29 septembre 2010

Evolution de la population active et réforme des retraites

Un détail dans la vidéo que je vous ai proposée ce matin m’a donné envie de faire une recherche et je suis tombé sur cette page du site de l’Insee. Je vous en ai même fait un beau schéma, à gauche, là. Il s’agit de l’évolution de la population active pour les plus de 15 ans. La population active (en vert) est composée de ceux qui ont un emploi et des chômeurs. On constate que l’écart entre les hommes (en bleu) et les femmes (en rose, mon côté puéril) se réduit suite à une évolution de société que nous qualifieront de post-soixante-huitarde (uniquement pour faire rager Olympe).

On constate surtout que le taux d’actifs reste à peu près constant de 1975 (lendemain du début de la crise économique, je cherchais les chiffres sur une plus longue période), malgré les mesures successives. Pour le fun, voilà les chiffres de quelques années :

1978
58,0%
1981
58,2%
1986
57,3%
1988
56,5%
1993
56,0%
1997
55,7%
2002
56,2%
2007
56,1%

J’ai pris les chiffres des années des élections législatives mais les différences sont tellement minimes et explicables par un tas de phénomènes, notamment les cycles de l’économie, autant que par les actions de chaque gouvernement. Je ne veux pas de polémique…

Il n’empêche qu’entre 1975 et 2008, la baisse de la population active est de 1,9% malgré le passage de l’âge de la retraite de 65 à 60 ans…

En d’autres termes, il y a aujourd’hui autant de gugusses aptes à bosser pour nourrir tout le monde qu’il y a 35 ans malgré tous les gains de productivité.

Gains de productivité dont on ne parle jamais assez. Je me rappelle très bien de 1975, j’avais 9 ans et j’étais un petit garçon joufflu. Quand j’allais faire les courses avec Maman, il n’y avait pas d’hypermarché avec des caisses automatiques. Quand j’allais faire le plein de la voiture avec Papa, un monsieur mettait le « pistolet » dans l’orifice du réservoir.

Toujours est-il que les arguments montrant que la réforme des retraites est une hérésie se multiplient, d’autant qu’entre temps, le taux de chômage est passé, environ de 3 à 9%. Ce qui veut dire que 3% des gens parmi les 58,1% de population active en 75 étaient au chômage contre 9% des 56,2% de 2008.

Il vaudrait mieux filer du boulot à ces braves que faire bosser plus les anciens. Tout le reste n'est que littérature.

31 commentaires:

  1. Avant que certains comprennent ces explications, il y aura encore de la bière à couler dans les bistros.

    RépondreSupprimer
  2. Yann,

    Non ! C'est simple. Tu dis "la population active ne baissant pas, bosser plus ne servira à rien".

    RépondreSupprimer
  3. Encore une fois, tu appliques un raisonnement intelligent face à des de-voyeurs de la démocratie qui n'ont aucune culture économique.
    Et aucune envie d'y réfléchir. Cool ton papier ;-)

    RépondreSupprimer
  4. Mais vous faites une grave erreur de raisonnement. C'est le ratio populationa ctive par rapport aux retraités qu'il faut regarder. Il y en a de + en + et on est à moins de 2 actifs pour 1 retraité.

    désolé mais vous avez tout faux. Les retraites va falloir les réformer.Que ça vous plaise ou non avec moinsde 2.1 enfants par femmes et avec une espérance de vie qui dure de plus en plus la retraite par répartition n'est pas tenable à moins de diminuer les pensions.

    raph

    RépondreSupprimer
  5. Raph,

    Ca n'a rien à voir. Il s'agit de répartir le PIB, c'est à dire, la production de richesses entre les gens. Tout le reste n'est que de la propagande !

    Il y a 40 ans, il y avait 10 paysans pour nourrir la France. Avec ton type de raisonnement et les 1 millions de paysans actuels, on serait en famine grave.

    Il faut prendre en compte les évolutions de la société.

    RépondreSupprimer
  6. Ton billet est simple et argumenté mais le pourcentage des actifs n'est qu'une variable dans le problème !

