19 mai 2008

Démanteler les 35 heures !

Les choses sont dites et l’heure est grave. Cet article du Figaro est sans ambigüités : l’UMP veut supprimer les 35 heures et d’une manière générale toute durée légale du travail en France.

On va traduire : s’il n’y a plus de durée légale du travail, il n’y a plus d’heures supplémentaires ! Toutes les soi-disant avancées de Nicolas Sarkozy sur le thème du « travailler plus pour gagner plus » tombent à l’eau. Il n’est pas nécessaire de sodomiser les Cyclorrhaphes, les électeurs en auront pour leur grade.

En outre, c’est de la pure idéologie ! Avec les collègues de la blogosphère gauchiste (Irène disait : « Merci à Partageons mon avis, à Dagrouik et à Olivier Bonnet » ; Marc et d’autres ont également fait des billets), il est à peu près démontré que le temps de travail hebdomadaire n’est pas un problème en France : les Français travaillent déjà plus que beaucoup de pays qu’on nous cite comme exemple !

« A peu près démontré » ? Bof. Entre nous, les choses sont claires, mais il faudrait que les cadres de l’UMP lisent les blogs « vigilants » plutôt que de faire des pesses-fesses destinés à saborder les acquis sociaux, probablement au nom du progrès social ! Ou de l’utilité de la réforme disait Monsieur Poireau dans son billet de ce matin.

Ce que je ne comprends vraiment pas c’est qu’ils sortent cette immonde connerie visant à nous faire revenir au 19ème siècle après, voire avant, Jésus Christ, alors qu’une journée d’action monstre est prévue pour jeudi prochain.

Sont-ils tombés sur la tête ? Ou veulent-ils exister sans Nicolas Sarkozy et François Fillons ?

47 commentaires:

  1. Alors, c'est le pompon comme disent les marins en grève !

    Si avec ce genre de mesure, personne ne descend dans la rue, c'est que vraiment, les français sont des veaux dont on peut tondre toute la laine sur le dos !
    :-)

    [qu'est ce qu'on attend pour foutre le feu...]

    :-]

    RépondreSupprimer
  2. Foutons le feu !

    Ca me fait penser que j'ai oublié un détail dans mon billet. C'est mon correspondant à Toulouse - Monsieur Poireau - qui m'a trouvé le lien sur le Figaro !

    Remercions-le !

    RépondreSupprimer
  3. Nicolas : bah, documentaliste, ca suppose d'être branché un peu sur la presse en ligne ! :-))

    RépondreSupprimer
  4. L'ump est une bande de branleurs idéologiques, d'une inculture effarante.

    RépondreSupprimer
  5. Je suis dans une région qui voit à chaque printemps débarquer des hordes de retraités qui me demande à moi, habitant d'un village de 1000 âmes ou se trouve le syndicat d'initiative.
    Je les regardes avec leur bâton de marche décathlon et je m'interroge, sont ils encore capable de marcher derrière une banderolle ou en on t-il encore envie?
    En tout cas la vie de troupeau ils connaissent!

    RépondreSupprimer
  6. Avec 35 heures, nous gardons une productivité équivalente. A quoi ça servirait de changer, on y gagne tous !

    RépondreSupprimer
  7. David75 dit ...

    Je suis d'accord pour la suppression des 35 heures, mais juste pour les électeurs de droite.

    RépondreSupprimer
  8. Superpado,

    Le problème est que certains retraités s'en foutent ! La preuve, je crois que 63% des plus de 60 ans ont voté Sarko !

    Homer,

    C'est pire : lis les billets que j'ai mis en lien, on travaille effectivement plus par semaine (mais moins de semaines dans une vie de travail) et on est plus productif.

    RépondreSupprimer
  9. David75,

    Même pas d'accord ! Il s'agissait à la base d'un système de solidarité nationale pour partager le travail. Tout le monde doit le conserver.

    RépondreSupprimer
  10. David75 dit ..

    Je sais bien c'était une boutade pour les électeurs de droite qui passent par la.

    RépondreSupprimer
  11. Nous salariés du public et du privé, demandons que soit en préalable régularisées ces importantes questions, avant toute nouvelle réforme équitable des retraites.

