12 mars 2008

Le Kremlin-Bicêtre en deuil

Le dernier poilu vivant, Lazare Ponticelli, est mort à l'âge de 110 ans. Je rappelle à mes lecteurs qu’il habitait au Kremlin-Bicêtre, chez sa fille.

Le Kremlin-Bicêtre était célèbre pour son hôpital, son poilu, sa Comète, son Leclerc, sa Nationale 7, ses chansons de Charles Trenet, le clair de Lune à Maubeauge et mon blog (à moindre échelle).

Il faut aussi reconnaître que les patrons de bistros, de part et d’autre de l’avenue Eugène Thomas, avaient perdus beaucoup de poils en un an (et il y en a un qui lit mon blog, je vais me faire engueuler : ce n'est pas ce soir que je vais avoir un verre à l'oeil !).

Mes amitiés à la famille.
Un hommage national lui sera rendu.

20 commentaires:

  1. Pourvu qu'on ne nous enleve pas le 11 novembre!

    RépondreSupprimer
  2. Pour l'instant ma préoccupation est le déplacement ministériel prévu ce soir... juste à l'heure où je rentre du boulot alors que je suis venu en voiture.

    RépondreSupprimer
  3. L'hommage national ne lui sera pas rendu personnellement, mais à l'ensemble des combattants.

    RépondreSupprimer
  4. Eh bien, moi, je n'ai pas envie de faire de l'humour, pour une fois : ça me fait vraiment quelque chose...

    RépondreSupprimer
  5. Je me souviens d'un voyage à Douaumont, il y a quelques années, par un jour de novembre terrifiant de froid et de vent, d'une visite de ces villages entièrement rasés et qui continuent d'exister officiellement (avec maire, etc.) : c'était bouleversant, à la manière dont une visite d'Oradour-sur-Glane peut l'être également.

    RépondreSupprimer
  6. Dominique,

    Oui ! Merci de le rappeler.

    Didier,

    Je fais toujours de l'humour mais ça n'empêche jamais l'émotion.

    RépondreSupprimer
  7. Didier,

    Bref, je fais de l'humour sur Bicêtre, la Comète et les blogs, par sur les anciens combattants.

    RépondreSupprimer
  8. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  9. Il était le dernier témoin de la guerre, ou en reste-t-il à l'étranger ?

    RépondreSupprimer
  10. Moi aussi ça me fait vraiment quelque chose... Quelques mois avant sa mort, j'ai entendu parler de funérailles nationales. J'en ai eu les larmes aux yeux ! Le dernier poilu ! Le dernier combattant français de la Grande Guerre ! Bon sang, c'est quelque chose.

    RépondreSupprimer
  11. Oui, c'est une mémoire qui s'efface lentement. Et un jour, ça fera la même chose avec la seconde guerre, ça m'a fait un effet bizarre lorsque Lucie Aubrac s'est éteinte. Quand il ne reste plus de témoins, la mémoire perd de sa force, de sa vigueur. Elle meurt un peu. On a tendance - Olivier p a raison de l'évoquer - à commémorer le 11 novembre désormais par obligation.

    C'est terrible, ça !

    Si l'on cherche dans chaque arbre généalogique, on trouve un combattant de la Grande Guerre. Pas une famille épargnée quasiment. Mon arrière-arrière grand père est mort de complications suite à inhalation de gaz moutarde en Alsace par exemple...

    RépondreSupprimer
  12. Il a refusé beaucoup d'honneur personnel, jugeant que "c'est con la guerre", refusé le Panthéon aussi mais il a fini par accepter un truc national qu'a la conditions que ce soit collectif.
    Un mec bien, y'a pas a dire !
    :-)

    [maintenant la grnade guerre entre dans l'Histoire…].

    RépondreSupprimer
  13. Il faut préciser que ce brave homme (j'emploie ce mot à juste titre) était un immigré clandestin venu d'Italie. Autres temps, autres moeurs. A cette époque le mot "rital" était une injure raciste.

    Comme Didier G l'a expliqué , visiter les monuments de 14-18 c'est assez impressionnant, quand on voit ces cimetières gigantesques on mesure le gâchis. Et dirent qu'ils se sont dit à la fin que c'était la der des der. Mon grand-père qui vécu cette guerre, me l'avait dit: tout le monde espérait que ce serait la dernière. Quelle ne fut pas leur déception de revoir l'Allemagne se ré-armer.

    Dans le même genre, je me souviens d'une discussion avec un ancien GI débarqué en Normandie en 44 à 18 ans et qui est allé jusqu'en Autriche et a libéré des camps. Je me souviendrai toujours des larmes dans ses yeux bleus quand il racontait ça.

    Ce genre de témoignages ne doivent pas disparaître: ils donnent un sens humain à l'Histoire.

    RépondreSupprimer
  14. Benjii,

    C'est le dernier témoin en France mais c'est compliqué. Vu l'age, il est probable qu'il n'en reste plus en Allemagne.

    Balmeyer,

    Oui (et je voudrais répondre aussi à Didier Goux). Sur mon blog, je déconne, c'est mon job, mais ça ne m'empêche pas d'avoir une larme dans un coin.

    Dorham,

    (avec Balmeyer, arrêter d'écrire mieux que moi des sentiments).

    Je connais Olivier P (c'est un "vieux commentateur" de mon blog) et je crois qu'il plaisantais sur l'éventuelle habitude de notre droite à supprimer les jours fériés, mais il a raison dans le message : il ne faut pas oublier.

    Dagrouik,

    Ton commentaire commençait mal, et j'allais ajouter qu'on s'en fout, on n'est pas là pour cracher sur Hortefeux (je te connais !). Par contre, il finit divinement bien !

    Il ne faut pas oublier.

    Les gars,

    Ca fait des mois que je réponds à mes commentateurs en rentrant à la maison le soir parce que je considère que c'est mon job ! C'est la première fois que je le fais avec émotion !

    Merci à tous !

    RépondreSupprimer
  15. evidemment je plaisantais pour le jour férié.
    Pour le reste je suis tout à fait d'accord avec ce qu'écrit Didier.
    On a beau avoir des récits, on peine à imaginer l'enfer que ça a pu être

    RépondreSupprimer
  16. D'après Frédéric Mathieu qui est responsable du site "dersdesders" il resterait 8 survivants de la première guerre mondiale ayant réellement combattu.

    RépondreSupprimer
  17. Oui, j'ai entendu différents chiffres. Le nombre devrait encore baisser.

    RépondreSupprimer
  18. Nicolas,
    ta dernière phrase est d'une logique implacable !

    RépondreSupprimer
  19. Tiens le nain qui manque d'idées pourrait suggérer que les gamins aillent voir le monument aux morts le + proche le 11 novembre, ça serait utile de leur rappeler que la violence sauvage de 1914 n'a servi à rien, et que 25 ans plus tard commençait une pire ignominie. Dont une qui explique que des gamins de 20 ans ont du ouvrir des portes de four et s'en souviennent toute leur vie...

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est activée. JE SUIS LE SEUL à décider des commentaires qui sont supprimés et ils ne le sont jamais pour divergence politique sauf si les propos tiennent du harcèlement de la part d'imbéciles qui ne savent pas prendre acte d'un constat de désaccord.

Je supprime les commentaires qui n'apportent rien à l'esprit de ce blog, tel que je me l'imagine. Tant pis pour les andouilles qui voient autre chose...