31 juillet 2012

Pas de précipitation !

Au cours du mois de juillet, j’ai entendu des élus de droite ronchonner parce qu’il n’y avait pas assez de texte à étudier au cours de la session extraordinaire du parlement. A l’instant, je viens de tomber sur des propos de André Chassaigne, chef de file des députés du Front de Gauche : « Nous attendons beaucoup du projet de loi de finances 2013 sur lequel nous serons très offensifs en portant, en particulier, nos propositions en vue d'une grande réforme de la fiscalité. » J’attends moi-même beaucoup de cette réforme fiscale mais je ne suis pas persuadé que tout doit être décidé en octobre 2012 pour le budget 2013… Il a ajouté : « Il aurait fallu, au regard de l'urgence, prendre immédiatement des mesures législatives fortes, et en particulier (faire voter, NDLR) la proposition de loi que nous avons faite sur l'interdiction des licenciements boursiers. »

J’entendais un cadre de l’UMP, ce matin, expliquer qu’on n’allait pas assez vite, que le problème était urgent… Je pourrais lui renvoyer ça dans les dents : pourquoi ne pas avoir agi quand ils étaient au pouvoir. C’est d’autant plus rigolo que Bernard Accoyer a dit, je crois, que la session parlementaire avait été inutile… et qu’elle n’avait abouti qu’à trouver 7 milliards de recette supplémentaires ! Le désendettement et le rétablissement des comptes étaient pourtant une urgence il y a quelques temps.

Mon billet de ce matin portait justement sur la réforme fiscale : on ne peut pas la faire en cinq minutes. Il y a un gros travail à faire par le législateur, auparavant et ensuite, un gros travail de mise en place par les fonctionnaires concernés, notamment à l’informatique des finances, voire les systèmes de paie et de facturation des entreprises.

En outre, avec les commentateurs (ceux qui ne sont pas en vacances), on a un peu discuté de ça. Il en ressort aussi que la gauche n’a pas intérêt à faire les augmentations de la CSG avant les importantes élections locales de 2014… De plus, cette réforme ne passera qu’avec un peu d’explications aux électeurs…

Il faut travailler calmement pour essayer d’avoir un résultat cohérent…

Ceci ne concerne pas uniquement les finances… Mes camarades de gauche ronchonnaient, en juillet, quand un amendement visant à rendre « fiscalisables » les indemnités non justifiées des députés. Pourquoi se précipiter ? Nous avons, à la rentrée, une grosse réforme qui va toucher les élus : la suppression de la réforme territoriale et les nouveaux modes d’élections des Conseillers Généraux. Nous avons ensuite une grosse loi sur le statut des élus, notamment, selon les résultats des travaux de la Commission Jospin, avec, probablement, l’interdiction du cumul des mandats, qui aura un impact sur les revenus des élus.

Faisons les réformes les unes après les autres, avec une vision globale, à plus ou moins long terme.

Les Français en ont assez de ces travaux dans l’urgence. On vit depuis cinq ans dans la précipitation, avec une actualité politique beaucoup trop forte, entre les débats inutiles sur l’Islam et les ennuis de DSK, sans compter une année pleine avec la primaire du PS, l’amplification de la crise de la dette avec les ennuis de la Grèce, la Présidentielle, les législatives, …

Jacques Etienne se foutait de ma gueule, ce matin, du fait que je trouve l’actualité politique vide. Je vais le rassurer : c’est uniquement en tant que blogueur politique ! Je suis incapable de trouver des idées pour intéresser mes lecteurs. Sur mes six derniers billets, aucun n’a atteint les 400 lecteurs (selon mon hébergeur). Même si ça pourra impressionner des blogueurs mon anciens que moi, je vous assure que c’est dérisoire.

Par contre, en tant que citoyen, je me réjouis de ce calme. Ceux qui aiment le sport peuvent s’intéresser aux JO et moi je peux bricoler avec Google+ et préparer mes vacances !

Pourquoi réclamer de l’urgence ?

N.B. : je prépare moi-même ce billet dans l'urgence, notre réseau va être arrêté pour la nuit dans les toutes prochaines minutes, je procède par à coups successifs.

(photo)

10 commentaires:

  1. C'est mon sujet de demain, tiens...

    RépondreSupprimer
  2. en effet ! une reforme fiscale de grande ampleur doit se faire avec intelligence : non pas pour les gros con d'en haut, mais pour des gens ailleurs qui pourraient si on n'y fait attention passer par exemple de 500 a 1000e en ayant des revenus faibles ( un exemple là hein) .. donc tout prévoir.

    Ensuite oui, j'espère que le FdG pourra faire passer son idée de "plus de tranches" dans le débat, par ce que ça mettra plus de progressivité dans l'impot. Chose combattu par la droite depuis 2002.

    ET +1 sur la statut de l'élu , sachant que le non cumul doit etre puni d'une façon simple : non cumul de salaire "élu" et "membre exécutif" . Oui, le pognon, rien que le pognon. Ca les calmera sévèrement : gros coup de rabot au dela à 7000e (exemple hein) et au déla : RIEN, même pas à donner aux autres comme c'est le cas actuellement pour éviter les magouilles.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui. Quand il y a du boulot, faut le faire calmement et sérieusement.

      Supprimer
  3. Attends, je viens de capter, tes tortues, elles se font un truc à 3?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui mais ça n'a qu'un lointain rapport avec le sujet du billet.

      Supprimer
    2. Je m'en doutais.
      C'était juste une parenthèse animalière, mais peut-être qu'en se creusant on va trouver un rapport.
      Mieux vaut être lent, comme la tortue, et au moins à 3, comme ça on est sur de bien faire le boulot.
      Mais ça n'a que peu de rapport quand même...

      Supprimer
    3. Oui on peut trouver un rapport. Mais pour illustrer le billet, je voulais une photo de tortue. Celle la m'a paru rigolote.

      Supprimer
  4. Pas de précipitation ? Il va enfin cesser de pleuvoir ?

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.