17 mai 2008

La haine des blogs politiques

Comment Didier Goux peut-il avoir autant de haine pour les blogueurs « politiques » ? Son billet d’hier est surprenant et d’autant plus rageant, pour moi, que c’est un peu par mon intermédiaire qu’il a découvert le monde des blogs politiques.

Je le connais : il devrait nous répondre que son billet est seulement de la provocation. Soit. Mais ça n’excuse pas le mensonge. Ca m’énerve à un point que mon alignage de mots devrait être pire que d’habitude ce matin et que le commentaire que je devais laisser chez lui se transforme en billet pour PMA.

Ca va lui faire monter son classement Wikio… C’est peut-être d’ailleurs ce qu’il cherche (pas le classement, que je parle de lui) ! Il me connaît, le bougre, et sait que j’ai mauvais caractère ! Mais enfin… vu son billet, tout laisse à penser que lui aussi…

Dans ce billet, il y a deux niveaux de mensonges : les blogueurs politiques sont tout à fait conscient de la modestie de leur place dans le paysage politique et il n’y a pas d’opposition entre les blogueurs et les journalistes.

Le but du jeu est d’exprimer dans chaque billet son propre point de vue sur un sujet politique et d’espérer que ce point de vue intéressera les copains. Avec mes dix doigts boudinés, je n’ai pas l’espoir de concurrencer les 2000 journalistes de l’AFP ! Peut-être Didier Goux n’a-t-il rien compris aux blogs politiques ?

Des reproches aux journalistes ? Non. Juste des reproches aux médias. Je suppose que la double page « faits de société » du Parisien d’aujourd’hui sera consacrée au match du PSG de ce soir. C’est de bonne guerre, il faut vendre mais je suppose qu’il y a des sujets plus importants. J’ai d’ailleurs toutes les raisons de penser que Sochaux laissera gagner le PSG pour éviter sa relégation : sinon, il n’y aura plus de sous dans les caisses de la ligue 1 l’an prochain. Mais je suis médisant. Les journaux vont-ils aborder le sujet par ce point de vue ?

Pour ma part, je reproche « aux médias » de ne pas prendre du recul par rapport à l’actualité… Ce qui en fait en allié de mes ennemis… mais je suppose que les blogueurs de droite pensent exactement le contraire ! Un allié de mes ennemis ? Je vais prendre deux exemples : le premier pendant la campagne électorale, le deuxième dans l’actualité récente.

Premier exemple. Nicolas Sarkozy a basé toute sa campagne sur le « travailler plus pour gagner plus » symbolisé par la défiscalisation des heures supplémentaires. On peut passer des heures à casser le système, à tout démontrer, le pour, le contre… Mais on peut aussi prendre une calculatrice. 20 heures supplémentaires par mois, ça fait moins 40 euros de charges sociales en moins. C’est tout. Si on supprime les congés, ça fait environ 3 ou 400 euros par a an (un camarade blogueur disparu avait fait le calcul exact, on était aux alentours de 270 euros). Quand Christine Lagarde parle de « l’équivalent d’un 13ème mois », les journalistes devraient lui rentrer dans le lard.

Non ! Ils ont permis l’élection de Nicolas Sarkozy.

Deuxième exemple. Il y a peu de temps, le gouvernement se gargarisait des créations d’emplois en 2007 et des impacts de la loi TEPA de juillet. Ca a été repris par toute la presse. Ca n’est que hier, dans la version internet de 20 minutes (voir mon billet de l’après-midi), qu’on apprend que l’essentiel des créations d’emplois a eu lieu au premier trimestre 2007, c'est-à-dire avant l’élection. Les journaux vont-ils se démentir ou préférer faire leur Une sur la météo maussade du week-end ?

Pardon ! Il y un match important pour le PSG ce soir…

Didier Goux : « Oh ! ils sont plutôt modestes, dans leur ensemble, les journalistes, vous savez ! Ils ne prétendent pas, à part quelques rodomonts télévisuels, prendre chaque jour la vérité à la hussarde et vous la restituer toute pantelante de jouissance. »

C’est pourtant leur boulot. Si je lis le Parisien tous les matins et si j’écoute la radio, c’est bien pour me tenir informé.

