17 septembre 2007

Ouvrez les yeux

C’est amusant, ça fait bientôt 20 ans que j’aime bien Lionel Jospin. Rien de difficile ! Au début des années 90 (j’avais 24 ans), il était "visible" que Lionel Jospin serait le prochain type du Parti Socialiste à avoir vocation à diriger le pays. Ca fut chose faite, en 1997, où il devint Premier Ministre pour 5 ans, ce que personne n’avait fait depuis Raymond Barre.

Les élections de 1997 ont été provoquées par une connerie de la droite et gagnées par la gauche à cause de la connerie de la droite, grâce à un bon projet de la gauche et grâce à la capacité de la gauche d’aligner une brochettes de gens compétents pour nous gouverner.

La période 1997 – 2002 fut excellente, on l’oublie un peu trop souvent. La conjoncture économique mondiale a été très bonne, le Parti Socialiste et la gauche plurielle ont pu mettre en œuvre son programme. N’en déplaise à certains dont à moi, la gauche a réconcilié la France avec l’économie de marché.

Cette période fut aussi ponctuée par l’amorce d’une crise boursière et par les attentats du 11 septembre 2001. La campagne pour la présidentielle fut menée par tout un chacun comme elle a été menée… et Lionel Jospin comme toute la gauche s’est pris une énorme baffe.

Nous voilà dans le vif du sujet !

Lionel Jospin a eu le tort de ne jamais faire son mea culpa. Il a mis sa défaite essentiellement sur la présence de Christiane Taubira et Jean-Pierre Chevènement au premier tour (le total des trois montrait que la gauche socialiste arrivait en tête des élections). Je ne sais pas si, sans ça, il aurait été présent au second tour et l’aurait gagné. Ca ne sert à rien de réécrire l’histoire !

Lionel Jospin a eu tort de ne jamais faire son mea culpa : il pourrait maintenant le retourner à la gueule de la gauche !

J’ai fait un billet ce matin pour m’amuser du flingage en règle de Ségolène Royal par Lionel Jospin et mes commentateurs étaient assez majoritaire pour la défendre. Je suis aussi intervenu sur le même thème sur le billet de Donatien. C’est un sujet dont on parle beaucoup aujourd’hui !

Avant que les socialistes ne mettent sur le dos de Lionel Jospin la défaite de Ségolène Royal, je vais leur demander à leur tour si Ségolène Royal a fait son mea culpa et s’ils ont fait leur mea culpa de la défaite de leur candidate.

La réponse est non. Je vais les aider.

La défaite de Ségolène Royal est avant tout due… à la victoire de Nicolas Sarkozy qui a menée une excellente campagne. Elle est ensuite liée à une mauvaise campagne du Parti Socialiste : la candidate, ses opposants internes et le parti lui-même.

Ce n’est pas tout… Et les deux points suivants ont un peu trop tendance à être oubliés :

Point 1 : Ségolène Royal n’a jamais su montrer qu’elle avait les épaules nécessaires pour assumer la fonction.

Point 2 : Ségolène Royal a dit des conneries pendant la campagne. Ses fans auront beau lui trouver des excuses, ça ne changera rien. Je vais citer un seul exemple : son truc sur l’encadrement des mineurs par des militaires et l’ordre juste. Avec de tels propos, elle ne pouvait pas mobiliser les électeurs de gauche non PS, comme moi. Je vais citer une autre connerie : la démocratie participative (qui n’a rien de nouveau : les réunions publiques existent depuis toujours) a discrédité la démocratie représentative. Elle ne pouvait pas mobiliser des républicains comme moi, qui croyons au travail des élus, dont les députés !

Ainsi, elle a tenue des propos sur les thématiques de droite et contre la république qui ne pouvait en aucun cas faire la victoire d’un candidat de gauche. Son rapprochement et surtout son débat avec François Bayrou entre les deux tours ont été une erreur. Il fallait évidemment interpeller les électeurs de François Bayrou voire François Bayrou lui-même mais ce débat est passé aux yeux de l’opinion de gauche comme une traîtrise !