    1/ Sur les recettes exonérées, visées par la Cour des Comptes :

    - La taxation immédiate des stock-options, qui, selon les termes du dernier rapport constituent "bien un revenu lié au travail, donc normalement taxable", qui ont ainsi entraîné une "perte de recette aux alentours de 3 milliards d'euros" ( année 2005).
    Ce rapport de la Cour des Comptes précise que : les 100 premiers bénéficiaires devaient toucher chacun une plus-value de plus de 500.000 euros et les 50 premiers de plus de 10 millions d'euros.

    2/ Sur les dettes de l"Etat :

    - Apurement de ses dettes, supérieures à 10 milliards d'euros, qu'il a cumulées à l'égard de la "Sécu" en ne compensant pas systématiquement les exonérations de charges (rapport Cour des Comptes).

    3/ Sur les recettes de privatisations :

    - Transfert des sommes non versées depuis 2002 vers le fond de réserve des retraites, comme la loi le prévoyait.

    A savoir que ce fond était abondé à hauteur de 30 milliards d'euros en 2002. Il aurait dù étre à hauteur de 300 milliards en 2007, or 3% seulement des recettes de privatisations effectuées depuis ont alimenté ce fond de réserve.

    4/ Sur les gains de la VAB, détournées des bénéfices du travail, vers les profits :

    - 8,4 points de valeur ajoutée depuis 25 ans (référence INSEE), représentant pour la seule année 2006, 134 milliards d'euro, au détriment des bénéfices du travail.

    5/ Sur les "niches" fiscales :

    - 254 "niches" fiscales qui permettent à 3900 gros contribuables d'échapper à tout impot sur le revenu, privant l'Etat de 43 milliards de recettes, une somme supérieure au déficit budgétaire.



    Nous demandons avec force et en préalable également, pour des raisons de simple justice et d'égalité des citoyens devant la loi, de morale républicaine, que le régime spécial de retraite des parlementaires soit réformé, pour l'aligner sur les critères que ces derniers décident, votent et font appliquer aux autres régimes de retraites des citoyens.

    A savoir :

    1/ passage à 40 années de cotisations au lieu de 37,5 années pour les parlementaires.

    2/ abandon du scandaleux privilége de la double cotisation qui ne se justifie en aucun cas, permettant aux parlementaires de bénéficier d'une retraite à taux plein au bout de 22,5 années seulement de cotisations.

    Nous appellons pour toutes ces raisons, les organisations syndicales du public et du privé, à s'emparer avec force et résolution de ces questions, pour les faire valoir au nom des salariés.


    Merci de bien vouloir signer, divulguer et faites connaitre cet appel SVP.
    N'oubliez pas de valider votre signature dans le mail de confirmation qui vous sera adressé.


    Pour signer l'appel : http://www.ohfr-redir.com/1434

    RépondreSupprimer
  12. Nous salariés du public et du privé, demandons que soit en préalable régularisées ces importantes questions, avant toute nouvelle réforme équitable des retraites.

    1/ Sur les recettes exonérées, visées par la Cour des Comptes :

    - La taxation immédiate des stock-options, qui, selon les termes du dernier rapport constituent "bien un revenu lié au travail, donc normalement taxable", qui ont ainsi entraîné une "perte de recette aux alentours de 3 milliards d'euros" ( année 2005).
    Ce rapport de la Cour des Comptes précise que : les 100 premiers bénéficiaires devaient toucher chacun une plus-value de plus de 500.000 euros et les 50 premiers de plus de 10 millions d'euros.

    2/ Sur les dettes de l"Etat :

    - Apurement de ses dettes, supérieures à 10 milliards d'euros, qu'il a cumulées à l'égard de la "Sécu" en ne compensant pas systématiquement les exonérations de charges (rapport Cour des Comptes).

    3/ Sur les recettes de privatisations :

    - Transfert des sommes non versées depuis 2002 vers le fond de réserve des retraites, comme la loi le prévoyait.

    A savoir que ce fond était abondé à hauteur de 30 milliards d'euros en 2002. Il aurait dù étre à hauteur de 300 milliards en 2007, or 3% seulement des recettes de privatisations effectuées depuis ont alimenté ce fond de réserve.

    4/ Sur les gains de la VAB, détournées des bénéfices du travail, vers les profits :

    - 8,4 points de valeur ajoutée depuis 25 ans (référence INSEE), représentant pour la seule année 2006, 134 milliards d'euro, au détriment des bénéfices du travail.

    5/ Sur les "niches" fiscales :

    - 254 "niches" fiscales qui permettent à 3900 gros contribuables d'échapper à tout impot sur le revenu, privant l'Etat de 43 milliards de recettes, une somme supérieure au déficit budgétaire.



