08 juillet 2012

Orange, ô désespoir !

Ma mère a une alarme, chez elle, reliée à une société de surveillance… via GSM. Autant dire que, vendredi, lors de la longue panne d’Orange, sa maison n’était probablement plus surveillée. Ainsi, par delà le fait que tous les clients d’Orange ont été emmerdés (moi le premier, j’ai du passer une heure sans Internet, c’est abominable), les conséquences d’une panne de réseau sont très variées. Cet article en reprend quelques unes.

Par exemple, les châteaux d’eau sont régulés par SMS. Quelques heures de plus de panne et on n’aurait plus eu d’eau (je devrais pouvoir survivre mais j’aime bien qu’on me rince le verre, à l’occasion).

Je travaille moi-même dans l’informatique. Si une telle panne devait arriver sur les serveurs dont j’ai la charge, les conséquences seraient énormes. En clair, vous ne pourriez plus utiliser votre carte pour tirer du pognon ou vous seriez bloqué à la caisse du supermarché en réglant vos achats. Mais une telle panne n’arrive pas dans mon domaine, ou, du moins, elle ne dépasse jamais quelques minutes. Au pire, si tous nos serveurs étaient détruits simultanément (ce qui pourrait difficilement arriver), des systèmes de secours externalisés seraient activés en quelques minutes.

Ainsi, la panne d’orange est très surprenante. On aura beau me démontrer par A + B qu’elle pouvait arriver, on ne pourra m’empêcher de penser qu’il y à la base, une grave erreur de conception ou un gros manque d’investissement, même si Stéphane Richard, le big boss, jure du contraire. Au mieux, ce brave homme est berné par ses équipes techniques. « Cet incident inédit par son ampleur est "lié à un dysfonctionnement logiciel ayant affecté un type d'équipement très particulier qui a eu cet effet très important parce que c'est un équipement du cœur de réseau". »

Polope ! Il n’est pas imaginable que des systèmes de sécurité n’aient pas détecté plus rapidement la panne (les clients l’ont bien fait, eux…) et qu’un quelconque système de secours n’ait pas pu être activé.

Il est donc important qu’Orange bosse sérieusement pour éviter que ce genre de pataquès puisse se reproduire.

Les conséquences de cette panne auraient pu être très graves, on imagine des chirurgiens ne pouvant pas être contactés pour des opérations d’urgence, le système de régulation des autoroutes foutu en l’air le jour d’un départ en vacances, voire pire comme un patron de bistro ne pouvant pas appeler ses confrères pour leur demander s’ils ont une bouteille de gaz, pour la bière pression, en rab parce que sa réserve vient de rendre l’âme.

Stéphane Richard propose d’indemniser les usagers à hauteur d’une journée de gratuité. Je m’en fous : j’ai tout illimité. La plupart des clients ont des forfaits. La seule indemnisation possible est d’offrir un mois de gratuité sinon c’est du foutage de gueule.

Mais je ne veux pas être indemnisé : si je paie un forfait tous les mois depuis plus de dix ans, c’est pour avoir un service qui marche. Je veux bien tolérer que le réseau soit saturé le 31 décembre à minuit, je ne veux pas qu’il tombe en panne près de 12 heures un vendredi après-midi.

On ne m’ôtera pas de l’esprit qu’il y a eu un grave manquement dans le système informatique d’Orange et d’une manière générale à la tête de cette honorable maison.

Le gouvernement va recevoir Stéphane Richard, la semaine prochaine.

Il va remettre sa démission ?

38 commentaires:

  1. Ce qui est curieux, pour m'en tenir à mon cas personnel, c'est que moi qui suis inféodé à Orange comme le serf à son seigneur, je ne me suis rendu compte de rien.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous n'avez pas de portable, andouille (si je puis me permettre).