Quand on est dirigeant socialiste, on oublie pas François Bayrou a fait descendre dans la rue un million de types en 1994 ! Il a peut-être changé, j’y crois, mais il y a des signaux qui ne trompent pas.

Quitte à voter à droite, autant voter pour Nicolas Sarkozy.

Après les élections, elle a continué à dire des conneries, notamment quand elle a dit que c’était une erreur d’avoir remis le SMIC et les 35 heures dans les thèmes de campagne et que c’était une raison de sa défaite !

Rien que ces derniers propos mériteraient que Ségolène Royal ne soient plus la candidate du PS, parce qu’un candidat du PS n’a pas juger honteux de parler temps de travail et niveau des petits salaires !

Voilà !

Lionel Jospin tombe sur Ségolène Royal. Tout ce que vous avez à répondre, tout ce qu’ont à répondre une partie des dirigeants socialistes est « Qu’est-ce qu’il a à nous faire chier ? Qu’il fasse son mea culpa d’abord et après on pourra l’écouter ! »

Non ! Lionel Jospin n’est plus candidat à rien. Lionel Jospin n’est plus candidat à rien depuis 2002, même s’il a vaguement essayé un come back. C’est Ségolène Royal qui est maintenant candidate à quelque chose !

C’est à elle de faire son mea culpa !

Lionel Jospin donne un coup de pieds dans la fourmilière. Plutôt que de vous boucher les oreilles en oubliant ses propos pour vous jeter sur lui, vous feriez peut-être mieux de l’écouter !

Lionel Jospin est le dernier dirigeant socialiste à avoir mené le Parti Socialiste à la victoire, dans des conditions certes particulières comme je le rappelais en début de billet. Quand Michel Rocard dit un truc du type « les socialistes ont maintenant admis l’économie libérale » vous l’applaudissez ! Quand Lionel Jospin critique votre candidate, vous le huez !

Choisissez votre camp ! Mais ne vous trompez pas de combat, sinon les deux chefs de l’opposition seront François Bayrou et Dominique de Villepin.

Quand Lionel Jospin dit que Ségolène Royal « une personnalité [qui] n’a pas les qualités humaines ni les capacités politiques » nécessaires pour remettre le Parti socialiste en ordre de marche et « espérer gagner la prochaine présidentielle » demandez-vous donc plutôt s’il n’a pas raison avant de lui tomber dessus !

La question n’est pas de savoir si Lionel Jospin est gâteux mais de savoir si Ségolène Royal est la bonne candidate !

Ce n’est pas parce qu’elle est la seule aujourd’hui que la réponse est oui.

32 commentaires:

  1. tu connais mon avis, et avec le nom que tu as donné à ton blog...

    ce que tu sous-estimes, c'est la terreur que font régner les soi-disantes inombrables troupes de ségolène dans le parti

    jospin dit tout haut ce que tout le monde pense tout bas

    RépondreSupprimer
  2. Preum's!
    Jospin a surement raison sur certains points, qui aurait tort ou raison à 100%?...
    il n'empèche que c'est une démarche dégueulasse,à mon avis,
    ça ne fait que porter un coup (bas) supplémentaire au PS et de l'eau au moulin de la droite,
    non, c'est inacceptable,
    trouver un coupable dans un système défaillant au lieu d'améliorer le système, le revoir en profondeur, c'est "facile" et incorrect,
    décevant!

    RépondreSupprimer
  3. Martin,

    Content de te voir là juste après la publication du billet ! Je pensais justement à toi en le rédigeant... et me demandais si je n'allait pas t'envoyer un mail !

    Le terreur ? Je la "sens" en lisant certains blogs "pro-ségolène" : on n'a pas le droit d'être contre ! " Je vais me farcir Jospin" que certains disent.

    Ils feraient mieux de fumer un joint et de réfléchir calmement à la situation.

    RépondreSupprimer
  4. non! je viens de me faire griller la première place à 3 minutes!!!!

