15 novembre 2011

Verts vides

C’est une information que je viens de relever chez mon copain FalconHill. Daniel Cohn-Bendit a déclaré : « Hollande est en train de se ségoléniser. Il a fait une bonne primaire, et juste après, il est déjà en cellule de crise, alors que rien n'a commencé. »

C’est dommage, généralement j’aime bien l’analyse politique de Daniel Cohn-Bendit. Cette fois, il devient insultant et est complètement à côté de la plaque.

DCB est membre créateur d’une formation politique dont la candidate pourrait très bien ne pas dépasser les 2%. Et encore, je suis gentil. Cette formation est en train de tenter de sauver les meubles dans une négociation absurde tant ils n’ont strictement rien à mettre dans la corbeille.

En cellule de crise ? Il est juste dans une période où le candidat du Parti Socialiste se fait taper dessus par ses alliés historiques qui ont néanmoins oublié que François Hollande est largement le candidat le plus légitime de la gauche, vu qu’il a été largement élu pour cela.

« Un échec entre le PS et EELV signerait le début de la reconquête de Nicolas Sarkozy. »

Pour l’échec serait-il à mettre sur le dos du PS ?

EELV a choisi de médiatiser des négociations pour peser dessus. Il va bien falloir qu’ils assument. François Hollande a été élu sur la base d’un projet. Il ne peut revenir dessus maintenant, notamment sur ce type de symbole qu’est l’EPR, il trahirait les électeurs qui lui ont fait confiance.

« Quand on veut être chef d'Etat, on ne s'arrête pas à une petite phrase incorrecte d'Eva Joly ou de Cécile Duflot. On essaye de formuler l'intérêt général. »

L’intérêt général est la victoire de la gauche. Pas la satisfaction d’une entité politique qui n’a plus rien pour exister, par la faute de Cécile Duflot et Daniel Cohn-Bendit, les seuls qui avaient une légitimité, un charisme et une stature nécessaire pour se présenter à l’élection présidentielle.

DCB enjoint M. Hollande « à trouver un compromis » et « à prendre en considération l'avis des citoyens et pas seulement celui des partis ».

Outre le fait que les citoyens en question ne savent pas ce qu’est l’EPR (désolé, les gens, mais je n’ai pas un diplôme de physique quantique), je me demande bien qui est DCB pour penser que les citoyens ont le même avis que lui : les urnes jugeront. Nous partons des 1,6% de Dominique Voynet à la dernière présidentielle.

L’avis des partis ? De quel parti ? EELV ?

« Trouver un compromis » ?

Quel compromis ? C’est EELV qui ne veut pas transiger et impose la suspension de l’EPR ?

EELV ne pourrait pas trouver un compromis, également ?

9 commentaires:

  1. Excellent billet.
    Ecolos têtes de veaux !

    :)

    RépondreSupprimer
  2. Tu mélanges deux choses : le choix de Hollande de continuer la construction de l'EPR de Flamanville (Royal annonçait l'arrêt, Aubry laissait ouverte la possibilité d'un arrêt), et le jeu politique des verts et de Hollande, essentiellement sur les accords pour les législatives.

    Si l'EPR est un symbole, il est bien cher. Malgré les démentis officiels, on sent bien qu'EDF cherche des portes de sorties. L'EPR n'a rien de révolutionnaire, c'est en gros la même techno que le N4, avec des sécurités en plus (qui auraient dû être présentes sur les versions précédentes…), et un taux de combustion plus élevé (qui aurait plutôt l'effet inverse, surtout avec du MOX). Le chantier dérape, il y a des surcoûts très importants (on est passé de 3.4 Md à 6 Md, et cela sera certainement plus à la fin). Si c'est vraiment une présérie, cela peut rester acceptable d'être autant hors budget. Si, comme cela semble se dessiner, il n'y aura pas de suite, alors la seule décision raisonnable est d'arrêter immédiatement le chantier, et d'accepter la perte, plutôt que de fuir en avant.

    Derrière ces milliards, il y a un jeu politique. Et là, c'est Hollande qui n'est pas brillant. La cacophonie d'EDF, qui se retrouve obligé de publier des démentis sur l'abandon de la filière, met Hollande en difficulté sur l'EPR. Les verts seraient bien bêtes de ne pas en profiter. Et Hollande me semble bien mal avisé de tenter d'utiliser l'EPR dans son bras de fer avec les petits verts.

    RépondreSupprimer
  3. Titre excellent :-) (mais tu ne l'avais pas déjà fait celui là ^^ ?)

    RépondreSupprimer
  4. Falconhill,

    Peut être..

    Gularu,

    Oui !

    Hyp,

    Je ne confonds pas. Je parle bien du jeu politique. Hollande ne peut pas céder maintenant autrement qu'en promettant des études ou un vague moratoire.

    RépondreSupprimer
  5. Tout à fait d'accord! Et j'ajoute que sur le coup Hollande est ferme et se refuse à toute démagogie. De même reste-t-il insensible à toutes les attaques qui fusent désormais contre lui. Preuve que le bonhomme est solide.

    RépondreSupprimer
  6. Je n'ai pas souvenir d'un candidat à la présidentielle qui ne soit pas solide, Nouvel Hermes, c'est la condition sine qua non pour pouvoir se présenter tant on sait que la "lessiveuse" de la campagne est rude.
    De là à dire qu'il est insensible, faudrait le lui demander...

    RépondreSupprimer
  7. Désolé, je ne voudrais pas entretenir l'échange de noms d'oiseaux tant en vogue actuellement, mais sur le coup de l'EPR, les socialistes (enfin, une aprtie d'entre eux...) sont des charlots. Et je le prouve : http://gauchedecombat.wordpress.com/2011/11/15/je-suis-membre-du-parti-den-rire-vert-et-rouge/

    Quand au fait de réduire les préoccupations écologistes au seul parti d'EELV, c'est assez risible. L'quipe hollandaise commet une faute stratégique, un point c'est tout. Mais ça t'écorcherait les doigts de l'avouer, tu as si peu de recul dès qu'on parle de ton poulain que... Voilà quoi. C'est dit. Et écrit.

    RépondreSupprimer
  8. GdeC,

    Lis donc le commentaire d'Hermes. Ce n'est pas une question de nucléaire. Il doit montrer de la fermeté.

    RépondreSupprimer
  9. J'avais pas vu la fin de ton commentaire. À plier de rire. Toi qui me donne une leçon de stratégie électorale à Hollande.

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est activée. JE SUIS LE SEUL à décider des commentaires qui sont supprimés et ils ne le sont jamais pour divergence politique sauf si les propos tiennent du harcèlement de la part d'imbéciles qui ne savent pas prendre acte d'un constat de désaccord.

Je supprime les commentaires qui n'apportent rien à l'esprit de ce blog, tel que je me l'imagine. Tant pis pour les andouilles qui voient autre chose...