      Supprimer
    2. comme didier je ne me suis rendu compte de rien (pourtant j'ai ligne fixe, internet et mobile orange) et mieux mes traitements de nuit ont tourné normallement

      la réaction d'exigence d'indemnisation m'épate
      la prochaine fois que j'ai une panne de bgnole en rase campagne je fais un procès au constructeur et à ma voiture

      le ZERO défaut n'existera JAMAIS

      Supprimer
    3. Moi non plus. Pourtant j'étais en "chat" avec un dépanneur d'Orange parce que je n'arrive pas à envoyer/recevoir des MMS depuis que j'ai récupéré un ancien portable désimlocké de SFR. J'ai bien récupéré le SMS permettant de le mettre à jour, mais je n'ai pas pu vérifier que ça marchait, mon interlocuteur m'ayant dit que les MMS étant en panne ce jour-là (ceci dit, ça ne marche toujours pas et il faudra sans doute que je les recontacte). Mes filles, accros au portable, n'ont rien remarqué de particulier non plus et internet marchait très bien.

      Supprimer
    4. Bah ! Didier n'a réellement pas de portable.

      Supprimer
    5. Et il n'y a pas eu de panne sur les boitamel ?

      Supprimer
  2. Orange manquait donc de vitamine C, encore une réputation qui fout l'camp.

    RépondreSupprimer
  3. J'espere que Stephane Richard à lu ton article ...

    RépondreSupprimer
  4. Ce qui est très insolite, c'est qu'Orange Suisse marchait parfaitement au même moment et qu'ils n'ont jamais eu de panne.
    Pour les systèmes de secours, tu les as aussi dans les aéroports, ils sont employés à temps plein car un black out aurait des conséquences énormes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On ne doit plus dire un black out, mais un divers out.

      Ou alors un nègre out, mais seulement si on a sa carte de nazi et qu'on est à jour de ses cotisations.

      Supprimer
  5. J'attends avec impatience le fin mot de l'histoire et que tu viennes ici nous le conter : m'étonnerais que ce ne soit qu'anecdotique.
    Amitiés et bon dimanche

    RépondreSupprimer
  6. il leur manque un système d'alerte, un RSE et une escalade rapide, une étude de vulnérabilités.

    RépondreSupprimer
  7. Comme dit plus haut le zéro défaut n'existe pas. Même pas dans les centrales nucléaire...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce n'est pas la question. Un système peut tomber en panne, ce n'est pas grave (contrairement à une centrale nucléaire...). Qu'ils ne soient pas foutus de redémarrer en peu de temps est grave.

      Supprimer
    2. Et il n'y a pas de tolérance à avoir. Les têtes doivent sauter.

      Supprimer
    3. Très Robespierre quand tu t'y mets

      Supprimer
    4. Bah ! Il n'y a pas que ça...

      Supprimer
  8. Y avait une panne? Ah oui? Quand ça?
    Merci de prévenir la prochaine fois,
    Faut surtout pas se "presser"|Orange ;-) |

    RépondreSupprimer
  9. Tu m'as gâché mon dimanche en précisant ce à quoi nous avons échappé et comme quoi y aurait des nuls chez Orange (et des pépins)

    RépondreSupprimer
  10. Des amis Lyonnais (famille nombreuse de 12 pers) ont avalé des pépins. Le patriarche a redécouvert les vertus du fixe chez un opérateur non historique SFR. Etant chez Free moi même, je me suis demandé si nous n'avions pas trop forcé la dose et fait tomber notre provider par trop plein de pulpe et de pépins. Et puis il y a eu les explications de Richard à la limite du foutage de gueule. Faut bien comprendre que chez l'agrume c'est au prix fort pour une contrepartie demandée en fiabilité et densité du réseau.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai qu'on demande moins aux autres...

      Supprimer
  11. Un pépin chez Orange c'est somme toute logique...

    RépondreSupprimer
  12. Tu t'es encore laché sur le titre :)

    (sinon bordel, je ne m'en suis pas rendu compte de la panne : c'est grave ? ^^)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai essayé de t'appeler pour t'offrir un milliard d'euros mais ça ne passait pas alors j'ai tout bu.

      Supprimer
  13. Je suis chez NRJ Mobile qui dépend d'Orange alors j'ai eu le même soucis. Évidement ça s'est le jour où j'ai eu le plus besoin de mon tel.

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.