    Nous demandons avec force et en préalable également, pour des raisons de simple justice et d'égalité des citoyens devant la loi, de morale républicaine, que le régime spécial de retraite des parlementaires soit réformé, pour l'aligner sur les critères que ces derniers décident, votent et font appliquer aux autres régimes de retraites des citoyens.

    A savoir :

    1/ passage à 40 années de cotisations au lieu de 37,5 années pour les parlementaires.

    2/ abandon du scandaleux privilége de la double cotisation qui ne se justifie en aucun cas, permettant aux parlementaires de bénéficier d'une retraite à taux plein au bout de 22,5 années seulement de cotisations.

    Nous appellons pour toutes ces raisons, les organisations syndicales du public et du privé, à s'emparer avec force et résolution de ces questions, pour les faire valoir au nom des salariés.


    Merci de bien vouloir signer, divulguer et faites connaitre cet appel SVP.
    N'oubliez pas de valider votre signature dans le mail de confirmation qui vous sera adressé.


    Pour signer l'appel : http://www.ohfr-redir.com/1434

    RépondreSupprimer
  13. Olivier : tu radotes mais c'est pour la bonne cause !
    :-)

    RépondreSupprimer
  14. Je suis profondément écoeurée par tout cela ! Comment peut-on faire pour s'opposer ? Et surtout, pourquoi des gens qui ne sont pazs plus riches que moi acceptent-ils des choses pareilles ? Comment peuvent-ils encore croirent en ce président brigand et cynique ?

    Il y a des soirs où j'ai envie de tout laisser tomber, parce qu'on n'y arrivera jamais.

    RépondreSupprimer
  15. Aïe ! pardon pour ce "croirent" : pour une première intervention "pas anonyme", c'est nul...

    RépondreSupprimer
  16. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  17. Rouge Nana : soie la bienvenu ! On fé tous des fôtes !
    [sauf Didier Goux mais c'est un pro !]

    :-)

    RépondreSupprimer
  18. Olivier,

    Non seulement tu radotes comme dit M. Poireau, mais en plus c'est illisible. Tes revendications à la con (dont je partage probablement le fond), peux-tu les faire ailleurs ? Merci.

    Rouge nana,

    Fallait pas voter pour lui, nananère.

    Poireau,

    Finalement, tu tiens assez bien la boutique. Je vais t'embaucher.

    RépondreSupprimer
  19. salut à tous,
    je ne suis pas fan de Devedjan, mais pour le coup, je pense que son avis est bien plus pertinent que celui du gouvernement (plus politiquement incorrect également). Laisser la liberté aux gens de vivre comme ils l'entendent, voilà un modèle autrement intéressant et riche que la société centralisée, égalisée, et fade dans laquelle nous vivons.

    Au nom de quoi pourrait-on empêcher quelqu'un de négocier avec son employeur un contrat de travail de 50h, si c'est ce qu'il veut ?

    Et ne me répondez pas l'éternel "mais le méchant patron va FORCER les gens à bosser 70h/semaine" qui n'est pas une réponse à ma question, mais une affirmation concernant un point de vue marxiste. Il m'a semblé que la plupart d'entre vous, se disent socialistes, et non marxistes. Je serais heureux (vraiment) de connaitre la différence.

    à bientôt

    RépondreSupprimer
  20. La question n'est pas la différence ! La question est que l'employé n'a pas le choix et qu'il faut voir le tout d'une manière globale : que tout le monde bosse.

    C'est pourtant très simple : si mon patron me dit "tiens, je vais supprimer tes RTT", j'ai deux choix : dire oui ou chercher à changer de boulot.

    Je n'ai pas le choix, je dis "oui".

    C'est admirable de la part d'andouilles diverses de croire que le libéralisme absolu est une solution quand on a 8% de chômage, voire 10 ou 12 quand on regarde la réalité.

    RépondreSupprimer
  21. Voilà un billet qu'il faudrait poser sur le blog de P. Devedjian !

    RépondreSupprimer
  22. Nicolas, essaye occident4ever :)

    RépondreSupprimer
  23. P'tain c'est mr poireau qui va être embauché pendant que je me décarcasse sur le wouéb à trouvé des sujets de billets?
    Salaud de patron!

    RépondreSupprimer
  24. Superpado,

    Tu as un blog ?
    (ça fait un bout de temps que je te croise dans les blogs sans connaitre le tien !)

