment que toi. J'ai pas spécialement envie de voir pleins de femmes se balader en burqua (c'est mon côté laic). En même temps je n'ai pas envi de l'interdire (c'est mon côté pas anti-clérical)... ce d'autant plus qu'il y en pas des burquas.

    RépondreSupprimer
  19. David,

    Interdire un truc est une chose, mettre une loi en application, une autre.

    Julien,

    Oui, mais le jour où il y en aura, je sortirai avec plaisir les billets des copains qui disaient "y en a pas".

    RépondreSupprimer
  20. J'ai vu une seule fois une burqa dans une grande surface du coin… Ça m'a choqué et j'aurais volontiers botté les fesses du jeune barbu qui accompagnait Belphégor. Mais je suis de l'avis de Dorham, on ne peut pas matraquer les gens au nom de la laïcité. C'est l'indifférence, dans une société apaisée, qui aura raison de ce costume. Par lassitude de ces femmes, et besoin de liberté.

    RépondreSupprimer
  21. Le Coucou,

    J'espère que ça suffira !

    RépondreSupprimer
  22. Nicolas,
    bien sûr que la burqa est le symbole de l'obscurantisme et d'une vision totalement opposée à celle qui fonde notre société française.

    Mais légiférer ne sert à rien :

    1- c'est ce que cherchent ces provocatrices, être victimisées, remarquées et acquérir une telle importance qu'elles nous obligent à édicter une loi, alors qu'il s'agit dans les faits d'un mouvement très marginal. Promulguer une loi serait une victoire pour ces extrémismes musulmans.

    2- Interdire le voile intégrale ne va pas interdire l'intégrisme, le but à rechercher c'est que ces femmes aient envie de retirer leur voile d'elles même. L'interdiction risque au contraire de renforcer leurs convictions.

    3- Une interdiction est difficile à mettre en place : si une femme en burqa se fait interpeler, quelle va être la conséquence ? va-t-elle être dévoilée de force au risque de créer un trouble à l'ordre public ?

    4- Cette tension risque de créer un mouvement anti-français dans le monde arabe (avec le soutien des wahhabistes d'Arabie). Ceux qui pensent qu'on en a rien à faire des arabes risquent de s'en mordre les doigts un jour.

    5- C'est faire le jeu de Sarkozy qui a évoqué le problème au congrès de Versaille (là où n'auraient dûs être évoqués que les problèmes majeurs de notre société), et l'a remis sur le devant de la scène récemment. Pourquoi ? Ce n'est pas innocent mais c'est une manoeuvre politique du même ordre que le débat sur l'identité nationale. Une façon bien sarkozienne de diviser l'opinion et de souffler sur des braises, alors que le rôle d'un président serait plutôt de chercher l'apaisement de la société.

    Manuel Valls, qui n'en loupe pas une, est bien entendu pour cette loi, comme il est pour l'envoi de renforts en Afghanistan. Il s'aligne sur les positions les plus extrêmes de Sarko, comme à son habitude.

    Enfin, et j'en terminerai là, je connais très bien les intégristes et leur façon de penser. J'ai vécu avec pour ainsi dire, pendant plusieurs années (mon voisin à Casa en était un, de même qu'un de mes collègues de travail). Cette expérience que peu de gens ont, me permet de vous mettre en garde. Ce n'est pas de cette façon qu'on peut combattre ces extrémistes, ils recherchent l'affrontement direct et c'est leur rendre un grand service que de le provoquer. Eux sont des fanatiques et pas nous, c'est un avantage en leur faveur.

    Qui sème le vent récolte la tempête...

    RépondreSupprimer
  23. Le coucou a raison, une fois de plus. Bon moi je vais faire un billet de ma réponse au dessus, ce sera toujours ça de fait.

    RépondreSupprimer
  24. le Kremlin-Bicêtre, toujours à la pointe de la laïcité, déjà en 1900 :http://escalbibli.blogspot.com/2009/12/comparaison-sans-deraison.html

    RépondreSupprimer
  25. Finalement, il ne faut pas se plaindre que les manifestations religieuses envahissent l'espace public et tendent à en virer les femmes, sinon on stigmatise une population pauvre ghettoïsée par le racisme, population fragile qui se tournera de plus en plus vers ces mêmes intégristes, et ce sera de la faute de ceux qui se sont plaint, qui ont semé le vent.

    (homme blanc toujours coupable)

    RépondreSupprimer
  26. (mais femme blanche encore plus coupable)

    RépondreSupprimer
  27. Laure,

    Ce machin a servi plusieurs fois à illustrer des billets dans mes blogs !

    Rimbus,

    C'est sur que ce n'est pas facile. Mais à force de ne rien faire, on ne fera rien. Et progressivement, notre paysage évoluera...

    Tu as vécu avec des intégristes. D'accord, mais pas en France. Stigmatiser les arabes, et alors ? On ne leur en veut pas. On ne veut pas de leurs signes religieux très ostentatoires et régrograde chez nous... Car nous sommes progressistes.

    Suzanne,

    Oui, commençons par baisser notre pantalon.

    RépondreSupprimer
  28. Nicolas, l'occident a fait une guerre de huit ans contre les intégristes musulmans en Afghanistan, le résultat est que cet intégrisme est plus fort que jamais. Ne pas baisser son pantalon... formule bien facile.
    Ce débat est biaisé, les principaux soutiens de l'intégrisme sont les wahabistes saoudiens qui sont nos premiers acheteurs d'armes (et personne ne les critique, bien au contraire, Sarkozy les conforte en allant faire des discours religieux chez eux).
    Lutter contre l'intégrisme, mille fois oui, mais de manière efficace. Les excités comme Valls qui réclament une loi anti-burqa risquent au contraire de renforcer les convictions de ces intégristes.