    RépondreSupprimer
  5. Cat,

    Tu n'es pas preum's !

    Je ne suis pas du tout d'accord avec toi : il est temps qu'un kador du parti se tape Ségolène Royal.

    Il ne s'agit pas de trouver un coupable mais de dire au PS : vous faites fausse route !

    Et si le PS ne change pas de route maintenant, c'est foutu.

    Les défenseurs de Ségolène Royal recommence à se défendre : les autres sont macho ... ! Non. Elle n'est pas à la hauteur ! Il est temps de la virer.

    Ce n'est pas un coup bas, c'est un coup salvateur !

    Ce n'est pas de l'eau au moulin de la droite, bien au contraire : il s'agit justement de sauver la gauche d'espèces d'hurluberlus qui voudraient orienter le PS à droite !

    RépondreSupprimer
  6. Cat,

    Désolé pour la première place !

    RépondreSupprimer
  7. Cat,

    Par ailleurs, c'est fini de jouer !

    On n'est pas en train de choisir qui ira au prochain journal de 20 heures mais si on laisse les clés de la maison à la droite pour les dix prochaines années !

    Il faut que certains militants du PS reconnaissent qu'ils se sont peut-être plantés et reprennent tout à zéro !

    RépondreSupprimer
  8. Je ne suis pas vraiment convaincue par ton analyse, et puis, on parle un peu dans le vide car on ne connait pas la teneur des propos de Jospin: juste l'effet médiatique...nuance,

    dire au PS qu'il fait fausse-route, d'accord,
    mais pourquoi en passer par les boulets rouges sur une cible facile?
    N'y a t-il pas d'autre moyen de dire les choses et de mettre les pieds dans le plat?
    Jospin est-il le mieux placé pour émettre ces critiques??
    Il a quand même quitté le paysage politique quand nombre de français comptaient sur lui,
    ce que n'a pas faitS.R qui a tenu, bonant-malant, son rang et sa mission électorale!

    RépondreSupprimer
  9. Le plus grave dans tout ça, c'est que je ne suis pas la preum's!

    ce martin.p m'a grillé au pteau,
    grrr...ma vengance sera terrible!

    RépondreSupprimer
  10. Lionel Jospin est à la gauche ce qu'est Jean-Pierre Raffarin à la droite ou ce que furent Barre ou Giscard (désolé, Giscard est toujours là). Bref, écoutons avec respect les conneries qu'il profère et passons à autre chose.
    Puisqu'il n'est candidat à rien, qu'il n'a aucune ambition et qu'il est juste là pour critiquer, très bien.
    S'il veut du boulot, il sait comment faire: il appelle Sarkozy, il lui trouvera bien une mission importante sur la conchiliculture ou le cyclisme amateur, deux discipline qu'il connaît bien.

    RépondreSupprimer
  11. Jospin reste un has been! Et plus ça ira, plus il le sera. Désolé de casser ton rêve, Nicolas!
    Ni lui, ni ses copains aigris Vaillant et Allègre ne constituent autre chose qu'une équipe de joueurs de pétanque tout juste bonne à concourir des les concours vétérans du XVIII arrondissement de Paris.

    RépondreSupprimer
  12. d'accord avec ton analyse
    jospin a été aidé par chirac, par sa vision et aussi son gouvernement ouvert!
    impossible par royal avec son autoritarisme!
    jospin malgré son passé malveillant (jeu de mot)a droit de dire trop tard que le ps est mort!
    bof bof bof les syntheses, les valeurs, l'humanisme : tout ce qu'ils n'appliquent pas...
    viendé dans la fédé du calva..dos!

    bon duron pdt region basse-normandie va exploser la dati de gauche de l'ump à caen, mlle lebrethon (on pourrait meme dire la bretonne tellement elle est tétue!)

    très bon billet!

    RépondreSupprimer
  13. Cat,

    Ce n'est pas une cible facile, c'est la favorite des militants !

    Eric,

    Lionel Jospin est peut-être has been... Mais la question n'est pas Lionel Jospin mais Ségolène Royal !