    RépondreSupprimer
  25. Superpado : c'est le bénéfice de l'ancienneté !
    (ah ces jeunes trop pressés !!!)

    :-]

    RépondreSupprimer
  26. Et bien si, désolé, mais les gens ont le choix - un minimum.

    Par ailleurs, je suis entièrement d'accord pour dire que plus le chômage est élevé, plus une société libérale devient difficile. Et c'est bien pour cela que les politiciens devraient tout faire pour que le chômage soit à 4%. Ils en ont les moyens, mais ne le font pas. Peut-être ne veulent-ils pas que les gens aient le choix, justement ?

    RépondreSupprimer
  27. LOmiG,

    Tout ça est une question d'équilibre... S'il n'y a pas de chômage (c'est à dire moins de 4 ou 5%), j'ai le choix, je peux aller voir ailleurs.

    Par contre, si le chômage est faible, ça crée de l'inflation (plus de sous à dépenser et plus de "force" des salariés pour les négociations salariales) et ça en devient mauvais pour les "riches" et pour les entreprises.

    Tout est fait pour maintenir un certain niveau de chômage (différent selon les pays selon la structure du travail, mais sur le principe, c'est plutôt : "tout est fait pour maintenir un niveau de précarité").

    RépondreSupprimer
  28. David75 dit ..

    Un article des échos du mardi 20 mai sur les 35 heures, un tableau de comparaison eurostat dresse la liste des heures travaillés heures supplémentaires comprises qui met la France avant dernier.

    Grèce 43, 0
    Royaume uni 43, 0
    Pologne 42, 9
    Espagne 42, 0
    UE27 41, 8
    Allemagne 41, 7
    France 41, 0
    Pays Bas 40, 9

    Il eut été honnête de mettre à coté le tableau hors heures supplémentaires.
    Je propose à tous les bloguers de le signaler au jourrrnal les éhos

    RépondreSupprimer
  29. Il aurait surtout été plus honnète de mettre un tableau avec les temps partiels...

    RépondreSupprimer
  30. Re-salut Nicolas,

    quand tu dis :

    "Par contre, si le chômage est faible, ça crée de l'inflation (plus de sous à dépenser et plus de "force" des salariés pour les négociations salariales) et ça en devient mauvais pour les "riches" et pour les entreprises."

    je ne comprends pas du tout ce que ça veut dire. Le taux de chômage faible n'a jamais été mauvais pour les entreprises, c'est extraordinaire de dire ça !

    et par ailleurs, quand tu ajoutes :

    "Tout est fait pour maintenir un certain niveau de chômage (différent selon les pays selon la structure du travail, mais sur le principe, c'est plutôt : "tout est fait pour maintenir un niveau de précarité")."

    J'aimerais que tu précises qui fait quoi pour maintenir un niveau de précarité. Tu me sembles rentrer en plein dans la phrasélogie marxiste consistant à décrire un monde de puissant en train de gérer un niveau de précarité pour contraindre les "pauvres". C'est ça ce que tu penses ?

    RépondreSupprimer
  31. LOmiG,

    Pour le premier point, je conçois que j'ai été un peu rapide, mais il ne s'agit que d'un commentaire.

    Ce que je veux dire c'est qu'un faible taux de chômage :
    - d'une part provoque de l'inflation : ce n'est pas bon pour les entreprises,
    - d'autre part favorise le "turn over" des employés, ce qui crée des difficultés aux entreprises.

    Pour ce qui concerne le deuxième point, il y a un peu de ça, mais ça n'est pas du marxisme !

    C'est juste le NAIRU. Tu peux chercher par Google, tu verras que nos braves parlementaires en parlent, de même que tous les économistes de l'OCDE.

    Tiens ! Lis donc la page correspondante de Wikipedia.

    RépondreSupprimer
  32. Je ne sais pas si c'est ce que pense Nicolas, mais j'aurais tendance à penser qu'il y a un peu de ça.
    Un taux de chômage relativement élevé arrange les entreprises car
    1/ main d'oeuvre plus disponible, et surtout
    2/ main d'oeuvre plus docile. Si t'es pas content, tu gicles, y en a 500 dehors qui attendent ta place.

    RépondreSupprimer
  33. Ant,

    Oui, c'est le corollaire. Un chômage élevé arrange les entreprises, mais pas trop élevé quand même : elles perdent des clients potentiels !

    C'est donc ce que je disais au départ : c'est une affaire d'équilibre.

