01 décembre 2007

Nicolas Sarkozy au Kremlin-Bicêtre

En faisant les courses, ce midi, j’ai été alpagué par le gros Loïc quoi voulait m’offrir l’apéritif sous un prétexte fallacieux. Ne voulant pas le vexer, je n’ai pas résisté. Nous étions donc tranquillement avachis sur le comptoir de l’Aéro, le bistro de repli quand la Comète est fermée, quand subitement nous entendîmes de puissants coups de sifflets.

La maréchaussée barrait le carrefour de l’Avenue Eugène Thomas et de l’Avenue de Fontainebleau près du métro du Kremlin-Bicêtre qui s’appelle ainsi car s’il s’appelait métro de Villejuif, nous ne serions pas au Kremlin-Bicêtre.

Je sors donc une plaisanterie incontournable : « Ces cons-là font la circulation le samedi matin mais on ne les voit jamais en semaine quand c’est le bordel » car je vous rappelle que je suis le fan d’un blog spécialisé dans la circulation au Kremlin-Bicêtre.

Patatras ! Dirait mon arrière grand-père, celui qui était vigile chez Leclerc pendant la guerre. A 13h15 (ma matinée dure tard au KB), voilà des motards de notre glorieuse gendarmerie qui débarquent, suivis par une magnifique C6 et quelques fourgonnettes de gendarmes à képi. Ils franchissent le carrefour à toute vitesse !

« C’est sûrement Sarko » dis-je au gros Loïc qui me répond « Il aurait pu s’arrêter nous payer un verre ».

Cet événement nous ayant donné soif, nous retournons dans le bistro où les autres clients regardent LCI en espérant que ça coupe la leur de soif. Que vois-je sur la ligne de texte en bas de l’écran : « Nicolas Sarkozy s’est rendu ce matin à l’hôpital du Kremlin-Bicêtre à l’occasion de la journée mondiale contre le sida ».

Travailler plus pour gagner plus. Même le samedi matin, à l’heure de l’apéro, il bosse. Aucun respect pour les travailleurs assoiffés, ce gars-là !

13 commentaires:

  1. eh! ben, tu parles d'une rencontre. Remarque, vu que t'as pas pu t'empêcher de parler de lui, même au cours d'une "journée sans sarko", pour une journée avec Sarko, c'était un peu normal qu'il croise ta route...

    RépondreSupprimer
  2. Je travaille au CHU du KB et je peux vous dire qu'ils avaient tout prévu pour son arrivée. Entrée du CHU bloquée, impossible de rentrer, nos chariots repas on été inpectés ...des fois qu'une bombe s'y trouve ...qui sait...

    RépondreSupprimer
  3. Tu sais bien qu'il est" homme ni présent" donc qu'il est toujours là où l'on ne s'y attend pas.

    RépondreSupprimer
  4. non mais vas y fais lui de la pub pendant que tu y es...

    RépondreSupprimer
  5. Ca y est, tu t'es fait des amis sur wikio... :-)

    RépondreSupprimer
  6. Il avait une urgence pour se rendre à l'hôpital à tombeaux ouverts ?
    :-)

    Les éditions Filaplomb
    L'excellent blog de Filaplomb

    [Blogger, c'est vraiment pas top comme plate-forme !]

    RépondreSupprimer
  7. Oh,

    Je deviens accro. C'est grave ?

    Anonyme,

    Comment tu t'appelles, qu'on te dénonce ?

    nea,

    C'est ce que je fais !

    Balmeyer,

    Tu es partout ?

    RépondreSupprimer
  8. Lequel des 2 anonyme, j'avais mal coché la case le N° 2 , les jeux mots à la con..Moi faire de la pub à l'Affreux , surtout celui-là .
    Ou alors j'aurais perdue l'esprit .

    RépondreSupprimer
  9. J'en ai même fait des fautes , c'est un comble alors...

    RépondreSupprimer
  10. Nicolas, oui, c'est grave. Moi, j'ai commencé mon sevrage : j'ai renoncé lundi à écouter des radios d'info (suis passé sur Nova), jeudi à écouter l'intervention télévisée. Mon onjectif, tenir jusqu'aux voeux du nouvel an. Si je tiens, je considèrerais que j'en suis sorti

    RépondreSupprimer
  11. Christie,

    Les commentaires bagotent un peu chez Blogger ces temps ci.

    oh91,

    Faut pas se déconnecter complètement.

    Les autres,

    Allez voir chez oh91 ce beau billet

    RépondreSupprimer
  12. Désolé ! Cliquer directement sur oh91 et lisez son billet d'aujourd'hui.

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est activée. JE SUIS LE SEUL à décider des commentaires qui sont supprimés et ils ne le sont jamais pour divergence politique sauf si les propos tiennent du harcèlement de la part d'imbéciles qui ne savent pas prendre acte d'un constat de désaccord.

Je supprime les commentaires qui n'apportent rien à l'esprit de ce blog, tel que je me l'imagine. Tant pis pour les andouilles qui voient autre chose...