29 mars 2008

Premier Ministre optimiste

Mercredi dernier, lors des séances de questions au Gouvernement à l’Assemblée Nationale, François Fillon répondait à François Hollande. Le Premier Secrétaire du Parti Socialiste interpellait le Premier Ministre sur la situation financière de la France : « Attendez (Vives protestations sur les bancs du groupe UMP) Monsieur le Premier ministre, soit vous allez laisser grossir la dette, soit vous allez augmenter les impôts, soit vous imposerez un plan de rigueur… soit nous aurons les trois ! (Applaudissements sur les bancs du groupe SRC) »

Voilà la réponse du Pommier Sinistre : « Avec toute l’humilité qui sied à celui qui répond au premier secrétaire du Parti socialiste, permettez-moi de vous dire, Monsieur Hollande, que votre analyse est erronée (Protestations sur les bancs du groupe SRC) et, d’ailleurs, contredite aussi bien par le FMI et l’OCDE que par l’INSEE. Que disent les institutions monétaires internationales ? Que la crise qui secoue les États-Unis aura des conséquences en Europe, mais qu’elles seront moindres en France que dans les autres pays de la zone euro. ».

Lisez la suite sur le site de l’AN, pendant ce temps-là vous ne serez pas au bistro.

Hier, par la voix de l’AFP, nos comptables en chef donnaient malheureusement raison à François Hollande.

« Le déficit public en 2007 est revu à 2,7% du produit intérieur brut (PIB), contre 2,4% initialement prévu par le gouvernement, pour un total de 50,3 milliards d'euros. En 2006, il a été ramené à 2,4% du PIB (contre 2,5% précédemment), a indiqué vendredi l'Insee. »

« Dans le même temps, la dette publique a augmenté de 5,2% à 1.209,5 milliards d'euros fin 2007, soit 64,2% du PIB, un niveau bien supérieur au maximum de 60% autorisé par l'Union européenne. En 2006, la dette avait progressé de seulement 0,4% pour un taux de 63,6% du PIB. »

« la croissance 2007 s'est contentée d'un maigre 1,9% alors que le budget avait été bâti sur une hypothèse de 2,25%. »

« Et malgré l'optimisme affiché durant des mois face à la crise internationale, le gouvernement a finalement dû se résoudre à une révision à la baisse pour 2008, entre 1,7% et 2%. »

Elle est belle la réponse du Premier Ministre, non ? La situation est catastrophique mais on est moins pire que les autres.

Pendant ce temps là, qui se fait rappeler à l'ordre par la Commission Européenne à cause de ses comptes plombés ?

12 commentaires:

  1. Allez... dans quelques semaines, on va annoncer une sérieuse baisse des dépenses, comme l'arrêt du remboursement à 100% de certaines maladies, ainsi que l'augmentation des cotisations.

    Pour faire bonne mesure, on n'augmentera pas les impôts sur le revenu, mais la TVA passera à 19.8%.

    Et ça sera pour notre bien.

    Sur le sujet des déficits, il faut écouter l'intervention de JP Fitoussi sur France Info. C'est un économiste, mais il y a des choses intéressantes dans son discours.

    RépondreSupprimer
  2. ... jusqu'ici tout va bien... jusqu'ici tout va bien...

    RépondreSupprimer
  3. Qui a dit que François Hollande, disait que des conneries ?

    RépondreSupprimer
  4. Diane,

    Ca tombe bien que tu en parles, je voulais l'évoquer dans le billet mais ça aurait été à charge...

    Mes copains blogueurs de gauche Ségoliste oublient souvent que la politique ce n'est pas seulement savoir qui dirigera le parti, mais aussi des batailles parlementaires ! Ségolène Royal a, au nom du non cumul des mandats, laissé tombé son poste de député !

    RépondreSupprimer
  5. Nicolas,

    Il serait grand temps qu'au PS, ils arrêtent de jouer aux chaises musicales et se concentrent sur l'action politique.

    D'une manière générale, je voudrais pouvoir voter en choisissant entre des programmes de partis et non entre des personnalités. D'autant que de plus en plus, il n'est plus possible d'identifier les personnalités à leurs partis, à force de gueguerres internes. C'est fatiguant !

    Mais surtout, lorsque celui ou celle que tout le monde montre du doigt dit un truc intelligent, il faut le souligner, le soutenir et l'encourager.

    RépondreSupprimer
  6. Oui ! C'est que j'essaie de marteler.

    RépondreSupprimer
  7. a lire sur http://www.gaucherepublicaine.org/,article,2014,,,,,_L-etat-francais-s-enrichit.-Qui-dit-mieux.htm

    Néo-libéralisme

    L'état français s'enrichit. Qui dit mieux?
    Par Bernard Maris

    RépondreSupprimer
  8. Olivier,

    Très intéressant.

    J'avais moi-même parlé de la dette nette en 2006 (ensuite, j'ai un peu changé de style de blogage !) et arrivé aux mêmes conclusions sur l'hypocrisie du discours sur la dette laissée aux enfants... discours qui ne prenait pas en compte le patrimoine.

    RépondreSupprimer
  9. c'est comme le nuage de Tchernobyle.. ça s'arrête à nos frontière.. la France est un pays magique..

    RépondreSupprimer
  10. Je vois qu'on en parle en commentaires !
    Je voulais souligner que cette notion de dette est un peu un concept à la con des libéraux pour supprimer l'Etat qui coûte beaucoup trop cher !
    Il y a des trucs dans la dette qui seraient dans une comptabilité d'entreprise placs dans la case "j'investis pour plus tard" ! :-)))

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.