    La question est "Qui finance quoi ?"...

    Il faut maintenant voir ce que représente le montant des pensions à verser par année et comment il a évolué !

    RépondreSupprimer
  7. Dada,

    Ce n'est qu'une variable mais elle est essentielle et personne ne la sort.

    RépondreSupprimer
  8. Dada,

    Je reprends (interrompu par le chef...). Les seuls trucs importants et le montant total des richesses produites (par le privé, forcément) et le nombre de types vivant en France.

    Ensuite il faut voir comment répartir le pognon pour que tout le monde vive (y compris les riches, y compris l'économie, ...).

    Le reste n'est que des variables. Tu peux toujours bouger tous les curseurs pour adapter ça (limiter l'inflation, favoriser la consommation, motiver les salariés, ...)...

    Mais à ce que je sache, le taux de croissance l'économie est sur le long terme largement supérieur au taux de croissance de la population.

    RépondreSupprimer
  9. Il y a en effet en amont un gros problème de chômage. Mais malgré ce, le problème des retraites se poserait quand même du fait de la pyramide des âges et de l'arrivée à l'âge de la retraite des personnes nées pendant le "baby boom".

    je dirais plutôt : "il faut filer du boulot à ces braves gens et réformer le système de retraite si on veut maintenir un système par répartition."

    RépondreSupprimer
  10. Polluxe,

    Oui. Il faut réformer le financement des retraites... et donc la part des revenus (du PIB) qui va au travail (et sa suite : la retraite).

    En outre, le problème du Baby Boom va s'inverser. On nous parle d'un phénomène à 40 ans... mais ils seront morts avant, les pauvres...

    RépondreSupprimer
  11. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
  12. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
  13. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
  14. Raph,

    Vous avez tort. Je n'ai rien à foutre de votre propagande fausse avec des ratios bidons. Je n'ai rien à foutre d'un débat avec un type qui n'écoutera jamais le moindre de mes arguments, qui balaie tout d'un geste de la main en disant "vous avez tort".

    On parle bien de population dans son ensemble et pas de ratios débiles qui ne représentent que des arguments à charge sans prendre en compte le seul truc utile : la répartition des richesses.

    Le débat ne m'intéressant pas, vos prochains commentaires seront effacés : vous êtes dans une logique de "no alternative" et "notre monde a une fin". Vous pouvez donc aller voir ailleurs. Pour ma part, je cherche des alternatives et à différer la fin.

    Cela dit, vous pouvez vous occuper en cliquant sur le mot retraite, en bas de billet, pour voir toutes les réponses que je pourrais faire à votre argumentation bidon digne des économistes à la petite semaine qui poussent dans le mur.

    RépondreSupprimer
  15. bien sûr que le pb lié au "baby boom" passera... quand ils seront morts... en attendant il faut en tenir compte.

    RépondreSupprimer
  16. Polluxe,

    Non. Parce que l'argument avancé est la sauvegarde des retraites à long terme. Il s'agit de sauver la retraite par REPARTITION : le fruit global du travail des gens qui bossent cette année paye, outre les salaires des gens de cette année, les retraites des gens de cette année.

    Faire travailler les gens un an de plus, ne fera pas que le fruit global du travail des gens qui bossent sera supérieur.

    Si on pouvait réellement générer plus "de fruit global de travail" à volonté, il n'y aurait plus de chômage.

    RépondreSupprimer
  17. Je vais le dire autrement : il faut résoudre le problème de la répartition des fruits du travail autrement qu'au cas par cas, parce qui arrive actuellement est une baisse des retraites, une augmentation du chômage et une baisse du niveau de santé (via la baisse des remboursement annoncée cette semaine).

    A force de coller des rustines partout, on ne répare pas la roue...

    RépondreSupprimer
  18. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
  19. "Donc c'est d'un ratio, celui au numérateur l'argent de ceux qui payent et au dénominateur l'argent que reçoivent des retraités."

