03 juillet 2012

Abdel ou la face cachée du roi du Maroc

Ainsi, Abdel, le « Roi du Maroc » des bistros de bistros de Bicêtre s’est fait tuer, récemment, probablement par un voisin. Dans cette histoire, après quelques jours sûr de moi, il y a quelques aspects glauques que j’arrive progressivement à reconstituer.

Dimanche soir, Karim qui m’avait appris la nouvelle m’avait dit qu’il avait une femme, depuis peu, ramenée du Maroc. Je n’y croyais pas. Ce n’était tout simplement pas possible, pour moi. Ca ne cadrait pas avec le personnage. J’ai pourtant un peu poussé la rumeur à s’exprimer. Il s’agirait d’une cousine à lui qu’il aurait ramenée du Maroc. Voila ce que dit la rumeur. Une mauvaise langue conclurait qu’il s’agit d’un mariage blanc.

C’est en lisant l’article du Parisien, hier, que tout s’est mis en ordre dans mon crâne. Pourtant, en première lecture, l’information m’avait échappée puisque l’article parle bien d’une jeune femme qui vivait avec lui et Yvette. C’est un de mes collègues de comptoir, donc Yannick, Tonnégrande ou le Poissonnier qui m’ont montré l’information et incité à lire l’article dans le détail.

« La dispute serait intervenue «sur fond d'abus de faiblesse» : selon les voisins, la victime vivait avec sa compagne chez une personne âgée et le couple «avait un comportement de parasites». »

C’est clair : Abdel avait une compagne. Par contre, j’ai du mal à croire à ce « comportement de parasites » mais, ne sachant pas qu’Abdel avait une campagne et pensant qu’il vivait seul avec Yvette, je dois bien reconnaître que jusqu’alors, je me suis effroyablement planté.

D’après un autre article : « Une vieille dame, chez qui vivait la victime dans des conditions qui étaient également à éclaircir, aurait demandé au jeune homme, qui habite dans le même immeuble, d'intervenir. L'enquête a été confiée à la police judiciaire du Val-de-Marne. »

Connaissant Abdel (et l’heure de l’histoire), je suppose que ce dernier était saoul et faisait chier Yvette qui aurait appelé le voisin à l’aide. Ce dernier aurait eu des gestes malheureux qui auraient provoqué, sûrement involontairement, la mort d’Abdel.

Bon courage à la police et à la justice pour résoudre cette énigme qui ressemble à une histoire glauque, malheureusement de la vie ordinaire. Un type bourré et con, une petite dame affolée, une épouse louche, un voisin violent, … autant d’ingrédients qu’il convient de confirmer et de mélanger pour reconstituer la sauce.

Je dois reconnaître que je m’étais un peu planté, dans mon billet d’hier. Les conditions de vie du couple chez Yvette sont effectivement louches mais je ne savais pas qu’il y avait un couple. C’est absolument incroyable : un lascar que je croisais au comptoir toutes les semaines, échangeant des tournées à l’occasion,  avait récemment « ramené une femme » et je n’en savais rien…

La vie est étrange.

J’évoque cette histoire, aussi, dans mon blog bistro. Certains lecteurs sont surpris des mots que j’emploie et de la légèreté dont je fais preuve. Pourtant, après avoir discuté avec Michel, Tonnégrande et quelques autres potes, hier, je me dis que c’était la seule issue possible. Ca devait arriver à Abdel. Aussi triste que soit cette histoire, elle est naturelle et s’inscrit parfaitement dans ce petit monde que je décris au quotidien.

La vie est étrange.

14 commentaires:

  1. Les maghrébines de France étant trop féministes ou libérées, d'après certains, beaucoup vont chercher femme soumise au bled qui accepte de vivre dans de telles conditions même parfois chez les parents ou dans une chambre d'hotel. Ce qui ne les empêche pas de continuer à fréquenter les bistrots tout en cachant leur femme et même leur mariage.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sauf que Abdel était comme moi : pas question de se marier. Alors s'acheter une conduite à 58 ans...

      Supprimer
  2. Merci Sophia Ammad pour cette puissante, subtile et pertinente analyse de la "maghrébine-de-France”© de la "femme-soumise-au-bled”©.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sur quoi tu te bases pour cette théorie aussi fumeuse ?

      Supprimer
  3. chronique d'un drame ordinaire, quand j'étais étudiante et fréquentant la nuit, j'en ai connu, des Abdel...
    On se demandait comment ils survivaient...
    Un de ceux-là sans le côté squatteur, s'appelait Pélican. Il est mort bêtement aussi.
    Paix à leurs âmes.
    J'ai apprécié ton homélie sur l'autre blog, perso

    RépondreSupprimer
  4. Bah ...
    Tu sais la vie des gens ...
    Et puis s'il a rendu service à son âge ...Je connais quelqu'un qui l'a fait.
    Maintenant, si elle était pas gentille avec Yvette ...
    Ou si, plus grave, le type de 30 ans et la jeune se sont mis d'accord ...
    On peut tout imaginer.
    C'est con de mourir à 60 balais, même si on est usé par un tas de truc.C'est con de se retrouver en cabane pour x. années, quand on a 30 ans ...C'est con d'être reconduite à la frontière quand on est marocaine et sans papiers ...
    C'est con toussa ... Chienne de vie

    RépondreSupprimer
  5. Je vais faire ma fée clochette ... Plein de petites étoiles amicales sur le récit de ce drame ... Arrête, tes émotions nous touchent trop.
    Bz

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais non ! Il faut rester neutre. Je viens de refaire un billet sur le blog bistro.

      Supprimer
  6. Je trouve cette histoire simplement sordide. Il m'arrive, à lire certains coms de penser que nous n'appartenons pas à la même espèce. Mes papiers sont-ils faux ? me ment-on sur mes origines depuis plus de soixante ans ? Suis-je un extra-terrestre ou bien les degauches le sont-ils? Le gloubiboulga pseudo-sentimental de certains me donne la nausée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'histoire est évidemment sordide. Il n'empêche que ce sont des êtres humains, derrière...

      Supprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.