17 septembre 2007

Jospin dans la gueule

Mon Dieu ! My gode. Que ce titre est nul ! La honte me ferait rougir comme une jeune demoiselle découvrant les attributs de mon copain Tonnegrande si dans un sursaut d’orgueil je n’envisageais pas immédiatement de le changer. J’envisage. Je ne change rien. La morale est sauve.

Ainsi, je voulais dédier mon billet de ce matin aux sorties de Lionel Jospin contre Ségolène Royal qui ont eu la bonne idée de me faire marrer ce matin, mais le journal de France Inter à 8 heures me met encore plus en joie. Deux événements politiques me paraissent de bons sujets pour se réjouir.

Le premier pourrait me rendre François Bayrou sympathique. Reconnaissons-le, c’est fait, il m’est sympathique. Voilà quelques extraits de son discours d’hier. A propos de Nicolas Sarkozy : « tous ses choix montrent qu'il conduit la France, non pas à la résistance, mais à l'alignement sur le modèle dominant ». « les signes multipliés au monde de l'argent, au CAC 40, aux milliardaires, à l'univers du Fouquet's, la vedettarisation de la politique, la jubilation des hot-dogs avec Bush père, Bush mère, Bush couple ». « Et que j'ai aimé ce jour-là que Cécilia Sarkozy ait une angine blanche ! ».

Mais ce sont surtout ses attaques contre tous les gens qui courent derrière Sarko qui sont réjouissantes : « Très en verve, le président de l'UDF a aussi ironisé sur « le concours de lèche permanent », « le cirage de pompes, devenu un sport national ». « Nous nous fixons comme but, de faire sortir la France de l'absolutisme et de la faire entrer dans l'ère nouvelle d'une authentique démocratie », a-t-il promis. »

Le deuxième pourrait permettre à Bernard Kouchner de remonter dans mon estime. Il commence à prendre ses distances vis-à-vis de la politique d’immigration du gouvernement Sarkozy (?). Allez, Nanard ! Franchis le pas ! File leur ta démission et dis franchement : « J’ai cru Nicolas Sarkozy quand il parlait d’ouverture, de nouvelle politique, mais, décidément, quand on est de gauche, on ne peut pas travailler avec ces gens là ». C’est le seule solution pour que tu reviennes dans notre cœur !

Je vais donc en revenir à Lionel Jospin. La première remarque qui me vient est que la réunion d’hier a un côté salutaire : il est temps que le Parti Socialiste refasse de la politique plutôt que du people et de la synthèse. Ca me fait penser que Bertrand Delanoë ferait un très bon Premier Secrétaire de transition pour préparer les prochaines échéances, ce qui ne veut pas dire qu’il ferait un bon candidat, il partage peut-être certains défauts de Ségolène Royal !

Nous y voilà ! Dans son bouquin à sortir prochainement, Lionel Jospin flingue celle qui fut par erreur la candidate des socialos à l’élection présidentielle : « une personnalité [qui] n’a pas les qualités humaines ni les capacités politiques » nécessaires pour remettre le Parti socialiste en ordre de marche et « espérer gagner la prochaine présidentielle »

« «une figure seconde de la vie publique», n’est «pas taillée pour le rôle». «Avoir commis une erreur [en la désignant] ne justifie pas qu’on la réitère», avertit l’ex-candidat, pour qui les raisons profondes de l’échec - c’est le titre d’un chapitre - tiennent à la personnalité de son ancienne ministre, à son style de campagne, à ses choix politiques. »

« Retenons plutôt la critique sur la mise à distance par Ségolène Royal du PS. C’est, pour Jospin, «une lourde erreur, pour un leader, que de laisser décrier sa propre formation politique», tant les partis, avec leurs défauts, sont indispensables à la vie démocratique. »

« Une fois désignée, Ségolène Royal aurait commis l’erreur, «enfermée dans un face-à-face narcissique avec l’opinion», de refuser la confrontation «sur le fond» avec son adversaire principal, Nicolas Sarkozy »

J’ai parmi mes lecteurs des supporters de Ségolène Royal. Avant de vous dire « y fait chier Nicolas », allez prendre une douche. Asseyez-vous devant votre PC et réfléchissez à l’article de Libé (en attendant de lire le bouquin de Jospin). Mieux, allez acheter Libé. Et réfléchissez calmement. Quelle est la meilleure solution pour la gauche de revenir au pouvoir :
A : prendre un candidat avec un joli tailleur et orienter le parti à droite parce que c’est à la mode,
B : adapter la politique de gauche à un monde moderne tout en restant bien à gauche et en travaillant avec nos camarades antilibéraux ?
C'est amusant ! Nous voilà fin 2007 et on se demande si le nouveau chef de la gauche ne serait pas Lionel Jospin ! M... J'ai oublié de flinguer François Hollande.