Mais que dire de la modestie des blogueurs ? Le Parisien de ce matin devrait être lu par un ou deux millions de personnes (et l’Equipe par plus de deux millions). Mon blog recevra 500 visites, mois de cent personnes s’intéresseront à ce billet. 50 liront le premier paragraphe entièrement. 30 liront entièrement le billet, 20 sont des « copains de blog » intrigués par ce que peux avoir à dire sur Didier Goux. Au fait ! Salut les copains !

En fait, les journaux sont là pour gagner de l’argent… moi, je suis là pour passer le temps en attendant mon copain Jim que j’ai promis d’amener en voiture ce matin car il a des courses à faire… Je ne vais pas faire la révolution derrière mon clavier ! Et je ne gagne pas d’oseille, d’autant que je ne comprends toujours rien au modèle économique d’internet (à part les factures que je paye à mon FAI tous les mois).

Mes illustres confrères, blogueurs politiques, ne se fatigueront pas à faire un billet ce samedi matin, sauf les « Ségolistes » qui se féliciteront de l’officialisation de la candidature de Ségolène Royal à la direction du PS.

Et ils ne sont pas fous. Ils savent que même s’ils ont 10 fois plus de lecteurs que moi, ça leur en fera environ 300… dont 90% de militants politiques engagés qui partagent totalement leurs opinions. Tu parles d’un combat !

Didier Goux n’aurait-il définitivement rien compris aux blogs politiques ?

« Aujourd'hui, [les blogueurs politiques] veulent du respect, de la considération, ils veulent être craints, ils veulent peser. Sur quoi ? » La réponse à la question est dans à peu près chaque billet. Ils espèrent juste être légèrement entendu, comme l’espère l’ouvrier qui aura adressé deux mots à Nicolas Sarkozy lorsqu’il aura visité une usine.

Pour cause de travail intempestif, j’ai assez rarement l’occasion d’écouter la radio l’après midi. Sur France Inter, à 15 heures, je crois, il y a « là-bas si j’y suis ». Pendant le début de l’émission, on entend des messages laissés par les auditeurs sur le « répondeur » de l’émission. C’est souvent très politique. Chaque émission est probablement entendue par plusieurs centaines de milliers de personnes… soit plus que le nombre total de visiteurs de mes trois blogs, requêtes google débiles comprises, depuis leur création, fin 2005.

Les blogueurs se félicitent, se congratulent, se réunissent, … Ca fait partie du jeu ! Mais qui peut croire que les blogueurs pensent peser sur autre chose que leur petit monde à eux. Un peu comme la femme de chambre qui va discuter le bout de gras en portant son café à Ségolène Royal, le matin, à son hôtel, lors d’un déplacement en province.

Didier, surveillez votre compteur de visites aujourd’hui. Un samedi matin, je devrais vous envoyer entre 15 et 20 visites. Voilà mon influence. Peut-être un blogueur zinfluent qui surveille mes conneries viendra-t-il chez vous pour s’étonner en commentaire de cette aigreur surprenante qui se traduit par une attaque grotesque ?

(photo)


32 commentaires:

  1. David75 dit...

    Tu as raison.
    Pas plus tard qh'ier soir j'ai entendu aux info de France3, le journaliste à moustache de france info annoncer dans sa chronique que la France devait remercier la politique de Sarkozy qui commence à porter ses fruits.A croire qu'il venait de se lever d'un coma sans avoir lu la presse qui disait qur c'était les effets de la politique de villepin.
    J'ai failli casser l'écran de mon ordi, mai j'en ai qu'un...

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour,
    Je n'arrive pas laisser un commentaire sur le blog de Didier Goux, mais voilà ce que je souhaitais lui dire.

    Je ne pense pas que les bloggueurs se prennent pour des journalistes professionnels. Il venulent juste faire entendre leur voix.
    Pourquoi tenez vous un blog ?
    Pourquoi commentez vous les articles des bloggueurs politiques puisque vous semblez tant les mépriser. ne perdez pas votre temps avec ces prétentieux, consacrez le à lire la presse, à regarder les chaines infos, et les radios.

