03 juillet 2012

En attendant le discours du chef

Dans son billet d’hier, le vieux s’étonnait de voir certains blogueurs (Seb, Melclalex et moi, notamment) tousser lors de quelques annonces du gouvernement. Je ne vais pas parler pour mes camarades mais, pour ma part, j’ai soutenu François Hollande et le Parti Socialiste sur la base d’un discours et de propositions, ainsi qu’une certaine confiance et un sérieux, par opposition à l’ancienne équipe.

Je suis déjà accusé de circonvolutions diverses pour défendre mon candidat. C’est d’une bêtise dans nom. Je compte bien défendre bec et ongle le gouvernement tant qu’il est dans les clous de ce à quoi il nous avait préparé au cours de la campagne et tenter de faire bouger mes neurones dans les autres cas. Par exemple, ce week-end, Aurélie Filippetti a dit des trucs au sujet de la redevance. Ca m’a paru être un ramassis de conneries qui n’étaient pas « dans le projet » ou « dans l’esprit du projet », je l’ai dit.

Je me doute bien que pendant les cinq ans, le gouvernement sera amené à faire quelques écarts avec la ligne au gré d’une part des évolutions des circonstances économiques et d’autre part des négociations avec nos partenaires internationaux. Je ferai avec. Tiens ! Si Madame Merkel négocie l’inscription de « la règle d’or » dans la constitution contre l’émission d’eurobonds, je dirai « amen » et « basta ». La constitution n’est qu’un texte alors que les eurobonds pourraient nous permettre de nous sauver les claouis.

Par contre, il y a des écarts que le gouvernement ne doit pas faire. Par exemple, Didier Migaud, dans le rapport de la Cour des comptes, disait qu’une augmentation de la CSG et de la TVA devraient être nécessaire. Que la CSG augmente, je veux bien. Par contre, j’ai fait une partie de la campagne sur le fait que la gauche allait annuler les augmentations injustes de la TVA décidées par la droite… Si elle s’amuse maintenant à les valider, je serai de mauvaise humeur et j’hurlerai à la supercherie dans mon blog. Il ne s’agit pas pour moi de chier une pendule mais de rappeler au gouvernement qu’on ne doit pas tourner le dos à ses promesses sous peine de perdre toute confiance et toute crédibilité auprès des électeurs.

Mais la question ne se pose pas. J’ai toute confiance. Et même si je n'étais pas d'accord avec tout, je resterai persuadé que c'est à peu près la meilleure équipe possible qui est en place. Elle gardera donc tout mon soutien, même si elle doit m'offrir des bière pour cela.

J’attends avec impatience le discours de politique générale de Jean-Marc Ayrault qui devrait marquer la fin d’une période un peu pénible.

A ce soir, donc !

21 commentaires:

  1. Comme tu dis, à ce soir donc !

    RépondreSupprimer
  2. Je suis bien d'accord avec cet article.
    Je dis toujours à ceux qui me traitent de socialiste que je VOTE socialiste JUSQU'A NOUVEL ORDRE, et que je suis capable de m'abstenir comme de voter pour quelqu'un d'autre.
    MAIS, compte-tenu de ce qu'on a vu ces dernières années, et que si les sortants revenaient ils ne pourraient que continuer leur trajectoire folle, C'EST PAS DEMAIN LA VEILLE.

    RépondreSupprimer
  3. Je suis d'accord avec toi.
    Si les blogs de gauche se contentent de relayer la "bonne parole" issue du gouvernement, nos lecteurs vont sérieusement s'ennuyer !
    Et puis on peut se lâcher : au vu de notre audience (par rapport à celle de la télé), on n'est pas bien dangereux...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui aussi. Mais j'aime bien jouer "la posture" !

      Supprimer
  4. Je crains que votre confiance ne soit déçue au sujet de la TVA. Pas forcément dès aujourd'hui mais très vite. Et on ne pourra pas en blâmer les socialistes : cet impôt est le plus efficace et le plus indolore (quoi qu'on en dise). L'augmentation de la CSG, se sentirait nettement plus.
    Il est très probable que nous ayons les deux.
    Ce qui est dommage, c'est que le candidat se soit senti obligé de promettre ce que le président ne pouvait tenir.
    Quoi qu'il en soit, la dégringolade est inévitable, vous le savez aussi bien sinon mieux que moi...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais non, Jacques. Tout se passe comme prévu. Hollande a toujours annoncé que la priorité serait le rétablissement des comptes et qu'une redistribution ne viendrait qu'après. Pour l'instant, il s'agit de préparer les gens à une période de disette mais il n'y aura pas d'augmentation de la TVA, ce qui a été la grosse erreur de Juppé en 1995. Il ne s'agit pas d'escroquer les braves gens mais de permettre à l'économie de tourner.

      Supprimer
  5. Ce qui est surprenant c'est que certains pensent qu'on peut être déçus alors que pour l'instant tout est conforme au discours de campagne!

    RépondreSupprimer
  6. Ils ne toucherons certainement pas à la TVA quand à la CSG tant qu'ils ne la remonteront pas d'une maniere uniforme pour tous ( Il faut penser au petit retraité .)cela me va; bien qu'une option uniforme ou cibler me concernera ;( Il faut savoir ce que l'on veut !!! ). On ne va quand même pas faire comme certains qui se carapattent et apporter de l'eau au moulin de la droite qui s'en vergogne à nourrie les siens !!! Tres peu pour moi pour entrer dans cette démagogie . Oui chacun doit payer au prorata de ce qu'il gagne et même si cela affecte le " revenu du capital " des classes moyennes dont je fais parti et M.... aux grincheux de tout poil .

    RépondreSupprimer
  7. Bon, ben tu peux déjà commencer à t'éclaircir la voix parce que la TVA, je te parie mon blogue qu'elle augmente avant 2014.
    C'est dans les cartons d'ailleurs, et, de toutes façons, inévitables : les hypothèses de croissance de Hollande n'avaient rien de réalistes et donc, il est contraint d'adopter petit à petit les mesures d'économie que préconisait un certain François Bayrou.
    Perso, je ne vais pas m'en plaindre, je trouve les arbitrages d'Ayrault très raisonnables pour l'instant.
    Mais bon, je comprends bien que du côté des blogueurs de gauche, il y ait un certain niveau de désillusion.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ton blog vaut quelque chose ?

      Quelle désillusion ? Il y avait 60 engagements, ils sont toujours là.

      Supprimer
  8. 4 (quatre) minutes d'Ayrault, de 16:12 à 16:16 SEULEMENT, avec un petit bafouillis au milieu (son inconscient veut à tout prix nous donner "considération" au lieu de "sécurité", c'est extra !),
    et on a l'antithèse de la marionnette habitée qui annone.

    RépondreSupprimer
  9. Des militants déçus ? Ça n'existe jamais. Faites simplement confiance aux Français : eux, ils seront vite déçus. Et jusqu'à nouvel ordre, c'est eux qui voteront...

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.