40 commentaires:

  1. un livre pour les aider

    http://www.travailleravecdescons.com

    RépondreSupprimer
  2. un livre pour les aider

    http://www.travailleravecdescons.com

    RépondreSupprimer
  3. Anonyme,

    Tu fais chier. Ca fait trois mois que tu nous emmerdes avec ta pub.

    RépondreSupprimer
  4. Nicolas,

    il ne faut pas en vouloir à Anonyme, il fait de la pub, parce qu'il n'a encore trouvé personne pour travailler avec lui, voilà tout.

    RépondreSupprimer
  5. Ah Jospin, j'attend d'etre rentré chez moi pour me le payer, ça promet. Par ce que pour donner des leçons il faudrait avoir le cul propre.

    RépondreSupprimer
  6. Ce que je retiens, c'est que Ségolène Royal n'a pas pris une baffe comme Jospin et que même si c'est un sérieux échec, elle n'a a aucun moment dit qu'elle se retirait de la politique.
    Je crois que là où elle surprend tout le monde, c'est qu'elle assume son échec. Peut-être juste qu'elle devrait tenir un peu plus compte de son échec.
    Mais le Jospin qui vient tout critiquer et donner des leçons, je trouve ça pathétique, qu'il ait raison ou non. Avant qu'il n'ouvre la bouche, j'ai déjà envie de me marrer.

    Franchement, si c'est sur lui qui le PS compte pour se refaire une santé, autant dissoudre !
    Et s'il s'imagine qu'il a une chance, et bien moi je dis non. Je fais partie de la génération qui a grandi avec Jospin (ministre et ses réformes à l'Education Nationale, bof !) et qui a mûri avec Jospin candidat (re-bof !)

    Enfin, ce n'est que mon avis et on sait tout les deux ce qu'il vaut, hein !! ;-)

    RépondreSupprimer
  7. Lutine et Dagrouik,

    Ne me faites pas dire ce que je n'ai pas dit ! Je ne souhaite pas le retour de Jospin et il n'est pas propre propre... Il n'empêche qu'il donne les bonnes claques !

    RépondreSupprimer
  8. Nicolas,

    C'est facile !!
    Il a des ennemis partout, il peut se permettre de dire tout haut ce qu'il a entendu partout tout bas !
    Il n'a plus rien à perdre !

    RépondreSupprimer
  9. Lutine,
    Justement !
    Après avoir été lui-même flingué dans tous les sens et tourné en ridicule, il aurait tort de se priver !
    D'autant qu'on oublie trop souvent que la politique menée entre 1997 et 2002 n'était pas mauvaise ! C'est même probablement une des meilleures législatures depuis longtemps (ce qui n'a pas empêché yoyo de se prendre une taule en 2002).

    RépondreSupprimer
  10. Nicolas,

    La politique de Ségolène Royal dans les Deux-Sèvres a également été plébiscitée.
    Or c'est bien souvent l'attitude des candidats, la personnalité qui fait qu'on vote ou non pour eux.
    Pour les dernières présidentielles, je pense que le résultat est la continuïté du premier tour 2002.

    Mais ça ne reste que mon avis, et je le partage ;-)

    RépondreSupprimer
  11. Lutine,

    Ouais... Mais la personnalité de Sarko aurait du faire qu'on ne vote pas pour lui ! Or 53% des français l'ont fait...

    RépondreSupprimer
  12. Nicolas,

    La personnalité de Le Pen devait faire qu'il ne soit pas au second tour en 2002. Et pourtant il y était !

    RépondreSupprimer
  13. Ouais, mais il n'a pas été élu au second tours ! Jospin est bien sur responsable de la cata de 2002 (pas tout seul, comme Ségo n'est pas seule responsable de sa taule).

