23 mai 2008

La France : un pays de fainéants

A l’instar de l’ami Dagrouik, il est temps pour moi d’exploiter les chiffres de l’OCDE pour démontrer les mensonges trop fréquents sur ces fainéants de Français qui ne travaillent pas assez.

A mes lecteurs qui attendaient avec impatience depuis ce matin mon billet en prenant leur café, je signalement aimablement que le voilà mais qu’il est temps d’aller bosser. Les petits billets de la journée étaient là pour passer le temps. Maintenant, je suis calme mais ça va chier.

Voilà les chiffres bruts, pour 2006, du taux de salariés travaillant moins de 35 heures par semaine dans une sélection de pays choisis au cours d’un comité de rédaction particulièrement houleux mais habilement dirigé (je plaisante mais les chiffres des USA ne sont pas disponibles sur ce site).

République Tchèque - 5,07%
Portugal - 6,27%
Pologne - 11,49%
Espagne - 15,20%
Italie - 20,26%
France - 20,55%
Autriche - 22,38%
Suède - 25,28%
Allemagne - 27,54%
Royaume Uni - 28,76%
Norvège - 28,94%
Belgique - 29,06%

Les célèbres trolls qui envahissent nos blogs de gauchistes prennent souvent en exemple certains pays pour illustrer leurs propos sur le fait qu’il faut qu’on bosse plus et qu’il est temps que la Gauche Française se modernise ! En aparté, je précise que ça m’a toujours étonné qu’il puisse être moderne de bosser de plus…

Ces pays sont pris en exemple pour différentes raisons. Il s’agit de la Suède, la Norvège, l’Allemagne et le Royaume-Uni. Ils sont tous les quatre derrière la France dans cette liste.

Je traduits : dans ces pays de rêve, il y a beaucoup plus de gens qui travaillent à temps partiel qu’en France. Tiens, je vais profiter de la maison Microsoft pour vous en faire un joli histogramme.

Je traduits donc nos trolls : il faudrait qu’on travaille plus pour imiter nos voisins qui travaillent moins que nous.

C’est évidemment une immense supercherie.


Bien sûr, pour être objectif, il faudrait prendre l’ensemble des gens à l’âge de travailler, pour tenir du compte de l’âge de départ en retraite chez nous qui est relativement bas… mais le résultat serait sans doute le même : on travaille déjà plus en France que dans beaucoup de pays.

Les personnalités politiques qui nous poussent à travailler plus chaque semaine doivent dorénavant être qualifiées de fous furieux désireux de pousser le pays à sa perte. Je pourrais même en rajouter sur le fait qu’il est urgent de généraliser les 35 heures voire de passer à 32.

J’invite d’ailleurs les personnalités du PS à se positionner sur le sujet plutôt que de dire, je cite : « heu… c’est la faute à Aubry, DSK et Jospin… nous on en voulait pas… heu… ça a été mal fait… heu… on n’était pas au gouvernement à cette époque… ».

Outre ses moqueries sur la faiblesse de l’argumentation de nos collègues blogueurs de droite, il convient de s’interroger plus longuement sur la signification de ses chiffres en considérant que le taux de chômage est plus faible là-bas. Ca devrait faire un rapide billet sur Equilibre Précaire.

Ces pays ont un taux de chômage inférieur au nôtre et un taux de temps partiel largement supérieur.

Cette phrase est parfaitement logique et claire. C’est une ode aux 35 heures. Pour que plus de gens travaillent, il faut que chacun bosse moins.

Mais c’est surtout révélateur : dans tous ces pays qui affichent un joli taux de chômage, le niveau de précarité est supérieur au nôtre.

Ben ouais… ne me dites pas que ces braves qui subissent vraisemblablement un temps partiel imposé sont payés 1500 euros par mois.

40 commentaires:

  1. Merci et bravo pour les derniers billets avec des chiffres et des tableaux. Ca remet les choses à leur place bien plus efficacement que tous les longs discours dont on nous abreuve.

    D'ailleurs, des voix en Europe se demandent pourquoi la France résiste mieux - car à l'étranger, ils les connaissent, ces chiffres - que la plupart des autres pays européens. Et l'apparition de Die Link en Allemagne est la démonstration flagrante de l'inefficacité de la gauche Blair/Schroder. De même que le fait que 13% des citoyens de la République fédérale vivent avec moins de 712 euros par mois selon un rapport de l'Etat allemand, ce qui a provoqué de sacrés remous au parlement.

