22 septembre 2010

Pisser dans un violon fait déborder la dette

Ca y est ! La dette semble revenue au cœur des préoccupations de quelques uns de nos policards, François Fillon lui-même ayant annoncé hier une forte diminution des niches fiscales. Pourtant, nous ne sommes pas des imbéciles, nous SAVONS que le gouvernement va laisser filer les déficits pendant un an. Ceci n’est pas une critique ni un reproche : les élections arrivent, il faut bien tenter de les gagner.

Tiens ! Le François Fillon en question s’est prononcé pour la fin des avantages pour les jeunes mariés. Je pourrais parier ma paie contre la culotte de Céline Dion que Nicolas Sarkozy fera un geste en faveur de « ces jeunes », comme il l’avait d’ailleurs fait plus ou moins en 2007 (le « travailler plus pour gagner plus » ne s’adressait pas au quadragénaire bedonnant que j’étais à l’époque). Déjà qu’il vient de supprimer des avantages fiscaux pour ces braves gens qui veulent acheter un logement.

J’espère, sincèrement, que la fiscalité sera au cœur des débats pour la prochaine présidentielle. Améliorer la répartition des richesses et tout ça. Tiens ! Le président annonçait à l’ONU vouloir imposer les flux financiers : un début ?

Bof.

« C'est pourquoi mon projet concilie trois objectifs : engager les réformes dont notre pays a besoin, baisser les impôts, réduire la dette et le déficit. »

Mes archives sont formelles. Il est rigolo ce vieux billet du blog : « Les salaires sont trop bas dans notre pays. Je demanderai aux entreprises de faire un effort sur les salaires car l'Etat fait lui-même un effort sur les allégements de charges. » « Je créerai une fiscalité écologique pour inciter les Français à adopter des comportements vertueux, notamment une TVA à taux réduit sur les produits propres. » « Je consacrerai beaucoup d'argent aux banlieues, dans l'éducation, la formation, la rénovation urbaine, les services publics, les transports, l'activité économique. » « Je lancerai un plan de prévention et de recherche sur les maladies de la vieillesse, notamment la maladie d'Alzheimer » (c’est le jour !)

Mais je m’égare. Je fouillais les archives de mon blog. Je voulais retrouver l’adresse de ce site, Débat 2007, pour rappeler à mes aimables lecteurs (oui, toi, andouille) que la dette était déjà au centre des débats, avant la dernière élection, de même que les questions d’environnement, de sauvegarde de la planète, de guérison de la cirrhose du foie et de la suppression de la TVA sur la bière.

Le sujet va être relancé. Les intello-économistes vont encore ouvrir leur gueule, appeler à la réduction de la dette, nanani nananère. J’imagine déjà les prises de position de Jacques Attali, pour vous dire à quel point je suis pessimiste en imaginant cette campagne. Pire ! François Bayrou pourrait s’exprimer sur le sujet…

20 mois avant les élections, je propose de commencer à rappeler très fort que pisser dans un violon ne permet que de faire déborder le vase.

10 commentaires:

  1. "baisser les impôts, réduire la dette et le déficit."

    Merde alors, vu que ce sont 2 mesures contradictoires ça veut dire qu'il va falloir doublement diminuer les prestations sociales ça!

    RépondreSupprimer
  2. Pourquoi, tu trouves que réduire la dette n'est pas une priorité?

    RépondreSupprimer
  3. Pisser dans un violon abime le violon, et ça c'est pas tolérable. C'est vrai, quoi.

    RépondreSupprimer
  4. Nekko,

    Oui.

    Nemo,

    On ne réduira pas la dette en disant "il faut réduire la dette".

    RépondreSupprimer
  5. Nicolas,

    Certes, mais il n'y a pas 36 solutions, j'ai bien peur.
    Augmentation des revenus ou réduction des dépenses. Personnellement, je pense qu'il y a de larges possibilités des deux côtés.

    RépondreSupprimer
  6. Nemo,

    Oui mais comme nos politiques se font un malin plaisir de parler de ça et de ne pas le respecter, il faut être prudent.

    En gros, il faut faire les révolutions fiscales sans nécessairement communiquer sur la dette dont se foutent les gens.

    Par contre, si tu leur expliques (par exemple), qu'on peut taxer plus justement tous les revenus...

    RépondreSupprimer
  7. Demain je cherche un violon d'occase, et j'essaye !

    RépondreSupprimer
  8. Tiens, on entends plus parler de la RGPP, non plus !?!

    RépondreSupprimer
  9. Le Coucou,

    Mélomane !

    Dada,

    Elle a disparu ?

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est activée. JE SUIS LE SEUL à décider des commentaires qui sont supprimés et ils ne le sont jamais pour divergence politique sauf si les propos tiennent du harcèlement de la part d'imbéciles qui ne savent pas prendre acte d'un constat de désaccord.

Je supprime les commentaires qui n'apportent rien à l'esprit de ce blog, tel que je me l'imagine. Tant pis pour les andouilles qui voient autre chose...