22 décembre 2007

Compte rendu officiel du bureau politique

La foule me demande un compte rendu de notre soirée « de blogueurs », La Queue de la Comète.

Balmeyer avait prévenu qu’il ne pouvait pas venir. Juan s’est excusé ensuite : il a fini trop tard ! Je me demande si je finirai par les connaître ces deux zouaves ! Irène avait dit qu’elle viendrait. Elle a probablement oublié, la bougresse ! Pareil, Julien devait venir. Le zigoto a préféré un meeting de Bertrand Delanoë. Il a des choses qui m’échappent ! Comment peut-on préférer une soirée d’autocongratulation à une soirée avec copains ? Pas de nouvelles des autres blogueurs influents sauf ceux cité par la suite. Je ne les ai probablement pas facebooker assez fort !

Martin est arrivé, mais bien tard, alors que hier soir, il était presque en avance, voulant saluer Jean après le pot organisé par Jean-Luc Laurent, maire du Kremlin-Bicêtre, pour officialiser sa liste aux municipales (moitié MDC, le reste entre les cocos et le PS : ça sent l’accord électoral pour les prochaines cantonales… et les instructions nationales). Ainsi, contrairement à Julien, Martin ne vient en retard quand il n’a rien mais vient de bonne heure quand il a un autre pince-fesses !

Heureusement, il y avait ma copine Fiso, le célèbre Tonnegrande et les duettistes des soirées de blogueurs Eric et Dagrouik. Soit 6 blogueurs car j’étais là aussi. Dans la foule en délire, nous avions le vieux Jacques, Jean, Jim, le gros Loïc, l’ignoble Jacky et j’en oublie probablement.

Le Vieux Jacques, en tant que vieux con serviteur, a servi de punching ball à Eric, Dagrouik et moi. Il ne devrait pas parler politique avec des gogos qui passent leur temps à répliquer dans les blogs !

Les conspirations diverses ont été de bon train… contrairement aux verres vidés par Dagrouik et Eric ! J’ai enfin découvert le secret des blogueurs influents : ils ne modèrent pas les commentaires, juste les consommations.

Excellente soirée donc ! J’ai pu découvrir Dagrouik que je n’avais rencontré qu’une fois mais sans réellement avoir pris le temps de causer. La conclusion de la soirée est qu’il faudrait mettre les patrons au goulag. C'est-à-dire les forcer à vivre quelques mois avec le salaire qu’ils versent à leurs ouvriers ! C’est ce qu’a fait un patron Italien il y a quelques temps. Quand un patron constate le 20 du mois qu’il va falloir manger des pâtes pendant 10 jours, il devient beaucoup plus compréhensif envers ses salariés !

N.B. : Dans ce billet sur Partageons mes âneries, je raconte comment je me suis fâché avec un copain suite à la soirée, ça n’a pas entaché la soirée : la fâcherie a eu lieu le lendemain ! Dans la journée d’hier, je me suis d’ailleurs demandé pourquoi j’avais fait ce billet. Un exutoire peut-être ? Ou une repentance publique pour n’avoir pas compris avant ?

Je ne tiens pas rigueur à ceux qui ne sont pas venus ! Pour ça, il faudrait que je me déplace moi-même quelques fois dans les autres sauteries ! Mais Irène et Julien auraient pu prévenir !

6 commentaires:

  1. J'aie entendu il y a quelques semaines l'histoire de ce patron italien. Faudrait qu'il y en ait plus comme lui.

    Mais précise qu'il s'agit des GRANDS patrons. Je connais quelques patrons de PME qui auraient beaucoup à dire sur leurs conditions de travail. Bon, d'accord, ils ne sont pas vraiment au SMIC, mais loin aussi d'être millionnaires.

    RépondreSupprimer
  2. Ellie,

    Je ne mets pas tous les patrons dans le même sac ! Notamment certains commerçants qui travaillent beaucoup pour se retrouver avec un revenu inférieur au SMIC... et donc inférieur à celui de ses propres employés !

    Par contre, il a aussi des petits patrons qui sont des beaux fumiers, notamment chez les artisans. Il y en a qui n'hésitent pas à s'offrir un beau 4x4 à 50 000 euros et s'imaginent que leurs ouvriers sont contents quand ils leur refilent 100 euros en liquide chaque mois en plus du salaire !

    RépondreSupprimer
  3. Le vieux Jacques nous a avoué avoir été exploité par son entreprise qui lui a menti, l'a spolié pour ne pas dire volé. Mais il reste confiant dans ce modèle. Il a quand même soutenu mon idée de rentre les CA équitables en y mettant plus de représentants des salariés non actionnaire pour ré-équilibrer le truc. Comme les gogolistes voulaient le faire dans les années 60 avec la participation.

    Quand au goulag 2.0 il va falloir cogiter dessus, mais j'ai une idée: Rendons le truc "volontaire", et lié à un avantage fiscal. Ceux qui ne le font pas auront plus d'impôts à payer. Ils pourront s'échapper du goulag 2.0 (passage à la caisse), blogger leur misère et même uploader leurs vidéos chez Loic Lemeur: tout ça sera très user-friendly et non violent.

    Voilà une idée bolchévik à la sauce moderne. Je précise que je suis social-traitre réformiste et pas adepte des fils de fer barbelés comme les vrais gauchistes le sont.

    RépondreSupprimer
  4. Dagrouik,

    Le vieux Jacques avoue toujours tout sous la torture !

    Le problème c'est d'une part qu'il est persuadé que tous les types de gauche sont les bolcheviques que tu décrits d'autre part que le salut ne viendra que si on trouve un homme comme De Gaulle pour diriger le pays. Il pensait le trouver en Sarkozy (mais tout ce que je lui racontait sur lui, lui a donné peur, il a voté Bayrou au premier tour).

    L'autre problème qu'il a, comme beaucoup de gens, c'est qu'il ne tire jamais de conclusion sur ce qui lui arrive. Par exemple, il va continue à tirer sur les "assistés". Je lui rétorque à chaque fois qu'il a lui-même survécu grace au RMI pendant 5 ans... Mais il me ressortira la même ânerie le lendemain soir !

    RépondreSupprimer
  5. Hélas, hélas, désolée ! J'ai pô pu v'nir, en fin de compte ! Mais j'avais dit que je viendrais *peut-être*, nuance...

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est activée. JE SUIS LE SEUL à décider des commentaires qui sont supprimés et ils ne le sont jamais pour divergence politique sauf si les propos tiennent du harcèlement de la part d'imbéciles qui ne savent pas prendre acte d'un constat de désaccord.

Je supprime les commentaires qui n'apportent rien à l'esprit de ce blog, tel que je me l'imagine. Tant pis pour les andouilles qui voient autre chose...