    RépondreSupprimer
  34. Les entreprises n'ont même pas besoin de vos chômeurs officiels : elles disposent (au moins pour les emplois non qualifiés : bâtiment, restauration, etc.), de tous les clandestins prêts (et je les comprends parfaitement) à travailler pour à peu près n'importe quel prix. Des gens sur la misère desquels on spécule cyniquement, bien aidé en cela par l'aveuglement des idiots utiles de l'extrême-alter-gauche compassionnelle.

    RépondreSupprimer
  35. Didier,

    Vous inversez le problème de manière dramatique ! On propose juste de régulariser les sans-papiers pour qu'ils puissent revendiquer une vie normale dans le pays.

    Nous avons donc un patronat (donc majoritairement à droite) qui emploie des sans-papiers et qui monte une politique de communication pour faire croire qu'ils veulent les expulser.

    C'est tout simplement à vomir.

    Par ailleurs, vous divergez sur le sens original du dialogue (pour un troll, c'est normal) mais le sujet de la discussion est "les 35 heures".

    Sinon, on va atteindre le point de Godwin qui est celui qu'on atteint en traitant l'autre de raciste à partir du moment où quelqu'un a mis un problème sur le dos des étrangers.

    Vous finirez par obtenir votre doctorat de trollage, mais pas chez moi, merci.

    RépondreSupprimer
  36. salut,
    il semble que le NAIRU soit tout de même assez critiqué de toute part...d'après l'article de Wikipedia.

    "Joseph Stiglitz, dans son livre Quand le capitalisme perd la tête, dans lequel il passe en revue les échecs et les réussites de l'administration Clinton, à laquelle il a participé, affirme le caractère dépassé de l'utilisation du NAIRU. Selon lui, il est clair que cet indice n'est plus pertinent pour déterminer le lien entre chômage et inflation, et que la foi en ce lien a pour effet d'empêcher les gouvernements de mettre en œuvre des politiques orientées vers l'emploi."

    à bientôt

    RépondreSupprimer
  37. Il est critiqué parce qu'il sert de support à des politiques idiotes et n'est pas utilisables par les politiques... Son existence n'est pas remise en cause.

    Par ailleurs, il est limitatif dans la mesure où il en prend en compte que le chômage alors qu'il devrait prendre en compte tout ce qui va autour (pérennité des boulots, précarité, taux de temps complêts...).

    D'ailleurs, le NAIRU est différent entre les pays selon leurs droits du travail.

    RépondreSupprimer
  38. Les 35 heures, un bouc émissaire qu'il serait stupide de supprimer, à mon avis !

    RépondreSupprimer
  39. Par contre, il y a certains cadre de l'UMP dont il ne serait pas stupide de supprimer le poste !

    RépondreSupprimer
  40. Cher Nicolas je suis bien trop fénéant pour tenir un blog (je suis corse) c'est pourquoi je fait dans le "participatif" ici: http://plumesdecureuil.canalblog.com/
    Je me doutais bien que j'allais être barré par un vieux poireau Toulousain, de toutes façon comme me le disait Montebourg, à gauche c'est jamais le temps des jeunes, il serait temps que ça change! En même temps à 56 balais j'ai l'âge de Ségolène, j'ai donc l'âge d'être chef.
    Bon, en attendant le congrés je vais faire un copié collé d'une partie de ton dernier billet qui me semble dire ce qu'il faut se dire en ce moment.

    RépondreSupprimer
  41. David75 dit ...

    @Superpado

    Petit cachetier, j'ai été voir ton blog et avec tous tes supers bons posts bien écrit que je lis un peu partout tu pourrais le remplir aisément et en faire profiter tout le monde.Je pense même que tu serais bien dans le classement wikio ...

    RépondreSupprimer
  42. David, tu veux dire que je pourrais me la péter comme nicolas et que je Mr Goux viendrait troller sur mon blog?
    Merci,je vais certainement en réver toute la nuit;)

    RépondreSupprimer
  43. Superpado,

    J'ai bien vu où tu participais ! Mon compteur de visites me montre où tu me fais de la pub.

    Pour le classement Wikio, tu vois avec David et Didier !

    RépondreSupprimer
  44. David75 dit ..

    Superpado
    Je t'ai déjà trouvé le troll qu'il te faut, c'est un des plus con du web pour egayer ton blog et que tu connais bien c'est mistral, c'est un âne, il lui manque un peu de cerveau mais c'est pas bien grave quand on dit que des conneries comme il sait si bien le faire .

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.