03 juillet 2012

Les soixante engagements : what else ?

Comme au bon vieux temps de la campagne de François Hollande, voila quelques extraits du discours de Jean-Marc Ayrault…

« Monsieur le président,
Mesdames et messieurs les députés,
Pour la première fois depuis 26 ans je ne serai pas assis parmi vous. »

Oui, bon. Ca s’arrose et tout ça…

« Il me revient l’honneur de soumettre à votre confiance la politique d’un gouvernement entièrement mobilisé pour le changement, comportant, pour la première fois dans l’histoire de la République, autant de femmes que d’hommes et portant l’exigence d’une autre pratique des institutions.

Ce gouvernement allie les talents de la jeunesse et de l’expérience, il conjugue les parcours, les histoires et les cultures. Il est aux couleurs de la France. »

Oui, bon.

« Notre pays s’est affaibli économiquement, il s’est dégradé socialement, il s’est divisé politiquement, il s’est abimé moralement.

La situation de la France, ce sont près de trois millions de salariés qui ne retrouvent pas de travail, ces femmes à qui il n’est proposé que des emplois à temps très partiel, ces jeunes pour qui l’entrée dans la vie active s’apparente à un parcours d’obstacles, ces seniors qui se voient fermer toutes les portes alors qu’ils ont encore tant à apporter.

Ce sont ces plans sociaux opportunément retardés et qui font courir le risque du chômage à plusieurs dizaines de milliers de familles supplémentaires.

Entre 2007 et 2011, la dette publique a augmenté de 600 milliards d’euros.

Cette dette atteint aujourd’hui près de 1.800 milliards d’euros, soit 90% de la richesse produite par la France chaque année.

Le poids de la dette est devenu écrasant. L’Etat verse ainsi près de 50 milliards d’euros par an à ses créanciers. Cette somme représente la première dépense, juste devant le budget de l’Education nationale ; elle est supérieure aux budgets de la recherche, de la justice et de la sécurité réunis.

C’est inacceptable ! » 

La faute à qui, hein ? Bon ! La page est tournée…

« Il est fini le temps des sommets spectacles. Le temps où la concertation n’était conçue que pour donner l’apparence du dialogue social à la décision d’un seul.

Il est fini le temps où l’Etat imposait ses décisions à des collectivités territoriales qu’il considérait comme de simples satellites, chargés d’exécuter sa volonté. »

Ah ! A quoi fait-il allusion, que diable ?

Bon, le vif du sujet.

« Enfin la démocratie locale sera renforcée, au travers d’un nouvel acte de la décentralisation qui fera l’objet d’une large consultation. » Ah ! Vive Lebranchu !

« Les effectifs de l’Etat connaîtront une stabilité globale, alors que le précédent gouvernement les détruisait massivement. »

Et paf !

« L’ensemble de notre stratégie sera fixée dans le cadre d’une loi de programmation des dépenses publiques, qui couvrira les 5 années de cette législature.

Cette loi nous engagera sur un retour à l’équilibre à l’horizon 2017. Elle tracera ce chemin en faisant la part des efforts demandés à chacun : Etat, sécurité sociale et collectivités locales. »

« La maîtrise des dépenses est indispensable. Elle ne sera pas suffisante.

De nouvelles recettes fiscales seront mobilisées. La volonté de ce gouvernement c’est de solliciter d’abord ceux qui jusqu’ici ont été exonérés de l’effort collectif. »

Et paf, encore !

« Le collectif budgétaire qui vous sera soumis n’épuisera pas le sujet de la réforme fiscale, mais il en constituera une première étape. Il reviendra sur l’allègement incompréhensible de l’ISF et des droits sur les grosses successions, le bouclier fiscal, l’exonération des heures supplémentaires dans les entreprises de plus de 20 salariés qui décourage la création de nouveaux emplois, et mettra à contribution les grandes entreprises, notamment bancaires et pétrolières. »

Voilà ! On en sait enfin plus (cela étant, il n’y a rien de neuf par rapport au projet).

« En revanche, les classes populaires et les classes moyennes seront épargnées, puisque sera abrogée la hausse de la TVA programmée pour octobre par le précédent gouvernement, tandis que la TVA sur le livre et le spectacle vivant repassera à 5,5%. »

Ah ! Et cette andouille de l’Hérétique qui pense qu’il n’y a pas d’autre choix que d’augmenter la TVA…

« L’impôt sur le revenu sera rendu plus juste, plus progressif et plus compréhensible. Les niches fiscales seront ainsi plafonnées. Le taux d’imposition réel des contribuables aisés ne peut continuer d’être inférieur à celui de la majorité des Français.
Pour les plus riches, une nouvelle tranche d’imposition à 45% sera créée.
Pour les revenus annuels supérieurs à un million d’euros, une imposition exceptionnelle à 75% sera instaurée. »

Ah !

« Les revenus du capital seront imposés au même niveau que ceux du travail. Il n’est plus possible de tenir des discours sur la valorisation du travail et dans les faits, privilégier la rente. »

Tiens ! Au fait, c’est vrai, ça, la valeur de travail de Nicolas Sarkozy, celle qui l’avait oubliée en permettant à ceux qui ne branlent rien de gagner plus…

« En 10 ans, la part de l’industrie dans la richesse produite en France a été divisée par 2, passant de 26% à 13% et 750.000 emplois industriels ont été perdus.

Mon gouvernement entend mettre un terme à ce décrochage ! C’est le sens du « pacte national pour la croissance, la compétitivité et l’emploi » que je vous propose. Il sera au cœur de la conférence sociale du mois de juillet. »

Bien !

