26 mai 2008

Travailler plus : retour sur un mensonge

En une semaine, grâce aux chiffres de l’OCDE, j’ai fait deux billets pour comparer le temps de travail hebdomadaire en France par rapport ceux des pays qu’on nous montre en exemple. D’une part, le temps de travail d’un Français est supérieur et, d’autre part, le taux de personnes travaillant moins de 35 heures par semaine est supérieur dans ces pays voisins.

J’ai reçu plusieurs critiques autour du thème : « on peut faire dire ce qu’on veut aux chiffres » ou « vous voulez démontrer quoi ? » ou « il est évident qu’on ne s’en sortira pas sans travailler plus » ou « avec des raisonnements comme le vôtre, on va se faire bouffer par les pays émergents ».

Je vais dire « Heu… ». Je ne veux pas démontrer grand-chose, ce sont des chiffres bruts, réels, issus d’un site officiel. Je voulais juste démontrer que quand on nous dit « les autres travaillent plus, les 35 heures ont été une erreur qui nous a fait perdre de la compétitivité », c’est un mensonge.

Par ailleurs, la France est depuis toujours ou presque dans les six premières puissances économiques mondiales. Je crois d’ailleurs qu’elle est actuellement cinquième (on échange régulièrement la cinquième et la sixième place avec les Anglais). Il n’y a presque aucun changement dans cette hiérarchie depuis des décennies (la réunification de l’Allemagne lui a permis de s’asseoir en tête et les Chinois se sont mis à 1,3 milliards pour nous passer devant).

La France ne connaît pas le déclin économique dont me parlaient mes trolls avant les élections. Travailler plus ne règlera rien. La solution est ailleurs.

Investissement, recherche, innovation, rééquilibrage revenus du capital et du travail, … Avec, en ligne de mire, aussi, une augmentation du pouvoir d’achat. Que sais-je ? Je ne suis pas politicien ou économiste.

J’entendais ce matin que Nicolas Sarkozy allait faire des propositions aujourd’hui autour de la fiscalité pour augmenter l’investissement et la participation. Je ne suis pas persuadé que s’occuper de ce genre de détail soit de la responsabilité du Président de la République (remarque… il y a quinze jours, il s’occupait du RER A). Mais en faisant ça, il diminue les recettes de l’état et les cotisations retraite des salariés… tout en privant les entreprises d’une part de capital qu’elles pourraient investir. On appelle ça aussi « liquider les bijoux de famille ».

Ca n’est qu’un exemple. Le sujet du jour entendu à la radio ce matin. On arrive à une politique du pire : une annonce économique par jour pour faire croire aux Français qu’ils vont toucher du pognon. Demain, on trouvera autre chose. Le seul intérêt est de donner de la matière aux blogueurs politiques qui peuvent montrer tous les jours leur mauvaise humeur.

Ainsi, les Français vont peut-être toucher un peu d’oseille à court terme… Mais au nom des sacro-saintes réformes, toute la structure économique de la France est torpillée.

Et tout est parti d’un mensonge : les Français ne travaillent pas assez.

(photo)

21 commentaires:

  1. De toutes façons, qu'ils travaillent assez ou pas, ça ne change rien compte tenu du fait qu'il y a entre 2 et 3 millions de chômeurs à qui les employeurs peuvent faire appel s'ils considèrent que leurs salariés ne travaillent pas assez.

    Vous allez me dire : "oui mais le salaire est une charfge importante pour l'entreprise". Certes.

    Mais je me souviens quand on est passé aux 35h sans baisse de salaire. La contrepartie a été : pas d'augmentation de salaire pendant 3 à 5 années (enfin si :0,75% par an).
    J'ai du mal à croire que les grandes entreprises (qui gueulent les plus fort) aient été à ce point pénalisées par les 35h.

    RépondreSupprimer
  2. C'ess sur que si quelqu'un n'a pas été pénalisé par les 35 heures, c'est bien les grandes entreprises.

    RépondreSupprimer
  3. Maintenant, on peu discuter sur les PME (encore qu'elles puissent faire appel au travail à temps partiel), mais j'ai le net sentiment que les PME, de toutes façons sarko s'en fout !

    RépondreSupprimer
  4. David75 dit ..

