12 juillet 2012

La mémoire de Jean-François Copé

Je suis en retard, ce matin. C’est de la faute à Jean-François Copé : il était interviewé sur France Info à 8h15, ce matin, et je suis resté scotché devant mon poste. Du coup, je suis tombé sur un incident sur la ligne 10 et de fil en aiguille me voila à 9h30 à faire mon billet.

Ce qui a retenu mon attention, c’est quand il a commencé à critiquer les socialistes qui mettaient sur le dos de Nicolas Sarkozy les suppressions d’emplois chez PSA et la fermeture de l’usine d’Aulnay. Des dirigeants socialos auraient affirmé que Nicolas Sarkozy et Xavier Bertrand auraient incité des entreprises à repousser après les élections quelques plans sociaux. Les propos de Monsieur Copé ressemblaient à ceci dans mon cerveau endormi : « Non mais hé ho ! Il faudrait laisser Nicolas Sarkozy, les socialistes ont gagné les élections, il faudrait qu’ils assument, maintenant, il faut laisser Nicolas Sarkozy, hein ! ». Un peu plus, il aurait dit « Il faudrait que les socialistes assument la mauvaise gestion voire les tricheries du gouvernement précédent. »

Après le patron de l’UMP s’en est pris à François Chérèque. Je ne sais pas ce qu’a dit exactement le patron de la CFDT, a priori qu’il était content de la « conférence sociale » parce qu’il n’y avait pas eu de dialogue social pendant les cinq années précédentes…

Evidemment, ça a déplu à Monsieur Copé qui a dit que Monsieur Chérèque n’avait pas de mémoire et a rappelé ce qu’avait fait l’UMP en matière de dialogue social et tout ça.

La mémoire de François Chérèque…

Et celle de Jean-François Copé ?

Il ne fait pas que papoter à la radio, il donne aussi des interviews dans des journaux sérieux. Hier, c’était dans les Echos. Monsieur Copé venait enfin critiquer « la conférence sociale » après avoir laissé parler quelques seconds couteaux. Sa mauvaise analyse de la situation est édifiante, notamment dans un journal réputé sérieux.

On peut le laisser faire de la communication au journal de 20 heures (ou à 8h15 sur France Info !) et débiter des éléments de langage pour tenter de les faire rentrer dans le crâne des braves gens mais je suppose que les gens qui prennent la peine de lire les Echos ont la capacité à analyser les propos d’un leader politique en matière d’économie.

C’est édifiant, disais-je.

Qu’il dénonce les augmentations d’impôts (à propos de la CSG) alors que le parti dont il est le chef a eu parmi ses dernières décisions celle d’augmenter la TVA est amusant naturel… Par contre, le reste…

Un extrait (lisez le tout avant de dire que je retire du contexte, mécréants !) : « Comparer les sessions parlementaires en 2007 et aujourd'hui est à ce titre édifiant. Il y a cinq ans, nous avions multiplié les réformes. Là, la pauvreté de la session parlementaire saute aux yeux. Un collectif budgétaire truffé d'augmentations d'impôts et sans une seule économie. »

Il aurait oublié ? La plupart des mesures prises en début du mandat de Nicolas Sarkozy ont été supprimées ou atténuées par la suite (notamment les déductions fiscales pour un achat immobilier et le bouclier fiscal) et la seule vraie mesure qui reste, la défiscalisation des heures supplémentaires, est considérées comme une vaste connerie par la plupart des braves gens avec un peu de bon sens, dont une majorité d’économiste.

« Un collectif budgétaire truffé d'augmentations d'impôts et sans une seule économie. » Faut-il lui rappeler que les premières mesures du « gouvernement Sarkozy » en 2007 ont été de diminuer les recettes fiscales, aboutissant, pour partie, à la situation financière que l’on connaît, grevant le budget de manière dramatique avant même que l’on rentre dans une crise économique délirante.

Faut-il rappeler à Jean-François Copé qu’il est entré dans un gouvernement en 2002 alors que la situation du pays était à peu près saine, avec des comptes de l’Etat dans les clous des critères de Maastrich et un chômage relativement faible même si une « première » crise économique commençait des ravages. Faut-il lui rappeler qu’il a occupé différentes positions ministérielles avant de devenir Président du principal groupe de la majorité à l’Assemblée, avant de devenir le patron du grand parti de la majorité de l’époque ?