« La finance sera mise au service de l’économie réelle. C’est pourquoi seront séparées les activités des banques qui sont utiles à l’investissement et à l’emploi, de leurs opérations spéculatives. »  « La création du livret épargne industrie permettra de drainer l’épargne disponible, à des fins productives. »

« Pour servir cette ambition, je vous propose un nouveau contrat éducatif.

1.000 professeurs des écoles supplémentaires ont été recrutés dans l’urgence pour faire face aux situations les plus tendues, dès la rentrée 2012. Sur l’ensemble du quinquennat, 60.000 postes seront créés.

Au terme d’une large concertation, nous redéfinirons dans l’intérêt des enfants les rythmes scolaires. Nous favoriserons la diversité des parcours et les innovations pédagogiques. Nous donnerons un nouvel élan à l’éducation prioritaire. »

Ahhhh ! C’est bon…

« Pour répondre aux besoins des Français, un objectif de construction annuelle de 500.000 logements – dont 150.000 logements sociaux - sera mis en œuvre. Un plan de mobilisation du foncier sans précédent sera lancé : les terrains vacants de l’Etat seront mis à disposition gratuitement, pour permettre la réalisation de programmes de construction et d’aménagement urbain, respectueux de la mixité sociale. Le plafond du Livret A, qui permet notamment de financer le logement social, sera relevé, en fonction des besoins.

Le gouvernement renforcera la loi relative à la solidarité et au renouvellement urbain : les communes qui ne respectent pas leurs obligations en matière de logement social verront leurs pénalités multipliées par cinq. »

Pan dans la gueule…

« Nous engagerons un programme massif d’économies d’énergie et un plan ambitieux de développement des énergies renouvelables. La part du nucléaire dans la production d’électricité passera de 75% à 50% à l’horizon 2025. »

« Le chantier de la décentralisation est immense. La loi instituant le conseiller territorial sera abrogée et le mode d’élection des conseillers généraux sera modifié, pour permettre une meilleure représentativité des assemblées départementales. Je souhaite préparer de manière concertée et transparente cette modification du mode de scrutin, ainsi que celle du calendrier des élections cantonales et régionales. Le Parlement y sera évidemment étroitement associé. »

Très bien !

« Pour permettre aux parlementaires de se consacrer pleinement à leur mission, il sera mis fin, comme c’est déjà le cas pour les membres du gouvernement, au cumul entre un mandat de parlementaire et l’exercice de fonctions exécutives locales. Cette réforme sera applicable en 2014. »

Il est temps !

Je ne peux pas tout citer. La conclusion…

« Mesdames et messieurs les députés,

Nous avons reçu la France en héritage. Nous sommes fiers de son modèle qui porte le si beau nom de République.

Sur le fronton de nos écoles et de nos édifices publics, sont inscrites nos valeurs. Elles ont permis à des femmes et à des hommes de toutes origines, de toutes conditions, de toutes religions, de toutes philosophies, de vivre ensemble, comme nulle part ailleurs. Elles ont permis d’élever des générations à une vie meilleure.

La France est plus qu’une histoire, elle est une idée de la condition humaine.

C’est cette dimension qu’aucun marché ne prendra jamais en compte.

Ce sont ces valeurs qui ne sont pas cotées mais qui pour nous n’ont pas de prix.

Aucune agence ne notera jamais notre rêve, parce qu’il ne relève que de votre confiance et de celle des Français.

Je vous remercie. » 

Les soixante engagements.

What else ?

C'est dommage pour tous ceux qui s'attendaient à des reculades...

22 commentaires:

  1. J'ai apprécié, en suivant en différé, à part la volière de l'opposition(Au Sénat, c'était pire)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui. Il paraît que ça a été houleux au Sénat.

      Supprimer
    2. Tu es sénateur ? ah oui, ils prennent des gros. Moi je ne pourrais pas.

      Supprimer
    3. Ouai manque de civisme évident .
      Je propose qu'on gèle leurs primes pour leur attitude irrespectueuse et qu'on les suspende pendant 5 ans car ils sont censés être plus intelligents que des joueurs de foot.

      Supprimer
  2. Normal, à la cantine du sénat on boit plus à midi :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je voulais faire député, je vais faire sénateur.

      Supprimer
  3. Merci Nico, pour ce travail.
    Discours sans surprises, sans effets de manches, sans tics ... et c'était bien.
    J'ai bien aimé aussi celui de fH à Bruxelles, balayant d'un revers de main les ambitions des "fédéralistes" ...
    " Vers une Fédération ... non, non ... nous tenons tous beaucoup à nos souverainetés." ... Eh bien voilà, on a avancé d'une case !
    Bz

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ben non, j'ai eu accès au script de discours !

      Supprimer
    2. Bon, allez, t'as quand même calé tes observations entre les citations ! :)))))))
      Bonne journée

      Supprimer
  4. "C'est dommage pour tous ceux qui s'attendaient à des reculades..."

    Patience...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour vous... Ne finissez pas mesquin, que diable !

      Supprimer
  5. C'est marrant, tu faias de la glose! =)

    RépondreSupprimer
  6. Qu'est-ce que que tu peux être hilarant depuis que le PS est au pouvoir. Ayrault abroge simplement ce que Sarko avait fait. Cela ne l'empêchera pas de monter la TVA le moment venu. On parie ?
    Voyons, à quoi tu pourrais t'engager, une fois mon pari gagné ?...
    Ah, j'ai trouvé : un acte de contrition du genre : «jegoun est un âne et il aurait mieux fait d'écouter les justes et sages prédictions de l'hérétique» me suffira :-D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En commentaire à un autre billet, tu as déjà parié ton blog mais île vaut rien.

      Supprimer
  7. engagement 61:
    J'arrête le projet de aéroport de Nantes


    Faut pas rêver, madame la ministre du logement va se mettre à travers de la piste!!!

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.