    Ne reste plus à faire remonter le message vers la direction socialiste, mais pour ça je ne peux que vous souhaiter bon courage ! Même si je n'y crois pas trop...

    RépondreSupprimer
  2. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  3. Arf, je me suis trompé avec le blog de Dagrouik, tant pis...merci pour ce billet juste !

    PS : et oui, j'ai du mal aujourd'hui :-)

    RépondreSupprimer
  4. Larroutourrou président !
    (comme ca je pourrais apprendre à écrire son nom correctement !!!).

    :-)

    RépondreSupprimer
  5. Je n'ai pas très bien compris la fin...

    Tu dis en gros que là ou les temps partiels sont plus nombreux (35 et 32h) la précarité est plus haute ?
    Et donc que c'est cool ?

    (je suppose que je n'ai rien compris, mais tes 2 dernières phrases sont assez tirées par les cheveux, si je puis me permettre).

    RépondreSupprimer
  6. Un billet sur la fainéantise, sans parler de Tonnégrande... Tu fais fort!

    RépondreSupprimer
  7. David75 dit ..

    Comme toujours très bon billet.
    Dagrouik intox 2007 a aussi fait un bon billet.

    RépondreSupprimer
  8. Mauvais plan, Nicolas : on vous met à égalité avec Dagrouik...

    Pour les chiffres, on leur faire dire ce qu'on veut, vous le savez, et vous-même, là, avez tendance à ne pas trop savoir qu'en faire (comme le note Benjii, dont la rare honnêteté intellectuelle n'est pas toujours un appui à vos tours de passe-passe...).

    RépondreSupprimer
  9. Nous salariés du public et du privé, demandons que soit en préalable régularisées ces importantes questions, avant toute nouvelle réforme équitable des retraites.

    1/ Sur les recettes exonérées, visées par la Cour des Comptes :

    - La taxation immédiate des stock-options, qui, selon les termes du dernier rapport constituent "bien un revenu lié au travail, donc normalement taxable", qui ont ainsi entraîné une "perte de recette aux alentours de 3 milliards d'euros" ( année 2005).
    Ce rapport de la Cour des Comptes précise que : les 100 premiers bénéficiaires devaient toucher chacun une plus-value de plus de 500.000 euros et les 50 premiers de plus de 10 millions d'euros.

    2/ Sur les dettes de l"Etat :

    - Apurement de ses dettes, supérieures à 10 milliards d'euros, qu'il a cumulées à l'égard de la "Sécu" en ne compensant pas systématiquement les exonérations de charges (rapport Cour des Comptes).

    3/ Sur les recettes de privatisations :

    - Transfert des sommes non versées depuis 2002 vers le fond de réserve des retraites, comme la loi le prévoyait.

    A savoir que ce fond était abondé à hauteur de 30 milliards d'euros en 2002. Il aurait dù étre à hauteur de 300 milliards en 2007, or 3% seulement des recettes de privatisations effectuées depuis ont alimenté ce fond de réserve.

    4/ Sur les gains de la VAB, détournées des bénéfices du travail, vers les profits :

    - 8,4 points de valeur ajoutée depuis 25 ans (référence INSEE), représentant pour la seule année 2006, 134 milliards d'euro, au détriment des bénéfices du travail.

    5/ Sur les "niches" fiscales :

    - 254 "niches" fiscales qui permettent à 3900 gros contribuables d'échapper à tout impot sur le revenu, privant l'Etat de 43 milliards de recettes, une somme supérieure au déficit budgétaire.



    Nous demandons avec force et en préalable également, pour des raisons de simple justice et d'égalité des citoyens devant la loi, de morale républicaine, que le régime spécial de retraite des parlementaires soit réformé, pour l'aligner sur les critères que ces derniers décident, votent et font appliquer aux autres régimes de retraites des citoyens.

    A savoir :

    1/ passage à 40 années de cotisations au lieu de 37,5 années pour les parlementaires.

    2/ abandon du scandaleux privilége de la double cotisation qui ne se justifie en aucun cas, permettant aux parlementaires de bénéficier d'une retraite à taux plein au bout de 22,5 années seulement de cotisations.

    Nous appellons pour toutes ces raisons, les organisations syndicales du public et du privé, à s'emparer avec force et résolution de ces questions, pour les faire valoir au nom des salariés.


    Merci de bien vouloir signer, divulguer et faites connaitre cet appel SVP.
    N'oubliez pas de valider votre signature dans le mail de confirmation qui vous sera adressé.


    Pour signer l'appel : http://www.ohfr-redir.com/1434

    RépondreSupprimer
  10. vivent les 32 heures !