La mémoire…

19 commentaires:

  1. Le trou (de mémoire) habituel le cas échéant.

    RépondreSupprimer
  2. Dommage qu'El Camino soit en vacances ! Copé et ses trous feraient un beau billet sur " Ma main dans ta gueule" !
    Allez, on baffe !

    RépondreSupprimer
  3. la défiscalisation des heures supplémentaires, est considérées comme une vaste connerie par la plupart des braves gens avec un peu de bon sens, dont une majorité d’économiste.


    Vous avez tort, complètement tort.
    Votre phrase vaut les pires de celles de Copé.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @vinosse
      Affirmation ne vaut pas raison !!!! .

      Supprimer
    2. Vinosse : non. Ça créée un effet d'aubaine dans les entreprises qui fonctionnent bien et ça empêche les embauches.

      Supprimer
    3. Oui mais pas facile à expliquer quand certains ont vu leur paye augmentée de plus de 300 € ...

      Supprimer
    4. Certes. Le sujet n'est pas facile.

      Supprimer
    5. N'ont qu'a augmenter le salaire de base pis c'est tout !

      Supprimer
    6. Je maintiens mes affirmations (et mets ma carte du PS sur la table), seul l'antisarkozysme que j'ai moi-même pratiqué, assaisonné ici de mauvaise foi, permet de dire que cette mesure sur les heures sups est mauvaise. J'ai des exemples pratiques.
      On aurait mieux fait de s'intéresser au cas des gens qui, deux fois salariés à mi-temps et dépassant les 35h sans faire d'heure sup', se sont vus privés d'avantages sociaux importants. Et qui depuis préfèrent faire des heures au black.

      Supprimer
    7. J'ai des exemple prouvant le contraire. Tiens ! Dans les bistros les heures supplémentaires ne sont plus faites au noir. Les employés ne sont plus payés en liquide et les patrons peuvent mettre du black de côté.

      Si tu as comme seuls arguments les conneries que tu as dites dans le passé et ma mauvaise foi, ça ne va pas aller loin.

      Supprimer
  4. Ceux qui ont eu leur paye augmentée, qu'ils lèvent le doigt ! ... Piouuuh ... Pas un chat dis donc !

    RépondreSupprimer
  5. Il a une mémoire JFCopé? Ah bon?
    Premières nouvelles... Merci de prévenir...

    RépondreSupprimer
  6. A propos de l'augmentation de la CSG. Savez-vous que l'UMP l'a déjà augmentée ? avez-vous vérifié vos fiches de payes ?
    la CSG a augmenté via l'élargissement de l'assiette, depuis janvier 2012.
    Avant elle s'appliquait sur 97% du salaire, depuis janvier 2012 elle s'applique sur 98,25%.
    + suppression pur et simple de l'abattement sur les autres revenus : interessement, participation etc.

    http://www.urssaf.fr/profil/employeurs/actualites/a_la_une/csg_crds__nouveautes_2012_01.html

    et ça l'ump s'est bien gardée de le dire, pendant qu'on nous occupait avec la TVA sociale, ils ont fait passer nouvelle loi finance 2012 sur la CSG.

    Qu'ils ne la ramènent pas trop sur l'augmentation de la CSG
    et qu'il ne la ramènent pas trop non plus sur l'augmentation du taux du forfait social prévu par Hollande, car eux ont supprimé l'abattement sur les revenus qui entrent dans le forfait social : interessement, participation etc.

    Qu'ils la bouclent ces arrogants !!

    .

    RépondreSupprimer
  7. Un lien intéressant http://www.agoravox.fr/actualites/politique/article/les-cadres-de-l-ump-embarrasses-119847

    qui montre bien ce que nos chers cadres de l'UMP pensent en réalité et essaient de nous faire croire (les valeurs de tolérance humanité etc)/ le fond de leur pensée c est le pouvoir d'abord, les convictions viendront ensuite.

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.