18 septembre 2007

Non au contrôle génétique de l'immigration

Irène Delse relaie sur son blog la pétition contre le contrôle génétique de l’immigration.


« En France, les législateurs ont souligné l’importance du fait que le lien de filiation ne pouvait en aucun cas se réduire à sa dimension biologique. L’importance de ce principe est évidente lorsque l’on songe aux enfants adoptés ou aux familles recomposées. Ce principe cesserait-il d’être important pour ceux qui ne sont pas nés en France ? Le droit à vivre en famille, reconnu par la convention européenne des droits de l’homme, serait-il réservé aux Français ou à ceux qui ont les moyens de payer des tests génétiques, présentés avec une hypocrisie certaine comme non obligatoires, mais qui deviendraient vite indispensables ? Ignore-t-on que ce contrôle suplémentaire engendrerait immanquablement des trafics de documents et autres irrégularités ?

En contribuant une fois de plus à stigmatiser les candidats à l’immigration et sous prétexte de réduire un désordre, cette disposition en créerait un autre, infiniment plus grave, car il entamerait pernicieusement des principes éthiques, et ouvrirait la porte au fichage génétique de certaines catégories de la population. L’histoire nous a appris à quels désastres s’exposent les peuples qui acceptent de rogner peu à peu leurs principes éthiques, de banaliser l’inacceptable. »

20 commentaires:

  1. "En France, les législateurs ont souligné l’importance du fait que le lien de filiation ne pouvait en aucun cas se réduire à sa dimension biologique."

    Cette affirmation sert de base à une démonstration hautement philantropique. Normale qu'elle ne soit pas étayée puisqu'elle est erronée. La filiation, c'est avant tout et presqu'exclusivement le lien génétique. J'ignorais qu'il y avait dans ce pays encore des partisans de la génération spontanée...

    Tout le ramadam fait autour d'une disposition de bon sens éclaire l'hypocrisie de ceux dont le but - inavoué - est de laisser grande ouverte les portes de l'immigration.

    Ils n'ont pas même - les les A. Kahn et autre Sicard - le courage de leur opinion et se cachent derière cette manipulation.

    RépondreSupprimer
  2. Bon sang, mais c'est bien sûr ! Le droit du sang. Le bon.

    RépondreSupprimer
  3. ah je vois que ce blog est toujouts aussi en forme
    www.romainblachier.fr

    RépondreSupprimer
  4. Oui Romain, il n'y a pas de raison !

    RépondreSupprimer
  5. Et même : on peut aimer un enfant adopté, ou illégitime, comme son propre enfant. respectons cela.

    RépondreSupprimer
  6. Homer,

    C'est ce que je voulais dire, mais j'ai préféré parlé immédiatement de "droit du sang" pour faire taire certains propos que je n'avais pas envie d'entendre !

    RépondreSupprimer
  7. C'est tellement bête que ca en devient grave !
    J'ai signé bien sûr…

    RépondreSupprimer
  8. je suis sans doute une énorme buse, mais j'ai pas trouvé l'endroit où signer sur ton lien.
    ça me frustre.

    RépondreSupprimer
  9. A noter que c'est même un peu trop simple : il y a un tas de gugusses qui ont fait des erreurs de manip et sont "inscrits" plusieurs fois ! Il va falloir qu'ils fassent le tri...

    RépondreSupprimer
  10. PierreC,

    Tu sousestimes largement la taille de la buse.

    1/ Tu cliques.

    2/ Dans la colonne de droite, il y a une zone pour saisir ton nom et ton prénom et une pour saisir ton adresse email.

    Plus simple, on n'a pas trouvé !

    RépondreSupprimer
  11. houch. Je croyais que c'était un accès membre ou je sais pas quoi.
    Mon auguste nom figure sur la pétition. Pan.

