25 novembre 2011

En Vert et contre tous

Mon copain Nicolas de l’excellent blog Regarder le Ciel se lance aujourd’hui dans le blogagepolitique et pose un certain nombre de questions auxquelles je vais répondre sur le ton du trou du cul qui croit s’y connaître plus que tout le monde.

« Tout d’abord, je trouve étrange que concernant les négociations entre EELV et les PS sur l’attribution de circonscriptions pour les législatives de juin prochain, on puisse se baser sur les sondages (mauvais) attribués actuellement à Eva Joly, en oubliant les bons scores d’EELV aux dernières élections régionales et européennes. »

C’est une bonne question. Pour ma part, je trouve étrange que EELV ait rendu ses négociations publiques et ridicule qu’on les fasse dès maintenant comme si on s’en foutait des résultats de la Présidentielle. Comme si la candidature d’Eva Joly ne servait à rien.

Pour répondre à sa question, les « petites formations politiques » font régulièrement des bons scores aux régionales et aux européennes que les électeurs ne prennent pas franchement au sérieux et en profitent pour donner des baffes aux deux gros. A la Présidentielle, beaucoup plus de lascars se déplacent (voir les taux d’abstention) pour confier les clés de la boutique à une personne en qui ils ont confiance pour gérer le bordel pendant cinq ans.

A cause de notre constitution devenue grotesque au fil des jours, seule l’élection Présidentielle a une réelle importance.

A regarder le score aux précédentes Présidentielles, Eva Joly devrait faire 2 ou 3%. Le total, avec François Hollande et Jean-Pierre Chevènement, devrait atteindre 30 (plus si on se base sur les sondages mais moins si on se base sur les dernières présidentielles). Le PS envisage de laisser 10% de ses circonscriptions aux Verts, c’est mathématique.

Nicolas aurait pu se poser la question dans l’autre sens : pourquoi le PS se fait-il chier à laisser des circonscriptions à un parti qui lui met des bâtons dans les roues au risque de ne pas pouvoir réunir à lui tout seul la majorité absolue ?

« Ensuite, je suis surpris que l’on rappelle les mauvais scores (encore !)  des candidats écolos aux dernières présidentielles, les choses ont évolué depuis quelques années, l’environnement préoccupe de plus en plus les gens, enfin je crois… »

Pas du tout… D’ailleurs je viens de les rappeler… Qu’on se rappelle la dernière présidentielle… Dans les mois de préparation, on avait Nicolas Hulot qui gesticulait dans tous les sens et avait réussi à faire signer par tous les candidats son pacte pour l’environnement. On se disait que l’écologie rentrait enfin au cœur de la politique française. Tu parles ! Dominique Voynet a fait un score dérisoire à l’élection, les vainqueurs ont gesticulé autour du Grenelle de l’Environnement et plouf.

« Bon, il est vrai que seul Noël Mamère a dépassé les 5%  jusqu’à maintenant à une élection présidentiel… Les écolos aurait-il toujours misé sur le mauvais cheval ? Possible. »

Cette année, ça me parait certains ! Pas les années précédentes. En 2002, Noël Mamère a fait un bon score en partie parce que la campagne des socialos et de Lionel Jospin a été nulle. Moi-même je n’ai pas voté au premier tour… En 2007, Dominique Voynet a fait un mauvais score pour différentes raisons mais aussi parce que les Français ont choisi de « voter utile » en souvenir de 2002.

« Les sondages attribués actuellement à Eva Joly  ne sont-ils pas aussi le résultat du Grenelle de l’environnement ? »

Non. C’est le résultat d’une erreur de casting. Mais, suite à l’épisode Hulot de 2007 que je rappelais et au Grenelle, l’écologie est devenue ridicule d’un point de vue politique…

« Sarkozy n’a-t-il, finalement, pas réussi avec ce Grenelle à faire croire que l’écologie n’avait pas besoin des écologistes ? »

Je ne sais pas. Les électeurs savent que le Grenelle n’a rien donné. Et, je me répète, c’est le comportement de Nicolas Hulot en 2007 qui a tout fait foirer en laissant entendre que l’écologie n’était ni de droite ni de gauche (ce qui est peut-être vrai, la question n’est pas là, mais sa participation à la primaire ont donné un gros doute sur le positionnement politique des Verts).

« Le PS ne profite-t-il pas aussi de cette situation ? » A quel point ? Le PS subit les conneries des Verts dans les médias qui sont tout bénéfice pour l’UMP et laisse des circonscriptions aux écolos… Je n’appelle pas ça « profiter ».