    Il se trouve qu'en 2002, Jospin s'est barré (d'accord, il revient de temps en temps). Là le PS est en train de donner les clés de la boutique à Ségolène Royal ce qui est une très mauvaise idée !

    RépondreSupprimer
  14. "Mais la personnalité de Sarko aurait du faire qu'on ne vote pas pour lui ! Or 53% des français l'ont fait..."

    Tu serais pas un peu naïf là Nicolas ? Sa campagne et la couverture média ont soigneusement évité tout ça. Cela s'est d'ailleurs bien vu lors du débat où l'on a pas reconnu l'autre nain, tellement il jouait le gentil.

    Bref, je nuancerais quand tu dis que le PS donne les clés à Royal et que c'est une mauvaise chose. Je n'oublierais pas qu'elle a une réelle assise populaire. Il est vrai cependant que son fond idéologique (notamment ses positions vis-à-vis de la globalisation et le néolibéralisme économique incontrolé, la régulation quoi) doit être au plus tôt éclairci. C'est notamment ce qui me laisse sceptique sans pour autant lui cracher à la gueule. J'attends de voir...

    Le problème est la cristallisation de multiples haines qui est totalement contre-productive.

    RépondreSupprimer
  15. Je ne suis pas naïf ! C'était l'élection imperdable.

    Elle a un fond populaire, certes ! Mais elle n'a pas de fond politique.

    Si ! Elle le touche...

    RépondreSupprimer
  16. Imperdable ! La preuve que non.
    Y'avais pas n'importe qui en face, ne l'oublions pas. Et pas seulement Sarkozy. je pense au contreire que c'est lui qui ne pouvait perdre vu comme cela s'est passé.

    Quant au fond politique de Royal, j'en vois un par exemple : socialo-écolo. Enfin, tout ça pour t'inviter à ne pas déraper non plus...

    RépondreSupprimer
  17. L'une ou l'autre, le PS a deux crétins de plus dans ses rangs.
    D'ailleurs, en ce moment, les meilleurs opposants s'appellent Bayrou et De Villepin.
    On est content d'apprendre que Jospin pense quelque chose de tout ca mais ca ne fait toujours pas avancer le bidule.
    Ras le bol de ses nains qui jouent à se tirer dans les socquettes !
    L'élection a été perdue, ça c'est fait, bouclé, fini.
    Maintenant le boulot c'est de se construire en opposant, c'est à dire en répondant point par point à la politique de Sarkozy. Et là, y'a personne…
    Notamment aucun des membres de la gauche ayant accepté l'ouverture n'a encore trouvé à vraiment descendre le Néo-Président…

    RépondreSupprimer
  18. Jon,

    Imperdable... Il y a encore 9 mois, personne ne voulait de Sarko !

    Merci de m'inviter à ne pas déraper, mais ça reste mon blog !

    Fil,

    Justement, la réunion du PS hier, avec la bande du 18ème, peut rappeler au PS que la bataille doit être politique, que le travail doit être fait sur la politique, ...

    Ainsi, je pense que Jospin a raison de mettre les pieds dans le plat, et il faudrait que les militants PS favorable à Ségolène Royal se contentent de lui trouver "une bonne place dans l'opinion".

    Olivier Besancenot aussi est bien vu de l'opinion ! Il faut arrêter les conneries et faire de la politique.

    RépondreSupprimer
  19. Il est illusoire de croire que le PS, avec quelqu'un d'autre que Royal, n'irait pas vers la droite...

    RépondreSupprimer
  20. MC, peut-être, mais j'espère que tu seras d'accord avec moi qu'il est illusoire de penser que la gauche puisse regagner des élections si son parti le plus important vire à droite !

    RépondreSupprimer
  21. Si le PS vire à droite dans le but de gagner les elections, ce sera une victoire de la droite !

    [Catégorie : la pensée du jour].

    :-)

    RépondreSupprimer
  22. Fil,

    Je suis entièrement d'accord avec toi ! Ca ne m'intéresse pas de voir le PS gagner avec des idées de droite, c'est pourtant ce qu'ils semblent vouloir faire.

    En oubliant que pour gagner avec des idées de droite, la droite est mieux placée qu'eux !

