09 décembre 2009

On aurait cherché à comprendre la France du non ?

Il y a des matins comme ça... Je viens de lire la chronique de Nicolas Sarkozy dans le Monde. Pour vous dire à quel point je suis bon citoyen. Je crois bien que le Coucou et Peuples aussi. Le premier constate, à juste titre, le culot du chef de l'état. Le second aussi et s'interroge : "On pourra tout d'abord s'offusquer de la mise à contribution du "peuple Suisse" dans le débat sur l'identité nationale Française."

C'est ce qui saute aux yeux. C'est le thème de la chronique qui commence ainsi : "Par référendum, le peuple suisse vient de se prononcer contre la construction de nouveaux minarets sur son territoire. Cette décision peut légitimement susciter bien des interrogations. Le référendum impose de répondre à la question posée par oui ou par non."

Depuis quand un Président de la République publie-t-il des chroniques dans nos célèbre quotidien national pour juger des résultats d'un referendum chez des voisins ? Chaque phrase de cette chronique pourrait provoquer des commentaires. Je ne vais pas le faire. Je vous laisse lire les réactions de mes deux éminents confrères.

"Ne pouvant changer les peuples, il fallait changer d'Europe. La France du non a commencé à se réconcilier avec celle du oui à partir du moment où, au lieu de la juger, on a cherché à la comprendre. C'est alors que, dépassant ce qui la divisait, la France a pu prendre la tête du combat pour changer l'Europe."

Nicolas Sarkozy a imposer au peuple l'Europe dont il ne voulait pas et il pense, maintenant, que la France du non se réconcilie avec celle du oui. Le Coucou a raison : il est gonflé. Surtout, je ne vois pas l'intérêt... Le débat ne porte pas sur l'Europe. Nicolas Sarkozy aurait-il signé l'appel de Médiapart et refusé de participer au débat sur l'identité nationale ?


6 commentaires:

  1. J'ai lu aussi.
    Mon impression première est qu'il se prend lui-même pour la France. Si cela se révèle juste après une deuxième lecture prévue pour plus tard, je crains qu'il ne tienne définitivement d'un cas de psychiatrie grave !
    Son rôle est de nous représenter. Le NON a été l'expression de la majorité du peuple, il est donc censé défendre le NON !
    Quelle autre mission s'imagine-t-il devoir défendre en notre nom ? J'ai peur qu'il ne fasse n'importe quoi !
    :-))

    RépondreSupprimer
  2. Pff, il est de plus en plus dans l'erreur. Complètement déconnecté des attentes des Français...

    RépondreSupprimer
  3. eh oui, il n'en fait qu'à sa tête et pense que c'est légitime...

    RépondreSupprimer
  4. Poireau,

    Laisse tomber.

    Homer,

    Oui.

    Stef,

    Les Français n'attendent plus rien.

    RépondreSupprimer
  5. Je n'avais pas lu ce passage... Je rêve franchement... (et j'ai l'impression violente qu'il me prend vraiment, mais vraiment, pour un con...)

    Elle sera longue la fin de semaine...

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.