    @didier goux vous exagérez de vous attaquer comme ça à Benji !

    RépondreSupprimer
  11. Ça s'arrête quand les conneries ?
    Depuis mille ans , à chaque siècle on invente un tas de trucs pour se fatiguer moins ( et le travail ça fatigue) pour avoir le temps de prendre du bon temps et il ya à chaque fois des connards qui voudraient qu'on fasse l'inverse.
    Et pourquoi ?
    Pour avoir plus de pognon pour mieux se soigner à la retraite et faire chier l'entourage ?

    RépondreSupprimer
  12. mais pq vouloir absolument avoir la palme de celui qui bosse le plus ? faut être maso là !

    et puis pitié..ne dites pas fainénant, mais paresseux
    c'est tout de suite plus doux, ça deculpabilise, on en fait l'éloge, tout le monde s'en émerveille

    et puis qui n'a jamais savouré le plaisir de ne rien faire quand tout s'agite autour de soi ?

    RépondreSupprimer
  13. Anonyme,

    Merci, j'avais oublié.

    Moktarama,

    Merci ! Mais je ne suis pas membre du PS. C'est à mes copains de faire remonter l'information.

    Oups !

    Je vois ton deuxième commentaire : Dagrouik, au boulot !

    Poireau,

    Tu mets plein de t et de r, tu devrais y arriver.

    Benjii,

    Relis calmement.

    Didier Goux,

    Vous avez raison, on peut tout faire dire aux chiffres. Les "autres" ne s'en privent pas. Moi non plus.

    Magali,

    Ton commentaire est un peu trop long. Je vais le lire par principe.

    Gaël,

    Laisse tomber. Didier est de mauvaise humeur ce soir après avoir presque avoué ses tendances extrémistes ce qui m'a mis d'une humeur assez proche.

    Poireau,

    Depuis 1000 ans des cons veulent nous faire bosser plus.

    RépondreSupprimer
  14. Anne,

    On est d'accord !

    Tonnegrande,

    La réponse que j'adressais à Poireau t'étais bien sur destinée. Mes doigts ont fourché ! Je t'ai pris pour un légume.

    RépondreSupprimer
  15. @Didier Goux : tiens finalement vous êtes du même niveau que le sinistre Mistral dont les vents mal-odorants viennent chez moi.

    Les chiffres ont leur faire dire ce qu'on veut, ah oui: vous dites ça à votre médecin quand il parle de tension, de rythme cardiaque, de taux de ceci ou de cela? Ce sont des indicateurs, ils montent que le choix de société défendus par certains est pourri et rien d'autre.

    Vous êtes peut être dans ces insiders qui en profitent, faites le tant que c'est encore possible.

    RépondreSupprimer
  16. @moktarama: la direction du PS lit nos blogs, mais ça ne change rien. Nous sommes des ploucs et pas des énarques, notre avis ne compte pas.

    Mais d'autres nous lisent, et si les choses changent, alors peut être que...

    RépondreSupprimer
  17. Dagrouik,

    Didier Goux a décidé de dépasser son record de connerie ce soir. Laisse tomber.

    Il a peut-être décidé de se montrer sous son vrai jour.

    Ou alors il a trop bu, je comprends... ça arrive.

    RépondreSupprimer
  18. @Didier : je ne suis peut-être pas un appui (qui s'appuierait sur moi ?), mais je suis moins catégorique que vous.
    Je ne suis pas sur d'avoir raison, donc je pause une question ^^
    L'avenir est dans le dialogue, vous savez !

    Nicolas, je relis demain a tête reposée, il est trop tard là.

    RépondreSupprimer
  19. J’aime bien aussi les graphiques, surtout la forme camembert, déjà 4h 45 bon, je repars au chagrin.

    RépondreSupprimer
  20. J'avais entendu parler de ça via un économiste qui passait à l'émission C dans l'air sur la 5. Il constatait en effet que ces chiffres qu'on prenait en exemple intégraient les emplois précaires et les temps partiels, et sans précisions utiles, ça reléguait la France à un pays où l'on travaillait peu. Beau billet, Nicolas, il fautle dire !

    RépondreSupprimer
  21. Homer,

    Merci. Regarde la vidéo en lien sur le premier commentaire.

    RépondreSupprimer
  22. J'avais vu. Reste à faire savoir tout ça ! Tout le monde ne lit pas les blogs, ou ne regarde pas la 5 à 17h30 !