    RépondreSupprimer
  23. Jospin, il donne quelques bonnes claques au parti (plus un certain nombre qui se trompent complètement de cible, mais c'est une habitude en politique), mais il en oublie un chapitre important : et lui-même, son auto-critique, c'est pour quand ?

    Because c'est très joli sur le papier les élections "imperdables", mais c'est une vue de l'esprit. Surtout que le PS s'était figé depuis 2002 sur le plan idéologique autant que des personnes. Et Royal a fait une chose très importante, et que le PS avait un peu perdu de vue : repartir de la base. Ce n'est pas par hasard qu'elle a été désignée. Et qu'elle a passé le cap du 1er tour malgré tous les bâtons dans les roues venant de son propre camp...

    Après, oui, on peut critiquer le côté people, mais franchement, à la place, qui aurait fait mieux ? Pas Fabius, largué. Ni DSK dans sa tour d'ivoire hi-tech. Et encore moins les revenants Rocard ou Jospin.

    Donc oui, faisons de la politique. Mais pas comme Jospin !

    RépondreSupprimer
  24. Irène,

    Jospin a raison de donner des claques MAINTENANT (avant que le PS ne s'endorme) et son autocritique, c'est trop tard !

    Ségolène Royal n'est pas repartie de la base du PS, mais de la base de Désirs d'Avenir !

    La question n'est pas de savoir qui aurait fait mieux, la question est comme tu le soulignes, que le PS est figé depuis 2002 et arrive à figer dans son sillage une partie de la vie politique française.

    Que le PS refasse de la politique ! Ca a été le message de la réunion de ce week-end, ça me parait sérieux. Quel que soit le rôle de Jospin dans cette histoire.

    RépondreSupprimer
  25. Hé ben, ça fait parler tout ça !

    Jospin donne un coup dans la fourmillière, necessaire peut être, est ce le mieux placé ? j'en doute un peu !

    C'est vrai et je te rejoins Nicolas, Jospin a été (demon point de vue) le meilleur Premier Ministre que je connaisse. La popularité de Royal on s'en balance, sinon Kouchner serai président et Yannick Noah Premier Ministre.

    Ah si Besancenot était moins ... ou plûtot si le PS était plus ... Bref, je me comprends !

    RépondreSupprimer
  26. Sinon :
    oui Bayrou a des éclairs de génie... mais cela ne dure pas. Pour tout dire c'est même gonflant à force.

    Kouchner d'ici peu il claquera la porte comme les autres! Je vois pas comment il tiendra les positions hasardeuses de son Président à l'étranger.

    RépondreSupprimer
  27. Donatien,

    Oui ! Ca fait parler... Et ça me surprend (je pensais avoir fait un billet un peu neutre en me contentant de reprendre des passages dans la presse).

    Je vais donc essayer d'en faire un deuxième billet pour ce soir pour étaler mon point de vue, plutôt que celui de la presse !

    RépondreSupprimer
  28. Le problème avec ce bouquin de Jospin, c'est surtout son timing. Les sympathisants du PS qui ne sont pas des socialistes purs-et-durs n'en peuvent plus de voir les luttes intestines au parti. Alors, juste quand le parti commence à calmer un peu le jeu, avec une Université d'été sans éclat, mais aussi sans éclats, voilà Jospin qui arrive pour re-discréditer tout ça, en relançant les polémiques et les guerres de courants.

    On peut également se demander s'il est utile de faire autant d'attaques sur la personne même de SR, plutôt que de réfléchir sur la politique. Des débats sur sa compétence ou sa personnalité ne vont pas aider à trouver des bases idéologiques pour la grande réfondation. Je dirais même que c'est hors de propos, maintenant.

    Bref, ça fait chier, car je ne vois pas, justement, le PS en train de donner toutes les clés à SR. Ce n'est pas en la rabaissant que le parti avancera. D'ailleurs, le système où on tente de dégommer tout le monde, le dernier debout étant désigné candidat, n'est peut-être plus adopté, car le discrédit est général.

    Si on ne veut pas de SR, il faut trouver qqn d'autre. Jospin aurait mieux fait d'écrire un livre pour vanter les mérites de Delanoë, ce qui aurait eu au moins le mérite de la clarté.

    RépondreSupprimer
  29. Omelette,

    Le calendrier est peut-être mauvais... Qu'est ce qui aurait été mieux ?