« J’ai l’impression qu’il reste toujours un vaste fossé entre ceux qui ont des convictions écolos et ceux qui veulent faire une politique écologiste, que le terrain d’entente n’a pas encore été trouvé sur ce point même au sein d’EELV. »

C’est un des problèmes des écolos français, plus le sentiment qu’ont une majorité de militants qu’ils ont le monopole de l’écologie mais aussi que l’écologie était une fin en soi…

Vous vous rappelez de l’époque où l’UMP essayait de nous vendre une Taxe Carbone suite au Grenelle. Cécile Duflot avait été reçue à l’Elysée en grande pompe mais, de mémoire, elle trouvait que la taxe n’était pas assez élevée…

Elle avait pourtant oublié que la Taxe Carbone était un impôt sur la consommation qui allait peser sur les plus faibles ; je crois d’ailleurs que c’est Ségolène Royal qui avait été la première personnalité politique à le rappeler.

Quand les écolos croient gagner des victoires politiques de ce type, ils se plantent largement.

Par exemple, la bourse du carbone, mise en place après les accords de Kyoto, est un bon exemple : « Une bourse du carbone est un marché de négociation et d'échange de droits d'émission de gaz à effet de serre (CO2, méthane, protoxyde d'azote…). » Elle revient concrètement
-         d’une part à permettre à certains d’acheter le droit de polluer,
-         d’autre part à confier « aux marchés » la protection de l’environnement.

C’est une erreur grossière et les gens, les électeurs, du moins ceux qui ne s’en foutent pas à peu près autant que de ma première bière, ne sont pas dupe.

« un vaste fossé entre ceux qui ont des convictions écolos et ceux qui veulent faire une politique écologiste » ?

C’est quoi une politique écologique ? Mettre en place un marché de la pollution ? Taxer les plus démunis ?

Une politique, qu’elle soit écologique ou non, se caractérise essentiellement, d’une part, par des lois qui fixe ou enlève des obligations ou des interdits et, d’autre part, par un budget et une politique fiscale.

Aussi, j’ai beaucoup plus confiance pour la sauvegarde de l’environnement en un candidat qui prône une très grande réforme fiscale en début de mandat qu’en un candidat qui veut fermer des centrales nucléaires nous laissant dans l’expectative pour tout le reste…

Tiens ! « Face à la croissance anémiée, à l’industrie diminuée et à la base productive réduite, nous devons engager un nouveau pacte productif avec le pays. Redresser l’industrie française est une nécessité pour relancer l’emploi, accroître le pouvoir d’achat et permettre la transition écologique de notre économie. » Z’avez droit de lire la suite en cliquant sur le lien.

Redresse l’industrie française et contrôler la production de ce que nous consommons tout en limitant les importations et leur coût énergétique me parait bien plus écolo que d’arrêter l’EPR.

Les écolos ont commis une erreur : non seulement, ils ont limité leur communication à la de l’environnement (même s’ils abordent différents sujets, ce n’est pas ce qui est perçu par l’opinion), elle-même réduite, dans cette communication, à la lutte contre la production d’énergie nucléaire, celle-là même qui pourrait nous permettre de développer le transport « propre » et tout ça.

Si les écolos ne sont plus crédibles, aujourd’hui, ne n’est pas de la faute du Parti Socialiste ou de Nicolas Sarkozy et de son Grenelle de l’Environnement.

Ca serait trop facile.

C’est ballot, hein ?

(photo)

17 commentaires:

  1. Ah ben c'est complet comme réponse !
    Merci.
    (Bon je vais relire une deuxième fois)

    RépondreSupprimer
  2. Ah oui je me souviens de Duflot, invitée à l'Elysée. Elle avait à cette époque pris la grosse tête d'être reçue par le chef de l'état. depuis elle est revenue sur terre c'est bien mieux

    RépondreSupprimer
  3. AH oui, j'avais oublié le principal : très bon titre !

    RépondreSupprimer
  4. Si je comprends le candidat Hollande et, en résumant : il faut redresser le pays pour permettre de faire de l'écologie...Les écologistes proposent plutôt de faire de l'écologie (développer l'industrie du renouvelable) pour redresser le pays...
    C'est sûr pas facile se s'entendre comme ça.

    RépondreSupprimer
  5. Regarder,

    Développer le durable ne suffira pas à redresser le pays ! Il faut une politique plus globale et les verts sont inaudibles.

    Cela étant, c'est dans la première partie du billet que je réponds à tes questions. Dans la deuxième, j'explique juste ma position personnelle.

    Dominique,

    Il fait un peu réchauffé, non.

    RépondreSupprimer
  6. Il y a quand-même de la place pour de l'industrie du renouvelable en France...
    Actuellement aucun fabricant d'éoliennes en France, Photowatt un des seul fabricant de panneaux solaires français en redressement judiciaire...
    On peut nettement mieux faire.
    Notre problème, c'est que l'on est le pays numéro 1 dans le nucléaire...

    RépondreSupprimer
  7. Oui on peut mieux faire, et en plus créer de l'emploi, contrairement à ce qu'on essaye de nous faire croire....

