27 mai 2008

La France qui ne casse pas les abris-bus

Voilà la dernière formule de Nicolas Sarkozy. C'est affligeant de petitesse (ben ouais... il est Président de la France en question) mais aussi en terme de méthode... Nicolas Sarkozy est sensé parler de réformes économiques et tout ce qu'il trouve à faire, c'est taper sur les délinquants. Je m'associe donc au coup de gueule de notre camarade CulturePo.

11 commentaires:

  1. Le peu que j'ai entendu sur RTL (y'a trop de pub !) c'est ce passage là et aussi le renvoi à des décisions européennes pour plus tard !
    Petits bras ce Sarkozy, petit bras !
    :-)

    RépondreSupprimer
  2. Et ce matin à Rungis même topo avec Mme...
    " Tu as vu Carla, c'est ça la France qui se lève tôt.."
    A quand le démago qui attendra à la porte des usines qui font les 3/8 ou tout simplement à la porte des ministères pour ceux qui y font le ménage pour lui montrer que certains ne se couchent pas et travaillent même la nuit ?
    Les guignols de l'info se moquaient de Chirac avec Bernadette surnommée "maman", quel surnom pour celle-là, après les ray-ban ou les rolex c'est le "porte-clef présidentiel " ?
    C'est vrai qu'on s'amusera plus à chercher la mini-clé à talonnette que le scoubidou...

    RépondreSupprimer
  3. Pour Carla, aller à Rungis, c'est un after.

    RépondreSupprimer
  4. Autre perle : à RTL, quand C. Hondelatte a proposé, à la pause, un café à Sarko, celui-ci a dit, en gros "d'accord, si vous me l'offrez..."

    Pas de rigueur budgétaire, qu'il dit ??? !

    RépondreSupprimer
  5. Proposons-lui : "la France qui ne casse pas pôv'con"

    RépondreSupprimer
  6. Bon, alors, finalement, qui l'a cassé, ce putain d'abribus ? Un nègre gauchisant ou un provocateur néo-nazi ? Je m'y perds, moi, à force !

    RépondreSupprimer
  7. Je crois que c'est un nègre qui s'est caché dans l'abribus et qu'un facho lui a tiré dessus avec une arme construite par des Chinois. On va leur envoyer nos arabes apprendre à les faire.

    RépondreSupprimer
  8. Didier Goux : quand, pendant la campagne électorale, il y avait eu du grabuge à la Gare du Nord, on avait bien pu voir des videos de policiers en civil (avec brassard, donc) casser du mobilier urbain !
    Mais il n'était pas dit s'ils étaient aussi fachos…
    :-))

    RépondreSupprimer
  9. Monsieur Poireau : ensuite, on avait arrêté un «jeune» de 36 ans : on savait s'amuser, en ce temps-là...

    RépondreSupprimer
  10. C'était le bon vieux temps ? Au moins la presse était à la botte.

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.