03 septembre 2007

L’actualité s’emmêle et la blogosphère se démêle du DEL

Beaucoup de trucs ce matin.

Je voulais parler de la fusion GDF-SUEZ. Ceux qui suivent mon blog savent que c’est un truc qui m’a tenu à cœur pendant les débats à l’assemblée. Je voulais faire un billet sur les thème : après 18 mois de tergiversation, la décision est prise en urgence par Nicolas Sarkozy himself dans les salons de l’Elysée ! Bien comme politique Libérale : le Président de la République qui décide lui-même de l’avenir de groupes industriels privés !

Pouf pouf !

Politique Libérale ? Je voulais parler de l’université d’été du Parti Socialiste bien que je m’étais interdit de le faire. Des propos de Michel Rocard m’ont fait bondir. Ca ressemblait à : « Au PS, nous sommes des libéraux ». Il y avait eu une polémique avec Henri Emmanuelli, je crois, sur le fait que le PS a accepté l’économie de marché depuis 1983.

Oui ! Je suis moi-même pour l’économie de marché, mais je ne veux pas être considéré comme un libéral ! Je suis partisan d’une régulation de l’économie par l’état, d’une part en participant, par l’impôt à la redistribution, et d’autre part, en mettant des contraintes identiques à toutes les entreprises par la loi, tout en défendant le salarié par rapport aux méchants patrons avec du poil dans les oreilles.

Tout le contraire du libéralisme ! Michel, fais attention à tes propos, camarade !

Tiens ! Je vais mettre une photo de betteraves pour illustrer le billet.

Ben non ! C’est encore l’actualité de la blogosphère qui m’inspire ce matin, avec la fermeture du DEL dont je relayais l’annonce dans un court billet ce matin. Ca m’inspire de penser que Guy Birenbaum n’est plus inspiré.

Ca fait quelques temps que je note une évolution de la blogosphère politique avec le flottement de quelques blogs politiques que je suivais avec ferveur ! Je mettais ça sur le compte d’une certaine lassitude suite aux élections, le fait qu’on se prépare à cinq ans de sarkozysme et de querelles internes au PS tout en espérant une refondation de l’extrême gauche.

Pourquoi faire pendant cinq toujours les mêmes billets sur les mêmes sujets ? Les blogueurs se lassent.

Il y a eu ensuite un billet de Versac où il évoquait la mort des blogs. D’ailleurs dans son dernier billet (qui commence à dater !), il se fout à nouveau de la blogosphère… Pour différentes raisons, Versac est un des papes de la blogosphère politique : quand il s’interroge sur l’avenir des blogs, ça ne peut pas laisser de marbre !

Un loisir branché qui ne l’est plus…

Après, il y a la série de Fanette « La Blogosphère I est morte, vive la nouvelle » où elle pose quelques questions.

Il y a aussi un engouement pour de nouveaux bazars 2.0 auxquels on ne comprend rien et dont l’utilité restera à me démontrer. Facebook en est le meilleur exemple.

D’ailleurs mon « influent favori » (comme nous sommes voisins, avec Eric, on a souvent l’occasion d’échanger des tournées et des propos sur la blogosphère et son blog est bien) semble commencer à se poser des questions sur tout ce bordel !

Ensuite, il y a mon copain Filaplomb qui monte sa maison d’édition. Ca n’a rien à voir, mais je voulais le citer : ça fait 18 mois qu’on blogue en parallèle et qu'avec nos tons différents nous poursuivons inlassablement notre défense du bon sens de gauche.

Enfin et surtout, il y a mon passage de la position de 309ème blog politique en juillet à 83ème en août et 30ème en septembre dans le classement Wikio (n’allez pas croire que je note tout ça, j’ai une bonne mémoire des chiffres).

Je me suis interrogé sur les raisons. Une des premières est que j’ai changé de ton du blog dès que j’ai compris que c’était plié pour Ségolène Royal. J’ai arrêté d’être sérieux et j’ai repris l’écriture de bêtises. D’autres blogs ont continué à produire les mêmes analyses. Ca lasse. Pas seulement le lecteur, le rédacteur aussi !

Je citais plus ou moins une autre raison dans mon billet d'hier : l’articulation de mes trois blogs. Quand je dis une connerie dans un, elle est reprise par les autres ! Ajoutons y les vacances et le fait que j’ai passé deux fois quatre ou cinq jours à la maison : comme il faisait mauvais, je me suis réfugié dans les blogs.