    NS se comporte comme si la France était à lui, alors il vend, ils vend.
    Le compte de Paris s'est bien ruiné en vendant tous ses bijoux de famille.
    La France s'est déjà privé des revenus des dividendes autoroutes pour les vendes, un peu d'action d'EDF parci, bientôt di GDF, en bref il veut ruiner sa Famille qui s'appelle la France.
    Mais c'est pas perdu pour tout le monde.

    RépondreSupprimer
  5. Emmanuel Tood (qui est loin d'être un con)nous explique pourquoi notre situation ne risque pas de s'améliorer avec 5 ans de Sarkozysme.
    "A partir du moment où la France s'aligne sur les Etats-Unis, elle cesse d'exister littéralement, elle n'intéresse plus personne. Et ce n'est pas juste une question de principe : il faut voir que dans une politique un peu réaliste
    d'exportation de centrales nucléaires, de systèmes d'armement de pointe, de technologie aéronautique ou spatiale, une France qui est alignée sur les Etats-Unis, ne donne plus, à ses acheteurs éventuels non-alignés, de garantie de non-alignement. Donc en fait il va y avoir un coût assez élevé, je pense, en termes économique et technologique, du sarkozysme. Alors qu'on devrait être en train de collaborer à toutes sortes de projets intéressants, avec les Russes, avec l'Iran, avec l'Inde : Sarkozy est en train de nous planter tout ça, par son alignement atlantiste. »
    http://antennerelais.canalblog.com/archives/2008/05/12/9141587.html

    RépondreSupprimer
  6. @superpado, cette analyse est surprenante, tellement elle tombe sous le sens sans que nous n'y ayons jamais pensé !

    Nicolas, si tu fais un billet par mensonge du gouvernement, il te faudra plus de deux blogs politiques.

    Elmone, même Laurence Parisot ne considère pas les 35h comme un mal absolu.
    C'est juste un effet miroir de la droite (tout ce que tu dis reviens vers toi, c'est sui kildit kil l'est, etc).

    RépondreSupprimer
  7. Bon, Parisot est le medef modéré.

    Rappelle-toi Le baron Seillere ...

    Et plus proche de nous : Devedjan et Coppée.

    Je maintiens

    RépondreSupprimer
  8. « Emmanuel Tood (qui est loin d'être un con)» :

    N'exagérons rien, il n'en est tout de même pas si loin que cela...

    RépondreSupprimer
  9. La meilleure je la tiens ici :
    Sarkozy manque de dicernement pour tout :
    http://gaelle.hautetfort.com/archive/2008/05/21/encore-une-bourde.html

    je cite :
    "Nicolas Sarközy a expliqué aux salariés d’une Pme locale les bienfaits de sa future loi sur les chômeurs «refusant deux offres d’emploi» correspondant à leur formation.

    Il s’est appuyé sur un exemple capté à l’Anpe de Melun (Seine-et-Marne) au cours d’un récent déplacement présidentiel. C’était le vendredi 16 mai. «Un agent m’a dit qu’il recherchait des plaquistes. Il a proposé à un chercheur d’emploi qualifié dans ce domaine, 63 offres dans l’année écoulée. Ce dernier les a toutes refusées. C’est honteux et ça, on va le changer !». Contactée par Libération, la direction départementale de l’Anpe de Seine-et-Marne dément formellement cette information: «La personne qui lui a dit cela est déséquilibrée et n’aurait jamais dû être présente ce jour-là. Le président aurait pu comprendre qu’il avait, face à lui, une personne souffrant de troubles graves»."

    Question : comment veux tu qu'il fasse le tri entre vérité et mensonges ?

    RépondreSupprimer
  10. Pour faire apparaitre Didier Goux il suffit de mettre le mot con dans un commentaire, c'est dire s'il se sent concerné!

    RépondreSupprimer
  11. Au fond, il a raison, ce petit Todd : s'il y a du pognon à se faire avec l'Iran, qu'est-ce qu'on attend ? On pourrait même leur enrichir leur plutonium, ça les aiderait bien pour détruire Israel et ils sauraient sûrement se montrer fort reconnaissants envers nous.

    Vous aviez raison, Monsieur Superpado : l'est drôlement futé, le gars Todd. Et sa conception du commerce équitable devrait convaincre rapidement toutes les bonnes âmes occidentales.