    RépondreSupprimer
  3. En voici un de beau billet...
    Des arguments solides, plutôt objectifs. Sans amertume. Attitude plutôt sereine.
    Ce que j'aurais aimé entendre, ils y a quelques semaines.
    Mais il ne fallait pas perdre de temps avec un gros con, un clown...
    Mais sans doute pour ces lignes, certainement même, que je continue à lire...

    RépondreSupprimer
  4. Ah... Je voulais dire aussi. Je n'irai pas lire l'élément déclancheur. Ce serait lui faire trop d'honneur.

    RépondreSupprimer
  5. « les blogueurs politiques sont tout à fait conscient de la modestie de leur place dans le paysage politique » :

    Pour vous et quelques autres, c'est absolument évident. Mais vous savez aussi bien que moi que ce n'est pas le cas de tous. Et la haine de certains pour les journalistes ressemble fort, souvent, à une frénétique demande de reconnaissance de leur part. Ceux-là, pour peu qu'un journal vienne à leur offrir une pige régulière, passeront avec armes et bagages, dans la seconde, du côté de la presse "institutionnelle", telle une Mme Verdurin sautant d'un bond dans le salon des Guermantes.

    RépondreSupprimer
  6. Les blogueurs sont autre chose que la presse. Ils choisissent eux-mêmes leurs sujets, sans la barrière d'un rédac-chef et ont toute possibilité de remettre en perspective un fait passé trop vite à la trappe de l'actu.
    Chaque blogueur n'a aucune importance en tant que tel.
    Il y a par contre parfois des mouvements collectifs qui viennent peser un tout petit peu il me semble…

    Enfin, bref, on n'est pas le centre du monde mais des petites poussières. Ca fait joli dans la lumière et parfois ça peut coincer des rouages !
    :-)

    RépondreSupprimer
  7. Si j'avais pour habitude de répondre aux anonymes, je dirais à celui qui me précède que je n'ai de mépris pour personne en général, et pas davantage pour les blogueurs politiques. Me navre une fois de plus la petite théorie simpliste : si vous avez quoi que ce soit à redire, à objecter, taisez-vous et passez votre chemin. Ce qui est la négation même de la notion de "débat".

    Mon billet d'hier était écrit de manière provocatrice, presque bouffonne. Il a donné l'occasion à Nicolas de préciser une fois de plus, pour lui-même et pour nous, ses vues sur la question. Je n'ai donc pas fait une chose tout à fait inutile.

    Et puis, cela m'a valu les plates insultes du navrant M. Boby, que je porterai désormais au revers de ma veste, telle une Légion d'honneur.

    RépondreSupprimer
  8. Le PSG est un sujet très important, notamment pour un journal comme le Parisien. En plus, il nous permet ensuite de déconner sur les blogs sportifs ...
    Vous n'avez pas le monopole de la déconne, vous les bloggers politiques :-)

    Sinon allez le TFC pour ce soir ...

    RépondreSupprimer
  9. Son billet est provoc mais dans le fond il a raison...

    Il dénonce certains travers. C'est tout.

    RépondreSupprimer
  10. Au moment où je lis ton blog et (donc) où je suis allé lire celui de Didier Goux, je viens d'écrire mon billet. Il porte sur l'affaire d'Outreau.
    J'ai souri quand Didier Goux évoque la vérification et le recoupage d'information.

    Personne n'est parfait. Probablement qu'on a tous nos égos (parfois sur dimensionnés) mais les journalistes aussi.
    Et moi, je refuse de leur laisser le monopole de la connerie.

    RépondreSupprimer
  11. Elmone, vous ne m'entendrez jamais dire que les journalistes sont parfaits ! Pour au moins une raison : ils font un métier où la notion même de perfection est absurde. De même que le plus brillant des médecins ne pourra jamais guérir TOUS ses patients.

    Mais j'en connais tout de même beaucoup (des journalistes) qui s'efforce de tendre vers cette perfection, cependant que d'autres, en effet, s'en foutent absolument et déshonorent leur profession.

    L'une des dissensions insolubles que je vois, entre les journalistes et certains blogueurs "politiques" est que, pour ces derniers, l'information n'est souvent qu'un levier pour leur militantisme, tandis qu'elle est le but en soi pour le journaliste, ou devrait l'être. Nécessairement, à un moment ou un autre, il y aura conflit entre leurs intérêts.