Mais ce matin, l’évidence me saute à la figure comme Paris Hilton saute au paf. Si j’ai gagné 279 places, c’est peut-être que 279 collègues ont jeté l’éponge !

280 avec Guy.
Quand il ne restera plus que Eric, Filaplomb et moi...

28 commentaires:

  1. Mais pourquoi vous préparer à cinq ans de Sarkozy, alors que vous savez très bien que vous allez vous en manger dix ?

    RépondreSupprimer
  2. salut,
    petite question : pourquoi cette "peur" d'être libéral..? La pensée libérale n'est pas connue, et par conséquent souvent caricaturée en France. Les libéraux, dans tous les pays européens et aux USA, sont à gauche de l'échiquier polilique...à méditer un peu quand même, non ?

    RépondreSupprimer
  3. mais non je vais revenir moi aussi, promis

    surtout que la fusion gdf suez m'intéresse aussi au plus haut point (surtout dans les rapprochements qu'elle pourrait impliquer dans les métiers de l'environnement (eau, déchets, propreté, ...) et qui risque d'être douloureux financièrement parlant pour les contribuables...

    RépondreSupprimer
  4. Didier,
    Oui, mais il faut garder un peu d'espoir...

    Lomig,
    Je suis OK avec toi. Mais en France, on n'a pas spécialement la même notion du libéralisme qu'ailleurs. Quand on parle libéralisme en France on se restreint souvent à l'économie.

    Gaël,
    Au boulot !

    RépondreSupprimer
  5. Bon billet, comme le twittait Donatien.
    Me concernant, je suis toujours mobilisé. La création d'un nouveau blog, centré sur le problème de la précarité, est une action concrète, et modeste, d'un citoyen lambda qui entend s'opposer à cette politique de droite somme toute classique (une fois débarassée des oripeaux diu people et du faux semblant répressif).

    Concernant Rocard: il compte pour du beurre. C'est papy gâteux. N'oublions pas qui il fut. Oublions ce qu'il dit, ou alors moquons nous en à gorge déployée.

    RépondreSupprimer
  6. Eric,

    Bon courage pour ton nouveau blog. Tu nous fileras l'adresse qu'on puisse aller le pourrir ?

    RépondreSupprimer
  7. et Hollande a dit aux militants du mjs qu'il fallait arrêter d'attendre le grand soir et accepter le capitalisme.
    Pourquoi, ils en doutaient encore ?

    RépondreSupprimer
  8. Non, mais c'est dommage de perdre l'espoir !

    RépondreSupprimer
  9. Je ne crois pas à la disparition des blogs, ou à leur remplacement par des bidulles genre Facebook. L'avantage du blog, c'est qu'il n'exige rien de ses lecteurs, qui n'ont pas besoin de s'inscrire pour participer. C'est bcp plus ouvert que la plupart des innovations Web2.0 qui veulent toutes créer d'abord des communautés.

    A vrai dire, j'aurais tendance à mettre la fermeture de DEL ou même de CS au compte de la sarkozyzation du discours public. Une sorte de dommage collatéral de l'étranglement de la gauche, et surtout du PS. On ne sait plus à partir de quoi s'opposer à Sarkozy. Car il n'est pas de bon ton d'être atteint d'anti-sarkozysme primaire. Personnellement, cela me paraît très normal d'être viscéralement anti-sarkozy... mais je ne fréquente pas les salons, moi.

    RépondreSupprimer
  10. Omelette,

    Je ne crois pas à la disparition des blogs mais à un tournant. Peut-être que ce qui était un phénomène de mode, voire "branché" il y a encore six mois, deviendra un loisir de gens adorant l'écriture et la lecture !

    Dans ce cas on n'a rien à perdre.

    Pour ce qui concerne Sarko, je suis viscéralement contre lui, mais ça ne sert à rien ! On l'a pour 5 ans, voire 10 comme disait Didier Goux là haut.

    Il ne faut pas s'opposer systématiquement sinon la défaite est assurée lors des prochaines échéances. Dans un billet d'hier, je parlais de la commission mise en place par Sarko sous la présidence d'Attali. Je n'ai pas dit "c'est nul". Je dis "attendons de voir".

