21 septembre 2007

Landis à zéro

On connaît enfin le vainqueur du Tour de France 2006 : Pereiro. Landis a enfin été foutu en l’air ! Je vais diffuser sa photo. Si vous le croisez dans la rue, vous le reconnaîtrez, vous pourrez lui dire « Bonjour, Monsieur Landis » puis lui cracher à la gueule subrepticement.

Remerciez-moi. De rien !

Armstrong nous avait cassé les burnes en jouant pendant sept ans de la trompette sur la lune. Ce Landis a discrédité le tour qui aurait du être celui la renaissance. Avant Armstrong, rappelons-nous Pantani et l’affaire Festina en 98. Cette année, on ne connaît même plus le nom du vainqueur à cause de l’autre pignouf blondinet à poids rouges. Ah ! Tour de France ! Seuls les cons t’adorent. Mais 10 ans sans toi, c’est trop.

Les instances cyclistes ont mis 14 mois pour prendre une décision qui s’imposaient dans le cœur des amateurs. On devrait faire comme en rugby, où l’arbitre peut demander à se faire aider par des moyens vidéos pour lui permettre de prendre une décision juste en trois minutes (même si un essai a été refusé de manière louche contre la Namibie l’autre jour – le gugusse avait bien aplati la balle – mais, les pauvres, ils n’avaient pas besoin de ça).

Cela dit, on pourrait déjà commencer par tirer au sort le type qui échappera à la justice pour pouvoir gagner le prochain Tour de France.


12 commentaires:

  1. J'avais écris un article là-dessus, l'an dernier (http://lutine-o-kub.over-blog.com/
    article-3467764.html)

    Sinon, je me demandais si tu mettais tes conseils de blogage en pratique. Il y a un point d'exclamation, tout seul, sous la photo ;-)

    RépondreSupprimer
  2. Lutine,

    Moi aussi, j'ai fait des billets sur le sujet l'an dernier (et cette année aussi, surement).

    Pour le point d'exclamation tout seul, pas chez moi (ça dépend de la taille de l'écran) et dans mes conseils de blogage, je disais que je me basais parfois pour la chance pour ne pas me fatiguer avec les "espaces insécables".

    RépondreSupprimer
  3. Il pourrait être judicieux, en effet de faire le tirage au sort maintenant pour mieux préparer les cérémonies.

    Par contre il faudrait garder le résultat secrêt pour le suspense.

    Il pourrait être aussi intéressant d'embaucher des scénaristes qui pourraient nous mitonner un truc intéressant, avec de l'émotion, des gars qui souffrent dans les cols, des revirements, des abandons, des blessures, peut-être un mort dans un accident, quelques coucheries du directeur sportif avec l'épouse du coureur quand il pédale, tiens, à propos une histoire d'amour entre deux coureurs concurrents, voire même des cas de dopage, bien organisés. On pourrait tourner ça au printemps, ce qui créerait moins de bouchons sur les routes des vacances. Y amatière.

    RépondreSupprimer
  4. Oui ! Et il faudrait embaucher des gonzesses avec des gros nichons pour faire le public en liesse.

    RépondreSupprimer
  5. Ah ouais, ouais, et de temps en temps y en a une qui lèverait son tee shirt au passage des coureurs, et on retrouverait l'image sur Internet.

    RépondreSupprimer
  6. Oui ! Ou alors une qui en voulant rafraichir les coureurs se renverserait la bouteille d'Aquarelle(r) sur la poitrine.

    RépondreSupprimer
  7. Nicolas,

    Je crois que tu t'es de nouveau trompé de blog ;-)

    RépondreSupprimer
  8. Lutine,

    Non... Mon billet concerne l'actualité !

    RépondreSupprimer
  9. Non ! Pourquoi ? On raconte des conneries, c'est le but !

    RépondreSupprimer
  10. Moi, je suis un con, je continue d'aimer le cyclisme.
    Mais pas forcèment les cyclistes !

    Maintenant, il faudrait que Pereiro [à condition qu'on ne découvre pas qu'il était survitaminé à l'époque] réclame son podium sur les Champs Elysées avec la remise de médailles et de bouquet ! :-)))

    RépondreSupprimer
  11. Fil,

    Moi aussi j'aime bien le cyclisme. Mais trop c'est trop.

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.