    J'ajoute (avant de retourner au boulot...) que ces blogueurs auxquels je fais allusion sont avant tout préoccuper de nous faire savoir où, d'après eux, se situent le Bien et le Mal. Alors qu'un journaliste digne de ce nom ne devrait se préoccuper que du vrai et du faux.

    C'est en ce sens qu'un quotidien comme Le Monde a failli à sa mission, sou la férule catastrophique du gars Edwy, lorsqu'il est devenu un outil idéologique, davantage soucieux de dire le Bien et le Mal, que de démêler le vrai du faux.

    RépondreSupprimer
  12. David,

    Tu peux en acheter un autre !

    Boby,

    D'abord merci (tu devrais commenter plus souvent !).

    Par contre, je n'ai pas compris ta réaction de l'autre semaine : les blogueurs qui étaient avec nous ne sont pas des blogueurs politiques, juste des blogueurs avec une belle plume qui utilisent internet car les librairies sont déjà pleines !

    Didier,

    Imaginez que le patron d'un grand quotidien prenne une cuite, tombe sur mon blog, se fende la gueule et me demande de faire une chronique hebdomadaire : je ne vais pas cracher dans la soupe ! Ca m'amusera et j'en tirerais une grande fierté. Ce n'est pas pour ça que je me prendrais pour un journaliste !

    Pour les autres, je ne sais pas.

    Poireau,

    On n'est pas le centre du monde ! Mais peut-être un peu de "notre monde" ?

    Didier,

    Ce n'est pas vraiment un anonyme, c'est "David75" qui commente souvent ici.

    Mais votre billet était-il bien utile ? En principe je parle blog, blogosphère, égo des blogueurs à l'occasion de deux ou trois billets en début de mois lors de la sortie du classement Wikio des blogs.

    Séville,

    Je ne fréquente pas beaucoup les blogs sportifs ! (tu as le seul à être dans mon netvibes).

    Pas perdus,

    Non, il n'a pas raison dans la mesure où on semble tous rangés dans un même sac de blogueurs méprisables alors que la plupart d'entre nous ne sommes que des pitres dont les doigts s'agitent car nous pensons avoir un truc à dire.

    Elmone,

    Oui ! Sauf que nous, la connerie, on la fait bénévolement sans espérer le moindre retour.

    RépondreSupprimer
  13. Didier,

    Oui, pour les blogs l'information n'est qu'un levier ! Vous le dites. Alors pourquoi comparer les blogueurs aux journalistes ?

    RépondreSupprimer
  14. Didier, je n'ai pas parlé de perfection (sauf peut être dans la connerie).

    Probablement que pour beaucoup de blogger, l'information et la diffusion, ne sont pas une fin en soi et que pour les journalistes,ça devrait l'être !

    Il n'empêche qu'il y a de bon blogs (et des mauvais journalistes (et vice versa).
    Le journal de 13h00 sur TF1 est pour moi un mauvais blog (là je provoque un peu : c'est méchant pour les bloggeurs).

    Je trouve par contre qu'Edwy Plenel est un bon journaliste même si je reconnais que l'affaire des écoutes lui a laissé des ... traces.

    RépondreSupprimer
  15. Intéressant ta distinction entre "les journalistes" et "les médias". En gros, il y a une "crise dans les médias", mais les journalistes essaient de faire honnêtement leur boulot, et ils le font bien dans l'ensemble, vu les contraintes auxquelles ils sont soumis.


    Et, puisque le blogueur aime se vanter, Vogelsong me disait que Pierre Marcel a sûrement lu mon blog puisqu'il reprend mes arguments (et même mes phrases) dans sa chronique:

    "Le papier principal et essentiel, que signe Claude Askolovitch - grosse tête footballistique chez LCI - y a l’avenant d’une fiche de police glissée dans une lettre de dénonciation. Ah, les belles questions que pose le bon apôtre ! Apprécions : «Au service du peuple ou de sa propre gloire ?», «Le héros des prolos est-il un petit-bourgeois ?», «Est-ce un vrai facteur ?», «Est-ce un démagogue ?», «Est-ce un vrai sectaire ?», etc."
    Libé

    Crise dans les medias

    Quant à Didier Goux: aigri? Je ne porterai pas ce jugement; ce n'est pas ce qui transparaît en premier lieu.