    Si Sarko utilise les ténors socialistes pour définir sa politique, pourquoi pas ?

    RépondreSupprimer
  11. Omelette16oeufs : dans le cas du PS, il me semble qu'il faudrait plutôt parler d'auto-strangulation.

    (En français courant : suicide.)

    RépondreSupprimer
  12. Cher Nicolas, juste une question : ce que vous appelez "l'espoir", c'est Mme Royal dans cinq ans, ou si vous avez une solution de rechange ?

    RépondreSupprimer
  13. L'espoir est justement de trouver une solution de rechange !

    RépondreSupprimer
  14. lomig

    ce n'est aps parce que "liberal" a un certain sens en anglais qu'il faut que ce sens soit le même en français.

    RépondreSupprimer
  15. Franssoit,

    Oui.
    En France, ceux qui sont sensés proner le libéralisme, sont ceux qui font des fichiers d'empreintes génétiques, qui veulent juger les malades mentaux, qui mettent des caméras de surveillance partout, qui veulent castrer les délinquants (je n'invente rien).

    Pourquoi pas la suppression de l'IVG au nom de la liberté du foetus ou le rétablissement de la peine de mort... au nom de la liberté des jurés ?

    Pourquoi pas le muselage de la presse ?

    RépondreSupprimer
  16. @nicolas,

    Faire un bout de route ensemble avec Sarkozy? D'abord, jusque là, même avec la meilleure volonté possible, il y a très peu dans ses propositions que je pourrais soutenir. De plus, la plupart des propositions sont presque exclusivement fondées dans une volonté de comm': les lois sur le récidive par ex., qui ne servent à rien sauf à projeter une image, à répondre médiatiquement à des sujets de société. Et c'est là tout le problème : si on décide de s'aligner avec Sarkozy sur une question précise, mais pas sur le reste, en termes de communication on est automatiquement impliqué dans l'ensemble. C'est comme Kouchner : il pense que les Affaires Etrangères, c'est moins politique que le reste, mais du coup sa présence au gouvernement devient un gage de sérieux global (nécessaire, d'ailleurs, car NS n'est pas doué en politique étrangère...).

    Il y a opposition systématique et opposition systématique, d'ailleurs. S'opposer à qqch juste parce que c'est Sarkozy, c'est bête. En revanche, examiner chaque geste, décrypter toutes ses combines, c'est, à mon avis, essentiel. Sinon, avec l'état des médias d'aujourd'hui, Sarkozy controllerait la comm' pour toujours.

    Donc meme si c'est pour 20 ans, il faut se bagarrer.

    o16o

    RépondreSupprimer
  17. Omelette,

    Je n'ai pas dit "faire un bout de chemin avec Sarko", juste que faire de l'opposition systématique ne servira pas à grand chose.

    S'il fait des trucs nuls, il faut les combattre.

    Mais la commission Attali (par exemple), n'est pas encore vraiment criticable... Laissons la vivre.

    Et je préfère la voir présidée par Jacques Attali que par Hervé Novelli.

    RépondreSupprimer
  18. Je suis très flatté par le lien sur "bon sens de gauche" !!!
    Wahou !

    Plus sérieusement, ce sont les blogs politiques qui lassent, pour ma part, je ne pense pas que les blogs soient morts parce que quelques caciques s'en vont.
    Je crois au contraire (comme Fanette entre autre) que quelque chose d'autre commence. Les blogs 2.0 ! :-)))
    [M'en fous je reste !]

    Cela dit, offrir GDF sur un plateau à Suez et bientôt Areva avec un ruban à Bouyghe (je prends un coup d'avance !), ça ressemble vraiment au projet politique que nous présupposions.
    Un vrai fonctionnement à la Bush, les copains et les coquins sont dans un bateau et c'est nous qui prenons l'eau ! :-)))

    RépondreSupprimer
  19. Fil,

    Il n'y a pas à être flatté. Eric, toi et moi on est constant.

    RépondreSupprimer
  20. " Il y a opposition systématique et opposition systématique, d'ailleurs. S'opposer à qqch juste parce que c'est Sarkozy, c'est bête. En revanche, examiner chaque geste, décrypter toutes ses combines, c'est, à mon avis, essentiel. Sinon, avec l'état des médias d'aujourd'hui, Sarkozy controllerait la comm' pour toujours."

