14 septembre 2010

La République irréprochable, une fois !

Vous, je ne sais pas, mais moi, je perds tout ! Tenez ! L’autre jour, j’avais perdu mon carnet de chèque. J’ai passé une demi-heure à le chercher avant d’avoir un éclair de génie : il était dans mon sac de voyage. Des fois, c’est la mémoire que je perds. Je perds tout, je vous dis. Cette fois, c’est la république irréprochable, que j’ai perdue. J’ai fouillé partout, dans les tiroirs de mon bureau, dans les pots à machins dans la cuisine, dans l’armoire de la cave où je range mes chaussures usagées : rien. Impossible.

Pourtant, j’ai bien retrouvé la liste des courses, ce matin, chez FalconHill, qui nous ressort le programme de Nicolas Sarkozy. Mais pas la République Irréprochable.

On l’a pourtant bien reçue, ce soir de mai 2007. Elle nous tombait du ciel.

J’avais même oublié jusqu’à son existence. Il faut dire qu’entre le bling-bling et tous les machins, j’avais mieux à penser.

Pourtant il l’a dit : « Je veux une démocratie irréprochable. »

N.B. : Les amis Jean et FalconHill, sus nommé, sont informés que le commentaire de Jean au billet de FalconHill (en lien ci-dessus) est arrivé au moment précis où j’allais sur Google chercher le texte du discours et qu’il m’a juste fallu ajouter « Véronis » à ma requête « Sarkozy République Irréprochable ». Ca va me faire regretter de ne pas croire en Dieu, moi !

Heureusement qu’il y a le quotidien Le Soir (repris par Courrier International) pour m’y faire penser.

« S'il se confirme que les services de contre-espionnage ont été sollicités par l'Elysée pour identifier la source d'un journaliste et que cette source, une fois connue, a aussitôt été éloignée de Paris, ce serait gravissime. Le signe que le pouvoir est prêt à tout, y compris à enfreindre ses propres lois (le dispositif sur le secret des sources a été renforcé il y a à peine quelques mois [en janvier 2010, pour rendre la législation française conforme au droit européen]) pour étouffer une affaire Woerth-Bettencourt décidément trop embarrassante. »

(J’ai enlevé la partie où Le Soir égratigne Mitterrand, faut pas déconner quand même, ceci est un billet sérieux).

« Ce nouveau coup de théâtre ne fait qu'entacher un peu plus la crédibilité des investigations. Sans parler de la légitimité à maintenir au ministère du Travail un Eric Woerth si grossièrement protégé qu'il n'en devient que plus suspect. »

Juste un peu plus, hein ?

« Une justice privée de ses moyens, une presse dont les sources sont taries : c'est la séparation même des pouvoirs et la liberté de la presse qui sont bafouées. »

« Il y a quelques mois, déjà, l'utilisation des services de renseignement de l'Etat à des fins privées avait fait polémique. Il s'agissait alors d'enquêter sur les rumeurs qui prêtaient une liaison à la première dame de France. Le contre-espionnage avait admis que cette mission lui avait été confiée. »

Bon ! Les Belges ? Est-ce que je m’occupe de votre séparation, à vous autres ?

17 commentaires:

  1. très beau billet Nicolas ! rien à ajouter bravo !

    RépondreSupprimer
  2. Merci (d'autant que j'ai tout pompé dans Le Soir).

    RépondreSupprimer
  3. chic alors, une nouvelle polémique :)

    sans doute en ferais-je un billet mercredi mais tu imagines bien que je ne vois pas tt a fait la chose comme toi !

    RépondreSupprimer
  4. Corto,

    Je n'ai pas donné mon avis... J'ai juste repris Le Soir...

    RépondreSupprimer
  5. hé oui il va faloir s'y faire, la presse montre de plus en plus les dents !

    RépondreSupprimer
  6. Mais là, c'est la presse étrangère !

    RépondreSupprimer
  7. et le problème avec Le Monde ,
    ça c'est la presse française !

    RépondreSupprimer
  8. Parce que tu es en lien (l'autre où tu es en lien, sur un autre blog, devrait te plaire aussi)...

    RépondreSupprimer
  9. Et quand elles passent d'usagées à usées, vos chaussures, vous les donnez ou vous les jetez ?

    RépondreSupprimer
  10. T'as pas cherché dans ton slip !?! [ok, je sors...]

    RépondreSupprimer
  11. Dernière nouvelle, après "trou du cul" et "perquisition" l'UMP vient d'acheter le mot-clé "irréprochable" à google.

    Donc, c'est pas vrai, il n'a jamais dit ça, ou du moins il ne se rappelle pas. En tout cas c'est faux, il ne le connaît même pas!

    RépondreSupprimer
  12. Tu fais des billets pour Le Soir, maintenant? Ils te payent en bière, au moins?

    RépondreSupprimer
  13. C'est à dire que comme ici ils en sont toujours à se donner des rendez-vous hypothétiques ou secrets pour accepter de discuter de l'éventualité probable de la constitution d'un gouvernement, les journalistes du Soir ont le temps de regarder ce qui se passe chez les voisins du dessous.
    On ne regrette pas de ne pas avoir de gouvernement, du coup ! :-)))

    RépondreSupprimer
  14. Ce commentaire a été supprimé par son auteur.

    RépondreSupprimer
  15. Christophe,

    Pour tout vous dire, je n'ai pas de cave.

    Dada,

    Il n'y a pas de place.

    Captain,

    Si google arrive à trouver "irréprochable" à l'UMP, c'est qu'il est vraiment très fort.

    Le Coucou,

    Même pas. Tiens ! Je n'ai pas encore été poster un commentaire con chez toi, cette semaine. J'arrive...

    Poireau,

    Oui, vous avez le temps !

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est activée. JE SUIS LE SEUL à décider des commentaires qui sont supprimés et ils ne le sont jamais pour divergence politique sauf si les propos tiennent du harcèlement de la part d'imbéciles qui ne savent pas prendre acte d'un constat de désaccord.

Je supprime les commentaires qui n'apportent rien à l'esprit de ce blog, tel que je me l'imagine. Tant pis pour les andouilles qui voient autre chose...