04 juillet 2012

Copé ou Fillon : faites vos jeux !

L’UMP s’organise pour préparer l’après Nicolas Sarkozy et les modalités d’élection du futur Président ont été précisées. Le vote des militants portera sur un triumvirat (un président, un vice-président délégué et un secrétaire général) et non pas le seul président et aura lieu au cours de la deuxième quinzaine de novembre.

Tel que c’est parti, ce vote se focalisera sur un affrontement en Jean-François Copé et François Fillon. Même s’il y a quelques candidatures de témoignage, ceci n’aura strictement aucun intérêt. Ce qui est amusant c’est que j’arrive à préférer un candidat, l’ancien Premier Ministre, à l’autre alors que je devrais m’en foutre. Le blogueur de droite, l’illustre Authueil, explique pourquoi il choisit François Fillon, pour partie par rejet pour l’autre…

Ce qu’il y a de bien, c’est le cirque est garanti jusqu’à cette date… Tiens ! Jean-François Copé a déclaré « Le zèle que Valérie Pécresse met à soutenir Fillon me fait gerber. »

Tiens ! Je crois que je vais soutenir Jean-François Copé, dans ce blog, dorénavant. Si ! Sérieusement, même. Des deux, c’est celui qui a le moins de chance de l’emporter face à un candidat socialiste…

Faut-il qu’il soit bien sûr de lui pour lancer maintenant la procédure pour le vote des prochains chefs de l’UMP, sans passer d’abord par un débat interne sur la vision de la France, les valeurs à défendre et les bases d’une politique à mener qui pourrait servir de départ aux travaux de la nouvelle opposition !

Je ne comprendrais jamais le fonctionnement de ce parti qui aurait visiblement eu intérêt à mettre en place une direction de transition, jusqu’aux primaires pour 2017. D’un autre côté, comprendre le fonctionnement du Parti Socialiste et des autres partis politiques nécessite aussi quelques boites d’aspirine.

Le gars qui va prendre les rênes de l’UMP, visiblement avec pour seul but de remporter la Présidentielle de 2017, va se retrouver dans le rôle du chef de l’opposition et être sous les projecteurs en permanence à être obligé de tenir un discours de langue de bois (ce n’est pas une critique, c’est le poste qui veut ça…), le tout pendant près de cinq longues années. Il arrivera totalement usé pour les primaires de l’UMP et pour l’élections Présidentielle, le cas échéant.

Allez ! Votez Copé !

11 commentaires:

  1. Le cirque du congrés de Reims et des primaires du PS donnent des idées à l'UMP : je leur souhaite la même réussite finale.

    Ca pourra être intéressant quand même...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quel rapport avec Reims ? Le congrès n'a pas eu lieu dans la foulée de la Présidentielle et il y avait 4 candidats à peu près à égalité. Seul une avait des ambitions présidentielles. Le bordel à commencé au moment du congrès pas avant l'été.

      En outre, la primaire a été une réussite incontestable.

      Supprimer
  2. Je crains que vous ne compreniez pas, et c'est tout à fait normal, la manière de penser d'un électeur de droite. Ou plutôt que vous ne compreniez que celle d'un électeur de centre droit c'est à dire d'un socialiste modéré qui se serait fourvoyé. Pour gagner à droite, il faudra l'appui de la droite, dure, extrême, appelez la comme vous voudrez. Copé est plus susceptible de l'obtenir que cette endive de Fillon.

    Quoi qu'il en soit, faire des pronostic à 5 ans me paraît tout à fait hasardeux à l'époque où nous vivons.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai pas la prétention de comprendre la pensée d'un électeur de droite mais le problème n'est pas là. Pour gagner, il faut réunir les voix de droite et les voix des indécis. Et ça, vous n'avez pas l'air de comprendre, ce qui me paraît plus grave.

      Copé et Fillon, s'ils sont présents au second tour feront, quoi qu'il arrive, le plein des voix de droite.

      Lequel a le plus de chance de récupérer les autres ? Sarko s'est coupé avec le centre. Il a perdu.

      Supprimer
    2. M. Sarkozy a perdu parce qu'il y a eu une crise et que certains de la "droite dure" ne lui ont pas pardonné certaines trahisons.

      Vous avez du mal à comprendre que le centre ne pèse rien et que la vraie droite approche les 18% en attendant mieux. Même si ça ne vous plaît pas, c'est une réalité.

      Le squelette, l'ectoplasme centriste plutôt, vote déjà pour vos amis. N'en faites pas la réserve de votre "droite rêvée". Atterrissez, Bon Dieu !

      Supprimer
    3. Jacques, c'est à vous d'atterrir. Je ne parle pas des centristes mais des indécis. Par ailleurs, je vais vous sortir une vacherie que je vous ai déjà sortie. Arrêtez de parler de la vraie droite, vous me rappelez mes confrères de la "vraie gauche".

      Chirac a gagné en 95 sur des thèmes de gauche (la fracture sociale et tout ca). Sarkozy a gagné en 2007, d'une part par rejet de SR et d'autre part sur une dynamique économique, libérale,...

      La vraie droite (pour ne pas dire l'extrême droite) a fait 14% en 1988, 19% en 2002, 10% en 2007, 18% en 2012. Ça va ça vient. Ne vous précipitez pas trop. Ce n'est pas à moi d'atterrir.

      Supprimer
  3. Bof ! il arrivera toujours moins usé que Hollande…

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas sur ! Notre président bien aimé se met en retrait des questions nationales. C'est l'erreur qu'a fait Sarko : s'occuper de tout.

      Supprimer
  4. Copé n'a plus le choix. Si Fillon avait indiqué qu'il était pour un président de transition, Copé aurait sans doute laissé son poste.
    Conclusion : l'élection du prochain chef de l'UMP est fort importante et je serais prêt à parier qu'il n'y aura pas de primaires à l'UMP pour la présidentielle de 2017.
    Fillon est moins pire que Copé, d'une courte tete....

    RépondreSupprimer
  5. Nous avons la droite la plus bête du monde, et tant mieux.

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.