    RépondreSupprimer
  29. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
  30. Rimbus,

    Un jour, la burqa sera sera un réel problème en France. Dans pas si longtemps. Pas à Arles et à Claviers. Au Kremlin-Bicêtre.

    Ce n'est pas une question de religion, d'intégrisme ou autre, juste une question de récession sociale. Je ne veux pas de ça dans ma rue.

    Interdire la burqa (et, d'ailleurs, les espèces de robes - j'ai oublié le nom - que mettent les hommmes) maintenant, avant que ça devienne un problème, ne serait que symbolique. Ca n'aurait aucune difficulté d'application dans la mesure où la burqa est vraiment marginale.

    Par contre, un jour, ça sera trop tard. Et on pourra dire, alors, qu'on a baissé notre pantalon.

    C'est en amont qu'il faut résoudre les problèmes, par une fois qu'ils sont là.

    N.B. : Je ne commente pas chez toi à cause de l'abruti de Dominique qui mène une croisade contre moi et les LB... Toi qui me reproche à l'occasion mes amitiés...

    RépondreSupprimer
  31. Dans les années 80, le nouvel obs, la presse de gauche titraient déjà sur le voile. Il s'agissait alors d'un petit foulard, le plus souvent.
    Ne nous affolons pas, ne stigmatisons pas. Ce sont des filles en révolte contre leur mère ou contre leurs profs. Ou alors des intégristes, mais il n'y en a presque pas.
    Toujours le même discours, il suffit d'être patient, ces femmes évolueront dans notre société, donnons aux musulmans toutes les chances d'être bien intégrés.

    Il n'y a qu'un seul problème avec le discours "no racisme et main sur le coeur", c'est que contre les idées intégristes, ça ne marche pas du tout du tout !!!!

    Faire semblant de ne pas voir la multiplication des costumes style niqab et homme qui va avec ? faire semblant de ne pas voir que les femmes disparaissent de l'espace public ? Faire semblant de croire que les idées, les projets politiques d'intégristes qui se répandent à toute vitesse n'affectent pas une partie de l'extrème gauche française qui vire à l'islamisme et demande la suppression de la loi de 1905, le droit de porter le voile intégral partout, à l'école, au travail, dans la rue ?

    Mais plus on fait semblant, plus on fonce dans le mur...

    RépondreSupprimer
  32. Quoi ??? On vous reproche vos amitiés ??? Je me demande bien lesquelles...

    Sérieusement, pour ce qui me concerne, je me contre-pignole de l'intégrisme et de l'islam tout ensemble, tant que ça se passe dans des pays "prévus pour", si je puis dire – auquel cas j'estime que cela ne me regarde nullement : contrairement aux néo-colonialistes vertueux et citoyens, je ne crois pas à la "mission civilisatrice" de la "patrie des droits de l'homme" et autres fariboles.

    Simplement, j'ai envie de leur dire ce qu'on dit aux enfants un peu trop bruyants et pénibles : "vous voulez pas aller jouer plus loin ?"

    RépondreSupprimer
  33. J'aime bien parler de burqa quand je n'ai pas d'idée, ça maintient le nombre de commentateurs. Aussi bien que Ségo ou Bayrou.

    Romain,

    Moi aussi !

    Suzanne,

    C'est pas beau, l'angélisme ?

    Didier,

    Oui, qu'ils aillent jouer plus loin. Mais même chez eux, j'ai envie de foutre des baffes. Mais, comme dirait Rimbus, je n'ai pas envie de m'épuiser en Afghanistan.

    RépondreSupprimer
  34. c'est marrant, on me disait la même chose il y a quelques années quand je disais que j'étais contre le port du foulard, "on" me disait, arrête, faut pas les stigmatiser, ça leur passera...
    eh ben non, ça leur a pas passé. Quand je vois les gamines dans les quartiers où je travaille parfois. Maintenant on en est à discuter, de l'interdictin ou pas, du port de la burqa ou du niqab,
    c'est pareil pour moi.
    En fait c'est pas marrant.
    J'avais du cuir moi ?
    joyeux noël !!

    RépondreSupprimer
  35. Mrs Clooney,

    Il me semble que c'était du cuir, mais ça aurait été grossier de vérifier.

    Sur la Burqa (et le voile) on est d'accord !

    Joyeux Noël à toi. Et à tous les musulmans qui nous lisent.

    RépondreSupprimer
  36. Burqa ou niqab, le débat ne devrait pas se situer à un niveau religieux.

    Le regard et le visage tiennent un rôle primordial dans la communication verbale et non-verbale. Ils sont à l'origine de facultés développées chez l'être humain (et autres animaux) qui consistent:

    - à pouvoir découvrir un être dans son environnement
    - à être capable d'en connaître ou reconnaître l'identité
    - à choisir l'attitude relationnelle à adopter avec cet être
    (éventuellement à s'en méfier ou s'en défendre en cas de danger)

    Notons au passage que ces facultés de communication, de reconnaissance et de réaction face à l'environnement, sont déjà présentes chez les nourrissons, quelque soit leur sexe, race et croyance.

    De plus, le refus unilatéral de ces facultés de la part d'une minorité qui dissimule son visage, peut être interprétée comme une négation du genre humain dans ses droits naturels. (découvrir son environnement, le reconnaître, communiquer et assurer son intégrité)

    Personnellement, je ne suis donc opposé à tout vêtement, accessoire vestimentaire, accoutrement (religieux ou pas) porté en permanence en lieux publics, et dont le but et/ou les effets sont de dissimuler l'identité, la physionomie et l'expression du visage vis-à-vis d’autrui.


    Bertrand
    http://www.la-convergence-ethique.org/

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.