20 septembre 2007

Arrêt sur image publicitaire

Partageons mon avis est heureux de constater qu'en fin de premier semestre, il a oublié de relayer la pétition pour le maintien d'Arrêt Sur Image. En effet, les listings de signataires sont maitenant utilisés pour émettre un mailing publicitaire pour la nouvelle émission de Daniel Schneidermann ! J'aurais été gêné de vous avoir incité à vous y inscrire.

On se demande ce que fait la CNIL.

Notons bien qu'on peut tourner cette information de manière plus sympathique. Pour nous remercier de l'avoir soutenu, Schneidermann nous invité maintenant à payer pour suivre son émission. Sympathique non !

Hier, il nous envoie un mail pour nous informer que Patrick Le Lay et Etienne Mougeotte pourraient s'échouer prochainement en correctionnelle ? Pour s'être foutu de la gueule de leurs défenseurs ?

Ah ! Arrêt sur image ! Défenseur de la presse, de la liberté, ... Et des recettes publicitaires ?

Ca me donne presque envie de créer un blog pour lacher ma colère contre !

4 commentaires:

  1. C'est drôle que tu parles de cela, hier lorsque j'ai recu le mail j'i répondu direct! Je disais que même si j'avais signé ce n'était pas une raison pour m'envoyer des news de Le Lay et "Bougeotte le ridé" ! Du coup après ils ont envoyés un mail d'excuses. Ils ont du recevoir pas mal de retour !

    RépondreSupprimer
  2. J'ai reçu aussi un mail assez confus avec de vagues explication. La pratique n'en est pas moins scandaleuse.

    RépondreSupprimer
  3. Et quoi, il faudrait qu'ils se financent comment ? Par la pub, encore ?
    Il essaient de recuperer l'audience qu'ils avaient avant leur virée de l'antenne pour inventer autre chose.
    Pour ma part, j'ai simplement jeté le mail mais sans colère !
    :-)

    RépondreSupprimer
  4. Fil,

    Je l'ai gardé comme preuve... mais avec colère.

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.