    RépondreSupprimer
  16. Si Didier Goux pense qu'on n'en fait trop , il n'a qu'a lire autre chose. Il y a des skyblogs très instructifs par exemple.

    RépondreSupprimer
  17. @eric: tu veux dire que tu as été plagié ? Quel scandale!
    Tu ne veux pas être plagié, utilise un langage fleuri. C'est un remède efficace, bordel de merde.

    RépondreSupprimer
  18. Je trouve ahurissant qu'on puisse encore, de bonne foi, prétendre que les médias cherchent l'objectivité. Il y a une raison pour que certains lisent le Figaro et d'autres l'Huma.
    Pour ce qui est des blogueurs politiques, je distingue deux fonctions: relayer des informations qui ne sont pas passées par les grands médias, avec parfois des recoupements et des analyses et donner un avis personnel, avec parfois des suggestions.
    Si le premier s'apparente au boulot des journalistes, il ne s'y substitue par, puisque les blogueurs ne prétendent pas (en général) donner des informations connues d'eux seuls, ou obtenues après enquête.
    Le deuxième aspect se situe dans la droite ligne des blogs personnels, et si l'on va sur certains blogs, c'est plus par affinité, par une certaine forme d'affection pour l'auteur.
    Quant à l'influence des blogueurs, ils ne touchent je pense que ceux qui pensent comme eux. Elle est donc très limitée dans le public visé.
    C'est plutôt entre blogueurs de même avis que la guerre larvée est la plus forte: c'est à qui entrera dans le top ten des blogs de gauche...

    RépondreSupprimer
  19. Et voilà, M. Dagrouik tel qu'en lui-même, avec le bon vieil argument massue : si Machin a une objection, que Machin dégage !

    Franchement, je préfère nettement ceux de vos commentateurs, Nicolas, qui ont pris la peine d'argumenter, de préciser leurs opinions, quitte à m'envoyer dans les cordes. Ce que, personnellement, j'accepte fort bien. D'autant plus que, comme je le disais récemment je ne sais plus où, je ne suis jamais tout à fait certain d'être d'accord avec les arguments que j'avance ou les idées que j'énonce. Et surtout pas sur ce sujet en particulier.

    Il n'est d'ailleurs pas impossible que j'aie cédé à un petit réflexe corporatiste, dont je me serais pourtant cru bien à l'abri.

    RépondreSupprimer
  20. Mr Goux c'est la droite snif, snif
    (hommage à Juan)

    RépondreSupprimer
  21. Elmone,

    On trouve de tout !

    Eric,

    Tu as raison. Je me suis emporté ! Il n'est pas aigri, juste fidèle à lui même.

    Dagrouik,

    J'aime bien les skyblogs, ça me rappelle ma jeunesse.

    Didier,

    Vous avez surtout cédez à un réflexe con ! Attaquer quand il n'y a pas besoin !

    Superpado,

    Le pire, c'est que plus je connais Didier Goux, moins j'ai de mal à l'assimiler à une droite quelconque !

    Primavera,

    Tu as raison sur un point (très important) : c'est entre blogueurs du même bord qu'on s'engueule le plus !

    RépondreSupprimer
  22. M. Superpado : il peut m'arriver de boire, mais de snifer jamais !

    RépondreSupprimer
  23. De la provoc pour de la provoc ? Au fond, Didier Goux, c'est l'Eminem du Ouaibe 2.0...

    Et non, ce n'est pas un compliment ;-)

    RépondreSupprimer
  24. Didier Goux aime aussi peu les journalistes que moi les profs. Normal, quand on les connaît bien.

    Mais c'est comme partout : y'a des cons chez les blogueurs, y'a des cons chez les journalistes (et je ne vise personne !)