    Tu vas défendre Ségolène Royal jusqu'à 2017 ?

    Olive,

    Merci.

    RépondreSupprimer
  14. y'a plus de moules ?

    alors je repars.

    RépondreSupprimer
  15. Peuples,

    Un peu de respect ! Ségolène Royal n'est pas encore partie.

    RépondreSupprimer
  16. La question n'est pas de défendre tel ou tel. Pour l'instant, il n'y a pas de leader au PS. Personne.
    Le seul opposant valable de Sarkozy se nomme Bayrou.

    Le problème du PS n'est pas de se chamailler sur le rôle de tel ou tel dans les différents échecs électoraux, mais de reconstruire, d'échapper au vide d'idée.

    Jospin c'est le passé: oublions-le. Il raconte n'importe quoi.
    Royal c'est le présent, mais ce n'est peut-être pas l'avenir.
    L'avenir se fera avec de nouvelles têtes (vraiment nouvelles, pas des gens comme le jeune loup qu'on nous propose et dont j'ai oublié le nom; tu as dû en parler...), peut-être autour de Ségolène Royal au début, et quelqu'un se dégagera dans deux trois ans. Pour l'instant, pas de noms!

    Et pas d'idées...

    RépondreSupprimer
  17. Eric,

    Je ne crois pas avoir parlé du jeune loup !

    Et je suis d'accord avec toi, on a besoin maintenant de parler d'idée ! Et c'était un peu la conclusion de la réunion de week-end : il faut refaire de la politique.

    Par contre, je pense qu'il y a une partie du PS (tous les Ségolistes) qui veulent d'abord la porter à la tête et causer après.

    Je crois qu'ils foncent dans le mur ! En ce sens, Jospin a raison de taper sur SR pour dire aux socialos "attention les gars ! vous vous trompez de dossier !".

    RépondreSupprimer
  18. Sur ce point je suis d'accord avec toi. Porter Royal sur un pavois et ne rien faire après, ce serait le suicide assuré.
    Mais il faudra bien en passer par une déhollandisation.

    Mais, comme le prouvent tes commentaires chez moi, le PS n'a pas mieux que Royal pour incarner son projet, pour l'instant.
    Moi je la soutiens encore, oui.

    (Le jeune loup, je viens de m'en souvenir, c'est Benoît Hamon _ il est interdit d'exploser de rire)
    ----

    RépondreSupprimer
  19. Non, Jospin n'a pas raison de taper aujourd'hui sur Royal. D'une part, c'est déplacé venant de lui, qui a bien planté la gauche en 2002 et n'a jamais fait son autocritique. D'autre part, ça ne fait qu'affaiblir le parti au lieu de contribuer à le faire évoluer. Porter Royal à la tête du parti n'est pas actuellement à l'ordre du jour. L'ordre du jour, il ne faudrait pas l'oublier, c'est la pré-campagne municipale de 2008. Et là, le spectacle des chefs socialos en train de s'étriper n'est pas du genre à mobiliser les énergies... Si Jospin veut flinguer le parti, qu'il le dise carrément.

    RépondreSupprimer
  20. le ps est mort et basta!
    no way...

    RépondreSupprimer
  21. Quand on lis ça:

    http://fr.news.yahoo.com/rtrs/20070917/tod-france-delanoe-presidentielle-intern-cb1d00a_1.html

    on se dit que le PS est bas, très bas!

    Si c'est ça, Delanoé, l'arme secréte anti Royal, alors, oui, Sarkozy peut réserver ses vacances à Wolffeboro jusqu'en 2017.

    RépondreSupprimer
  22. Eric : Delanoe a bloque l'adresse simplement parce que pour les municipales 2008, il s'est fait devancer par un UMP et qu'il est en justice pour la recuperer. du coup, il prend les devants !

    C'est marrant ce parti où on lave son linge sale par éditeurs et journalistes interposés ! Z'ont pas le téléphone et des pizzerias discrètes pour se parler et faire le point ?
    Même boire une bière en terrasse, ça marche !