    Moi, ça me plait bien, au moment où le PS est en train de donner les clés de l'opposition à Bayrou (voire à Villepin). Il est temps, aussi, de donner un signal aux types qui, comme moi, ne croient pas à Ségolène Royal.

    RépondreSupprimer
  30. Je vais peut-etre faire un article demain (vue l'heure et que je bosse pour changer !) sur ce phénomène étrange de l'édition : le livre anti-Ségo !
    En tout cas, ça fait des commentaires intéressants.
    Irène, tout particulièrement !
    :-))

    RépondreSupprimer
  31. Concernant Kouchner : j'ai écouté l'émission sur le site d’RTL.
    A aucun moment il ne dit qu'il prend ses distances avec la politique d'immigration !! Il répète au contraire qu'il faut renvoyer chez eux les clandestins, que la gauche l'a fait, rappelant que c‘est Rocard qui a dit que la France n‘avait pas vocation à accueillir toute la misère du monde.
    Il dit simplement "ne pas aimer" l'amendement ADN, sans s'en indigner, reconnaissant au passage que 11 pays européens ont adopté cette disposition, dont 8 de l'espace Schengen, et que la majorité d'entre eux a un gvt social-démocrate !! Ce qui veut dire pour lui de gauche.
    Les raccourcis sont faciles, et bien racoleurs mais mensongers ! On y est habitué dans ce pays encore gangréné par la pensée marxiste.

    RépondreSupprimer
  32. Anne,

    Ca faisait longtemps que ton esprit trollesque n'avait pas hanté mon blog !

    J'ai juste dit que Bernard Kouchner commençait à prendre ses distances avec tout ce bazar.

    Je n'ai pas dit qu'il avait dit que...

    Les raccourcis sont faciles, et bien racoleurs mais mensongers !

    RépondreSupprimer
  33. "Il commence à prendre ses distances vis-à-vis de la politique d’immigration du gouvernement Sarkozy".
    Ah bon, tu ne le dis pas...

    Esprit trollesque ? C'est à dire opinion différente de la tienne ?
    Nous sommes au moins 53 % dans ce cas.
    Bizarroïde conception de la liberté de parole et de la démocratie.

    RépondreSupprimer
  34. Anne,

    Je ne dis pas qu'il l'a dit ! C'est moi qui dit que...

    Esprit trollesque ? Oui ! Quand on débarque sur un blog de gauche et qu'on dit, sans signer réellement : "On y est habitué dans ce pays encore gangréné par la pensée marxiste", c'est typique du troll !

    Esprit grotesque serait mieux adapté !

    RépondreSupprimer
  35. Mais encore une fois Nicolas : "sans signer réellement" veux dire quoi lorsqu'on n'a pas de blog ? Et encore, franchement !
    Sauf à donner son Etat civil et le n° de son mobile...

    Tu sous-entends donc que je n'ai pas à m'immiscer dans un débat, même pour rétablir une vérité que je juge importante.
    Encore une fois la liberté de parole que vous prônez tant n'est valable qu'à sens unique.
    Mais ça, on le savait déjà.

    Bonne continuation dans la manipulation de l'info.

    RépondreSupprimer
  36. Anne,

    Je n'ai pas dit ça. Je dis juste que tes interventions sur mon blog tiennent généralement du troll, ce qui est confirmé par ton insulte préférée : "Marxiste".

    RépondreSupprimer
  37. Ah, alors pardon Nicolas. Si tu prends "marxiste" pour une insulte, c'est bien !
    Je pourrai dire "trotskyste", puisque tu sembles avoir quelque sympathie pour Besancenot ?
    Il l'est, et le revendique..

    RépondreSupprimer
  38. C'est toi qui l'utilise comme une insulte !

    Oui, j'ai de la sympathie pour Besancenot, lui-même ayant dit que les partis de la gauche antilibérale devait refonder quelque chose sur de nouvelles bases sans oublier leur passé.

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est activée. JE SUIS LE SEUL à décider des commentaires qui sont supprimés et ils ne le sont jamais pour divergence politique sauf si les propos tiennent du harcèlement de la part d'imbéciles qui ne savent pas prendre acte d'un constat de désaccord.

Je supprime les commentaires qui n'apportent rien à l'esprit de ce blog, tel que je me l'imagine. Tant pis pour les andouilles qui voient autre chose...