    Ceci ne veut rien dire.

    Et ce n'est pas de ça dont il s'agit. A double titre...

    1. Il ne s'agit pas de l'argent de ceux qui payent mais de l'argent consacré, globalement au travail (y compris cotisations), dans le chiffre d'affaire des entreprises.

    2. Il ne s'agit pas de ce que reçoivent les retraités mais de ce que reçoivent les "français" (travailleurs, chômeurs et retraités).

    Le reste n'est que foutaise. Des espèces de curseur qu'on agite dans tous les sens selon qu'on est à droite ou à gauche.

    Si vous ne le comprenez pas et que vous ne comprenez pas que je vous ai demandé de cesser la conversation c'est que vous êtes un crétin qui a encore moins de connaissance en savoir-vivre qu'en économie.

    RépondreSupprimer
  20. Finalement, Ralf, j'efface vos commentaires. Ca fait cinq ans que je tiens ce blog : j'ai passé l'âge d'une discussion "droite gauche" sans fin... Ce blog s'appelle "Partageons mon avis". Y compris le MON.

    En commentaire, on discute sur le ton de la bonne humeur, comme je le fais avec Polluxe qui visiblement n'est pas d'accord avec moi.

    Par contre, elle ne me casse pas les couilles avec une position de pseudosupériorité. Elle discute, quoi.

    RépondreSupprimer
  21. Nicolas,

    Tu viens d'expérimenter ce que sera le futur iRiposte de l'UMP !

    On va pas rigoler, quoi :-/

    RépondreSupprimer
  22. Mais si on va rigoler. Je vais envoyer chier un tas de types.

    RépondreSupprimer
  23. «Si vous ne le comprenez pas et que vous ne comprenez pas que je vous ai demandé de cesser la conversation c'est que vous êtes un crétin qui a encore moins de connaissance en savoir-vivre qu'en économie.»

    Moi, j'ai compris, je veux pas me faire engueuler !
    :-)
    C'est amusant mais sur ce dossier-ci, la droite a abandonné la métaphore du gâteau à partager dont elle se sert habituellement. C'est pourtant pertinent dans le contexte !
    :-)

    RépondreSupprimer
  24. Poireau, [T'as vu, je suis familié maintenant !]

    La Droite a déjà mangé le gâteau mais veux aussi bouffer les miettes :-/

    RépondreSupprimer
  25. Poireau,

    Tu crois que j'ai été grossier, là ?

    Dada,

    La dernière goutte, aussi ?

    RépondreSupprimer
  26. Nicolas : disons que tu as une manière très directe de gérer les trolls. Pas de quartier !
    :-))

    [En même temps, il l'a cherché… :-) ].

    RépondreSupprimer
  27. S'il veut perdre son temps, c'est son problème. Mais qu'il me fasse perdre le mien...

    RépondreSupprimer
  28. Houps, il y avait 9 brillants commentaires quand j'ai ouvert la page! Avec 28, je ne suis pas certain d'avoir tout suivi, sinon qu'il faudrait inventer un système d'évaluation sans chiffres, puisqu'on peut les tirer dans tous les sens. On pourrait, heu, peut-être mettre un politique, un patron, des employés dans une cage, en laboratoire, et faire des essais?

    RépondreSupprimer
  29. je n'ai pas compris : qu'est ce qui devrait me faire rager la dedans?

    RépondreSupprimer
  30. Le Coucou,

    Heureusement qu'Olympe est là, j'allais oublier de te répondre.

    Bonne idée !

    Olympe,

    Je sous-entendais à peu près que la libération de la femme est responsable de la crise...

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est activée. JE SUIS LE SEUL à décider des commentaires qui sont supprimés et ils ne le sont jamais pour divergence politique sauf si les propos tiennent du harcèlement de la part d'imbéciles qui ne savent pas prendre acte d'un constat de désaccord.

Je supprime les commentaires qui n'apportent rien à l'esprit de ce blog, tel que je me l'imagine. Tant pis pour les andouilles qui voient autre chose...