    RépondreSupprimer
  23. j'ai interprété ton ton graphique à ma façon !!

    RépondreSupprimer
  24. Vu ! Mais on ne peut pas commenter. Et je me demande si tu n'as pas oublié un lien sur la source des chiffres...

    RépondreSupprimer
  25. @Nicolas: était-ce la pleine lune ? les trolls velus sortent ?

    Mon troll attitré Mistral à posté quelques étrons, et même répondu à un auteur du livre "le modèle social français est il a jeter?" que lui savait mieux par ce qu'il est chef d'entreprise et paye la TVA: il veut plus de 180 h /sup par an épicétou vous zetes des vilains socialistes.

    Réponse plus tard : POVCON , c'est déjà à 220H .

    RépondreSupprimer
  26. je ne maitrise pas encore la gestion d'un blog, en effet j'ai omis de citer la source des données; voila c'est fait.
    concernant les commentaires, j'attends l'aide d'un proche parent pour m'indiquer la marche à suivre

    RépondreSupprimer
  27. Dagrouik,

    J'ai lu les com chez toi.

    Oukaze,

    Tu nous préviendras !

    RépondreSupprimer
  28. Très divertissant ce post! On aurait pu l'intituler: comment se mettre le doigt dans l'oeil (gauche).

    Et les chiffres des chinois?

    RépondreSupprimer
  29. Pas la peine de fournir les chiffres des Chinois tellement évident qu'ils ont un modèle social à égaler...

    Vous voulez démontrer quoi ? Qu'il nous faut une grosse régression sociale pour concurrencer la Chine ?

    RépondreSupprimer
  30. Arf moi je ne veux rien démontrer, je ne crois pas en un modèle social idéal, et je suis sûre qu'une csociété du loisir qui produit progressivement de moins en moins de richesse et qui se sent toujours plus légitime d'en consommer va droit dans le mur!

    RépondreSupprimer
  31. Elise,

    Je ne suis bien sûr pas d'accord, mais la fin de votre propos me réjouit : oui, le loisir se consomme. Et on consomme quoi ? Du service...

    On ne peut pas lutter avec les Chinois sur le production de gadgets électroniques inutiles sans baisser notre niveau de vie. Mais, a priori, on est le pays au monde qui vit le mieux des loisirs...

    RépondreSupprimer
  32. Ah, vous êtes un défenseur du fabless!

    Une France sans usine! C'est génial. Trop beau.

    Et quand notre économie reposera exclusivement sur le service, on sera entre les mains des chinois et des indiens qui nous vendrons les biens de consommation dont nous avons besoin. Oh, pas grand chose: voiture, électroménager, matériaux de construction, outillage, avions, trains, grille pain, cocotte minute, télévision, etc etc.

    Ce sera vraiment chouette, tous ces échanges avec des chinois si bien intentionnés.

    Oui, ce sera beau.

    Beau comme Alcatel, par exemple: une belle société dont l'indéboulonnable PDG croyait dur comme fer au "fabless".

    Beau comme la vie des ouvriers quand il n'auront plus d'usines.

    Beau, magnifique! Consommons du service, et le grand soir arrivera enfin (en France seulement, pendant que les autres produiront pour nous)

    Bravo! je vais m'endormir le coeur vibrant d'espoir.

    RépondreSupprimer
  33. Vous êtes tout simplement une décliniste...

    Une société qui produit de plus en plus va dans le mur ! Où avez vous vu qu'on produit de moins en moins de richesses ?

    RépondreSupprimer
  34. Mais enfin, où voyez vous dans mes propos l'affirmation qu'il faut produire de plus en plus?

    J'ai dit qu'il fallait produire pour ne pas être dépendant de ceux qui produisent!

    Regardez les bilans des sociétés françaises, et vous verrez si leurs effectifs en France progressent - ou plutôt dans quel sens ils progressent. Cela vous donnera une idée.

    RépondreSupprimer
  35. Je croyais que l'emploi salarié progressait !

    RépondreSupprimer
  36. Votre mauvaise foi vous aveugle: nous parlions des effectifs de PRODUCTION, vous vous souvenez?

    RépondreSupprimer
  37. Élise, vous ici ? Dans ce repaire de mécréants post-modernes ? J'le crois pas, ça...

    RépondreSupprimer
  38. Elise,

    J'en ai fait un nouveau billet.

    Didier,

    Elle prend son plaisir comme elle veut.

    RépondreSupprimer
  39. C'est vous, Didier, qui me contaminez. Mais rassurez vous, je ne fais que passer!

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.