30 juillet 2012

La fatigue de fin juillet, aussi dans Twitter

J’ai eu deux « tweetclash » (engueulades dans Twitter) la semaine dernière et j’aurais pu en déclencher un, ce midi. Comme le dit Pierre suite à mon billet de vendredi, la fin juillet est toujours délicate, à cause de la fatigue qui s’entasse probablement.

Toujours est-il que les twittos ne réfléchissent jamais à la portée de leurs propos et au fait qu’ils les tiennent en public, sur un réseau social. Je plaide coupable, j’ai dis des méchancetés sur mon copain Sarkofrance la semaine dernière parce que j’avais mal compris un de ses billets. Ne revenons pas dessus, j’en ai longuement parlé vendredi dans un billet qui a inspiré Pierre.

Un twittos a réagi à mon billet de ce midi : « j’adore l’alternance pour voir @jegoun se plaindre des blogueurs de droite ou FdG de mauvaise foi #PaillePoutre. » En gros, il me traite d’imbécile, de béni-oui-oui ou de je ne sais quoi…

Pourtant, je conclus la partie de ce billet par : « Cela étant, grâce aux encouragements de François Hollande, nos champions vont sûrement rapporter un tas de médailles. », étalant ainsi ma propre mauvaise foi volontaire et montrant que je plaisantais.

C’est amusant de voir des gens qui se permettent des jugements à l’emporte pièce sans même avoir compris ce qui était écrit et, surtout, sans se rendre compte qu’ils sont dans le domaine public, d’une part, et sans réfléchir à ce que le « destinataire » puisse mal prendre les propos, d’autre part.

L’autre clash de la semaine dernière a généré un billet dans mon annexe.

Il mérite un peu d’explications puisqu’il a des suites. Des suites relativement grave puisque j’ai vu passer dans Twitter un truc comme « @jegoun est définitivement un connard. »

Le motif a peu d’intérêt mais mériterait un billet pour rigoler. D’ailleurs, il ferait se plier de rire un congrès de psychiatres (je résume : finalement, une twittos m’a demandé de modifier un billet et, pour l’avoir fait, elle me traite de connard).

Ce qu’il y a de rigolo, c’est que je n’aurais jamais du voir le tweet où il était indiqué que j’étais un connard : la personne était persuadée avoir bloqué mon compte (c’est-à-dire fait en sorte que je ne puisse plus la lire) mais elle avait oublié. C’est quand même assez fort de voir que certains se permettent des insultes publiques, dans les réseaux sociaux, en espérant que le « destinataire » ne le voit pas.

Pas de blog ! J’ai reçu une notification par mail.

Du coup, je lui ai répondu et elle s’est rendu compte de sa bévue. Elle a aussitôt bloqué deux de mes comptes (@jegoun et @jegoublogs) pour que je ne puisse pas aller voir le reste de ses remarques. Je me suis donc précipité sur un autre compte, @KremlinDesBlogs, pour lire sa prose. Elle peut le bloquer. Il me reste des comptes en réserve. Mais je n’irai plus la lire, j’ai bien mieux à faire.

Avant d’être grossiers, insultants et de dire des conneries sur les réseaux sociaux en se croyant protégé par une bulle, les Twittos devraient se rappeler que seuls les comptes privés ne sont pas visibles par d’autres… Et encore, ça ne change rien sur le fond…

Twitter devrait éditer un manuel de savoir vivre… Et les twittos devraient tenter de se calmer quand ils attendent les vacances…

18 commentaires:

  1. Mes premiers pas sont plus qu'hésitants : il est vrai qu'il n'est pas si facile que ça de gérer les paroles ou les coups de coeur qu'on gazouille par la fenêtre !
    Merci pour tes explications qu'illustrent des incidents que tu as vécus.

    RépondreSupprimer
  2. Pfff comme s'il pouvait exister des blogueurs de FDG de mauvaise foi !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Surtout que je n'ai pas parlé de mauvaise foi.

      Supprimer
  3. Le con n'est pas que de droite, de gauche, du centre... Le con est juste con, et en ce moment je ne sais pas si c'est la chaleur ou quoi, mais j'ai l'impression que pas mal te tournent autour...

    Bon courage.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce n'est pas qu'une histoire de connerie. On devient irascible.

      Supprimer
  4. J'ai été traité de "crétin pédant" aujourd'hui. C'est pas mal non plus.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Qu'on soit mis en cause par son Q-I ou son Q-U,fondamentalement, ça change pas grand chose !
      OK, je sors !

      Supprimer
    2. Ouuiiiiiiiiiiinnnnnnnnnnnnnnnnn !

      Supprimer
  5. Il faudrait inviter un réseau social à base d'insultes. un RSI, on les laisserait s'agiter.

    RépondreSupprimer
  6. Nicolas aussi, même si je ne partage pas vos idées, j'ai pu voir qu'il était possible d'entretenir malgré tout des liens polis, je m'en suis rendu compte en voyant vos rapports avec Jacques et d'autres, donc je vous présente aussi mes excuses quand dans certains messages j'affichais ma bête colère, me mêlait de vos histoires avec d'autres bloggers.
    Voilà, je voulais le faire depuis un moment, car j'aime pas m'énerver contre les gens, et si on avait été en face, je ne me serai pas permis de parler de la sorte. J'ai trop d'estime pour l'être humain, avec ses qualités et défauts, pour m'autoriser à balancer des conneries comme j'ai pu faire.
    Je ne renie pas mes convictions, mais juste vous adresser un mot "bonne ambiance".
    Je voulais vous envoyer ce commentaire en privé, pour ne pas m'étaler en public, mais je ne l'ai pas trouvé.
    Bonne journée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bah et merci. Mon adresse email est dans un des onglets en haut du blog.

      Rappelez vous du conseil que je donnais l'autre jour : ouvrez un blog. La seule solution pour comprendre ce qu'est un blog.

      Supprimer
    2. En effet c'est tentant, mais je dois avouer que je ne me sens pas assez éclairé pour alimenter un blog. En revanche j'y trouve mon compte en lisant quelques blogs auxquels je me suis habitué. Je ne les ai pas tous visités, mais je trouve chez vous une image de la gauche comme j'ai envie de la percevoir, une gauche plutôt moderne. En disant cela je ne renie pas mes convictions pour autant. Je me trompe peut-être, mais c'est comme ça je le perçois. Il n'y a pas dans votre blog comme dans d'autres, un ton méga-révolutionnaire, il faut tout casser... et vous n'êtes pas fermé à l'autre. Juste pour ces points, c'est idiot, ça me fait apprécier les gens ou pas. Vos échanges avec d'autres auteurs de blog, qui sont dans l'autre camp, m'ont permis de comprendre toute cette subtilité, que je ne cherchais pas à voir du fait de ma colère primaire d'après le 6 mai.
      Je pense qu'il me reste encore beaucoup de choses à déchiffrer et à apprendre. Et il s'agira moins question de chercher querelle, mais plutôt de saisir les rouages de la "pensée française", à travers un média qui la fait briller depuis quelques temps: le net.

      Supprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.