20 septembre 2010

Jean-Louis Borloo et la joyeuse révolution fiscale

Par la faute de H16, je me suis retrouvé à lire une interview de Jean-Louis Borloo. Je vous conseille. Notre Ministre de l’Environnement est devenu gauchiste. Je vais faire comme H16, vous en relever des morceaux mais mon illustre camarade libéral semble ne pas avoir été jusqu’au bout, une crise de rire l’ayant empêché de finir sa lecture.

« Pour reprendre confiance, les Français ont besoin de savoir que notre pays est au cœur des enjeux du nouveau monde. »

Bon, les gens, qu’est-ce que vous attentez pour vous mettre ça dans le crane ?

« Or, depuis des années, la Commission privilégie la concurrence entre les entreprises européennes plutôt que d'aider à la construction de champions européens mondiaux. »

Et hop ! C’est de la faute de l’Europe et de la sacrosainte concurrence.

« Une fiscalité qui repose sur le travail et le capital matériel (les machines) relève d'un modèle ancien, d'un système national fermé où les modèles sociaux et fiscaux n'étaient pas mis en concurrence. »

« Continuer aujourd'hui à financer l'école et la santé essentiellement par des charges sur le travail n'est plus possible ! » Allons bon ! C’est la sécu qui paye l’école ?

« Il faut faire converger la fiscalité du travail et du capital. »

Ah !

« Et puis, il faut remettre à plat la fiscalité en commençant par taxer la grande matière première immatérielle que sont les transactions financières. »

Ah !

« Pour aller plus loin, je fais une proposition : organisons un Grenelle de la fiscalité autour de 2012. » Avant ou après les élections ?

« Nous sommes à l'aube d'une heureuse révolution fiscale. »

Une heureuse révolution fiscale ? C’est la CGT qui s’occupe des merguez pendant la révolution ?


7 commentaires:

  1. Borloo c'est YAKAFOKON et qui trinque ensuite ? nous bien sûr.

    RépondreSupprimer
  2. Lui trinque aussi, d'après la rumeur...

    RépondreSupprimer
  3. On dirait que l'Elysée a ouvert le site premierministrable.com
    les candidats doivent être "force de proposition" comme on dit chez les crânes d'œufs en costard de pingouins. Alors après le crôassement de Brice, le cacatement de Jean-Louis. Nous attendons avec impatience le chouinement de Michèle.

    RépondreSupprimer
  4. Tu m'ôtes les mots du clavier: j'allais dire qu'il trinque aussi pas mal… Bon, je le redis.

    RépondreSupprimer
  5. Rappelons que Borloo est aussi avocat. Ces types sont capables de remplir leur discours sans en croire un seul mot !
    :-)

    RépondreSupprimer
  6. Le Coucou,

    Il ne faut pas le dire.

    Poireau,

    Remplir un discours et vider les verres ?

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est activée. JE SUIS LE SEUL à décider des commentaires qui sont supprimés et ils ne le sont jamais pour divergence politique sauf si les propos tiennent du harcèlement de la part d'imbéciles qui ne savent pas prendre acte d'un constat de désaccord.

Je supprime les commentaires qui n'apportent rien à l'esprit de ce blog, tel que je me l'imagine. Tant pis pour les andouilles qui voient autre chose...