    Une fois que c'est fait, ils reviennent tous ensemble et ils font de la politique !

    Dans le cas de Jospin (Nicolas, on n'est pas d'accord mais c'est pas grave !) ce qui me fatigue, c'est de voir de où il parle ! Il est hors jeux mais à nouveau on sent qu'il aimerait bien glisser le pied dans la porte. Un petit commercial qu'essaie de s'omposer…

    1997-2002 : la gauche plurielle
    2007-2012 : la gauche plus rien !

    :-)

    [pitain, j'ai retrouvé ma plume, ça carbure ! :-))) ].

    RépondreSupprimer
  23. Tous,

    La meilleure défense étant l'attaque vous attaquez tout Lionel Jospin (son bilan était-si mauvais) en oubliant de défendre Ségolène Royal !

    Eric,

    Courage !

    Irène,

    Si, il a raison d'attaquer MAINTENANT. Plus tard serait suicidaire.

    Olive,

    Peut-être ! Mais si le parti est mort, autant l'enterrer maintenant pour faire émerger autre chose.

    Fil,

    Dépêche toi d'écrire !

    RépondreSupprimer
  24. Nicolas : mais c'est Jospin qu'a commencé par attaquer sans rien proposer, c'est pas nous !
    On lui a rien demandé !

    [Cela dit je le repete : m'en fous de savoir si Tartempion et mieux que Ribouldingue. Je veux surtout que les idées de gauche soient défendues !].

    :-)

    RépondreSupprimer
  25. Fil,

    Oui, il a tiré le premier ! Et toi même tu as fait un billet sur le sujet.

    RépondreSupprimer
  26. Nicolas,

    Je reviens sur le fait que ce n'est pas le moment, et ce ne sera jamais le moment, de taper aussi ouvertement sur les personnes. Car l'essentiel de ce que le public va retenir du bouquin de Jospin, c'est encore: "les socialos sont nuls". Point.

    Pour l'instant, je trouve que SR est la seule personne au PS dont la puissance de feu médiatique peut commencer à rivaliser avec celle de Sarkozy. Evidemment, elle a des faiblesses. Mais si on ne veut pas d'elle, il faut la remplacer par quelqu'un d'autre. Qui?

    Surtout, ce n'est pas la peine de tenter de l'écraser pour "sauver le parti", tout ce que l'on obtiendra c'est d'écraser le parti. La même chose vaudrait si les ségolénistes se mettaient à attaquer Delanoë. Avec tous ces règlements de comptes, on traîne l'image du PS dans la boue une nouvelle fois.

    Que Jospin ait raison ou tort sur le fond, il n'aura réussi qu'à nuire au Parti. C'est irresponsable.

    RépondreSupprimer
  27. Omelette,

    Je ne sais pas si c'est nuire au parti de le faire imploser le plus loin possible des prochaines échéances électorales !

    RépondreSupprimer
  28. Nicolas (tiens, tu n'es plus jegpol?),

    Détruire le parti pour le sauver? C'est un argument. Risqué, quand même.

    RépondreSupprimer
  29. Omelette,

    Non ! Je ne suis plus Jegpol. C'est le quotidien de référence qui m'avait appelé comme ça, mais je trouve ça con.

    Risqué ? Bof... C'est quoi le risque ? De ne pas retrouver le pouvoir en 2012 ? :-)

    RépondreSupprimer
  30. ...ou en 2017?

    Moi je dis: 2017, c'est imperdable! Vraiment.

    RépondreSupprimer
  31. ce n'est plus un blog, c'est un forum! (je suis jalouse)

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est activée. JE SUIS LE SEUL à décider des commentaires qui sont supprimés et ils ne le sont jamais pour divergence politique sauf si les propos tiennent du harcèlement de la part d'imbéciles qui ne savent pas prendre acte d'un constat de désaccord.

Je supprime les commentaires qui n'apportent rien à l'esprit de ce blog, tel que je me l'imagine. Tant pis pour les andouilles qui voient autre chose...