    RépondreSupprimer
  12. Dans le Monde, ce témoignage : "Certains visas sont pourtant bloqués pendant des années à cause des problèmes d'état civil, souligne Soulé N'Gaidé, qui a suivi le dossier de Mme Lam en tant qu'assistant juridique au Centre international de la Cimade, à Massy (Essonne). En Mauritanie, on peut travailler, se marier, avoir des enfants ou se faire enterrer sans jamais présenter un document administratif. L'état civil est très approximatif. En 2005, la demande de rapprochement familial de Fatimata Lam a été acceptée pour son mari et l'un de ses fils, mais les autres visas ont été refusés : le consulat de France en Mauritanie précise dans un courrier que la copie d'acte de naissance de Mariam est "apocryphe. Il affirme en outre ne pas avoir retrouvé l'acte de naissance de Diarry dans les registres et déclare que la fiche de recensement de Kalidou n'a pas été présentée."
    Dans un cas pareil, les tests ADN ne seraient-ils pas d'un grand secours pour ces familles, si nombreuses en réalité ?
    L'amendement Mariani est une bonne initiative, le test ADN étant UN outil incontestable et rapide de prouver une filiation quand c‘est nécessaire, ni plus, ni moins.
    Inutile de me traiter de troll nazi pour le dire. Nous serions le douzième pays d’Europe à adopter cette mesure.

    Ce n'est même pas de bonne guerre de s'opposer à tout, systématiquement et avec autant de violence et de virulence.
    Et cela ne rend pas service à ceux que vous dites vouloir aider.

    RépondreSupprimer
  13. Anne,

    Le seul problème est que l'amendement n'est pas pondu par Mariani pour aider les familles à se reconstituer. Si ça peut le faire, tant mieux !

    Il est pondu pour l'effet inverse pour traquer les fausses déclarations !

    En outre, un amendement sur un projet de loi sur l'immigration ne doit pas remettre en cause les définitions de la famille dans la législation française (contrairement au premier andouille qui a déposé un commentaire sur ce billet).

    Imaginons une femme étrangère. Elle se marie avec un type qui a déjà un enfant. Elle considère cet enfant comme le sien. Elle l'adopte. Le mari décède. La femme se retrouve un concubin en France mais ne pourrait pas venir car l'enfant n'est pas en descendance génétique avec le concubin ni même avec elle ?

    Mais laissons tomber ces exemples concrèts. C'est tout simplement une histoire de morale.

    Si ça t'échappe, tant pis ! Laisse moi signer la pétition.

    RépondreSupprimer
  14. Par ailleurs, Anne, c'est une étape préalable au fichage génétique de ceux qui n'ont rien à se reprocher... à part de ne pas être nés dans nos magnifiques contrées...

    RépondreSupprimer
  15. Pour ça Nicolas, on peut prévoir des mesures.
    Rien n'est arrêté, ni les modalités juridiques ni les financières.
    J'imagine que les labos pratiquant les tests n'enverraient que la réponse positive ou négative de la filiation aux Consulats, par exemple. Les résultats pouvant trés bien être détruits une fois la paperasse réalisée.

    Et dans le cas que tu donnes, je ne crois vraiment pas qu'il s'agisse d'empêcher un enfant régulièrement adopté de suivre ses parents.
    Les autres iront...ailleurs !

    RépondreSupprimer
  16. Anne,

    Tu es optimiste !

    Prévoir les mesures... Déjà, comment on sélectionne et on agrée à l'étranger les labos accrédités à faire des tests ?

    Rien qu'à la base les mesures sont nécessairement foireuses... alors pour les "détails" que je cite, on va bien rigoler.

    Au fait ! Qui va payer les tests ?

    RépondreSupprimer
  17. Et toutes les mesures qu'on pourra mettre en oeuvre ne changeront rien au problème de base. La filiation deviendra (au moins partiellement) définie par la génétique.

    Ce projet de loi est une goutte d'eau qui fait déborder le base pour nous aboutir à pisser dans en violon. Il changera quoi dans la lutte contre l'immigration clandestine ?

    Au mieux à faciliter les mecs à prouver qu'ils ne sont pas clandestins... donc il ne servira à rien dans la lutte contre l'immigration clandestine...

    C'est encore du n'importe quoi fait par notre brave Sarko et encore une fois notre brave Sarko s'attaque à l'éthique.

    RépondreSupprimer
  18. Anne : es-tu au courant qu'en ce moment même on expulse des sans-papiers dont les enfants de 3 ou 4 ans n'ont jamais connu que la France ?
    Tu es naïve de continuer à croire que tout va bien et que rien n'arrive !
    :-)

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.