    RépondreSupprimer
  12. Christiane P26 mai, 2008 15:24

    bonjour,
    concernant les 35 heures, souvenez-vous ! Il y avait deux contreparties, tout d'abord une évolution des salaires très modérée sur les 3 à 5 années suivantes,(sachant que les années suivantes de très modérée, cette évolution est restée très modérée), mais encore et surtout une plus grande flexibilité. A cette époque les entreprises dénonçaient à tour de bras la trop grande rigidité du travail. Elles ont eu gain de cause. Quelques années après, elles veulent faire un retour en arrière sur le temps de travail, mais accepteront-elle de faire une retour en arrière concernant la flexibilité? Dans tous les cas pour le gouvernement, la droite, et les entreprises, les sacrifices sont toujours pour les mêmes, et ça c'est intolérable. Je ne suis pas rigide et je comprends qu'il y a des secteurs où la France doit évoluer, qu'en période difficile, il y a des sacrifices à faire, mais ces sacrifices doivent être surpporter par l'ensemble de la population, avec une grande justice sociale. Les français ne refusent pas les réformes, ils refusent que 90% des plus pauvres doivent se serrer la ceinture au profit des 10% les plus riches.

    RépondreSupprimer
  13. David75 dit ..

    Fanette

    Il n'y pas de tri à faire entre le mensonge et la vérité.. Il ya que des mensonges.

    RépondreSupprimer
  14. Christiane P.,

    Faudrait aussi que les entreprises renoncent aux exonérations de charges dont elles sont bénéficié !

    Les autres,

    Bonjour. Continuez sans moi, désolé, beaucoup de boulot aujourd'hui... N'empêche évitez de vous traiter de cons. Ce vocable m'est réservé...

    RépondreSupprimer
  15. Avant les commentaires :
    Evidemment si la solution proposée c'est qu'on travaille plus alors qu'on travaille déjà pas mal, ça ne risque pas de marcher !
    Comme dit le proverbe hamster :
    La roue tourne plus vite mais on ne va pas beaucoup plus loin !

    :-)

    [maintenant, voyons s'il y a des trolls !]

    RépondreSupprimer
  16. Que du bon commentaire et même un Didier Goux en grande forme de troll aujourd'hui !

    Emmanuel Todd, c'est pas le type de chez Ferrari ?
    :-)

    RépondreSupprimer
  17. Pour taper sur l'intéressement, fais un tour chez Didier B ;-)

    RépondreSupprimer
  18. On fait dire ce que l'on veut aux chiffres si on ne les met pas en perspective.
    Et, bien entendu, on ne les met pas en perspective en fonction de ce que l'on aimerait bien démontrer mais en fonction de ce que l'on mesure.

    Quand on parle des 35 heures on parle de la durée hebdomadaire et cela ne mesure que la durée hebdomadaire des gens qui travaillent.
    Pour mesurer l'ardeur d'un peuple, c'est moins la durée hebdomadaire de travail qui compte que la durée annuelle moyenne des actifs (y compris les chômeurs, bien entendu).
    Et là nous avons le temps de travail le plus court de tous les pays industrialisés. Les gens font la même erreur quand ils parlent de productivité horaire (sans préciser de quelle productivité ils parlent) plutôt que de productivité collective et annuelle.

    RépondreSupprimer
  19. Anonyme,

    Belle argumentation mais tu peux essayer de démontrer qu'on travaille chaque année moins que les autres. C'est faux. Les chiffres sont sur le serveur de l'OCDE.

    Tu peux aussi aller voir un des deux billets que j'évoque, j'y mets les réserves de prudence.

    Celà dit l'introduction de ton billet est côté de la plaque puisque le sujet mis au jour par l'UMP et Patrick Devedjian est justement la durée hebdomadaire du travail et ces fameuses 35 heures.

    Colin,

    J'ai vu le billet de Didier B. (il faisait même la Une du journal de Cozop).

    Poireau,

    A propos de Ferrari, j'avais failli faire la même plaisanterie que toi. Mais je l'avais jugée trop nulle !

    ;-)

    RépondreSupprimer
  20. Nicolas : au plus la blague est nulle, au plus ça m'encourage, au contraire !
    :-)

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.