    RépondreSupprimer
  8. L'écologie ne crée pas d'emplois, elle se contente de les déplacer, et en en détruisant quelques-uns au passage. Les écolos sont des jean-foutre qui ne méritent que d'être écrasés sous le talon de nos bottines comme des cancrelats.

    (Dit-il, avec le sens de la nuance qui le caractérise.)

    RépondreSupprimer
  9. Il est très bon ce billet...

    (rien à rajouter, c'est emmerdant)

    RépondreSupprimer
  10. Didier Goux est un écologiste de la vieille école :
    en peau de bête, avec rondin de bois à la main afin d'assommer la récalcitrante (qui refuse de s'abandonner à lui dans sa grotte pavillonnaire), émettant un répétitif "Groumpf" à tout bout de champ en guise de dialogue constructif.
    On est bien.

    RépondreSupprimer
  11. @regarderle ciel
    ...et les petits oiseaux on en oubli le reel !!
    Tu dis " Actuellement aucun fabricant d'éoliennes en France " ...si on en construisaient ici est on sûr de vendre et d'exporter ?...
    Regarde fabrication de scooters chez peugeot et le marché aux correens dans le contrat avec la Poste ...
    Arretons d'etre Franco Français et lançons de grands projets communs Europeens dans tous les domaines y compris le renouvelable pour sortir du marasme actuel .

    RépondreSupprimer
  12. Mike Hammer : y a un peu d'ça en effet…

    RépondreSupprimer
  13. @vincent si on arrête d’être franco-français et que l'on regarde ce qui se fait ailleurs en Europe, on va vite arrêter le nucléaire alors...

    RépondreSupprimer
  14. ahhh comme je suis heureux et satisfait de voir un avis de ta part, Nicolas, aussi objectif et consciencieusement argumenté, pour une fois... Félicitations ! que de bonheur tu m'appportes. Halleluiah ! et c'est ainsi qu'Hollande est grand...

    RépondreSupprimer
  15. T'es dur avec Eva Joly !
    Je rigole pour ma part, elle a été choisie par la "base" électorale des Verts et ce sont les cadres EELV qui essaient de nous expliquer qu'elle doit les suivre !
    :-))

    [Mode cynique : ON - En plus c'est une gonzesse d'origine étrangère, ça fait deux défauts pour l'élection présidentielle ! :-))) - Mode cynique : off].

    RépondreSupprimer
  16. "Aussi, j’ai beaucoup plus confiance pour la sauvegarde de l’environnement en un candidat qui prône une très grande réforme fiscale en début de mandat qu’en un candidat qui veut fermer des centrales nucléaires nous laissant dans l’expectative pour tout le reste…"

    Mais en quoi cette grande réforme fiscale ferait avancer le schmilblick écologiste ?

    Arrêter les centrales nucléaires, comme tout le monde le sait "est impossible"; sauf que c'est ce que font les allemands qui ont quelques années d'avance sur nous en terme d'énergies alternatives, de constructions plus que 'basse consommation' et qui créent des emplois dans ces activités. On leur reproche leur position, mais d'ici 2050 ils prévoient d'avoir 80 % de leur énergie en renouvelable, c'est dans moins de 40 ans... où en serons nous alors ? A rafistoler nos vieilles centrales ?

    Sortir du nucléaire c'est aussi avoir une politique volontariste dans le domaine des économies. Ex vu récemment dans un docu télé : un quartier de Stockholm en Suède (oui là où il fait froid !) dont les immeubles n'avaient pas besoin de chauffage en hiver !!! dont les déchets servaient à faire du biogaz qui alimente bus et taxis... verra-t-on ça un jour en France ? Pourquoi les suédois en sont là ? Parce qu'en 1973 lors du 1er choc pétrolier, au lieu de faire du nucléaire, ils ont choisi une autre voie, et ils ont donc quelques décennies d'avance sur nous dans ce domaine. Pendant ce temps en France on faisait la publicité pour le "confort électrique" de façon à justifier la hausse de consommation qui allait justifier la construction des centrales nucléaires... et ça a très bien marché, des radiateurs électriques on en trouve partout, et surtout dans les logements insalubres et mal isolés, comme ça on est bien sûr d'avoir plein de Kilowatts nucléaires à jeter par les fenêtres...cqfd.

    RépondreSupprimer
  17. Putain, j'ai répondu à personne, ici ! Quel faignasse. Merci à tous !

    La Graula,

    FH a publié hier une tribune à propos de l'énergie. Tout ne se fera pas immédiatement et personne ne nie les erreurs commises par le passé en France.

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est activée. JE SUIS LE SEUL à décider des commentaires qui sont supprimés et ils ne le sont jamais pour divergence politique sauf si les propos tiennent du harcèlement de la part d'imbéciles qui ne savent pas prendre acte d'un constat de désaccord.

Je supprime les commentaires qui n'apportent rien à l'esprit de ce blog, tel que je me l'imagine. Tant pis pour les andouilles qui voient autre chose...