08 septembre 2010

Woerth brouillé ?

J’ai mis mes chaussettes ce matin et le monsieur dans le poste de radio en a profité pour annoncer que les socialos avaient arrêté leur stratégie pour le débat sur la réforme des retraites à l’Assemblée Nationale : il ne faut pas attaquer Eric Woerth pour ne pas brouiller le message.

Je ne sais pas de quel message il s’agit, probablement de montrer aux français que le Parti Socialiste a des propositions à faire, pourrait sauver les retraites, patati, patata… Je me demande ce qu’ont à foutre les Français des propositions que peut faire le PS deux ans avant les élections en sachant que la réforme passera de force sauf si Nicolas Sarkozy se dit qu’il va trop loin et qu’il perdra l’élection en question.

En gros, je pense que la position du groupe PS à l’Assemblée n’est pas la bonne. Le pire est qu’ils vont présenter des amendements dont certains seront acceptés. J’imagine les titres de la presse : « Le gouvernement accepte un amendement de l’opposition à propos de la pénibilité au travail ».

Sur le fond, c’est peut-être très bien mais ça équivaut à titrer « Alors, vous voyez, hein ? Le gouvernement n’est pas si mauvais et fermé que le dit l’opposition ! »

Globalement l’image reçue par l’électorat est que le PS n’est pas trop mauvais pour coller des rustines mais qu’il n’a aucune proposition de réforme importante à faire, qu’il est juste bon pour faire un peu d’antisarkozysme primaire…

Julien Dray déclarait récemment que l’antisarkozysme ne fait pas un programme. Il a raison. « "L'unité du parti est nécessaire, mais ne peut pas être un programme", a-t-il ajouté. "Quand le PS n'a pas affiné son projet politique, même s'il a un bon candidat, cela explose dans la campagne électorale". » Parfaitement ! Par contre, le projet politique doit être global et porter sur le renoncement aux orientations politiques pseudo-libérales prônées par Nicolas Sarkozy au profit d’une meilleure justice sociale donc fiscale.

Tiens ! Le débat sur les retraites a masqué la préparation du budget 2011 par le gouvernement et deux informations fortes à propos des niches fiscales et du bouclier du même métal :
  1. les incitations fiscales seront maintenues pour les investissements dans les PME,
  2. les exonérations pour les « investissements verts » seront diminuées.

Traduction en clair : la première mesure favorisera ceux qui sont capables de montages financiers complexes alors que la deuxième lèsera les gens qui travaillent notamment les patrons, artisans qui fabriquent des fenêtres à double vitrage, qui installent des velux ou des panneaux solaires, des ouvriers qui remplacent des chaudières, …

Sans parler des aspects liés à l’environnement et des braves gens qui se saignent pour entretenir leurs bicoques.

Alors même si l’antisarkozysme n’est pas un programme mais il faut continuer à dénoncer l’enfumage qu’a représenté la campagne 2007, le bouclier fiscal, le travailler plus pour gagner plus.

La réforme des retraites est l’occasion de démontrer que le « travailler deux ans de plus » rentre dans cette stratégie d’enfumage au nom du pragmatisme (ben ouais, c’est le patron qui gagne de l’argent avec notre travail, c’est la base de l’économie, même).

Et rappeler la « collusion » entre l’UMP et les « riches » dans ce contexte n’est pas inutile. La position d’Eric Woerth, le pauvre, devrait en faire une cible privilégiée pour l’opposition.

Et c’est ainsi que le PS pourra ensuite présenter un vrai projet de société qui ne sera pas qu’un catalogue de rustines qui lui permettrait de tenir, si par hasard il est élu, avant une débandade en 2017.

Enfin, je crois... Surtout avec les trois millions de manifestants d'hier (selon ma concierge) qui attendent avec impatience le retour de l'opposition.

12 commentaires:

  1. Salut Nicolas !
    il y a de quoi être en colère!

    Le contexte n' a jamais été aussi favorable à l'opposition et ils font quoi ?
    Rien !
    Si nous ne gagnons pas sur la réforme des retraites, c'est un boulevard pour Sarko, heureusement il y a la rue ! qui ne peut gouverner elle ...

    RépondreSupprimer
  2. Scourti,

    Ah ! Merde, si je puis me permettre. Tu me rappelles que j'ai oublié de parler des manifs alors que c'était prévu dans la conclusion. Je corrige.

    RépondreSupprimer
  3. Je pense que la "fermeté" du gouvernement sur les retraites fait partie d'une stratégie : ils restent fermes, à coups de grands discours pleins de douleurs et d'urgence, puis quand la contestation sociale a atteint son point culminant et qu'on sent que ça n'ira pas plus loin, ils lâchent un ou deux trucs sans grande importance, et la presse s'écriera : le gouvernement a cédé, et roule ma poule. A mon avis, dans les jours qui viennent, même s'ils lâchent un chouia, ils vont garder un ou deux trucs en poche pour avoir de quoi nourrir les canards qui continueront à faire coin coin. L'important, c'est tout de même que la richesse de la France profite aux riches. Les pauvres, ils peuvent bien bosser, ça les occupe.

    RépondreSupprimer
  4. Justement, c'est pour ça que le PS ne doit pas lâcher ce volet...

    RépondreSupprimer
  5. Hier soir, je me suis couché en me promettant de faire un billet sur cette attitude incompréhensible du PS… Mais je ne billette pas le matin :-) Alors d'accord avec toi, même si je te trouve encore trop indulgent !

    RépondreSupprimer
  6. Le Coucou,

    Je ne suis indulgent que parce je pense à la communication du PS, pas à son attitude, ce n'est pas l'objet du billet. J'essayais de réfléchir à haute voix sur l'intérêt du PS en préparation des prochaines élections. Il est vrai qu'ils courent un risque d'apparaitre trop fermé dans l'opposition.

    Mais je pense, effectivement, au fond, que je serais bien content si les ténors du partis montaient plus au créneau pour taper sur la politique actuelle !

    RépondreSupprimer
  7. ça fait des années que le PS tape à côté en termes de communication.... Je suis pour mettre le doigt où ça fait mal : l' UMP est l'ami des riches, est-ce que le PS veut être celui des pauvres ? Simple mais pas simplet.

    RépondreSupprimer
  8. Encore une occasion ratée . Cette attitude "M.Propre" du PS devient pathétique et intolérable à la fin. Putain, trois ans de sarkozisme et ils n'ont pas encore compris que lui, il ne les ratera pas !

    RépondreSupprimer
  9. Oui, surtout que là, ils ont tout pour eux, y compris le temps de se remettre après !

    RépondreSupprimer
  10. http://2012raisonsdenepasvotersarkozy.blogspot.com

    RépondreSupprimer
  11. Comme dit Fanette, ils font un texte globalement inacceptable pour le retailler ensuite à la marge et pérorer dans les médias.
    Le PS est obligé par l'UMP qui ne cesse d'aboyer "la gauche n'a pas de projet" de sortir quelques cartes.
    Le résultat c'est que c'est de nouveau l'UMP qui mène la danse médiatique alors qu'avec Woerth, ils avaient enfin perdu le choix du calendrier !
    :-))

    RépondreSupprimer
  12. Océane,

    Oui. Ils font chier à vouloir se donner cette image de respectabilité.

    Captain,

    Oui, c'est lamentable.

    Poireau,

    Oui, en une vague décision, ils perdent l'avantage.

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.