26 mars 2008

Réformer l'UMP

« Hervé Novelli, qui dirige les Réformateurs de l'UMP, souhaite qu'ils soient représentés à la direction du parti présidentiel qu'il convient de «réformer en profondeur». ». C’est marqué là, dans le Parisien.

Vous avez bien lu. Pas la peine d’essuyer vos lunettes. C’est bien l’UMP qui faut réformer. Pas La France.

Ca me va.

« l'UMP n'est plus assez ce lieu de débat collectif, d'expression de la diversité des sensibilités et d'offensive intellectuelle contre la gauche qu'il était lorsque Nicolas Sarkozy le présidait ». Ben ouais.

« Depuis dix mois, nous n'avons pas eu le temps de reconstituer ce climat, au risque d'apparaître comme exclusivement suiviste ». De qui ? Il va rester longtemps au Gouvernement ?

« Je demande aussi que les sensibilités actuelles, dont la sensibilité réformatrice et libérale qu'avec d'autres je représente, soient intégrées dans les instances dirigeantes de notre formation et associées à sa gestion. » Quoi ? Il n’y a pas de réformateur et de libéraux à la tête de l’UMP ? On nous aurait trompé ?

C’est pas à la tête du PS qu’on verrait un tel bordel ! Si ? Ah…

(photo)

12 commentaires:

  1. Il y avait aussi une très intéressante tribune dans Les Echos (et non l'inverse) demandant plus de justice sociale dans les réformes !

    Alain Juppé sur son blog se place aussi en réformateur du Sarkozysme.

    Comme je le disais après les municipales, Sarkozy sort affaibli à l'intérieur de l'UMP et les loups commencent à lui mordiller les mollets !
    :-)

    RépondreSupprimer
  2. Passez-moi le sel et les épices !!

    RépondreSupprimer
  3. M'sieur Poireau dit vrai, cette tribune était savoureuse à souhait.

    Pour ceux qui veulent la lire, suivez le lien.

    RépondreSupprimer
  4. Les UMPéistes réclament le droit de se chamailler comme des gauchistes! C'est le progrès social en marche!

    Sérieusement (du moins un peu), il est assez intéressant de dire : "Vous trouvez qu'on se tape dessus au PS? Allez voir un peu la droite, comme ils s'entendent bien entre eux."

    Isabelle Balkany qui traite Devedjian de "Mao", il faut le faire quand même...

    RépondreSupprimer
  5. o16o,

    Vive les bastons dans les parti(e)s.

    RépondreSupprimer
  6. Ooupss ! Désolé, le lien s'est infiltré dans la date de mon commentaire...

    Sinon, le revoila :



    la tribune dans Les Echos

    RépondreSupprimer
  7. Ils étaient saouls quand ils ont écrit ça ?

    On trouve toujours la perle habituelle : "Mais la confusion trop facile entre socialisme et social impose à la droite et au centre un effort beaucoup plus important de pédagogie, avec des objectifs lisibles, mesurables, vérifiables."...

    Comme si la pédagogie allait renforcer le pouvoir d'achat !

    RépondreSupprimer
  8. C'est normal, l'UMP est un parti pourri. Encore pire que le PS.

    FFaut pas le réformer, il faut l'élimliner !

    Plus d'UMP et la Modemo-centro-nébuleuse reprendra sa place naturelle : à droite !

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.