    La seule chose qui les réunisse : on n'est pas obligés de les lire (même si ça devient dur de passer entre les gouttes : ça tombe dru, l'actu). Contrairement aux profs, qu'on est obligés de subir ^^

    Les profs cons sont donc encore plus nuisibles que les journalistes ou les blogueurs cons.
    CQFD

    Con-vaincus ?

    Sinon, DG est énervé, il fait des fôtes : "ces blogueurs auxquels je fais allusion sont avant tout préoccupER de nous faire savoir". Bingo ! il fallait mettre "préoccupés".
    Prof 1 - Troll 0
    gnark gnark gnark

    RépondreSupprimer
  25. Irène,

    Si Didier Goux n'existait pas, il faudrait l'inventer... ou l'éviter.

    Ellie,

    Didier fait surtout des fautes de Goux.

    RépondreSupprimer
  26. Ce qui pose problème, ce n'est pas le texte de Didier. Franchement, qui peut dire qu'il n'y a pas en effet tout un tas de blogueur qui se prend au sérieux ?

    Que la blogosphère est un biais pour tous les frustrés d'ici et d'ailleurs ; journalistes ratés, écrivains ratés, analystes ratés, penseurs ratés ?

    Non, le hic, chez Didier comme chez beaucoup d'autres, c'est cette propension à raisonner en terme de groupe. Dans un premier temps, on stigmatise, puis on se ravise en disant "non, mais ce n'est pas le cas de tout le monde, pas de vous notamment". Si cette précision existait déjà dans le texte d'origine, toute ces interventions seraient inutiles...

    Quand je lis par exemple la phrase d'Ellie, "Didier Goux aime aussi peu les journalistes que moi les profs. Normal, quand on les connaît bien.", ça me fiche le frisson.

    D'une part, d'un point de vue empirique, c'est forcément faux (ni Didier, ni Ellie ne connaissent tous les blogueurs, journalistes ou professeurs), d'autre part, c'est faire passer la nature par dessus l'être sans aucune possibilité de retour en arrière.

    Allons, allons, tout cela n'est pas si grave mais le sens de la nuance n'est pas couardise, c'est juste intelligence.

    RépondreSupprimer
  27. Dorham,

    Le texte de Didier ne me pose problème que parce que je le connais (ce qui me permet d'ailleurs de relativiser).

    Il y a effectivement des blogueurs qui se la pètent mais pas la majorité, la majorité voudrait juste être plus "entendue".

    Le mois dernier, je suis arrivé 7ème blog politique, ça avait changé un truc en moi. Début mai, j'en ai fait un billet : ça m'a "calmé". Il n'empêche que je blogue par loisir (ça ne durera que ce que ça durera) et me prendre des attaques comme celle de Didier n'est pas jouissif.

    Surtout, un peu comme certains brigades mondaines, son billet est plein de sous-entendus pour ceux qui connaissent Didier. Je pourrais traduire son billet en : "Pas vous, cher Nicolas, mais certains de vos copains blogueurs politiques sont de misérables peine-à-jouir", car je considère que le billet m'est directement adressé : je suis le seul blogueur politique qu'il "connaisse réellement", j'entends par là qu'on a bu suffisamment de coups ensemble pour qu'une sympathie se crée.

    Et j'aime pas quand un type que je considère comme sympathique au point d'attendre la prochaine bouffe que nous aurons ensemble attaquer mes potes.

    RépondreSupprimer
  28. Mais dans le fond, je suis d'accord avec ton texte.

    Mais c'est vrai, dis, que tu as mauvais caractère...
    en même temps, Didier, c'est pas mieux, et moi...je brandis mon joker !

    RépondreSupprimer
  29. Nous sommes des blogueurs raleurs.

    RépondreSupprimer
  30. du beau papier ça nico

    RépondreSupprimer
  31. Merci ! La colère est bonne conseillère !

    RépondreSupprimer
  32. http://tunisie-harakati.mylivepage.com

    Et si vous mettiez votre colère et votre haine contre des décisions qui touchent toutes les âmes sensibles. Nous recherchons du soutien pour nous aider à libérer une femme du nom de madame Harakati Sameh. La haine des blogs politiques peut en Tunisie vous conduire en prison. Sameh y a été elle pour rien.
    En attendant la politique de Sarkozy est à revoir.

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.