    Et si, très chère omelette, vous commenciez, avant de vouloir contrôler l'action gouvernementale, par essayet de vous exprimer en français à peu près correct ? Histoire d'être un peu crédible, j'veux dire...

    RépondreSupprimer
  21. Didier,

    Je suis un blogueur patient. Quand vous demandez à un de mes visiteurs de s'exprimer correctement, soyez vous même irréprochable !

    Ou alors occupez vous de vos fesses.

    RépondreSupprimer
  22. Didier contre JegPol, le duel au sommet, le combat des chefs, que dis-je la lutte des maîtres !
    :-)

    RépondreSupprimer
  23. Nicolas,

    Oui, le "bout du chemin ensemble" c'est Valls -- et pas toi. Ca fait qq temps que je veux faire un billet sur lui.

    D'accord sur l'opposition systématique : si c'est systématique, c'est bête, de toute façon. Je pense, moi, qu'on ne doit pas avoir à s'excuser quand on s'oppose, genre "vous allez dire que je suis un anti-sarkozyste primaire, mais..." Comme dirait Sarko lui-même, il faut être décomplexé!

    Alors : opposition décomplexée, acharnée?

    o16o

    (PS: Attali brouille les pistes; Novelli, c'était trop franc. Sarkozy a compris que les mesures de droite sont mieux digérées quand elles sont imposées par la gauche...)

    RépondreSupprimer
  24. Fil,

    Il n'y a pas de duel. Didier Goux arrive à être sympathique un commentaire sur deux. Il progresse.

    Omelette,

    De toutes manières, c'est la droite qui est au pouvoir.

    RépondreSupprimer
  25. Sympathique un commentaire sur deux ? Vous êtes sûr ? Merde, je vieillis, moi...

    RépondreSupprimer
  26. Comme Fil l'a bien compris, la blogosphère ne meurt pas elle se renouvelle plus que jamais, et si des blogs comme les tiens celui d'Eric, de Fil et Monolecte survivent, c'est grace à leur fil directeur, leurs thèmes évolutifs.

    Un blog se doit d'évoluer, ce que prépare Eric actuellement, c'est un pavé dans la mare avec Equilibre précarité qui sera un blog qui marquera à sa manière, l'opposition au gouvernement Sarkozy.
    Eric a très bien vu : il était temps de rassembler ces données sur la précarité en France, avec Monolecte spécialiste dans ce domaine de lutte, qui a œuvré dans Actuchômage et modéré les forums, à eux seuls, ils feront bouger les choses.

    Fil, fait le lien entre son blog et le Blog Capital Public (l'appel aux dons pour créer sa maison d'édition en ligne) qui survivra grace à son commerce en ligne qui tôt ou tard va se mettre en place.

    Et si toi, tu survis aux élections, c'est que tu as su te marrer à temps (comme moi) quand tu as vu toi aussi que c'était plié à l'avance.

    Je ne pense pas du tout qu'"on va prendre 10 ans de Sarkozy", ou le PS se bouge et nous sort le "5° élément"qui conduirale PS à la victoire en 2012, ou Bayrou ou un de ses acolytes profitera des faiblesses du PS.

    Pourquoi suis je aussi optimiste ?
    Une majorité d'ouvriers et de fonctionnaires (dans les 53%) se sont coupés l'herbe sous les pieds en votant Sarko, pour des raisons qui m'échappent encore, ils sont déjà en train de payer la facture et n'ont pas finis !

    Quand ils en auront bien bavé (ce qui est regrettable), ils reviendront tout naturellement dans l'électorat de gauche, Sarkozy a bénéficié du grondement de colère du peuple qui a sanctionné une fois de plus le PS, en 2002 c'était le Pen qui en avait bénéficié, cette année, c'est Sarko le malin, qui ne pouvait que gagner avec le Medef dans la poche ;-)

    RépondreSupprimer
  27. Fanette,

    J'aimerais partager ton optimisme, mais le PS ne me parait pas orienté pour faire une opposition créative.

    Sarkozy est en train de démontrer qu'hors de lui, il n'y a rien. C'est la face cachée de l'ouverture.

    Le truc qui pourrait le plomber, c'est qu'il va finir par passer pour ce qu'il est : un odieux conservateur.

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.